Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Hommage à la Ronde, la Roue, le Trou
Hommage à la Ronde, la Roue, le Trou Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-12-2013 23:45

Pages vues : 3418    

Favoris : 375

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
fond_pointm1.jpg
 
 
Hommage à la Ronde, la Roue, le Trou
Pique, Point Focal
 
 
Ce qui pique énonce une vérité : trouvère-trouver-trou ou INSTANT, le GRAIN
 
 
 
 
Le Trou, le Point Focal de l’Instant ou du Soi est un PASSAGE, un MOUVEMENT, une FIXATION CAVALANTE (ROTA, RYTHME) : pas de but à atteindre ou fixation pure, que du CYCLE. On ne fait pas d’un but une amitié ou un amour envers une personne, l’Amour vrai est une Fixation Cavalante à travers une Stargate. On ne peut pas « posséder » l’autre.
Ainsi il n’y a pas pire prison que la flatterie pour s’acheter l’autre, Flatterie : de coup (flat) et abattre, jeter à terre, précipiter (flatir), être apprécié par l’autre ou chercher son appréciation, chercher les bravos du public est la prison de l’égoïsme, une prison en forme de pouvoir, en développant encore plus l’égo de sa nature. Le flatteur est un malade mental déguisé. Flatter c’est flétrir l’autre comme la plante se flétrie faute d’eau. Mieux vaut avoir un compagnon ou une compagne antipathique ! Car son chemin ON LE FAIT SEUL puisque chacun est l’Instant et pas celui du voisin !!!
Comme dans la chanson d’Elvis Presley : You’ll Never Walk Alone, l’autonomie étant l’Instant, être seul, mais en apparence seulement :
« Marche seul, marche seul
Avec des souhaits dans le cœur
Et tu ne marcheras jamais seul ».

On ne tue pas l’ego, il est le fondement de l’Être : « Je suis CE JE SUIS », l’Être authentique :
« Car qu’est-ce un homme, que possède-t-il ?
S’il ne se possède pas lui-même.
Alors il n’a pas à dire ce qu’il ressent vraiment.
... J’ai vécu à ma manière
(My Way, Elvis avant sa mort)

ÊTRE, le ‘Je’, c’est devenir l’Axe, comme le dolmen ou le menhir (voir en fin d’article).
ÊTRE c’est dompter l’ego ou mental : spontanéité, et non calculs ou déguisements ou conduites trompeuses. ÊTRE c’est la Félicité, la Joie.
« Quelle que soit la chose que nous avons décidé de faire, persévérons jusqu’à ce que l’absurde ou la lumière de Dieu nous délivre et nous rende libres dans l’acte et dans le repos ». (Louis Cattiaux)
 
 
La RONCE :
“ Qu’est-ce qui est toujours ? “ - “ l’espace, l’éternel, le sans parents “ - “ Qu’est-ce qui fut toujours ? “ - “ le germe dans la racine “.
“ Qu’est-ce qui, sans cesse, va et vient ? “ - “ le grand Souffle “.
“ Il y a donc trois Éternels ? “ - “ Non, les trois sont un. Ce qui est toujours est un, ce qui fut toujours est un, ce qui est et devient sans cesse est un aussi : et c’est l’Espace “.........
(La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, Préface)

Page d’archive préhistorique.
Un manuscrit archaïque - assemblage de feuilles de palmier rendues, par quelque procédé inconnu, inaltérables à l’eau, au feu et à l’air - se trouve sous les yeux de l’auteur. Sur la premier page l’on voit un disque blanc immaculé, sur fond noir.
Sur la suivante, il y a un disque semblable, avec un point au centre. L’étudiant sait que le premier représente le Cosmos dans l’Éternité, avant le réveil de l’Énergie encore assoupie, émanation de l’Univers en des systèmes postérieurs. Le point dans le cercle jusqu’alors immaculé, l’Espace et l’Éternité en “ repos “, indique l’aurore de la différenciation. C’est le Point dans l’Œuf du Monde, le Germe qu’il contient deviendra l’Univers, le Tout, le Cosmos illimité et périodique, ce Germe étant périodiquement et tour à tour latent et actif.
Le cercle unique est l’Unité divine, dont tout procède, où tout retourne : sa circonférence, symbole forcément limité de par les limites de l’esprit humain, indique la PRÉSENCE abstraite, à jamais inconnaissable, et son plan, l’Âme Universelle, bien que les deux ne fassent qu’un. La surface du disque est blanche et le fond est noir : cela montre clairement que ce plan est la seule connaissance qui soit accessible à l’homme.
(D’après La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, début de la Préface)

Un est le Tout :
1. Sommeille dans les Minéraux
2. Respire dans les Plantes
3. Rêve dans les Animaux
4. S’éveille dans l’Homme

La Ronce c’est Baal et le Message éternel des Cultes de la Vie opposé aux Cultes du Yahvé des Juifs et de la Soumission. La Ronce c’est Elvis Presley, Michael Jackson, beaucoup d’autres et moi-même. On ne « classe » pas, on ne « normalise » pas la Ronce, on ne normalise pas l’infinité de variations de la Nature comme les Ronces, comme les humains, comme les Cailloux, formant une infinie de variétés de formes. Plus de 2000 « espèces » de Ronces ont été décrites en Europe !

Les Ronces et les Framboisiers sont du thème des Rosacées : présence de nombreuses carpelles à un seul ovule portés par un réceptacle bombé. Mûres et Framboises sont de véritables fruits, au sens stricte. Chaque graine (pépin) est entouré d’une chair juteuse. Les fleurs des Ronces ont l’organisation classique des Rosacées : 5 sépales (enveloppe et terminaison) et 5 pétales séparés ; étamines (éléments de la partie mâle) nombreuses attachées aux sépales. Feuilles découpées : 3 à 7 folioles (petites feuilles) partant d’un même point chez les Ronces, opposées le long de la nervure principale chez le Framboisier.

Rien de plus vivace que la Ronce à tiges bisannuelles, seulement feuillue la première année, florifère et fructifère la seconde, après, elles se dessèchent. Répandues partout dans les friches, les haies, les sous-bois, très envahissantes, elles peuvent renaître d’un simple fragment de racine oublié, rien de plus symbolique de la force de la Vie que la ronce.
La ronce a des fruits noirs (Rubus fruticosus), et des fruits couverts d’une pruine bleuâtre (Rubus cœsius).

La Mûre est un de nos meilleurs fruits sauvages, que devaient beaucoup manger nos Grand Ancêtres les Chasseurs-Cueilleurs. On connait tous les confitures de Mûres, en gelées, en sirop. Ces préparations sont saines et bénéfiques pour les intestins : combattre les diarrhées, aussi elles ne sont pas conseillées à ceux prédisposés à la constipation. Autrefois on faisait du vin de Mûres en traitant le suc exprimé des fruits à la manière du moût de raisin ; on en tirait une excellente eau-de-vie.
Bien-sûr il existe le sirop de Framboise...
On obtient un breuvage voisin du Thé en faisant infuser des feuilles de Ronce pulvérisée dans de l’eau bouillante : une pincée par tasse (recommandable aux diabétiques).
Dans quelques pays de montagne les Paysans débarrassent les tiges de Ronce des épines, ils fendent les tiges pour lier la paille de seigle (glui) en torsade dans la fabrication de paniers, de plateaux et de ruches.

Les feuilles de Ronce sont très riches en tanin, sont astringentes. Leur décotion à 2 ou 3% : bouillir 2 mn, infuser 10 mn, 3 à 4 tasses par jour, est utile contre les diarrhées, la dysenterie, la gastrite, en métrorragie. Le sirop de Ronce en cuisant le suc frais des Mûres avec le double de son poids en sucre est parfait contre la dysenterie des enfants (3 à 4 cuillères à soupe par jour).

Quoi de mieux que les ÉPINES pour exprimer le POINT FOCALE, L’INSTANT. Le Jésus de Nazareth fut couronné d’une couronne d’épines ! À la fois émetteur et récepteur. Donc une couronne bardée de Points Focaux !! L’épine EST LE PASSAGE, LA STARGATE, la ROTA, le mariage du Ciel et de la Terre, le POINT FÉCONDÉ, celui dans l’Œuf du monde comme indiqué plus haut dans la « Page d’archive préhistorique ».
En Chine, les flèches, épines volantes étaient des armes pour expulser maladies : genre « percer l’abcès », dégonfler le problème, etc. Bref, on fait un PASSAGE. En Occident et chez les Chrétiens l’épine évoque, comme la Ronce, ce qui n’est pas domestiqué, ce qui ne rentre pas dans la norme, dans la « civilisation », comme Elvis Presley et Michael Jackson qui ne rentrèrent pas dans la norme malgré les apparences toujours si trompeuses, surtout avec une tripotée de faux rebelles médiatiques : tout ceux des « révolutions oranges », orange couleur du système du Nouvel Ordre Mondial et des i-machins. L’épine représente la terre vierge, non labourée par les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture.
Enfin, menhirs et dolmens ou Pierres levées sont des Points Focaux, des Stargates en forme de Points d’Acupuncture régulateurs, parce qu’AXIAL, et solaire dans le sens de la Stargate : rayonnement au-delà de... vers l’Ailleurs...

Quant à l’Ortie, depuis l’origine du monde cette plante est la compagne de l’humain, car les Orties suivent l’humain partout, elles poussent littéralement sur ses traces, jusque sur les balcons de villes comme Paris. Partout où il y a des Pierres dressées, il y a des Orties. L’Ortie bouffe même le métal : « elle contribue à débarrasser le sol de son excès en fer car elle élabore l’oxyde de fer libre » (cité par Pierre Lieutaghi : Le Livre des Bonnes Herbes, dont je fais référence ici sur l’Ortie et la Ronce).
L’Ortie n’est JAMAIS ennemi de l’humain. D’ailleurs, combien de livres ont été écrit à la gloire de l’Ortie : un nombre incalculable qui louaient ses propriétés médicinales, industrielles (tissus) et alimentaire, toutes propriétés si négligées de nos jours.

L’ORTIE est du même thème que la Ronce. Quoi de plus libre que ces deux plantes ! On ne dompte pas, on ne domestique pas, on ne « civilise » pas ces deux plantes qui semblent encore déranger des êtres « responsables » (des adultes contaminés de pouvoir).
Ensuite, l’Ortie comme la Ronce et leurs épées sont forts : ils mettent en gardent : chacun fait seul son chemin ; de même Ortie et Ronce renvoient l’impulsif de l’exubérance de leur vivacité. Sauvages comme le Tigre et le lion ils griffent.
Le Pique, le Point Focal renvoie au CHAS de l’aiguille et au son du mot CHAT et CHATTE : la femme. Chas et Châsse (coffre où l’on garde les reliques d’un saint).

Enfin, je suis LA RONCE et L’ORTIE. JE PIQUE. Le Pique de l’épée dans la guerre intérieure contre le mental, le Pique du Feu de la Croisel ou Point Focal : Croisel ou lampe à quatre lobes rappelant la forme de la Croix dans par exemple la Voie Sèche en Alchimie ou travail au CREUSET-CROISEL : TRAVAIL AUX POINTS.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 21-12-2013 01:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >