Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Triomphe de l’anus et de Pierre Bergé
Triomphe de l’anus et de Pierre Bergé Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-11-2013 22:16

Pages vues : 6853    

Favoris : 511

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
manif_mariage_pour_tousnsa.jpg
 
 
Triomphe de l’anus et de Pierre Bergé
Sous François Hollande : triomphe de la perversité
Triomphe du freudisme et de ses juiveries hygiénistes.
On inverse tout dans un satanisme absolu
ce qu’avaient bien compris et pratiqués les Juifs bolcheviques
et leur révolution de 1917

Pénétrez-vous les uns les autres !


Nouvelle trinité franc-maçonnique :
Athée, Illettré, LGBT
 
 
RAPPEL : Sigmund Freud couchait avec sa femme, avec la sœur de sa femme, en accord avec sa propre femme. Puis il couche avec sa fille, qui est lesbienne. Freud était un drogué à la cocaïne, un pratiquant de la tournette des tables (spiritisme à la mode de son temps en cette fin du 19è siècle). Freud était aussi franc-maçon. Freud est la référence de Vincent Peillon.
Freud est un adepte du pipi-caca mais dans le mauvais sens si je puis écrire ! Pour lui les impulsions instinctives sont la « raison », qui maintient et gouvernent toute la vie des individus et des sociétés, et avec elle « nous parvenons au mystère central de la vie de l’esprit et de la société ! », cela donnera en partie le socialisme ou communisme. Nous sommes là dans du béhaviorisme pur et un début de société de consommation. D’ailleurs le neveu de Freud est un certain Edward Bernays. Freud et Bernays deviennent les « programmateurs » des humains, à cela s’ajoutera l’industrie du renseignement, dont la désormais célèbre NSA ...
 
Comme nombre de Juifs, Freud savait se mettre en spectacle. Il arriva à remuer la merde des humains car il ne savait parler que de cela, des bas instincts. Il mit le mental, la raison sous la tutelle : Flectere si nequeo superos, acheronta movebo, phrase de l’Énéide (VII 312) [Si je ne peux pas plier le ciel, l'enfer se déplacera], qui devint sa devise. Il l’interpréta à sa manière et l’inscrivit en exergue de son livre sur les rêves : Traumdeutung. Ne pouvant pas toucher les paliers supérieurs de l’humain, il se contenta d’en remuer le « sous-sol », d’où son expression de « libido » ; et en bon Juif il fit son business là-dessus en vendant son job sous copyright : « Psychanalyse », ça faisait plus scientifique. Et on retrouve presque notre actuel « mariage gay » ou du n’importe quoi avec un Freud célébrant le mariage de son opinion avec une « méthode » de psychothérapie. Le mal était fait, la « psychanalyse » se répandit comme un virus, et jusqu’à aujourd’hui. Avec la « libido » nous entrions un peu plus dans l’homme-machine et le transhumanisme, bref, la mécanisation de l’humain, dont le charbon est devenu le fric.

Avec Freud nous avons Alfred Kinsey, le « prof d’éducation sexuelle » à l’école. Là arrive une graine de la société industrielle et productiviste née au 19è siècle. Ce siècle où on était obsédé par l’hygiène, le rationnel et la « science » (voir l’intérieur des bouquins de la maffia des encyclopédistes de tous bords, y compris Le Robert).
Alfred Kinsey a été financé par les Rockefeller. Il en était tellement joyeux qu’il se précipita dans sa cave et il se pendit par les Couilles. Donc à partir de ce moment on peu dire que la masturbation n’est plus une « maladie mortelle » comme le véhiculait nombre d’hygiénistes au long du 19è siècle. Pourtant elle peut devenir mortelle : il y en a un qui s’est pendu par les Couilles et qui en est mort : l’acteur David Carradine. Il voulait probablement « s’allonger les Couilles » genre sextoys comme les cockring et les ballstretcher... Attention : danger de priapisme (érection permanente et douloureuse mais sans excitation sexuelle qui peut conduire à la gangrène du pénis !). Dans ce monde duel le contraire du plaisir c’est la douleur !
Mais pire : l’éducation sexuelle dans les écoles permet aux adultes d’avoir de faciles relations sexuelles avec des enfants. La pédérastie peut être ainsi encouragée, c’est la porte ouverte à nombre de perversions.
PÉDÉRASTIE : « commerce » charnel d’un adulte avec un jeune garçon, ou un enfant. Aujourd’hui on dit « pédophile ». Par dérivation abusive ça désigne aussi toute pratique sexuelle entre deux hommes ou deux femmes.
L’éducation sexuelle des enfants le plus tôt possible a un avantage considérable : les adultes peuvent baiser avec eux sans trop de réticences de la part des enfants ! Toujours le profit, l’immédiateté ma bonne dame...

Avec le tranhumanisme et Vincent Peillon et son François Hollande, votre papa pourra désormais porter une robe, et votre maman un jeans. Le rose sera pour les garçons et le bleu pour les filles. Le zizi sera pour les filles et le vagin pour les garçons. L’égalité franc-maçonnique sera la disparition des sexes. Si ce n’est pas du transhumanisme je suis Dieu !
Quelle modernité, quelle égalité, quelle liberté, quelle fraternité !!! Et par la même quel bénéfice pour la religion universelle des Couilles en Or. Parce qu’aujourd’hui on en revient toujours à ça : le libéralisme de la FINANCE. Une maman c’est une contrainte, alors bientôt les bébés en éprouvettes. On y vient, on y vient tout doucement et sournoisement à ce transhumanisme, à cette religion de l’homme.

Qui dit disparition des sexes dit tout simplement l’application du système des Juifs et de leur « Royaume de Dieu ‘juif’ sur Terre » : les lendemains qui chantent, ou Demain On Rase Gratis (DORG), et on s’encule tous.
Depuis 1789 c’est le triomphe de l’individualisation... de la personnalité... sur Terre. Ce fait à lui seul prouve l’anti-tradition de notre société. Le « alité » de personnalité ne signifie « dans le lit » que par dérivation (le résultat, le symptôme qui est pris pour la cause, comme la médecine de Big Pharma non traditionnelle, qui n’est pas traditionnelle mais CONVENTIONNELLE, donc d’OPINION. Alité signifie privé de lit : A-lité, du A privatif... Et à propos de médecin « conventionnel » donc par opinion : « Nous connaissons la matière par pur pragmatisme scientifique, mais nous ne la « savons » pas. Notre corps physique, nous le « savons »  si peu, que nous avons recours à des médecins quand il ne tourne pas rond, et le médecin lui-même ne « sait » pas. La science médicale est un pur pragmatisme » dit Jean Coulonval avec raison, dans : Synthèse et Temps Nouveaux.
Le vrai être humain, la Père-sonne, est création naturelle : « Je suis CE JE SUIS ».
Aujourd’hui nous avons de plus en plus à faire à une société en voie de formation en satanisme absolu.

La dernière mode républicaine pour « lutter contre l’homophobie » :
Sous le second empire où règne non seulement un empereur mais aussi les banques juives, il triomphe déjà l’anus, ou plutôt la bite grâce à la construction des urinoirs publiques installés par exemple dans un bosquet des Champs-Élysées : huit stalles sur deux rangées avec un réverbère à chaque extrémité ; place du Palais-Royal en une rotonde hexagonale ; sur les boulevards en deux loges affrontées. Ces lieux sont des lieux de dragues homosexuelles et très dangereuses lorsque la nuit vient. Les jeunes prostitués y racolent et les pickpockets y fourmillent. Il n’est pas recommandé d’engager la conversation et de faire un bout de promenade, le soir, dans certains coins de la capitale, avec un jeune homme qui soudain s’arrête prétextant un besoin naturel pressant. C’est alors que surgissent de faux agents qui pratiquent une tentative de chantage, car à cette époque de la morale bourgeoise triomphante la « respectabilité » n’a pas de prix... C'est pour ça qu'on parle de « gens de bien »...

Ce sont les cabinets des Halles qui sont le haut lieux de la prostitution masculine sous le second empire.
Dès 21 h, une foule d’hommes s’y précipite malgré les arrestations quotidiennes pour attentats à la pudeur. Encore aujourd’hui certains hommes fonctionnent au « Un mec chaque soir », c’est comme une drogue. Ces lieux d’aisance sont des boxes séparés par des cloisons en brique percées de part en part malgré les travaux fréquents de l’administration qui finira par employer un blindage en fonte : quinze jours plus tard il était taraudé [début des « glory hole » ?]. « La cohue des « antiphysiques » se presse ici toute la nuit, bien que se heurtant à l’hostilité des forts des Halles : à minuit, à l’heure de leur prise de service, ils donnent la chasse aux homosexuels et les battent ». (Réf. Roger-Henri Guerrand : Les Lieux - Histoire des commodités).

La mode de la théorie du genre n’était pas encore à la mode.
La Vraie liberté sexuelle ne supporta AUCUNE CLASSIFICATION « homo » et « hétéro », AUCUNE ÉTIQUETTE.

En voiture pour la pensée unique façon Union Soviétique, avec le Petit-Père-des-Peuples représenté par la « république » franc-maçonnique.

« Sale pédé » lancé parfois dans les cours de récréation des écoles du maçon Jules Ferry ça choque le maçon Vincent Peillon, mais « Nique ta mère c’est la fête des mères », ou « sur le Coran, on va leur tirer d’dans », ou « trempe ta bite dans l’eau bénite », ou des appels au meurtre ça ne le choque pas, ce n’est pas un problème ! La quantité de blasphèmes déversé dans la cervelle des enfants ne lui pose pas de problème.
De toute façon les « révoltes » chantées par un certain rap français sont des révoltes de cabinet, de pipi-caca, des trucs simplement commerciales dans la mode qui fait vendre et acheté par des ados manipulés à fond, et en perdition. Il faut savoir qu’aujourd’hui de religion du fric tout est récupéré. Dans le rap c’est plutôt la maman qui est en danger... D’où la mode de la théorie du genre bien dans le système du transhumanisme !

Pour le Peillon on va financer le système pour les empêcher de se traiter de pédé dans les cours de récré ! Monde de cinglés qui ne voit pas que le drame est beaucoup beaucoup beaucoup plus grave. Le fondement de l’être humain est à revoir totalement.

HOMOPHOBIE : la peur de l’homme (Homo et phobie, peur, dégoût) ; à ne pas confondre avec HOMOS : SEMBLABLE (Homéos, Homéopathie, les semblables par les semblables ou analogie). Et pas : « qui éprouve de l’aversion pour les homosexuels » comme l’écrit le dictionnaire Le Robert. Un terme d’ailleurs de 1977, ce qui n’a rien d’étonnant !!!
Tout, absolument tout est en train de s’inverser, de se fausser, de se virtualiser, en faite d’être l’œuvre du Diable qui inverse tout, le Diable étant certains êtres humains. Mais c’est plus compliqué, maintenant plus subtile qu’un simple manichéisme.

Traiter l’autre de pédé sera une hérésie aussi importante que celle de l’Ancien Régime sous les Chrétiens. Ce qui prouve que cette théorie du genre est bien UNE MODE, et lié au FRIC et au Diable.
 
 
« Les façons de se sentir bien ou mal dans sa peau sur le plan de la vie sensible [dans le spatio-temporel] sont indéfiniment diverses, in-copiables. À chacun de savoir l’Être qu’il veut devenir [Je suis CE JE SUIS]. « Meurs et devient », dixit Goethe. C’est une profonde erreur de croire qu’elle peuvent être uniformisées, et c’est pourtant de cette illusion que naît une certaine conception de l’éducation des hommes par l’uniformisation des choses qu’on donne à digérer, à vivre sur le plan sensible. La même soupe pour tout le monde. « C’est pas d’la soupe, c’est du rata. C’est pas d’la merde mais ça viendra »... Et la merde vient vite. L’illusion ne dure pas longtemps. Il y a toujours des Soljnitsyne. La recherche de l’uniformité des choses qu’on donne à sentir, à vivre, ne peut tendre qu’à l’uniformité des psychismes individuels, impossible à atteindre, et non pas à la vie spirituelle.
La qualité, qui est de l’ordre de l’infini, ne peut être engendrée par la quantité qui est de nature indéfinie, jamais achevée [la fameuse ‘croissance’]. Une telle méthode conduit à la société-fourmilière, où n’est tolérée aucune liberté individuelle vers la recherche de l’infini spirituel. Elle multiplie, cumule les individus pour en faire un troupeau, mais refuse les personnes, c’est-à-dire les hommes dans le sens qualitatif. La liberté n’existe alors que pour celui qui décide de ce qui devra être vécu et senti uniformément par tout le monde [aujourd’hui et depuis longtemps ce sont les Juifs et leur finance internationale], mais c’est la liberté de Satan qui ne cherche pas à libérer les âmes mais à les POSSÉDER. C’est l’erreur, le péché du communisme russe que dénonce Soljénitsyne, et qui n’est que la maturité d’un mal qui a sa source, son germe, dans un Occident prétendu de civilisation chrétienne ».
(Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux)

Magnifique, tout est dit.

Je peux ajouter ce que dis Jean Coulonval de la « foi » de beaucoup de prétendus Chrétiens : « La foi par conditionnement éducatif se fait une idée de Dieu à partir du temporel [c’est donc une opinion]. La foi directe, qu’il est préférable d’appeler « Connaissance », voit au contraire le temporel à partir de Dieu, et le repense [On part toujours de l’intérieur pour aller vers l’extérieur] ».
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 03-11-2013 04:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >