Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’humain, le plus grand prédateur cosmique
L’humain, le plus grand prédateur cosmique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-06-2014 19:17

Pages vues : 3409    

Favoris : 459

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
L’humain, le plus grand prédateur cosmique
et sa religion du Nucléaire et du Saint Fric
 
 
Si les microbes ne nous bouffent pas, si le froid de 2024 ne nous gèle pas, l’humain lui même creuse sa tombe avec son industrie du nucléaire, surtout pour ses enfants et nombreuses générations futures.
Le nucléaire n’a jamais été innocent : voir Tchernobyl, Fukushima, etc. Mais le plus grave reste LES DÉCHETS NUCLÉAIRES, dont aucun humain ne sait que faire, alors il s’en débarrasse comme si c’était une vieille boîte de conserve : il enterre ses déjections radioactives hautement polluantes. Il ne les enterre même pas, car par endroits de la planète il balance ses déchets dans la mer ; ensuite les fûts de déchets se percent, et la merde nucléaire ou chimique se répand dans la mer... pour risquer de finir dans notre assiette !!!
 
La mer, donc la vie, considérée par les humains, comme la plus grande poubelle du monde.

Quand l’industrie nucléaire ne produit pas de bombe, elle sert à produire du courant électrique avec l’aide d’Uranium radioactif, produisant de la fission ou fractionnement. Au bout d’un temps, l’assemblage d’Uranium, cœur énergétique d’une centrale électrique nucléaire, sont mis aux déchets à refroidir plusieurs années dans des piscines. C’est dans ces déchets qu’on trouve des mutations comme le « Plutonium », le « Césium », etc. La durée de ces merdes va de quelques secondes à plusieurs millions d’années. Se souvenir que tout est dans le mental, et que le « temps » n’existe pas...

RADIOACTIF : mitraillage d’électrons sur un organisme qui casse les molécules d’ADN. Si la radiation est faible, le corps arrive, parfois, à réparer l’ADN ! Quand ce n’est pas le cas, les cancers et les malformations génétiques se développent.

En moins de 50 ans, les pays adeptes du nucléaire ont déversé dans divers endroits des mers plus de 100 milles tonnes de déchets nucléaires. Les Britanniques ont rejeté à eux seuls 80% du total ! Le nucléaire ayant commencé avec les militaires, il est très difficile de savoir ce qu’ils ont fait de leurs déchets nucléaires, « secret militaire » oblige, c’est tellement pratique ! Avec les militaires tout démarre avec le Projet Manhattan, qui finira par les monstruosités que sont Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945. Les premiers rejets des déchets du nucléaire en mer date de 1945.

Dès 1945 les Américains stockaient leurs déchets dans d’immenses cuves de béton enterrées dans le sol, cuves qui évidemment au bout d’un temps se fissures et les matières radioactives contaminent les nappes d’eau souterraine ! Les nappes d’eau seront toxiques pour des centaines de milliers d’années !

Les soviétiques vont essayer de rattraper leur retard du nucléaire sur les Américains. Pendant plus de trente ans aucune information ne passe. Seul en 1973 un dissident soviétique révèle qu’il y a eut un très grave accident nucléaire dans l’Oural (Mayak) : en 1957 une cuve de déchets nucléaires a explosé à cause d’une panne du système de refroidissement. Ce fut caché par l’URSS, la CIA, et toute l’industrie nucléaire. 15.000 kilomètres carrés furent contaminés.
Le plus triste et dramatique, c’est que l’ex URSS a légué nombre de poubelles nucléaires à ciel ouvert, où même des gens vont y pécher du poisson ! Des zones et des villages contaminés depuis 50 ans !
Le socialisme à la soviétique = tout est caché à son peuple et aux autres peuples. De plus le mot SLAVE indique ESCLAVE, aussi les populations du drame de Mayak ont été laissé dans l’ignorance, sacrifiés, uniquement parce que le fait de les déplacer aurait donné des indications aux Américains sur l’emplacement du nucléaire des soviétiques. L’économie du Goulag est du même ordre, elle fut cachée au maximum.

En France, à l’usine de la Hague, on rejette les déchets nucléaires en mer, par des CONDUITS, à raison de 400 mètres cube par jour de déchets radioactifs dans la Manche. L’Iode 129 se retrouve jusque dans l’Arctique. Les rejets de la Hague sont comme un accident nucléaire permanent, et évidemment légale pour le pouvoir ! notamment l’autorité de sûreté nucléaire (ASN). La Hague contamine en permanence et faiblement l’environnement (une contamination chronique interne à faible niveau). Pour les employés de cette usine on leur demande une impossibilité : reconnaître que cette usine rejette des déchets radioactifs dans l’environnement, sans avoir le droit d’employer le mot « contamination » (il y a seulement des « traces »)...

Areva
possède l’usine de la Hague. L’usine de retraitement des déchets nucléaires de la Hague ne « supprime » pas la radioactivité, mais la concentre dans des « déchets ultimes » contenant à eux seuls 99 % de la radioactivité, qui sont coulés dans du verre fondu. Des déchets qui vont rester très dangereux pendant des centaines de milliers d’années (du moins dans notre dimension...). L’Uranium représente 95 % des déchets, recyclables seulement à 10 %, et au prix de transports dangereux et de risques de rejets radioactifs dans l’environnement.

Jusqu’à présent, personne n’a résolu le problème des déchets nucléaires ! L’énergie nucléaire n’est donc pas viable, et dangereuse à l’extrême. En France la crème de l’école des Mines décide de l’énergie à employer ; ce n’est donc pas démocratique puisque ce sont des technocrates et travailleurs du chapeau qui décident de tout. C’est le système française hérité de la monarchie : l’aristocratie qui décide de tout, en république le système des corps (lobbys, corporations).

On parle de « transmutation » des déchets nucléaires en 2050 !!! Transmutation est typiquement un mot de l’Alchimie.
TRANSMUTATION : changement ou altération de la forme des corps, de manière qu’elle ne ressemble plus à celle qu’il y avait auparavant, et qu’il ait acquis une autre manière d’être tant intérieure qu’extérieure ; une autre couleur, une autre vertu, une autre propriété, comme lorsque le métal est devenu verre par la force du feu, le bois charbon, l’argile brique, la peau colle, le linge papier, etc. (Dic. Mytho-Hermétique de Dom Antoine-Joseph Pernety, religieux bénédiction de la Congrégation de Saint-Maur).
Ce qui veut dire qu’en 2050 le problème nucléaire sera peut-être résolu, mais que l’humanité disparaîtra pour très longtemps suite à d'autres cause !...

À Bure (Meuse), on teste les possibilités de stocker les déchets nucléaires à très grande profondeur (500 mètres) dans une « bulle d’argile » imperméable. C’est à Bure que l'on teste les possibilités de stocker dans la roche les déchets pour « des centaines de milliers d’années » !!! Les déchets seront dangereux pendant 200.000 ans. Quand on voit l’état de dégradation des grandes pyramides d’Égypte, il y a de quoi être inquiet ! Si le site de Bure est OK vers 2025, il devra être opérationnel pendant ensuite environ 200 ans selon les estimations humaines actuelles. Mais s’il y a des guerres, surtout avec les changements politiques constants dans le système de l’étatisme, des catastrophes naturelles, d’autres langages parlés et perte de la mémoire de ce lieu de stockage où plus personne ne saura à quoi cela servait... ?

Dans 200.000 ans, à quoi ressemblera l’endroit nommé « Bure » aujourd’hui : il y aura peur-être un océan, une mer de glace ?? 200.000 ans, c’est plus de 6000 générations que l’humain actuel a la prétention de protéger de la radioactivité actuelle ! Les ingénieurs actuels ont donc la responsabilité de 6000 générations ! Et bien ces fous d’humains s’en remette à Dieu sous la forme du mot : CONFIANCE.
CONFIANCE : famille étymologique de Foi. Donc avoir la Foi, la Croyance, le Crédi-Crédo-Fric. Le nucléaire est proche d’une religion, il suffit d’écouter les politicards en parler.

Il n’est pas sérieux de « croire » au nucléaire et des possibilités de stockage pour préserver 6000 générations. C’est du délire enfantin de « grandes personnes » psychotiques. Bref, il ne peut pas y avoir de « stabilité politique » sur une échelle de 1000 ans ! Si les Anciens Égyptiens du temps de Djeser, il y a presque 5000 ans, avaient stockés des déchets nucléaires sous leurs pyramides, qui s’en occuperait aujourd’hui ? C’est profondément inquiétant et délirant d’entendre ces personnes du nucléaire actuel imaginer être responsables de 6000 prochaines générations.

Oui, le nucléaire est comme la Foi : il ne se voit pas, n’est pas détectable par nos cinq sens, et n’est pas accessible au niveau des informations. Visualiser le nucléaire se fait sur ses déchets, à l’aide d’un appareil de mesure de la radioactivité.
Ne pas oublier que l’étatisme, ce sont les technocrates issues de Polytechnique et de l’ENA qui décident de tout, donc anti-démocratique : le peuple n’a jamais son mot à dire. Puissance énergétique - indépendance et puissance militaire sont les deux « raisons d’État » de l’étatisme français. Ainsi, le nucléaire civil français est-il anti-démocratique par excellence, et risque de le rester longtemps...
Des technocrates de Polytechnique ou d’ailleurs qui font des choix pour les 6000 prochaines générations, c’est proprement de l’imbécilité sans nom, et totalement criminel. Ce sont à tous les peuples de la Terre de décider du nucléaire ou non pour les prochaines générations, et pas à un aussi long terme que 6000 générations.

[En référence à : Déchets - Le cauchemar du nucléaire, film de Éric Guéret, sur Arte en 2009. En haut de page : mine d’Uranium au Niger]
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 25-06-2014 19:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >