Accueil arrow News arrow Dernières news arrow LAÏCITÉ, TOTALITARISME DÉGUISÉ
LAÏCITÉ, TOTALITARISME DÉGUISÉ Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-11-2013 00:45

Pages vues : 4029    

Favoris : 488

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
idee58masereel.jpg
 
 
LAÏCITÉ, TOTALITARISME DÉGUISÉ
Il en est même de ce qu’on nomme aujourd’hui « démocratie »
.
 
 
JE SUIS un trou noir
 
 
Voir aussi la page : LAÏCITÉ DÉFINITION

La laïcité à la française remplace la catholicité à la française, comme le résume Émile Poulat. Il ajoute que c’est un confessionalisme retourné, je dirais comme le socialisme qui est un catholicisme à l’envers, comme un cuivre repoussé. La laïcité est une culture issue de 1789 qui possède un code non écrit d’une extrême subtilité (puisque c’est franc-maçonnique) qu’il faut, premièrement, maîtriser et, deuxièmement, décoder.
Vue le nombre d’habitants sur Terre et la façon monstrueuse dont s’est développé la « civilisation » depuis l’après 1789, nous y sommes dans le totalitarisme. Il est maintenant DÉGUISÉ, SOURNOIS mais bien présent. Certains parlent de « totalitarisme inversé », exactement comme ce qu’écrivait Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : Ce sont les accidents du monde spatio-temporel qui engendrent les essences (1). Le socialisme ou communisme est une catholicité en creux, à l’envers, et maintenant il ne tourne plus autour d’un démiurge genre Staline ou Hitler façon chef ou meneur charismatique. Comme la franc-maçonnerie spéculative caché et atteinte par le pouvoir, le NOUVEAU DÉMIURGE EST CACHÉ, ANONYME, ça fait plus égalitaire. On a une sorte d’État corporatif avec des dirigeants qui interrogés par quelques médias répondront toujours qu’ils travaillent « pour le peuple », pour les autres, et qu’ils sont « démocrates » ou « républicains ». Ces anonymes ou à peine connu prétendent défendre les systèmes parlementaires et les constitutions, et les « valeurs » républicaines, que bien-sût ils salopent autant qu’ils peuvent puisqu’ils sont à la manœuvre et disposent de tous les leviers de la machinerie. Par là même ils détruisent l’illusion démocratique.
 
La machine « Union Européenne » est déjà du totalitarisme à l’envers : le peuple n’a plus son mot à dire. Et dans ce qu’il reste des nations les politiques professionnels sont élu dans la mascarade « suffrage universel ». Mascarade parce les vrais tireurs de ficelles sont les banque ou les divers lobbys en réseaux avec toutes les grandes capitales du monde.

La corporation des médias contrôle l’opinion, tout ce que nous lisons, regardons et écoutons. C’est ça la pensée unique du totalitarisme à l’envers qui se nomme encore « démocratie ». Opinion qu’on appelle aussi « culture de masse », et détenue par des usines à faire du fric genre Hollywood. Ces usines à cauchemars font en plus des sondages pour mieux appâter le pauvre esclave de la société de consommation.

Dans les régimes totalitaires classiques, genre socialisme soviétique ou nazisme, l’économie était subordonnée à la politique : pouvoir politique et économique ne faisaient qu’un, et exit le pouvoir spirituel.
Sous le totalitarisme à l’envers, c’est le fric, le pouvoir économique domine la politique, et c’est la que commence véritablement la religion, et cruelle, guerrière, sauvage : une anti-religion, une religion satanique absolue comme il n’en a jamais existé auparavant dans l’histoire humaine.
Ce totalitarisme à l’envers encore appelé « démocratie » exerce un pouvoir aussi total que celui de Staline, mais beaucoup plus subtilement que le Goulag institué et monté en système économique par Staline et destiné à inspirer la terreur, comme copiant la terreur instituée par les républicains de 1789. Le nouveau totalitarisme à l’envers a le formidable outil de la folie technologie actuelle : la télévision et l’informatique et son binaire, dont je ne répéterais jamais assez qu’il faut la fuir, si on en a le courage, ou seulement s'en servir un minimum. Comme sous les litanies du socialisme à la soviétique, la même culture de masse ou opinion inculque une obsession de la consommation, un état compulsif de malade mental qu’on peut observer chez les malheureux possesseurs de téléphones portables. Évidemment le totalitarisme à l’envers laisse faire, encourage la consommation au nom de fournir du travail aux esclaves dans leurs usines et bureaux (la croissance).
Le nouveau pouvoir n’envoie plus au Goulag les dissidents, tant qu’ils restent inefficaces. Par contre il démantèle la base manufacturière, dévaste les communautés, déclenche des vagues de misère et envoie des emplois dans des pays où des tyrans savent garder les travailleurs en les nourrissant « au lance-pierres ». Et ces nouveaux Staline parlent encore de « démocratie », de « croissance », de l’air de dire que la trinité franc-maçonnique de liberté-égalité-fraternité fonctionne parfaitement, tout baigne, le « pouvoir d’achat » se rétablit pour consommer ; et celui qui ne consomme pas, peut-être que dans l’avenir c’est lui qui sera envoyé dans un Goulag en « rééducation » républicaine maçonnique...

Ce nouveau totalitarisme utilise donc la technologie et le virtuel, le faux et l’illusion. La démocratie étant l’art d’obtenir du consensus de la part des citoyens ou habitants des cités.
Inévitablement le totalitarisme à l’envers encore très doux finira par se transformer en un totalitarisme stalinien beaucoup plus dur, beaucoup plus froid, technologie et robots obligent, et capitalo-socialisme oblige aussi.
Pour échapper à ça, seuls de petits pays d’un maximum de 10.000 habitants et totalement autonomes sera nécessaire. Donc il y aura à lutter contre toute forme d’étatisme. Il faudra réaliser le Soi ou Instant, donc abandonner son ego et être solidaire et extrêmement attentif aux autres. L’individualisme (le soi avec un s minuscule) obligé par 1789 est devenir le pire fléau pour amener ce totalitarisme à l’envers, où d’honnêtes citoyens et père de famille peuvent se transformer en bourreaux et en pires criminels. 1789 utilisa la peur et le plaisir, soit la carotte et le bâton pour contrôler les populations et empêcher tout développement spirituel, tout développement de la PERSONNE.

La vie sur cette planète ne pourra continuer que lorsqu’on sortira de la dualité mortifère winner-loser ou riche-pauvre, et ensuite par la réalisation du Soi ou Instant : Je suis CE JE SUIS. Chacun est un être divin, et n’est que de passage sur cette planète bleue. Alors en cette ère de matérialisme fou, il ne faut pas tomber dans le renforcement de l’ego, ce que dénonce par exemple Ramana Maharshi, car il est très facile de se prendre pour un winner en croyant super de se développer spirituellement, comme un sportif, alors qu’en fait on use de « techniques » spirituelles qui ne font que renforcer l’ego ! Certain appellent ça « matérialisme spirituel », je peux aussi le nommer « Royaume de Dieu (juif) sur Terre ».
Ramana Maharshi explique à l’entretien 427 le piège du « matérialisme spirituel » : « Les gens voient le monde. la perception implique l’existence de celui qui voit et du visible. Les objets sont étrangers à celui qui voit [sujet et objet]. Celui qui voit est intime, car il est le Soi [Instant]. Cependant, les gens ne cherchent pas à découvrir celui qui voit dont l’existence est évidente, mais préfère courir çà et là et analyser le visible [surtout avec la ‘raison’, certains parlent aussi de ‘discernement’, de Di : division]. Plus le mental s’accroit, plus il s’éloigne, rendant la réalisation du Soi difficile et compliquée. L’homme doit voir directement celui qui voit et réaliser le Soi ». C’est ce que dit plus bas Jean Coulonval en citant le : « Qui perd sa vie la gagne », je peux ajouter que qui gagne du temps le perd ! Donc être nu, DANS L’INSTANT.
Dans le même entretien Ramana Maharshi précise cette erreur, que par exemple commettent les judéo-francs-maçons spéculatifs voulant posséder la vérité : faire la synthèse de tous les phénomènes, ou « sortir de l’Univers » pour l’examiner. « Pourquoi cherchez-vous les phénomènes en considération ? Cherchez qui est celui qui les voit. Établir une synthèse signifie engager le mental dans d’autres poursuites [comme le matérialisme spirituel]. Ce n’est pas la voie vers la Réalisation ».

Le « matérialisme spirituel », qui rejoins la mode du coaching et est aussi une forme de business, est une incapacité de s’aider soi-même, alors on va chercher une aide extérieure pour qu’elle aide à aider le monde...

RAPPEL :
le TAO (l’Instant, la Voie, le Soi) produit la différentiation : la naissance et la destruction. Chaque être devient un individu, un sujet-objet : le sujet dépend de l’objet. Tout ce qui naît doit mourir. Aussi la Félicité est de considérer ce qui a forme comme ce qui n’a pas de forme, afin d’abolir la dualité sujet-objet.
Dès qu’il y a naissance il y a ego, donc individualité et libre arbitre. Ramana Maharshi à l’entretien 426 explique qu’il faut chercher pour qui le libre arbitre ou le destin a de l’importance, et demeurer en cela. Alors sujet et objet sont transcendés.

Il ne faut jamais oublier que l’actuelle opinion dominante et sa pensée unique vient de l’empire anglo-saxon où le winner est le dogme central : croissance et possession et fièvre du copyright, on « s’enrichie avec tout, y compris avec la ‘culture’ ». Tout cela sont des systèmes, donc des pièges à cons. Pour être bien propre en soi il faudrait faire le VIDE, renoncer à TOUT, donc renoncer à être « inséré » dans un corps social, comme renoncer à « exister », à « compter » pour être un mouton du système, un numéro de sécurité sociale. En d’autres mots/maux être comme un bagnard marqué au fer rouge sous l’Ancien régime et indiquant sa « mort civile ». « Le Christ a dit : « Qui perd sa vie la gagne ». Mais que c’est dur. Il faudra bien qu’un jour ce ne soit plus vrai... » écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux.



Note.
1. Définition des ESSENCES, par Tchouang-tseu : « La terrasse de l’âme est dirigée par quelque chose. Mais personne ne connaît ce par quoi elle est dirigée et ne peut donc la diriger ».
Cela correspond au TAO, au Soi ou Instant : le centre est partout et la circonférence nulle part. D’autres parlent de « trou noir ». À savoir une transcendance (en Haut ou contenant, le Vase) englobante ne pouvant pas posséder une infinité de diversités distinctes qui caractérise l’immanence (en bas ou contenu) projetée en elle. Par exemple le Yi King est du thème du TAO : une immanence dans une transcendance. Pour pouvoir observer l’Univers il faudrait pouvoir en sortir : sortir de TOUS les trous noirs possibles, de TOUS les Instants possibles, de TOUS les Univers possibles ; chose naturellement impossible car on ne peut pas « dépasser » ce qui est infini ! ON Y EST INTÉGRÉ : L'INSTANT. Ce qui est Vide, et éternel, et aussi bien vers l’infiniment grand que vers l’infiniment petit. La Force est intérieure et non extérieure. Nous ne sommes plus dans la thermodynamique, ce « Satan » extérieur...


[En haut de page : gravure de Frans Masereel pour l’Idée, représentée sous la forme d’une jeune femme nue]
 
 

Dernière mise à jour : 07-11-2013 01:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >