Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Yahvistes = Haine Zizanie et Pouvoir
Yahvistes = Haine Zizanie et Pouvoir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-01-2014 23:04

Pages vues : 4178    

Favoris : 494

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
 Yahvistes = Haine Zizanie et Pouvoir
 
 
Drame du cancer du pouvoir et de la soumission (à Yahvé).
Drame de ce monde = destruction par les Yahvistes de la culture du polythéisme ou des Païens. À l’arrivée des Yahvistes au pays de Canaan commence la saga : judaïsme, chrétienté, puis judéo-franc-maçonnerie qui deviendra spéculative en 1717 à Londres.

Le drame occidental actuel vient de la destruction des Païens par l’arrivée en Palestine d’un nouveau type d’expérience religieuse, celui des Hébreux. Cela produira de violentes tensions avec la vieille et traditionnelle religiosité cosmique. La Palestine de nos nos jours est bouffé par les sionistes et leur État hébreux.
Les envahisseurs hébraïques de la Palestine se sédentarisent puisque déjà pratiquant la voie de l’Agriculture, et donc développant une organisation urbaine en se sédentarisant. Pendant des siècles d’autres immigrants s’infiltrent dans la région et les échanges avec les pays voisins se multiplient, surtout avec l’Égypte.
Par la suite la société de l’Âge du Bronze est ruinée par l’irruption d’une population sémitique : les Amorites, guerriers semi-nomades, agriculteurs par intermittence, mais surtout pasteurs (proches des Chasseurs-Cueilleurs). C’est à ce moment là que commence une sorte de lutte entre « le rat des villes et le rat des champ », soit entre ceux qui ne connaissaient pas encore la voie de l’Agriculture et ceux qui la connaissait ; les jalousies du confort et de l’opulence de cette « première technologie et civilistion » et les terrains cultivés excitaient la jalousie. Ce processus de lutte perdura jusqu’à environ 2000 ans avant notre ère, lorsque les Yahvistes commencèrent à pénétrer en Canaan et à vouloir prendre le pouvoir sur l’Ancienne religion cosmique de Canaan. Le pays de Canaan correspond en gros à l’actuelle Palestine, donc l’actuel conflit dure plus ou moins depuis plus de 4000 ans !

C’est donc à ce moment de pénétration en Palestine des peuples adorant un Dieu unique (Yahvé, divinité d’Israël se voulant « Dieu unique ») qu’arrive quasiment la première guerre de religion, et de taille ! entre les partisans de Baal ou spiritualité cosmique de la Nature et la divinité des Yahvistes.
 
ZIZANIE (HAINE) : fin du 13è siècle, du grec zizanio, d’origine sémitique (akkadien, hébreu, arabe, araméen, punique, cananéen, phénicien). Semer la Zizanie : parasiter, DIVISER POUR AVOIR RAISON, faire naître la discorde, la cacophonie, attendre que les combattants s’entretuent et gagner lâchement en ne participant pas.
Le peuple élu sème la Zizanie : « Vous abolirez tous les lieux où les peuples que vous dépossédez auront servi leurs Dieux, sur les hautes montagnes, sur les collines, sous tout arbre verdoyant. Vous démolirez leurs autels, briserez leurs stèles ; leurs pieux sacré, vous brûlerez, les images sculptés de leurs Dieux, vous les abattrez, et vous abolirez leur nom en ce lieu ». (Code deutéronomique 12 2-3)
« Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme, mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui souille l’homme » (Matthieu 15 11).
SEMER LA ZIZANIE, voilà ce que fait le gouvernement français de Monsieur Bricoleur (comme l’appel Prorussia TV).
Le racisme et la haine sont source directe des Yahvistes. Ils doivent s’en prendre à eux-mêmes et à leur idée de « peuple élu », c’est cela leur cancer ou mondialisme.




Maintenant, concernant le monothéisme des Yahvistes, quel est leur passé ? Aucune preuve concrète par rapport aux nombreuses preuves des civilisations polythéistes (monuments égyptiens nombreux). Qui était le père fondateur du judaïsme, patriarche du christianisme et prophète de l’Islam ? Aucune preuve historique n’atteste de la réalité d’Abraham, et quand on sait la capacité des Yahvistes à raconter les Histoires, il y a de quoi être effrayé par l’ego de ces cocos là !
Même topo pour le personnage du prophète Moïse. Là encore nous avons déjà Hollywood : Genèse, Exode, Lévitique, Livre des nombres, Deutéronome. "L'idée qu'un texte puisse être définitif relève de la religion ou de la fatigue" disait Jorge Luis Borges.
Même topo avec décors à la Cecil Blount DeMille, le Moïse d’Hollywood : le fameux temple de Salomon, si cher aux judéo-francs-maçons. Il paraît que la Jérusalem de Salomon était un petit village sans fortification ! Il est aussi question d’un second temple : celui de Jérusalem, avec le fameux mur des lamentation. Aujourd’hui chez les judéo-francs-maçons, et même les Chrétiens, il est question de la « Jérusalem céleste », sorte de Paradis retrouvé ou nouveau Jardin ou nouveau Tapis volant puisque le Tapis exprime merveilleusement le Jardin, comme déjà souvent écrit. La « Jérusalem céleste » est encore un concept anti Païens, anti Instant, donc une projection vers le futur d’un empire, une cité matérialiste donnant l’apparence d’être « céleste » grâce peut-être à la technologie. Pour moi, intuitivement, la « Jérusalem céleste » est une monstruosité d’orgueil, un évolutionnisme car une projection selon l’opinion des Yahvistes, en l’idée que le « temple » serait construit un jour prochain. C’est encore un truc pour diviser, comme le faisaient les imbécilités catholiques au 19è siècle du genre : « Quiconque est séparé de l’Église Catholique Romaine, aussi irréprochable soit-il par ailleurs, n’a aucune part à la vie éternelle ». (Pie IX, en 1870).

Cette « Jérusalem céleste » est construite allégoriquement pour illustrer « la perfection divine », donc un fixisme d'opinion en forme de PROJECTION, un arrêt du temps, une « fin des temps ». Tout cela est très dangereux parce que lié aux égrégores, gare aux résultats ! Bref, le temple céleste ou « Jérusalem céleste » est une allégorie à la fois judéo-maçonnique et chrétienne, d’inspiration des constructions de l’Égypte ancienne ; alors dans ce cas, pourquoi on ne tient pas compte des constructions des autres peuples, notamment des Peuples du Soleil (Mayas, Incas, etc.), et des pyramides des Chinois et autres constructions cyclopéennes assemblées parasismique en une ingéniosité incroyable, et la taille de pierres de plusieurs tonnes, agencée sans grue ni roue, etc. ? Non vraiment la « Jérusalem céleste », désolé, mais c’est encore un truc anti-Païens et une arrière boutique de la Kabbale, car Jérusalem est la clé du monothéisme : Juifs, Chrétiens, Musulmans, un point c’est tout puisqu’on exclu le polythéisme ou les Païens. Un Dieu ou des Dieux, quelle différence d'ailleurs, puisque tout est dans le mental ou ego ! Comme déjà écrit : pas de Vraie Paix sans réconciliation entre monothéistes et polythéistes ou Païens (voir l'encadré cu-dessous).

Les Yahvistes savent parfaitement conter des romans, c’est pourquoi ils ne pouvaient qu’entrer à l’aise dans cette franc-maçonnerie spéculative : ce sont tous des TRAVAILLEUR DU CHAPEAU, ou développement élevé de l’ego (ils ne sont pas « élus » pour rien), donc à part les deux supposés constructions de temples, dont celui de Salomon, le reste du judaïsme n’est que romans et spéculations (Kabbale).

L’autre construction des Yahvistes est récente : création de l’État d’Israhell sur les terres volées aux Palestiniens. Quelques années seulement après ce vol, départ de la religion de la Shoah : « Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un mémorial (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés » (Isaie 56 5). Là encore est remarquable l’aspect d’Hollywood : les prophètes savent parfaitement valoriser leur histoire : invention de la VALEUR SYMBOLIQUE du roman ou histoire, dans la mesure où on lui fait porter « la volonté de Dieu », c’est-à-dire que le mental ou ego yahvistes développe une opinion considérable en inventant un Dieu, leur Yahvé. Leur opinion devient un « fait historique » (la souffrance) copyrighté par leur Yahvé, tout comme depuis 1945 leur Shoah est copyright par les vainqueurs anglo-saxons et soviétiques et sionistes ou yahvistes pur Juifs.
Les Hébreux furent les premiers à inventer une signification à leur histoire grâce à leur mental, par exemple symbolisé comme dans les dessins animés par une ampoule électrique qui s’allume au dessus du crâne d’un personnage venant de « trouver une idée ». Le seul problème, est que l’idée n’appartient à personne, pas de copyright, elle était simplement là de toute éternité (genre ÉTHER), dans l’Instant ou Soi, et l’événement, la circonstance à faite qu’elle survienne, ON APPELLE CELA CRÉATION mais elle n’appartient à personne, à aucun peuple. Donc l’histoire créatrice n’appartient pas particulièrement aux Yahvistes, seule une circonstance (ampoule électrique) comme il en arrive tous les jours à faite que...
Je dirais que ce développement « ampoule électrique » a été repris par la suite du judaïsme : le christianisme, avec la crèche du bébé Jésus de Nazareth, les rois Mages, la fuite en Égypte, bref, encore du Hollywood. C’est peut-être jolie et poétique, mais « Ça fait passer le temps »...


Depuis des millénaires l’étatisme est source de désordres à cause du cancer du pouvoir. Une société avec un chef non atteint du pouvoir n’est pas un système étatiste et échappe au malheur provoqué par le mot POLITIQUE : relatif au gouvernement d’une cité : nous sommes alors dans la voie de l’Agriculture et de ses Dieux agraires (Mystère d’Éleusis, de Mithra par exemple) : le ci-vil, la ci-vil-isation. Tout le drame vient du sens du mot politique qui donnera soit un système : aristocratique, dictature, monarchique, républicain (libéralisme bourgeois), socialiste ou communiste.
On dit péjorativement et de façon raciste « sociétés primitives » en parlant des Anciens, mais ces sociétés étaient précisément SANS ÉTATISME.
Toutes les sociétés rongées par l’étatisme ne voient pas l’ensemble : ELLES SONT DIVISÉES, HIÉRARCHISÉES, PYRAMIDALE (comme la symbolique pyramide sur le billet de un dollar). L’étatisme produit les winners et les losers, donc la compétition et la rentabilité et les laissés pour compte.
Dans la société des Anciens la seule forme de pouvoir existant est celle de la société tout entière (Gallutouta).

C’est à partir des Anciens Grecs que commence la notion d’étatisme : apparition de la vie individuelle (démocratie), donc de la DIVISION : chacun pour soi pour pratiquer l’évolutionnisme et développement de l'ego meurtrier. On passait des mystères orientaux universels des Païens aux mystères occidentaux helléniques chers à cette franc-maçonnerie spéculative née en 1717 à Londres pour passer du moi collectif, tribal (pas de victoire individuelle sur la mort et spiritualité avec MÈRE-NATURE ou LE COSMOS) à un Moi individuel (accès au statut de PÈRE-CULTURE genre « Dieu-le-Père ») différencié du groupe et capable d’assurer son autonomie face à lui, ce que jusque-là seuls les chefs et les chamans pouvaient réaliser (réf. d’après Pierre Solié : Médecines initiatiques, aux sources des psychothérapies). Donc ceux qui savent peuvent commander ceux qui ne savent pas ; on entrait dans le début de la religion de l’homme. Aussi je dis que la vraie franc-maçonnerie et autres sociétés secrètes démarrent au début de l'accès au Moi individuel ou embryon de ce qui deviendra par le suite la religion de l'homme (l'individu).
Politique = exercice d’un pouvoir (légitime ou non, peu importe) sur le reste d’un peuple (pour son bien ou pour son mal, peu importe, puisque c’est toujours selon l’opinion de chacun et c'est l'arrivée du cancer du pouvoir).

Les sociétés anciennes n’avaient pas de chef, le chef était CHACUN DES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ (Gallutouta) ; aussi on peut penser que tous avaient réalisé le Soi ou Instant : Je suis CE JE SUIS, et qu’alors l’harmonie parfaite régnait NATURELLEMENT dans le groupe : aucune merde de politique, ni de chef, ni de roi, encore moins de « président ». Comme chacun est « chef d’état » il ne se détache que des leaders qui sont évidemment non atteint de pouvoir. LE CHEF OU LEADER SANS POUVOIR EST L’INSTANT SE DÉPLAÇANT SUR LE TOUT : le chef prend en charge la volonté du tout de la société, il prend en charge l’effort concerté, délibéré de la communauté en vue d’affirmer sa distinction et son autonomie par rapport aux autres communautés (système duel ami-ennemi, ou trinitaire : ami-neutre-ennemi). Le chef est donc le porte-paroles de la société, même lorsque celle-ci utilise la Vraie télépathie (ondes scalaires permettant la communication entre cellules et ondes psychiques) : il faut bien une décision finale. Donc le chef ou leader est le lien entre les autres communautés ; si cela se passe mal, ce sera la guerre avec la communauté ennemi ; au mieux, le chef tisse des alliances avec des communautés. PRÉCISION IMPORTANTE : n’ayant pas de pouvoir, le chef ne prend jamais de décision de lui-même en vu de l’imposer aux autres, sinon c’est de la dictature comme déjà écrit ici de nombreuses fois (celui qui impose à l’ensemble est un dictateur en puissance et en acte). Les décisions que prend le chef sont les décisions discutées avec le peuple, elles sont publiques. Le chef n’a pas de pouvoir mais DES DROITS OU DEVOIRS ; il a été élu pour cela, il a été élu pour être l’élément final récepteur de la Télépathie ou de la parole : transmettre aux autres le désire du peuple.
ATTENTION : Dans le cas de la Vraie télépathie où tout est transparent, pas de prestige du chef ; mais dans le cas où l’on tombe dans la parole, le prestige peut venir : une garantie, une qualité de porte-parole. Aussi il ne faut pas confondre prestige et pouvoir ! PRESTIGE : séduction, qui inspire confiance, illusion ou spectacle : « quelqu’un qui en jette » ou qui rayonne, donc qui n’a pas encore réalisé le Soi ou Instant.

Le chef n’ayant pas de pouvoir ni d’ordre à donner (il sait d’avance que s’il en donnait, personne ne le suivrait). IL N’EST PAS JUGE, il ne peut pas arbitrer, mais seulement procéder comme le faisait Ramana Maharshi : qui le dit ? Donc si un conflit naît entre deux personnes, le chef leur demande d’approfondir chacun en eux-mêmes l'origine du conflit AFIN DE PRÉSERVER L’ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ, préserver son harmonie. Si ce n’est pas possible, alors naissent les DIVISIONS.

Comme le précise Pierre Solié cité plus haut, les sociétés dites primitives son un Moi collectif, tribal ou communautaire. Il n’y a pas de classe, pas de riche ni de pauvre, donc pas de binaire winners-losers, ou dominants-dominés en forme pyramidale avec l’œil qui voit tout au sommet !
Évidemment pour les modernes, les Yahvistes surtout, les Grecs, ces société dites péjorativement « primitives » et sans cancer du pouvoir sont des « bébés » destinés à « grandir », à évoluer : c’est là que l’on tombe dans la géométrie de la ligne droite : l’évolutionnisme à la yahviste. Donc selon les Yahvistes évolutionnistes les sociétés « primitives » évoluaient mécaniquement de l’a-politique à la politique, ou du non-étatisme à l’étatisme (considéré comme « adulte »). On passait de Mère-Nature au Petit-Père-des-peuples ou étatisme : le démiurge cancérisé par le pouvoir qui impose sa volonté à l’ensemble. Je ne suis absolument pas d’accord avec ceux qui écrivent que l’absence d’état marque une société incomplète, embryonnaire, sans histoire ou déroulement d’une chronologie tueuse ! Comme écrit plus haut les spécialistes de l’histoire en évolution sont les Yahvistes !!!
Comme pour le Paganisme et les Païens détestés par les catholiques traditionalistes comme Pierre Hillard qui les ravalent à des moins que rien, on ne doit pas voir les sociétés dites péjorativement et de façon purement raciste « primitives », mais les voir comme LES VRAIES CIVILISATIONS SANS ÉTATISME. Les sauvages c'est nous en 2014.


Une société délivrée de l’étatisme VOIT L’ENSEMBLE, ce qui n’est absolument pas le cas de la république maçonnique qui divise. Être atteint du pouvoir c’est avoir des métastases dans la volonté : on exerce son pouvoir, on exacerbe son ego pour DOMINER L’AUTRE, LES AUTRES, comme le fait un chef politique, ou religieux ou une religion telle celle des Yahvistes et leur Yahvé.
Une vraie civilisation est donc délivrée de l’étatisme par ses chef n’étant pas atteint du cancer du pouvoir. Donc les vrais civilisations refusent tout pouvoir : le binaire qui sépare les initiés des non-initiés ; le pouvoir qui entraîne la SOUMISSION, ce qui est le principe des Dieux : on se soumet aux Dieux, on les achète ou on les soumet par des prières, on les contraint en leur demandant grâce, ou en leur demandant ceci ou cela, c’est le principe des Yahvistes soumis à leur Yahvé ou soumis à leur ego qui leur faire fait n’importe quoi comme horreurs.

VOLONTÉ = DÉSIR ET POUVOIR, DONC PRIVATION DE LIBERTÉ POUR LE PLUS GRAND NOMBRE, car le pouvoir SÉPARE, DIVISE.
Les sociétés anciennes savaient parfaitement que ce cancer du désir et du pouvoir et du désir de soumission entrainerait la domination et la servitude en une société pyramidale comme la notre, et quelles y perdraient ainsi leur liberté.
Si on peut parler de pouvoir dans les sociétés anciennes, c’est l’ENSEMBLE DU PEUPLE qui décide, c’est lui l’UNITÉ (Gallutouta) : maintenir dans l’indivision l’ÊTRE de la société, empêcher que les inégalités s’installe : ATTENTION ! uniquement pour empêcher que se développe le cancer du pouvoir, sinon, on tombe dans la maladie de l’égalitarisme devenant un totalitarisme où plus aucune liberté n’est possible ! UNITÉ DE LA SOCIÉTÉ veut dire : dans une œuvre symphonique, dans une phrase, si les notes de musiques ou les mots sont pris séparément, le récepteur comme l'oreille ne goutera pas la musique ou ne comprendra pas la phrase : donc VOIR L’ENSEMBLE POUR ENTENDRE L’HARMONIE, DONC RÉALISER LE SOI OU INSTANT, DOMPTER L’EGO ET EXCLURE TOUT PENSÉE DE NOUS-MÊME ET TOUTE AUTRE PENSÉE.

Dans les sociétés anciennes ce n’est pas le peuple qui est surveillé comme aujourd’hui, MAIS LE CHEF ; la société dans son ensemble veille scrupuleusement qu’il ne soit pas atteint de prestige engendrant le cancer du pouvoir ou hypertrophie de l’ego.
Quand le cancer du pouvoir atteint le chef : on le destitue, on l’abandonne à son sort, au pire on le tue pour lui épargner les souffrances du pouvoir et leurs manques.

RÉSUMÉ : pas d’étatisme définitif en forme d’évolutionnisme ou de « Jérusalem céleste » façon « Royaume de Dieu (juif) sur Terre » : tout est cycles et rythmes. Il n’existe pas de « fin des temps » à la yahviste.


 
 

Dernière mise à jour : 12-01-2014 00:13

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >