Accueil arrow Films arrow Films du JAPON arrow Sukitomo
Sukitomo Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-10-2008 16:27

Pages vues : 6715    

Favoris : 418

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films du Japon

Tags : Films, Japon, Sukitomo

 
Sukitomo
 
 
Trailer sur You Tube : http://www.youtube.com/watch?v=uK-WJ4s8dnk

Sur IMDB : http://www.imdb.com/title/tt1230173/
Asia Gay Films : http://www.asiangayfilms.com/sukitomo.php

Saitoh Takumi
http://wiki.d-addicts.com/Saito_Takumi
http://saitoh-takumi.jp/
http://takuming.seesaa.net/category/1162332-1.html
Sur Wikipédia français : http://fr.wikipedia.org/wiki/Takumi_Saito

Film japonais de 2006 réalisé par Mitsuhiro Mihara, sur un scénario de Hiroko Kanasugi.

Sorte de triangle amoureux.
Là on démarre dans le machin bien viril et testostéroné : dans une salle avec des gros sacs pour la boxe, des hommes jeunes pour la plupart tapent dans ces sacs avec des gants de boxe... Mais il existe aussi de la boxe féminine.
Tomokazu (joué par Saitoh Takumi) finit son entraînement de boxe. Il est photographié par un jeune garçon frêle et mince comme une nouille Ramen : Saitou Yoshiki (joué par Aiba Hiroki), qui est ami avec Tomokazu. La sœur de Tomokazu : Misao, vient les rejoindre dans les vestiaires.
On peut remarquer la voix de baryton de Saitoh Takumi qui est très reconnaissable.

Dans la rue sur le retour, Tomokazu, sa sœur et Yoshiki discutent. Arrive un coup tordu, tout au moins manquant de fluidité dans le scénario, ou donnant une impression de « cheveux sur la soupe » : une moto déboule et manque de renverser Yoshiki, Tomokazu se précipite sur Yoshiki et le plaque au sol. Ces contacts « rapprochés » amorcent un courant affectif... Misao observent les deux garçons avec inquiétude.
On a les mêmes conventions que dans Boys Love, ou le « contacté » n’arrête pas de penser à ce qui c’est passé, et dans Boys Love s’était carrément un mini viol. Pareil pour Itsuka no kimi e, et c’était un contact encore plus rapproché : du bouche-à-bouche ! On dirait que les réalisateurs se copie les uns les autres. Ici, en regardant ses photos de Tomokazu, Yoshiki n’arrête pas de penser à l’incident de la moto.
 
 
 
Un nouvel entraînement a lieu pour Tomokazu, et le photographe est toujours Yoshiki. Quand les autres apprentis boxeurs sont parti, Tomokazu fait des heures en plus tout seul a suer et a s’exciter sur le ring, et il est observé avec fascination par Yoshiki. Là on peut à nouveau voir la symbolique : le mâle ou homme-mari c’est Tomokazu le boxeur, et la femme ou homme-femme c’est Yoshiki le photographe.
Du point de vue réalisation, on a souvent une caméra portée : donc ça bouge beaucoup dans le cadre !

Misao a une attitude trouble vis à vis de son frère, comme si elle était jalouse et soupçonnant quelque chose entre son frère et Yoshiki. Elle jette un menu diététique qu’avait confectionné Yoshiki, sur le papier. S’il y avait échanges dans Itsuka no kimi e : un homme en sauve un autre grâce au bouche-à-bouche et le sauvé le lui rend plus tard en suçant le sang d’une coupure au doigt de son sauveur, ici au court d’un entraînement, Tomokazu boit à la bouteille, puis appelé sur le ring, il tend sa bouteille à son ami Yoshiki. Et bien pour avoir un contact rapproché, Yoshiki boit une gorgée à cette bouteille. Ces petits détails sont charmants et si importants... Du coup, Yoshiki prie devant l’autel d’un temple pour que son ami remporte le combat de boxe. Il concrétise cela avec une amulette qu’il donne à Tomokazu ; mais que lui pique en douce sa sœur, et sous les yeux de Yoshiki qui observait depuis la fenêtre de son appartement...

Vers la fin on apprend, par du dialogue trop long de Yoshiki, que Tomokazu est comme un frère protecteur pour lui. Vers la fin encore, on a le combat de boxe de Tomokazu, et pour lui porter chance, Misao met l’amulette porte-bonheur de Yoshiki sur son short. Mais à l'écran nous ne verrons pas ce combat.
Bof, c’est un peu chiant, ça part on ne sait où... Une seule étoile pour Aiba Hiroki, et Saitoh Takumi a beau montrer ses poings, encore ici il reste fade, comme en retrait de son rôle. De ce triangle amoureux, sorte de bluette vaporeuse où chacun reste à sa place et c’est dommage, j’aurai aimé plus d’émotion et de conviction.

M. R.
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
suki1.jpg
suki10.jpg
suki11.jpg
suki12.jpg
suki13.jpg
suki14.jpg
suki15.jpg
suki16.jpg
suki17.jpg
suki18.jpg
suki19.jpg
suki2.jpg
suki20.jpg
suki21.jpg
suki22.jpg
suki23.jpg
suki3.jpg
suki4.jpg
suki5.jpg
suki7.jpg
suki8.jpg
suki9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 13-10-2008 16:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >