Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La dignité humaine des Couilles en Or
La dignité humaine des Couilles en Or Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-01-2014 01:26

Pages vues : 3670    

Favoris : 493

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
morale_judeo_maconniquegp.jpg
 
 
La dignité humaine des Couilles en Or
ya vraiment pas de quoi en être fière
au vue du résultat de la croissance darwinienne pyramidale ! L’humain est plus que jamais un animal (désormais qui se robotise lui-même à coups de puces).

La dignité humaine, nouvelle arme inquisitoriale des cancéreux socialo-capitalistes qui marchent sur leur « raison ».
 
 
Dignité humaine et humanisme sont les mots-valise du Nouvel Ordre Mondial des capitalo-socialistes : ils renvoient aux droit de l’hommistes et leur idéologie judéo-franc-maçonnique en forme de « Jérusalem céleste » ou sentimentalisme (voir plus bas). Même peine et encore pire, avec le mot « humanitaire » : un business comme un autre pour certaines Couilles en Or ; pour en arriver à parler de « désastre humanitaire », « action humanitaire » où la démocratie explose la gueule des « sauvages » pour leur apporter la « bonne parole » et ses « valeurs occidentales » de la démocratie judéo-maçonnique. Le fils de « gens des biens » ou de « bonne famille », un certain philosophiste à trois lettres alphabétiques, est un spécialiste du bombardement humanitaire.
 
Les cancéreux du pouvoir parlent de « dignité humaine », alors que chez eux les réseaux de la pédophilie organisée fonctionnent à fond. De qui se moquent-ils ?

Une dignité humaine détruite chaque jour dans ce monde où les humains sont considérés comme des marchandises à codes barres, puisque surveillés de seconde en seconde par l’empire USionistant.

Ce que nous vendent les cancéreux du pouvoir sous le package « Dignité humaine » n’est que MENSONGE. Le Business la dette et le profit sont CONTRE LA DIGNITÉ HUMAINE. LA GRATUITÉ EST LA DIGNITÉ HUMAINE.


La démocratie ou l’Inquisition pépère.
Nombre de Juifs sont devenu une source de haine et de guerre : la révolution russe de 1917, l’occupation et colonisation de la Palestine, la main-mise sur la politique de nombreux pays occidentaux, et après ils viennent pleurnicher avec leur « Shoah » ! Incroyable !!! Mon père à l’âge de 10 ans fut obligé de fuir la Russie à cause de ces Juifs bolcheviques (sionistes ou non c’est kif-kif puisque tout se résume PAR LE FRIC), et ceux de ma famille qui restèrent furent victimes de la famine pendant la guerre civile. Mon grand-père est mort un hiver dans la neige en allant rejoindre à cheval un régiment de l’Armée Blanche ; conséquence, je n’en ai rien à foutre d’être traité d’anti-machin-mitiste... moi aussi je suis fils de déporté de son pays. Et il n’y a pas plus dégueulasse de se masturber avec cette Shoah, cette religion des « 6 millions », et ce pseudo « tribunal de Nuremberg » et tout cet arsenal inquisitorial déguisé en « mémoire » (en religion avec chapelles « fils et filles de déportés », ligue de machintruc) du Nouvel Ordre Mondial voulant régner sur le monde par son opinion satanique. Les Juifs bolcheviques sont responsables de dizaine et dizaine de millions de morts en URSS jusqu’à sa chute en 1991. Et après ça, il y a des cancéreux atteint du pouvoir qui viennent nous parler de « dignité humaine ». Et après ça, un État fabriqué par des Couilles en Or : IsraHell détruit un pays comme la Palestine, et ses partisans sionistes à « kippa républicaine mondialiste » nous parlent de « dignité humaine » ! Invraisemblable !!! Comme ce que nombre de Yahvistes savent faire : VENDRE (voir J. Attali et ses pantalons à une jambe), leur Shoah est un produit de consommation courante comme un autre.
Donc votre Shoah vous pouvez vous la bouffer en trois dimensions hollywoodienne et vous la chiez en une Jérusalem céleste : votre Yahvé fourbisseur de HAINE. Le « peuple élu » est le grand spécialiste de la haine en dénonçant en permanence, de façon instinctive, la haine chez l’autre dont les Yahvistes sont eux-mêmes la source ; en ce moment ils disent « non à la haine », un comble !!!
Il y en a marre du système démocratique judéo-maçonnique, ce régime de la guerre de tous contre tous, du « exploitez-vous les uns les autres », ce régime de la tyrannie de l’opinion ; parce que la libre pensée en triomphant ne pouvait engendrer que la dictature, puisqu’alors il devient impossible pour un gouvernement d’accorder à chacun le droit de ne pas être d’accord.

Il était inévitable avec l’affaire Dieudonné que ce pouvoir judéo-maçonnique allait avancer son slogan promotionnel de « dignitaire humaine » ! Alors que ce même pouvoir n’a aucune dignité, même pas animale, car il sa différence : il possède une « raison ».
Dignité humaine dans la bouche des cancéreux atteint de pouvoir est une absurdité de plus de leur « raison » leur faisant brandir comme une arme de l’Inquisition : LE SENTIMENTALISME (ego), exactement comme les Chrétiens de l’Église de Rome, mais surtout exactement avec la pleurniche internationale et sa sainte Shoah : la foi est réduite au sentimentalisme voulant désespérément masquer notre monde devenu totalement matérialiste. Aujourd’hui, être chrétien est devenu une forme de sentiment social, comme la république judéo-maçonnique et sa norme droit de l’hommiste. Aujourd’hui, avec la folie technologie et l’avancée des « sciences » du physique, et des ismes philosophiques et religieux, ce sont les sentiments qui décident des normes et les constructions logiques ne viennent qu’après pour les légitimer d’une façon toute illusoire : « Les philosophismes sont toujours remis en question au vent des variations historiques du sentiment [opinion] » écrit si justement Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.

Comme tout est devenu à l’envers : « Il devient obligatoire d’avoir des sentiments qui ne contredisent pas les dogmes scientifiques, d’où la prétention de « fabriquer » des sentiments qui leur soient conformes. Il s’agit réellement d’une foi, d’une religion, d’une identification du cœur et de l’intellect avec la matière. Et c’est cela qu’a codifié et réglementé la dialectique marxiste qui se présente ainsi comme théologie inversée, une anti-théologie. Elle tend à réaliser une impossible fusion de la mémoire sensible et de l’intellect et, du même coup, de la volonté qui ne peut que s’identifier à ce que réclament les lois du monde physique.
C’est l’illusion démoniaque que la Paix peut se réaliser par résorption des conflits entre la sensibilité, l’intellect et la volonté après épuisement du mouvement pendulaire de la dialectique, par aboutissement à une unité ontologique de l’âme. Mais ce ne pourrait être qu’une unité arithmétique, et non pas métaphysique et qualitative, telle que la réclame le dogme catholique de la Trinité. Ce refus de la Trinité apparente le communisme à l’Islam. L’un la nie au nom de Dieu, l’autre au nom de la Terre » écrit lumineusement Jean Coulonval. Et le communisme ou socialisme a présentement gagné la partie.

Coulonval précise que catholiques et communistes ou socialistes fonctionnent par les sentiments. J’ai déjà écrit que le Jésus de Nazareth était appelé LE GRAND NIVELEUR, donc un socialiste avant l’heure, alors il n’est pas troublant que le christianisme puisse être comparé au socialisme : même désir de découvrir le Centrum Centri pour y vivre ce qu’ils appellent « la paix ». Même aspiration à vivre une synthèse cosmique et humaine en forme de « Royaume de Dieu (juif ou chrétien) ». Même appel au renoncement de la volonté propre (ego), à la soumission à la définition doctrinale du sommet hiérarchique, donc une CHOSE EXTÉRIEURE. Même désir de relations communielles entre individus et groupes sociaux. Ces similitudes s’incarnent dans des institutions analogues. Mais le socialisme est l’inverse du catholicisme, il est ainsi intrinsèquement pervers, mais sans tomber dans la dualité winner-loser ou bon et mauvais, qui ne sont que LES EFFETS.

Le bien, les winners, se serait les « justes » ; le mal, les losers, ce serait les terroristes, les anti-systèmes. L’amour ce serait les socialo-capitalistes et les Yahvistes ; et la haine ce serait le mal. On en est arrivé à ce dualisme là ; un dualisme digne des Chrétiens accusant d’hérésie les Païens ou ceux qui ne partageaient pas la même opinion.
« On peut dire que le bien s’identifie à l’amour, lequel est l’affinité des êtres l’un pour l’autre, selon leur nature, et que le mal s’identifie à la haine, qui est la volonté de mettre obstacle au libre jeu des affinités naturelles. Ainsi le concept d’amour se suffit à lui-même et l’amour n’est pas conditionné par la haine. Au contraire, le concept de mal, de haine, est nécessairement précédé et conditionné par celui de l’amour, puisqu’il est la volonté de mettre obstacle à l’amour. Bien et mal ne sont donc pas deux contraires, qui seraient diamétralement opposés. S’ils l’étaient, il faudrait admettre qu’ils auraient accompli chacun leur création et Dieu ne serait plus infini, puisqu’il serait limité par cela même qui le séparerait de Satan et de sa création. Cela, tout catholique un peu sérieux le sait, ce qui n’empêche pas la tentation toujours présente du manichéisme et du pharisaïsme.
Le bien et le mal, qui sont employés comme noms communs, ne sont en réalité que des adjectifs. N’étant pas des entités, ils ne peuvent évidemment pas s’incarner. Parler d’un bien, d’un mal incarné, c’est un non-sens. La personnification mythique du bien et du mal est le moteur psychologique de toute vision manichéenne. Et c’en est une de voir dans les pays marxistes l’empire temporel du mal, et dans les pays capitalistes, qu’on dit libres (?), celui du bien », écrit superbement Jean Coulonval.

Une erreur de ceux qui ne jurent que par la « croissance », les évolutionnistes (principe de la pyramide maçonnique) : « les progressistes qui s'imaginent que les pays marxistes peuvent devenir catholiques tout en gardant leurs structures sociales et économiques, celles-ci s'identifiant pour eux au politique, en quoi ils sont victimes de la confusion du politique et de l'économique. Ils y voient la part de César, radicalement différente de la part de Dieu. Ils ne voient pas que ces structures sont à l'image de la conception de l'homme que se font les dirigeants politiques, officiels ou occultes, qu'elles ont des rapports d'image à objet avec les concepts marxistes de l'homme, et qu'elles sont en somme une métaphysique agie. Toute erreur politique est une erreur théologique agie dans le social.
Les progressistes ne veulent tenir compte que des bonnes dispositions du cœur, qui existent effectivement chez les communistes. Et ils ont raison tant qu'ils ne visent que des conversions individuelles. Tous les miracles s'accomplissent par le cœur. Mais ils ne voient pas que les structures marxistes ne se contentent pas d'écraser, d'étouffer la « personne », ce que le capitalisme réussit fort bien lui aussi, mais prétendent en plus la faire accéder - par descente vers le bas - à cette spiritualité renversée qu'est la mystique marxiste-léniniste... Les progressistes voient bien que le capitalisme est un système social pervers dont les prolétaires sont victimes, mais ils ne voient pas que le communisme ne fait qu'en prendre le relais pour conduire la Révolution, commencée à la Renaissance, à ses ultimes conclusions dialectiques.
Si le communisme combat le capitalisme, il lui doit pourtant d'exister : c'est la Révolution qui se dévore elle-même. Pour l'instant, ils co-existent, on peut même dire qu'ils se conditionnent l'un l’autre » écrit Coulonval.

Ainsi, rien à attendre d’aucune démocratie, monarchiste, ou celle du capitalo-socialisme, ou celle d’un totalitarisme mondialiste qui ne sera que la démocratie devenue adulte. Rien à attendre d’aucune des religions actuelles et surement pas de l’attente d’un messie de fête foraine.

Socialisme ou communisme et catholiques = religion du salut ou sacrifice.
« Séminaires et écoles de doctrine - Confession et autocritique - Dogmes catholiques et dogmes marxistes, Pape et chef du Parti - De part et d’autre, même aptitude au sacrifice » écrit Coulonval.
Sacrifice encore dans le business : on achète en se sacrifiant, cela montre un trouble de l’ego : ORGUEIL. L'humanitarisme est de l'orgueil.


L’être humain ne vaut que par le Centrum Centri, le Soi ou Instant, le Cœur, ce qui n’a rien à voir avec le sentiment.
SENTIMENT : senti-ment ou les cinq sens mentent, car ils passent par le mental !

Le sentiment est exacerbé dans les passions s’exerçantes autour de l’artiste Dieudonné : dès que deux personnes parlent de religion ou de politique, au bout d'une minute : elles se tapent sur la gueule.


Éducation nationale ou opinion dominante.

Aujourd’hui la pensée unique se veux « antisexiste, antiraciste, anticeci ou cela », bref, droit de l’hommiste du néo-libéralisme, et diabolise les « hérétiques » qui ne suivent pas cette opinion mondialiste et humaniste. Dans les écoles le politiquement correcte vise à rééduquer les « délinquants ».
Ci-dessous la dignité humaine vue par la judéo-franc-maçonnerie dans ses écoles de la troisième république, bienvenue dans le « Royaume de Dieu (juif) sur Terre » :
- Loi morale : Tu dois faire le bien et éviter le mal.
- Conscience : Ta conscience t’avertit si tu fais bien ou mal.
- Liberté : Tu as le pouvoir de choisir entre le bien et le mal.
- Responsabilité : Au bien la récompense, au mal le châtiment [la carotte et le bâton !]
Les devoirs de l’enfant :
Dans la famille :
- Envers tes parents : respect et obéissance ; amour et reconnaissance ; assistance dans le besoin [on est encore loin de la théorie du genre et des vieux à l’hospice !].
- Envers tes frères et sœurs : affection (jamais de querelles [ou de quenelles]) ; assistance en toute occasion ; bon exemple à donner [avec les médias actuels et l’Internet c’est foutu !].
- Envers les auxiliaires de la famille : politesse, bonté, justice [ et l’inceste, la pédophilie...].
- Envers les animaux : pas de mauvais traitements [ils mangent quoi ?]
Dans l’école :
- Assiduité (ne manque pas l’école) ; application (fais bien ce que tu fais) ; continuation des études (après l’école).
- Envers ton instituteur : respect (il donne l’exemple du devoir [maçonnique]) ; obéissance (il remplace tes parents [l’enfant appartiendrait à l’État selon certains cancérisés du pouvoir actuel]) ; reconnaissance durable [pas encore d'obsolescence programmée].
- Envers tes camarades : affection [homosexualité ?] ; bon exemple ; émulation [compétitivité, rendement, etc., ou loi du libéralisme] ; jamais d’envie [et la société de consommation et son pouvoir d'achat ?] ; jamais d’hypocrisie ni de délation [allez dire ça aux politiques républicains de tous bords !].


La PYRAMIDE contre le CERCLE.


Le monde va bientôt se diviser en deux groupes :
- Le groupe Pyramide ou évolutionnisme : une très très grande proportion des adeptes de la technologie : les « branchés » ou robotisés (existence virtuelle).
- Le groupe Cercle ou cycles et rythmes : les libérés en très petit nombre (existence vers le divin et le Soi-Instant) ; c’est dans ce groupe que se re-découvrira la Vraie technologie évacuant ainsi l’horreur de la violence de l’antique thermodynamique du premier groupe.
Dans les deux cas il s’agit de s’affranchir de la matière, mais dans le premier cas ce sera une dématérialisation négative, et dans le second cas positive.

Dans le premier cas, dématérialisation négative, cela est dû évidemment au socialisme et à la technologie de l’informatique amenant les êtres à grande vitesse vers une existence virtuelle, que les malades du pouvoir nomment « croissance » (la célèbre pyramide sur le billet de un dollar). La technologie est l’agent principal du Nouvel Ordre Mondial du futur. Ce sera donc un renforcement considérable de la « raison » chère aux perruques poudrées du 18è siècle, avec renforcement de l’ego et de ses pièges donnant l’illusion de « vivre » et d’avoir une « liberté » ; c’est ce que j’appelle « Royaume de Dieu (juif) sur Terre » ; l’Internet fait la partie de cette virtualité, surtout avec les réseaux « sociaux » ; c’est là-dedans qu’entre l’humanisme et son orgueil monstrueux et autres ismes : fausse unité globale et pyramidale.
Tôt ou tard l’humanité va glisser vers une dématérialisation face à deux ouvertures ; négative et positive, avec en embouchure le piège redoutable nommé « Jérusalem céleste » pouvant cacher la véritable Terre céleste : l’Instant ou Soi. Terre céleste et Ciel terrestre indiquent LA CROIX ou loi de Croisement signifiant qu’ici sur cette planète, NOUS NE SOMMES QUE DES VOYAGEURS, ET UNIQUEMENT TOLÉRÉS tant que nous laissons l’endroit aussi propre qu’il était lorsque nous naissions ou arrivions ici-bas. Les animaux, les végétaux, les minéraux ne nous ont pas conviés à dénaturer leur environnement.

Orgueil de l’humanisme et coupure d’avec la Nature et tyrannie de l’opinion :
« Admire, mon fils, la sagesse divine qui a fait passer les fleuves, juste au milieu des villes ! » (Henry Monnier prêtant cette opinion à son héros : Joseph Prudhomme, illustration de la montée en puissance des Couilles en Or pendant le 19è siècle grâce à la révolution de 1789).
 
 

Dernière mise à jour : 18-01-2014 02:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >