Accueil arrow Films arrow Films hors du Japon arrow Bishonen (Movie)
Bishonen (Movie) Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-10-2008 01:01

Pages vues : 7855    

Favoris : 395

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films hors du Japon

Tags : Bishonen (Movie), Film

 
Bishonen (Movie)
美少年之恋
 
 
Film, drama de Hong Kong (1997), en invitation du Festival de Berlin de 1999, et du Festival de Toronto de 1998.

http://en.wikipedia.org/wiki/Bishonen_(film)

ATTENTION : Ce drama ou ce commentaire comporte des descriptions de relations affectives entre hommes et des violences qui peuvent choquer la sensibilité, notamment des plus jeunes. Donc si vous n’êtes pas d’accord ou trop jeune, merci de zapper ou quitter cette page.

Sur You Tube : http://www.youtube.com/watch?v=9Hlp_lFbGJs
http://www.youtube.com/watch?v=sxYp_Vo0WH4

Un bishonen fume en marchant (joué par Stephen Fung), un homme de la cinquantaine à costume nœud papillon et à lunettes croise son regard, il insiste. Le bisho accélère le pas, mais il fait un sourire à l’homme comme une invitation. L’homme le suit avec nervosité, comme angoissé. Finalement l’homme invite le bisho chez lui.
Stephen Fung avec son visage occidental me fait penser à Hiram Keller. Il jouait Ascylte dans le Satyricon de Fellini, qui ne pouvait pas trouver mieux pour ce rôle superbe. Comme Hiram Keller, Stephen Fung a un corps et un visage félin, mais en plus « oriental », en plus doux, avec un mélange d’enfant, quelque chose de féminin, surtout en gros plan.
 
 
 
Malheureusement à l’image, on a une pirouette chronologique, et on retrouve le beau bisho déambulant nonchalamment dans les rues. A mon avis précédemment : l’homme de la cinquantaine a du acheter les faveurs du Bisho, qui s’appelle : Jet.
Son « deuxième contact », dans l’histoire, est un couple : un jeune, Sam (joué par Daniel Wu) bien beau lui aussi (il ressemble à Keanu Reeves), et une jeune femme, Kana (joué par Shu Qi), belle elle aussi. Ils n’arrêtent de se croiser et de s’échanger des regards.
Business business ! On retrouve Jet dans un bar, ou boîte où on peut acheter un bisho pour une soirée. Comme une tenancière de bordel, le patron inspecte ses boys et les engueule quand ils se négligent. Pratique, il suffit de téléphoner : vous le voulez musclé ?... C’est tout juste si on vous le livre pas. Vivement le temps des persocons de Chobits. Et on pourra leur faire sortir : You have a good body.... Ou dans la langue que vous aurez choisit.
 
 
 
Encore une pirouette chrono, et un client dans une chambre, celui au good body, est assis à côté d’un persocon, pardon d’un bisho qui se vend, ou gigolo, ou Giton si vous voulez, bref un prostitué. Il s’agit de Ching, aussi ami de Jet. Bon, on est en plein dans la consommation, ici du sexe...
Il y a maintenant une bonne dizaine d’années, j’avais vu sur France 2 je crois une interview d’un jeune prostitué qui travaillait à l’orée du Bois de Boulogne. Il avait grand cœur et compassion, car il faisait cela pour rendre service aux gens, sous-entendu pour soulager une certaine misère sexuelle, ou pour ceux dont la vie de couple hétéro tournait à la banalité ou à la morosité. C’est à respecter bien-sûr, et en plus il était beau. Encore une fois c’est à respecter car beaucoup font ce « métier » pour de l’argent facile, surtout pour ceux qui passe tout un week end avec un client. Il est vrai que pour vendre ses charmes, dépassé la limite des 24-30 ans c’est foutu ! ou alors très très problématique. D’autre part, il y a des prostitués qui ont peu de clients mais des clients réguliers.
 
 
 
Ching ensuite rejoins son collègue : Jet. Ils fument un joint en discutant de leurs « clients ». Ça me rappel un peu le film de Gus Van Sant : My Own Private Idaho, avec Keanu Reeves et River Phoenix, où il s’agissait aussi du milieu des prostitués masculins.
Donc c’est bien ce que j’écrivais dans Sensitive Pornograph: quand on a plus de 40 ou 50 ans, pour obtenir de l’affection et du sexe avec un bisho comme le Jet du drama, il faut raquer...

C’est nettement moins original que le film de Gus Van Sant, et c’est ce qui doit se passer tous les jours dans ce milieu de prostitution, avec ses risques de violences, notamment à cause de la drogue. La violence est ici aussi, puisque Jet se fait violer, on lui envoi à la figure une poignée de billets.
Un autre rapprochement avec ce milieu hautement aventureux, dangereux, je pense aussitôt à John Rechy, auteur entre autres de : La nuit vient (1999), mais surtout de : City of Night (1965, dans une traduction de Maurice Rambaud), où Rechy raconte le parcours d’un jeune prostitué à travers l’Amérique des années 1950 : bars, parcs, terrains vagues, cinémas, chez des clients aux fantasmes les plus originaux les uns que les autres, etc. Un livre dur mais très émouvant (1).
 
 
 
Ah oui, Daniel Wu ressemble beaucoup à Keanu Reeves, ainsi il est cette fois ci seul et croise à nouveau Jet. Jet se retrouve a déjeuner en compagnie de la famille de Sam (Daniel Wu). Sur la terrasse qui domine Hong Kong, Sam avoue à Jet qu’il se sent bien a parler avec lui.
Après avoir quitté dans la soirée Sam, Jet déambule dans un bout du Hong Kong nocturne en buvant une canette de bière, ce qui fait très vulgaire. Ça ne l’empêche pas de penser constamment à Sam, lequel se révèle être un policier.
A nouveau dans la famille de Sam, les deux garçons mangent assis l’un à côté de l’autre. C’est joli, ils s’échangent de courts instants des sourires de sympathie, mais qui peuvent être trompeur sur leur affection l’un pour l’autre, car est-ce réciproque ?
Justement, il y a des problèmes de chronologie : le réalisateur nous fait le coup des flashbacks, et on retrouve Sam... et Ching (le copain de Jet) s’éprenant l’un de l’autre... au temps où tous deux étaient employés de bureau. Et dans cette chronologie, Ching a une passade amoureuse avec un jeune bisho collègue du bar. Il essaye de tripoter la poitrine de Ching, je dis bien essaye !...
Pas facile a suivre, puisque c’est sous-titré en anglais, et qu’une narratrice ajoute un commentaire là-dessus. Ça se complique ensuite, car la pop star KS (joué par Terence Yin, dont c’est ici le premier rôle) en touche pour le beau policier Sam. Il y a d’ailleurs une jolie et poétique réplique sur fond sonore de clarinette :
- KS : Êtes vous gay ?
- Sam : Comment pouvez-vous me poser une telle question ?
- Sam : Et vous ?
- KS : Seulement si vous l’êtes.
 
 
 
Sam et la pop star KS se découvre donc l’un et l’autre... cette fois ci au son des violons... et sous la douche.
Ensuite... et bien c’est un jeu entre Sam, KS, Ching... mais surtout avec son premier flirt : Ching.

Deux étoiles seulement pour ces variations amoureuses made in Hong Kong, mais qui manque d’originalité et sont trop conventionnelles. Je trouve Daniel Wu pas bien convainquant, dommage. Et qu’est-ce qu’ils fument là-dedans !


M. Roudakoff
 
 
 
 
 
 
 
Note.
1. John Rechy est un véritable auteur, fort, et très lucide. Il décrit superbement le monde des Anges déchus, c’est jeunes garçons à la beauté troublante, qui semblent tombés dans la Matière pour ne s’intéresser qu’au petit bout de viande qu’ils ont entre leurs cuisses et celles des autres.
- Il n’y a rien d’autre : seulement le sexe, encore le sexe, toujours plus de sexe . C’est tout ce que Dieu nous a donné - à nous et à personne d’autre - pour compenser la merde qu’on ne cesse de nous faire bouffer. C’est notre seul moyen de refouler l’intolérable. (Il touche son beau corps, puis celui de Clint, comme pour s’assurer de la réalité de la chair). La plupart d’entre nous n’ont que ça. Quand c’est fini, ils n’ont plus rien.
(La nuit vient, chapitre : Clint, livre de John Rechy, Éditions Balland).
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
biss1.jpg
biss10.jpg
biss11.jpg
biss12.jpg
biss15.jpg
biss16.jpg
biss18.jpg
biss19.jpg
biss2.jpg
biss20.jpg
biss21.jpg
biss22.jpg
biss23.jpg
biss24.jpg
biss25.jpg
biss27.jpg
biss28.jpg
biss3.jpg
biss30.jpg
biss31.jpg
biss32.jpg
biss33.jpg
biss34.jpg
biss35.jpg
biss36.jpg
biss6.jpg
biss8.jpg
biss9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 13-10-2008 16:46

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >