Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Plaies du monde : USA, Israël et ses Pharisiens
Plaies du monde : USA, Israël et ses Pharisiens Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-07-2014 14:16

Pages vues : 3134    

Favoris : 424

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Plaies du monde : USA, Israël et ses Pharisiens
Sans cette Trinité du Diable, la paix existerait dans le monde

PHARISIEN = VICE
 
 
Voir aussi la page : La fin des Pharisiens

« Les Juifs, cette poignée de déracinés a causé le déracinement de tout le globe terrestre » (Simone Weil)
Ces Juifs qui font tout ce qu’il faut pour que tout le monde soit « horriblement antisémite », comme l’écrit justement R. Dommergue Polacco de Menasce.
 
RAPPEL : le pharisaïsme est identique au sophisme des ergoteurs Grecs et autres travailleurs du chapeau cherchant à l’emporter sur leurs contradicteurs pour les moyens du mental ou « raison » en un ego de plus en plus tordu. La théologie est aussi du thème du travail du chapeau ; par conséquent le rabbinisme est de ce thème, le rabbin étant un « docteur de la loi », donc de l’opinion de quelques uns.
Exemple de sophisme : « Un serment ne lie pas s’il n’est accepté par Dieu ».
Dans ce cas, il faudrait connaître la pensée intime de « Dieu » !
Étant donné que nous respirons tous le même air, et sommes donc tous dans la même Matière, mentir à un serment c’est mentir l’autre. (Ignorer l’autre).
Il existe toujours actuellement la coutume de « prêter serment » sur une Bible dans un tribunal civil ; ça ne correspond pas à Matthieu 5 34-36-37 : « Que votre langage soit : « Oui ? oui », « Non ? non » : ce qu’on dit de plus vient du Mauvais ».
(D’après Isis Dévoilée. Vol 2, H.P. Blavatsky).


LES PHARISIENS
Ces gens se basent sur le spatio-temporel, à savoir l’OPINION, notamment la dualité ou « morale » enfantine du bien-mal ; ils se basent sur une esthétique du sentiment, nécessairement variable dans la multiplicité indéfinie des situations concrètes et accidents dans le spatio-temporel (on parle souvent de ‘cuisine morale’, comme ‘des goûts et des couleurs’...)
La seule Conscience EST, quand les essences jugent les accidents. « Inversement, la conscience profane ‘est’ quand on prétend déduire des accidents la nature des essences, et ce mode de conscience peut conclure, soit à l’agnoticisme, soit à des attitudes religieuses appuyées sur les seules perceptions et appétits sentimentaux et sociaux, donc tributaires de la Terre et des formes d’éducation pour ce qui en décide dans les processus mentaux et psychiques », écrit justement Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.

Les Pharisiens donne l’apparence du bien au mal. Les Pharisiens se croient vertueux parce qu’ils respectent des normes, des limites : l’eau la plus souillée leur paraît vierge pourvu qu’elle coule au fond du lit des conventions sociales !
Que la Foi et l’Amour l’emportent sur la loi, c’est là une vérité chrétienne élémentaire que seuls les Pharisiens méconnaissent.

« Avertissement aux Pharisiens :
Vous êtes comme tous les hommes, mêlés de bien et de mal, et vous voulez pourtant qu’on vous identifie tout entier à votre vertu ; mais prenez garde : dès que vous ne pourrez faire illusion, on vous identifiera tout entiers à votre péché », écrit justement Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière.
« Le but de la vie consiste à tirer l’un du multiple. Le pharisaïsme est une tentative frauduleuse pour réaliser cette synthèse ; il fait l’unité au-dehors au lieu de la faire au-dedans ; son désir de perfection s’arrête à la blanche couche de chaux qui revêt l’extérieur du sépulcre », écrit Thibon.

« L’homme perdra peut-être son âme pour conquérir l’univers, et devant l’univers conquis, il sera sans âme pour en jouir, de sorte qu’il trouvera sa plus mortelle défaite dans sa suprême victoire.
L’homme arrivé aux limite du possible et toujours prisonnier du monde et de lui-même n’aura plus d’issue que du côté de l’impossible et comprendra sans rémission qu’il est fait, non pour l’illimité, mais pour l’infinie », écrit Thibon. Cela peut rejoindre ce court texte d’Aimé Michel :

La Parabole des Neuf Clés :
« Vous êtes si jobards, mes petits agneaux, que quand vous trouvez une clef, il vous faut sa porte, et quand vous trouvez une porte, sa clef.
Et le monde est si peu contrariant que toute porte a sa clef, et toute clef sa porte.
Le monde, mes petits agneaux, n’est qu’un labyrinthe de portes ouvertes qui font semblant d’être fermées.
Si vous voulez vous y perdre, ne vous gênez pas, surtout. Voici la recette : on ne lâche pas sa clef, et on ouvre, on ouvre.
La porte dont je parle, sachez-le, n’est visible qu’ouverte et, pour l’ouvrir, il faut, je ne dis pas trois, mais bien trois fois trois clefs. Pas six, ni huit, mais Neuf.
Tant que vous n’aurez pas la neuvième, les huit autres n’ouvriront rien, et l’on vous tiendra pour fou. On dira: « Voyez le fou avec ses clefs ! »
Puis vous trouverez la neuvième. Alors, ayant franchi la porte, épargnez-vous de revenir pour crier : « J’ai trouvé ! J’ai trouvé ! »
Car, dans la Porte Invisible, nul ne vous verra plus, et votre cri sera muet.
Épargnez-vous de revenir »
(Le Mysticisme, l’Homme Intérieur et l’Ineffable - 1973. Aimé Michel).


« Quel est le plus optimiste : celui qui ne croit qu’en l’avenir [comme les transhumanistes... comme les évolutionnistes...], c’est-à-dire à une promesse qui ne sera jamais tenue ; ou celui qui sait que le paradis nous attend dans le repli de chaque minute qui passe ? » Parce qu’il n’y a pas de Chute, pas de « passé » et pas de « futur » et encore moins de « fin des temps » à la Yahvistes.
Il n’existe que la CONNAISSANCE DE SOI, donc la NON-POSSESSION, parce qu’on ne saisit pas ce qui est justement impossible à saisir, le Soi, et que la prise en charge de soi-même réside paradoxalement dans le renoncement à cette prise en charge : PAS DE BUT À ATTEINDRE, PAS DE FIN DES TEMPS.


Pas d’idées reçues, que l’Instant...
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 24-07-2014 14:32

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >