Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Miam-miam des égrégores : l’opinion humaine
Miam-miam des égrégores : l’opinion humaine Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-06-2014 19:58

Pages vues : 3106    

Favoris : 480

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Miam-miam des égrégores : l’opinion humaine

Le Miam-miam ou renforcement de l’ego, donc du pouvoir : célébrité, honneur, richesse, soit le culte de l’ego.

Star system ou élites, ou plutôt MENEURS, c’est le même parasitisme.
 
 
Le premier Miam-miam étant bien-sûr la PRIÈRE : on marchande, et si la marchandise ne plaît pas, on crache à la gueule du Dieu. Aujourd’hui, dans cette civilisation du mercantilisme et du mondialisme, une nouvelle religion est née avec le cinématographe : le star system, où des artistes accèdent au statut de demi-Dieux, dans le Panthéon qu’est Hollywood. Les foules demandent toujours des héros ou des idoles à adorer à la place des Dieux, et de nos jours les Dieux c’est démodé, alors les foules se tournent vers des idoles des médias, même dans le milieu du sport-business comme le football, le tennis, la course automobile, etc.
 
Il est a noter que le new age s’est développé corrélativement au star system. Une vedette de cinéma ou un chanteur, d’opéra ou de rock devient comme un Dieu, avec le salaire qui va avec ! Suffit de voir les demeures de certains artistes à Los Angeles ! Cons ou sublimes, ces artistes seront admirés sans distinctions ! Surtout si le pouvoir s’en mêle en distribuant à ces artistes des diplômes genre médailles : les artistes seront alors « reconnus », ou « distingués », ou « honorables ».
Un adepte du Diable comme Mick Jagger fut « honoré » par la reine d’Angleterre. Le star system est le parfait Miam-miam des égrégores planétaires de certaines dimensions.

Le Miam-miam ou renforcement de l’ego, donc du pouvoir, parce que l’artiste aura alors la possibilité de manipuler des millions d’individus, surtout si cet artiste est lui-même manipulé par les cancéreux du pouvoir caché dans l’ombre. Mais comme tout est cycles, et modes, l’aura de l’artiste élu ne durera jamais longtemps.

Comme tout est récupéré, par exemple l’Église de Rome s’empara de François d’Assise qui pourtant n’avait rien demandé, afin de manipuler ses adorateurs. Le business du droit d’auteur entrait en piste. Autre exemple : Vincent van Gogh est mort pauvre, et de nos jours ses tableaux sont parmi les plus chers du monde et on a construit tout une histoire autour de lui pour faire mousser la pub. Tout est récupéré par les ismes ou systèmes.

Il est vrai que le Miam-miam du star system n’est pas normal, quelque chose cloche ! Probablement des entités dans une dimension n’appartenant pas au divin, parce que les artistes du star system sont en fait des prisonniers, des esclaves de cette dimension manipulatrice. Ces artistes sont tellement esclaves que la plupart se droguent, et finissent mal et meurent plus ou moins jeunes. D’autre part, aucune star n’attaque le système qui les fait vivre. Malgré les apparences et façades de certains artistes dit « rebelles », ça ne peut pas exister, car l’artiste est obligé de jouer le jeu du système, sinon il en est éjecté.

Mais le plus gros égrégore et parasitisme reste l’étatisme et ses politicards cancérisés par le pouvoir. Certains de ces politicards sont, presque, divinisés, comme par exemple le général De Gaule, Lincoln aux États-Unis.
Le plus gros égrégore reste le social, la communauté, parce que depuis des millénaires, tout au moins depuis le choix de la voie de l’Agriculture, le problème politique majeur est celui du dilemme individualisme-collectivisme. Le passage au Néolithique n’a rien résolu, l’humain n’a pas acquis sa vie individuelle où il participerait, enfin, à la vie éternelle ; on le voit aujourd’hui où tout est fait par cette civilisation pour que l’humain se tourne vers l’extérieur et JAMAIS vers l’intérieur. Au Néolithique l’humain n’est nullement passé du Moi-collectif ou tribal (où il n’y aurait pas de victoire individuelle sur la mort) à un Moi-individuel différencié du groupe et capable d’assumer son autonomie face à lui (ce que jusqu’à là seuls les sorciers, les chefs et les prêtres étaient soi-disant capables de réaliser, selon l’opinion de certains chercheurs comme le psychiatre jungien Pierre Solié, qui semble considérer Mère-Nature comme cannibalisme et inceste et au Néolithique nous serions passé au Père-Culture. Ce en quoi il a alors raison, car nous sommes depuis plus de 5000 ans dans une civilisation patriarcale, où le Dieu unique est une forme de patriarche).

Le Moi-Individuel n’est qu’une mascarade de l’après 1789 où c’est le « chacun pour soi » ou libéralisme, soit l’exacerbation de l’ego, et nullement une libération à voir l’épaisseur des manuels de psychiatrie en liaison avec Big Pharma et l’industrie agroalimentaire pourrissant la vie des humains. L’après 1789 et son mondialisme nommé « démocratie » ne jure que par le quantitatif, donc le Moi-Collectif : l’humain est devenu une unité arithmétique, une marchandise à code-barres dans la masse des humains, de France, du monde, dénombrables comme des patates dans un sac, un matricule de sécurité sociale et de carte d’identité, un nom sur une liste électorale, un poste de travail à l’usine, etc. Dans le mondialisme l’individu compte pour « un » en tout, son voisin compte pour « deux », et ainsi de suite. Dans cette civilisation tout est fait pour faire croire que la vie se limite au sensible, entre l’instant de la naissance et l’instant de la mort.
L’être humain moderne n’est pas sorti du Moi-Collectif. Il est toujours prisonnier de l’égrégore mondialiste commencé au début des 10.000 ans de cette voie de l’Agriculture.
Les philosophistes et perruques poudrées du siècle des lumières et leur « raison » sont à l’origine de l’ordinateur actuel, lequel est en train de tuer l’humain, du moins l’informatique dans sa forme BINAIRE actuelle, qui ne saurait durer encore longtemps... L’humanisme des Galilée & Cie de la Renaissance et les républicains de 1789 ont engendré la négation de la science et sont mourant en accouchant de l’ordinateur. Et avec le transhumanisme, l’être humain devient un robot esclave de l’invention de ses propres machines !
Tant que l’être humain ne sera pas sorti de la thermodynamique, il ne retrouvera jamais la vraie Science, qui est à la fois théologique, métaphysique, physique. En d’autres mots, l’être humain doit retrouver SA TOTALITÉ ORIGINELLE, dans la circumincession accomplissant la synthèse : l’Unité en sa double spiration Évolution-Involution.

Les principes et institutions qu’a pondues et voulu imposer au monde les perruques poudrées du siècle des lumières est en train de s’effondrer. Plein d’internautes cherchent par quoi remplacer ces principes de 1789, notamment la solution la plus viable : SE PASSER DE TOUT GOUVERNEMENT.

« L’animal humain » est généralement bien plus redoutable que « l’animal-naturel » ; ce dernier est rarement pervers, à la perversion il faut la « réflexion », donc la dualité sujet-objet.
 
 

Dernière mise à jour : 21-06-2014 20:09

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >