Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Étain = Stargate et rayonnement de la Gaule
Étain = Stargate et rayonnement de la Gaule Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-01-2014 23:34

Pages vues : 4477    

Favoris : 492

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Étain = Stargate et rayonnement de la Gaule
sans se prendre pour un empire.
Rayonnement gaulois détruit par l’empire des Romains,
toujours pour une question de cette religion du Saint Fric
 
 
ÉTAIN : Cassi en gaulois, même nom pour le Bronze (Cuivre/Étain) ; en grec kassiteros (voir plus bas les Îles Cassitérides, les Îles Sorlingues en Cornouaille d’où provenait l’Étain). Selon certain l’Étain pourrait signifier en Gaule l’Airain (Bronze). Cassi précédent un mot signifie : boucles, bouclés : casses en gaulois, ce qui donnera : Bien-Bouclés Sus-c(c)asses : peuple d’Aquitaine, Blonds-Bouclés Bodio-casses, à l’origine de la ville de Bayeux (Calvados), voir le vieux irlandais donnant buide-chass (aux boucles blondes), etc. (Réf. Dictionnaire Français-Gaulois, de J.P. Savignac). Boucle, ça évoque immanquablement LE TORE, donc l’Instant et le Temps... et pourquoi pas la façon de bouger dedans (j’en ai rêvé, d’où cet article et bien d’autres sur le site...).
 
L’Étain est d’origine gauloise, du temps où la Gaule rayonnait sur l’Occident. L’Étain est, probablement, la composante principale de la Stargate en réalisation matérielle.
C’est là qu’il faut rappeler la notion de POINTE abordée sur la précédente page : CENTRUM CENTRI, en rappelant la Voie Sèche en Alchimie (Voie Courte) symbolisé par LA CROISEL (ou CROISIEU ou CROISUEL) : Voie Courte ou travail au Creuset, petit creux : de Croisel ou lampe à quatre lobes rappelant la forme de la Croix ; c’est donc le travail en un TEMPS HACHÉ, PONCTUEL (notion de synchronisme/simultanéité, le sec RESSERRE). La Voie Sèche est comme une lecture verticale par rapport à la Voie Humide ayant lecture horizontale, comme la surface de l’eau. Un bain d’Étain mélangé de Plomb est la matière principale en électronique pour les circuits imprimés.

La CROIX, le X, est probablement le plus ancien Hiéroglyphe déchiffrable des humains. En grec, creux se dit kutos ou kusos, qui indique aussi CAPACITÉ, donc possible Stargate... les condensteurs... En tout cas Instant ou Soi. Kutos ou kusos à rapprocher de Keles ou Kélon (cheval monté) ; on retrouve encore notre Stargate !
Creux est un mot d’origine gauloise écrit justement le dictionnaire Le Robert. CREUX : crosos ou crosus en gaulois, du provençal cros (creux) ; on a aussi cau (fermé), du breton queu (creux), du latin cauus (cave), etc. CROICIR indique augmenter, ce qui donnera croissance, donc la Croix est la Source... Croisade est du même thème, croire aussi.
Les creux de kutos étaient fabriqué par les Khetes ou khiters, fondateurs de la ville de Citium.

Donc la Croisel, la Croix, c’est le POINT (sur le I) du POINT C’EST TOUT, de « mettre les choses au point », le PUITS ou la FOSSE, donc on retrouve toujours notre Stargate, ou sous sa variation : le Grand Œuvre ou Pierre Philosophale, la Vérité. Le PUITS représente la Connaissance atteinte par l’humain. Le Puits a un caractère sacré dans toutes les traditions. L’Eau, les Nautes parisiens ou nautoniers ou voyageurs à travers la Stargate figurent à Paris au musée de Cluny (photo en haut de page représentant un des Nautes, le Dieu Cernunnos). Le mot astronaute vient de naute. Il y a cinq noms de divinités parisiennes qui sont toutes macédoniennes ou thraces : Colcano, en grec Phorcas, synonyme de Caïen le forgeron, encore honoré chez les Bulgares, et Ésus l’Esaü biblique. L’un des Dieux répond à l’Est, l’autre à l’Ouest. Un troisième Dieu, macédonien, est Garanos, la « fontaine de vie » représentée par un veau. La quatrième divinité est Arvos (Héro), figurée par le rameau ou « nizr », auquel, dans tous les déluges, vient s’arrêter l’Arche. En gaulois Arvos indique un Arbre (selon Grasset d’Orcet, dans L’Archéologie mystérieuse, vol.1). En gaulois Arbre se dit bilio, bilia (de bille de bois, du latin bilia : tronc d’arbre). Le Arvos de Grasset d’Orcet semble ne pas coller. Même en abordant le thème du Bois ! Pourtant continuons : Arvau (ancien français) indique une arcade, une voute ; Arve indique une place vague à bâtir ; Arvout indique l’arc-boutant ; Arz indique un lien de bois menu et tortillé (Arcers), ce qui rejoindrait le Cernunnos (torque, TORE).
En résumé sur le Pilier des Nautes nous avons les Dieux gaulois suivant : Ésus, Smertrios, Tarvos (le Garanos de Grasset d’Orcet), Cernunnos.

Pour Grasset d’Orcet le cinquième Dieu est notre Louis français : Lovis (proche de Clovis), qui en gaulois donne LEUO : glissant, lisse ; du gallois llyfn (doux, lisse), du vieux breton limm (souple, lent), du grec leîs, du latin leuis (lisse). La forme celtique donne slimno (lisse, poli), de la racine slei (glisser), d’où le terme gaulois de lumus (limon, boue)...

Donc les Grecs allèrent chercher l’Étain par mer à Marseille où il était apporté de la Grande Bretagne par les Nautes parisiens, à l’aide de la navigation fluviale de la Seine et de la Saône.

Je dis que la Gaule s’est faite voler sa suprématie de civilisation par les Romains. Borée (signifiant ‘vent du Nord’) désigne particulièrement la Gaule. Grasset d’Orcet écrit que la civilisation celto-grecque ne pouvait être née qu’en Angleterre, où sur le littoral Atlantique qui s’étend de cette île au détroit de Gibraltar, donc sur les côtes gauloises. Les civilisations sont liées au feu et aux métaux, le Bronze est le résultat de la technologie et du fameux « progrès industriel » (le mental). Or le Cuivre est très répandu sur toute la surface de cette planète ; l’Étain qui le rend fusible (est très utilisé dans notre électronique moderne en circuit imprimé notamment, comme le silicium, le germanium et le plomb) et le transforme en Bronze ne se trouve que sur la presqu’île de Malacca (Malaisie) et le littoral de l’Atlantique (dans l’antiquité).

Les Khetes, ces fondateurs de la ville de Citium, depuis le Bosphore jusqu’à la Manche, furent bloqué et réduit à se rendre à cause de la famine. C’est ce qu’on nomme la Guerre de Troie (selon Grasset d’Orcet). La Guerre de Troie et son célèbre cheval de bois, jeu de mot sur keles kelos, qui veut dire un cheval de bois ou un navire de bois. Ce cheval figure toujours à la proue de tous les caïques grecs (embarcations légères). Les Achéens réussirent à faire entrer un de leurs navires dans le port, ce navire était plein de chevaux et de cavaliers, comme ceux des Normands pillant les côtes de l’empire de Charlemagne.

Donc les Khetes perdirent le monopole de l’Étain, qui cessa de prendre la voie du Danube. Les Khetes refoulés par les cavaliers du Nord-Ouest, et devenus cavaliers à leur tour, se ruèrent en Égypte, entraînant avec eux la population chananéenne de la Syrie. Bien que leur civilisation fut beaucoup plus âpre que celle des Égyptiens, elle était beaucoup plus avancée au point de vue militaire et industriel, à cause de la technologie de la métallurgie, de la construction de places fortes, et ils étaient excellent cavaliers et bons marins. Grasset écrit que les Khetes adoraient leur Dieu Syphon ou Typhon, représenté par une taupe (siphneus, spalax, du grec : taupe), la taupe qui symbolise les galeries des mineurs et donc les forces de la Terre. Asklépios le Dieu médecin dont le prototype fut Imhotep l’Architecte du roi Djeser, serait à l’origine du Dieu-Taupe, comme Rudra en Inde. En s’initiant à la Terre on se guérit...

Les Khetes sont proches des Druides. Le hiéroglyphe du Dieu Bès représente (selon Grasset) les Khetes. Grasset écrit que le grec éolien et des inscriptions chypriotes ne connaissait que 14 lettres : les voyelles A,E,I,V, et les Consonnes G,C,P,H,L,M,N,X,R,S. Ainsi troas s’écrivait druas (la forêt, synonyme d’ylium, et les Druides ou Doriens étaient les mêmes que les Troades ou Troyens, leur nom voulait dire les forestiers, les ancêtres de la vraie franc-maçonnerie, les compagnons constructeurs ou artisans). Les Khetes étaient potiers, les Celtes cavaliers, les Arvernes irrigateurs de prairies, etc. L’Égypte fut envahie par des pasteurs ou Hyksos, mot signifiant brigands à cheval.

Il y aurait deux Typhon, mais semblable : un Dieu Serpent ou Dragon père des Vents (qui dit vents dit feu et fourneau et thermodynamique) ; et le Typhon qui est à tort assimilé à Satan ou au « mal ». Typhon est le mauvais côté de la médaille d’Osiris, son aspect matériel ou son enveloppe corporel, donc son ego ou mental, la personnalité. Le Dieu scandinave Loki est aussi le Typhon. ATTENTION, comme tout est double, surtout le sacré, le thème du Dieu Typhon reflète tantôt le Bien, tantôt le Mal (ou le serpent de la Genèse et l’âne de nos campagnes, la Chouette aussi), exactement comme Lucifer, exactement comme l’Ombre et la Lumière (pas de Lumière sans Ombre). Typhon est aussi comparable à Seth (qui ne fut pas toujours le méchant de service...). Je vois le Typhon dans le Yahvé fou de l’Ancien Testament. Thyphon, un grand symbole, qui indique aussi le fer (os de Typhon), on croit « dur comme fer »... C’est donc la planète Mars, la guerre ; il symbolise aussi les gaz des volcans...
Typhon est du même thème que Python : il suffit d'ailleurs de croiser leurs trois premières lettres. Python est un Serpent monstrueux né de la boue de la Terre Gaïa, laissée par le déluge de l’un des 4 âges, l’âge de Bronze, et de Tartare. Python fut tué par Apollon Dieu grec de la Lumière. Python semble représenter dans la notion de Dieu solaire, ce qui est bon et ce qui peut être néfaste : le Soleil apporte des vitamines pour le corps humain, mais il brûle aussi la peau et les yeux si l’on n’y prend pas garde. Tout est double : positif ou négatif...

La forteresse des Khetes située sur les bords du Bosphore n’était pas la capitale des marchands d’Étain. Grasset écrit que le chercheur belge Théophile Cailleux a démontré qu’elle se trouvait en Angleterre, et qu’on en voit encore des ruines dans le comté de Kent, ruines ayant conservées leur nom primitif de Gug Magug. On pense immédiatement à Gog et Magog ! Et pour ces deux noms sont-ils associés au « mal » ? Grasset écrit que en grec classique on écrirait Gygou magou Ogé (le retranchement du Mage Gygès), un géant de 50 coudées de haut, fils du Ciel et de la Terre, qui fit la guerre à l’Olympe et fut précipité en Enfer (Tartare).

L’antiquité classique connaissait Gog Magog sous le nom d’Ogygès ou Ohygia (Ogè Guiou), le retranchement de Guies. Ce nom concernerait un antique déluge qui sépara la Grande Bretagne de la Gaule par l’effondrement de la Manche. Effondrement qui continue actuellement et s’est poursuivit notamment au 12è siècle de notre ère, et selon Grasset on peut encore trouver des souches de la forêt qu’occupait l’emplacement actuel du Pas-de-Calais à l’endroit où habitaient la tribu gauloise des Caletœ (pays de Caux), qui, les premiers, avaient dompté le cheval (encore allusion possible à la Stargate). Bref, Gog est une forteresse située en Angleterre...
Notons que Gog est proche de Gob : bouche ou gosier en gaulois, de la racine gheu (verser), du sanskrit juhoti (verser en libation), du grec kheuo, du latin fundere, du gotique giutan (verser).
Magog est proche de champ, en gaulois magos (champ et marché) ; magos ou magus venant de Mage, comparable au vieux irlandais mag, de maige (plaine, terrain découvert, champ, du suffixe -ma en gallois et en breton (lieu, endroit). Remonte à une forme ‘magos’, du sanskrit Mahi (la Grande), un des noms de la Terre, et celui de la mère de Mercure Maia... (Réf. Dictionnaire Français-Gaulois, de J.P. Savignac). On a encore une analogie avec la Stargate...

Dans les religions du salut Gog et Magog sont assimilés à la « fin des temps », surtout chez les Yahvistes. Aujourd’hui Gog et Magog est synonyme de Nouvel Ordre Mondial, et certains disent que Gog c’est L’USionistant et Magog la Russie ! Pour d’autres Gog et Magog attaqueront Israël !!! Comme tout est dans le mental : tant qu’il ne sera pas dompté, tant que la « religion de la croissance » ou évolutionnisme sera instituée, les Gog et gogos Magog seront de la guerre ! Et mondiale...

Les Khetes étaient d’origine celto-grecque ; le Hibou était leur Dieu éponyme. Le Hibou un des plus anciens symboles en Chine : emblème de la foudre et oiseau consacré aux Forgerons et aux solstices : oiseau-clé pour la fabrication des épées et des miroirs magiques (on retrouve encore notre Étain et la Stargate...). Il est criminel et imbécile d’avoir fait du Hibou et de la Chouette des « oiseaux de mauvaises augures », c’est de la même imbécilité humaine que les « mauvaises herbes ».
Les Khetes avaient aussi pour Dieu Barstyx : un chien bariolé assis sur un pieu (Point Focal ou pointe de Borée ou d’Angleterre), le Dieu Vulcain des Celtes et Dieu des vents ou des Fourneaux. Les Grec primitifs préféraient le grotesque au gracieux. Leur gaité l’emportait sur la pompe et l’orgueil de l’art égyptien. le génie celto-grec se manifeste par un ÉCLAT DE RIRE, imitant ainsi le « rire des Dieux » se foutant de la Création (spontanéité).
Encore une allusion à la Stargate : les Khetes gravaient leurs textes importants sur des tables d’argent alors que les Égyptiens le faisaient dans la pierre.

Les Celtes formaient en Gaule la classe sacerdotale et industrielle des chevaliers. Ils détruisirent Rome et allèrent fonder le royaume de Galatie, Galate ou selon prononciation celto-éolienne : kelete.

Hercule est un autre élément évoquant la Stargate, un personnage surement moitié mythique moitié historique, d’origine phénicienne, dont le nom Kerk-al signifie principe de la combustion (de Al ou El : le Soleil, le Principe, qui donne Al-Chimie). Un certain Saint Paul dira : « Notre Dieu est le feu qui consume » (encore une allusion à la Stargate, au Passage).


Quel est le but de toutes les religions : CONSOLER ou RÉCONCILIER, ce qui est aussi le rôle de la FEMME. Mais depuis des millénaires il faut bien reconnaître que RELIGIONS = GUERRES ! Donc la Femme est source à la fois de consolation et de guerre.... Est-ce pour ça que le Nouvel Ordre Mondial et les socialistes ont fabriqués et surtout institués la « théorie du genre » ? Pour supprimer le rôle de consolation de la femme et supprimer les religions ? Il faux le croire en ce moment !!! Parce que ces gens jouent à Dieu et veulent en faire une religion mondiale inversée. Parce que finalement le fond de TOUTES les religions authentiques ne font QU’UN, seule l’étiquette change, et comme notre moderne « Vu à la télé », le peuple ignorant croit que ce n’est plus le même sac parce que l’étiquette a changé. Qui peut accepter qu’Isis est l’Instant ou Soi, mais aussi la Vierge Marie, mais aussi le Jéhovah (pas celui de la Bible colérique et fou) ? Isis est un morceau de la Source, l’énergie du point zéro, la Stargate source de fécondité ou création et transformation : désintégration et réintégration ailleurs, MAIS DANS L’INSTANT (pas de projection ou d’évolutionnisme).
Le fond de toutes religions n’est qu’Un, ce qu’exprime admirablement Ramana Maharshi à l’entretien 96 :
« La Vérité Suprême est si simple. Ce n’est rien d’autre que d’être dans l’état originel [être dans l’Instant, le Soi]. Il n’y a rien de plus à dire.
N’est-il pas étonnant que pour enseigner une vérité aussi simple il faille que tant de religions, croyances, méthodes en viennent à exister avec les discordes qui en découlent entre elles ? Oh quelle pitié ! Quelle pitié !
C’est parce qu’ils veulent [les gens] des choses savamment élaborées, attrayantes et difficiles à comprendre que tant de religions sont apparues dont chacune est si compliquée, et chaque secte, à l’intérieur de chaque religion, a encore ses partisans et ses adversaires ». Donc le Royaume des Cieux est en nous, et pas ailleurs, et sans influences extérieures ou intérieures ! La Vie, l’énergie du point zéro...

   

Dernière mise à jour : 01-02-2014 01:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >