Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le Yahviste alsacien
Le Yahviste alsacien Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-10-2013 00:46

Pages vues : 3982    

Favoris : 451

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
heinrich_3_miniatur.jpg
 
 
 Le Yahviste alsacien du gouvernement Hollande
Le noachisme en marche avec son prêtre Vincent Peillon


La « religion » de la république c’est la franc-maçonnerie spéculative genre Grand Orient de France, et de la finance internationale qui va avec.
 
 
C’est le sens faussé du mot « science » qui l’a fait prendre maintenant pour de l’obscurantisme alors que la Science était lumière avant l’époque de la Renaissance. Aujourd’hui nous avons DEUX OBSCURANTISMES : LA SCIENCE ET LA RELIGION dans son ensemble. Le mot « science » est bouffé par la mode de la technologie, il est devenu folie technologique et folie de la raison à la Vincent Peillon et au siècle des « lumières ».

Imbécilité de Vincent Peillon, il dit : « une religion rationnel » ! Et se contredit en permanence. Le domaine du divin ne s’occupe pas de la « raison » et de son « rationnel ».
« La spiritualité ne peut s’accorder avec le rationalisme. la spiritualité et transcendante » (Ramana Maharshi, entretien 101). Ramana Maharshi s’approche de ce que j’écris sur cette religion du « RACHAT DES PÉCHÉES » ou business qui nous a donné notre civilisation : on parle de « récolter des fruits » après le récit d’une prière ! Nous sommes bien dans les 10.000 ans de la voie de l"Agriculture. Bref, on attend toujours un SALAIRE, un RÉSULTAT, comme si on en voulait pour son argent, ou son effort. Alors on veut des visions, des rêves, des pouvoirs de ceci ou de cela, gagner au Loto, etc. Si les prieurs ou demandeurs auprès de leur Dieu n’obtiennent rien, ils déclarent que leurs prières ou leur religion est inefficace ! Le simple fait de chercher une élévation de l’esprit est déjà un progrès...
Vincent Peillon est dangereux, parce qu’il est au pouvoir et qu’il veut imposer son opinion, SA RELIGION, à tous, ce qui en fait un parfait petit Staline, ou Lénine en puissance.

Nous sommes dans une oligarchie commandée par la finance internationale, nouvelle religion universelle notamment sous forme de fascisme des géants de l'industrie. Aussi, cette oligarchie atteinte par le cancer du pouvoir ne peut fonctionner que par la cupidité de ses membres, et non par le respect qu’inspire une organisation sociale saine. Basses convoitises et forces occultes dérégleront la marche et la production des biens temporels (tout pour l’industrie, la norme, la chimie, etc.).
 
 
La république est déjà une religion puisqu’affublée « d’universelle » par la franc-maçonnerie à pouvoir, la laïcité est aussi une religion « universelle », comme toutes les religions qui se disent TOUTES universelles.
D’après le frère Peillon, qui n’a pas toute sa tête sur ses épaule, parce qu’il parle de « liberté » à propos de sa religion de la Laïcité, or TOUTES religions enferment DANS UN DOGME, et la république ou laïcité en est un gros, énorme ! Un système de chez système !!!
Frère Peillon dit bien que sa religion est celle de la religion de l’homme, ce qui j’ai toujours dénoncé ici sur le site, à savoir l’humanisme démarré à l’époque de la Renaissance, soit un fantôme social.

Pour frère Peillon la Laïcité est sans dogme. C’est bien ce que je disais : il n’a pas sa tête sur les épaules. De plus il confond religion et morale, ravalant le christianisme à une moralité de bon et de mauvais, ce que dénonce vigoureusement Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. Vincent Peillon parle façon commandements à la Moïse : un code morale de vie en société déguisé en religion, ou le temporel prenant le pas sur le spirituel.

Vincent Peillon n’a rien inventé, ça fait des millénaires qu’il existe la lutte entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel ! De plus, tous les royaumes de tous pays sur Terre ont tous rêvés un jour d’un « royaume universel ». La maçonnerie genre Grand Orient de France n’a rien inventé avec son rêve de « république universelle », et si ses rêves prirent corps, leur concrétisation ne durera jamais longtemps ! Plus un empire est puissant et plus vite il s’écroule ! car ces constructions de mains humaines en atteignant le point culminant de leur puissance et de leur gloire, contiennent le ferment de leur dissolution dès le début qu’elles le portaient en elles, Aujourd’hui le libéralisme est ce ferment. Pourquoi ces empires s’écroulent ? mais à cause à cause de l’ORGUEIL, cette maladie de l’ego des laïques, et à cause de l’OPINION. À toutes les époques de l’histoire, les empires, et royaumes de ce monde reconnaissaient, à leurs débuts, la primauté du pouvoir spirituel. Évidemment au fur et à mesure que le pouvoir temporel ou politique grandissait, et surtout se donnait de l’importance comme le fait le sieur Peillon, « ses tenants, grisés par un sentiment de suffisance, négligeaient de plus en plus la vraie source et se mettaient à « battre leur nourrice ». C’est le reflet sur le plan social de la « rigueur » de la raison raisonnante du plan individuel qui, elle aussi, se mettait à maltraiter sa « mère intelligence », dès qu’elle avait voulu s’en affranchir », écrit justement le Docteur Stocker, et ça fait penser à Vincent Peillon qui, avec sa laïcité, a le sentiment de détenir le Saint Graal !
Et le Docteur Stocker ajoute que dans l’antiquité romaine, la dégradation sociale est nettement visible dans la mesure où la religion se « laïcisait » : la grandeur de l’empire romain se mit à chanceler. « Son effondrement fut chose accomplie le jour où les empereurs devinrent eux-mêmes des « Dieux ». Dans le Moyen-Âge chrétien aussi, dès que les représentants du pouvoir temporel s’attaquèrent au pouvoir spirituel le plus authentique incarné par la papauté, l’ordre social si merveilleux des grandes époques fut profondément troublé », écrit Stocker. Mais même dans la papauté, le cupidité et une forme de laïcité pris corps, et le cancer du pouvoir fit le reste. Le mal du pouvoir dans la papauté atteint son point culminant sous Grégoire VII avec la « querelle des investitures ».

La fin du Moyen-Âge fut une catastrophe dans la circumincession, le ciment qui fait de l’Univers une globalité, en établissant entre toutes choses les rapports justes de complémentarité et d’Amour, et non pas de rivalités, car le pouvoir du fric commença a ronger les chairs sociales. Le droit d’investiture commença à être exercé par les rois : plus assoiffés de pouvoir que le peuple, ils ne tardèrent pas à s’en faire une prérogative, et les abus commencèrent : les dignités ecclésiastiques devinrent une source de revenus pour ces souverains cupides, et cette même cupidité rongeait les rangs du haut clergé.

Mais de tous temps la société a été divisé EN TROIS : au Moyen-Âge : les Oratores [le spirituel], les Laboreores [le travail, paysans et artisans], les Bellatores [les militaires et les aristocrates et le gouvernement, la justice] ; cette trinité porta aussi le nom de Clergé, Noblesse, Tiers-État. En Inde, terre des castes, la société comprend trois varna (couleurs) : Prêtres (brahmana), Guerriers et Rois (kshattrya ou rajanga), Éleveurs-Paysans (vaicya). En Iran c’était aussi trinitaire ; chez les Scythes aussi. Bref, on retrouve les trois symboles : la charrue (Laboreors), la hache (Bellatores), la coupe (Oratores). Vincent Peillon ne doit pas oublier que chez un être humain tout est commandé par l’ÂME !
Peillon n’a aucun autorité pour imposer une quelconque religion de sa laïcité : une « science normative » ne doit pas imposer, sinon c’est de la dictature.
NORME : type concret ou formule abstraite de ce qui doit être, en tout ce qui admet un jugement de valeur : idéal, règle, but, modèle, suivant le cas (L. Lévy-Bruhl, aussi de l’Alsace comme Peillon, cité par le Psychiatre A. Stocker dans : Folie et Santé du monde).
En résumé : seul l’organisation sociale trinitaire permet de s’accorder avec le Cosmos, tout en abandonnant l’étatisme : le pouvoir central, véritable corruption et départ du mondialisme actuel : Un gouvernement est d’autant plus dictatorial et nuisible que sa direction est unité ; ainsi la tyrannie est déjà en puissance dans l’oligarchie.

Vincent Peillon marche sur la tête, car l’état moral  et spirituel d’une société passa AVANT le délire technologique et le cancer de l’actuel vie économique du monde (technologie et vie économie vont ensemble). La dictature actuelle est imposé par la finance internationale. À force de « cultiver » toutes sortes de choses (la fameuse croissance et son ‘pouvoir d’achat’), le monde devient de plus en plus riche (entendre de plus en plus malade et corrompu).

Le socialisme à la Peillon est la parfaite illustration d’un existentialisme social dépourvu de toute base essentielle, c’est UN FANTÔME SOCIAL qui colle parfaitement avec le libéralisme de cette religion universelle de l’argent : « Laissez faire, laissez passer », ou « Enrichissez-vous ! ». Mais rassurez-vous Mr. Peillon, votre république universelle ne va pas durer bien longtemps en se prenant pour un ÉTAT dans l’ÉTAT !!!
Une telle société socialiste et maçonnique « rappelle celle d’un individu réduit à sa seule capacité de connaître, sans contact avec la capacité d’aimer, d’une part, et de sentir de l’autre. Si ce n’était pas une impossibilité au niveau de l’individu, un tel être serait une créature privée du ciel, par en haut, et de la terre, par en bas : une pauvre bouée flottante, sans possibilité d’élévation religieuse et morale, ni d’incarnation authentique dans le monde matériel à travers un corps vivant, sensible », écrit le Docteur Stocker.

Vincent Peillon est un psychopathe de plus, car ils sont nombreux à être atteint par le pouvoir. Ce drame du paradoxe entre individu et collectif alors que l’être humain authentique attend toujours de naître : « Je suis CE JE SUIS ». Cette naissance est empêchée par la religion de l’homme, l’humanisme à la Vincent Peillon, qui est obnubilé par sa dépendance d’un Absolu caché sous l’étiquette « Laïcité ». Ces religions de l’homme sont des singeries, pour ne pas dire du satanisme ou du divin à l’envers, contraire à l’ordre cosmique. Je répète : ces religions de l’homme qui mettent l’humain à la place de Dieu, extérieur, sont des comédies de singes savants. Aujourd’hui de folie technologie, l’humain se prend pour Dieu et rêve d’immortalité... sur Terre, et pourquoi pas sous forme de puce électronique habillée par une sorte d’ordinateur... un égrégore encapsulé dans un circuit imprimée à base de bio-chimie...

“ Or vous sçavez, Messieurs, que de tous les animaux il n’y a que l’homme seul dont
l’âme soit assez noire pour s’adonner à la Magie, et par conséquent celuy-cy est homme ”. (L’autre Monde. Le Soleil : le Parlement des oyseaux, de Savinien de Cyrano de Bergerac).
“ C’est pourquoy on ne doit croire d’un homme que ce qui est humain, c’est-à-dire possible et ordinaire,... ”. (Extrait : Lettre n° 13, de Savinien)
“ L’homme qui soutient qu’on ne raisonne que par le rapport des sens, et qui cependant a les sens les plus faibles, les plus tardifs, et les plus faux d’entre toutes les créatures : l’homme enfin que la Nature, pour faire de tout, a crée comme les monstres, mais en qui pourtant elle a infus l’ambition de commander à tous les animaux à exterminer ” (L’autre Monde le Soleil, de Savinien)
Merveilleux Savinien ! Je remets son portrait ci-dessous : le pur type d’un Gaulois authentique.

Les rationalistes comme Vincent Peillon reprochent aux sentimentaux genre Chrétiens d’être des « réactionnaires » ou des « traditionalistes » qui pleurent un paradis perdu genre « c’était mieux avant », alors qu’eux mêmes proposent un monde de laïcité selon leurs opinions sur un paradis... à venir, comme ce que proposent les Yahvistes : « le Royaume de Dieu (juif) sur Terre », le royaume du fric oui 


cyrano.jpg
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-10-2013 01:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >