Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Évolutionnisme
Évolutionnisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-07-2014 16:20

Pages vues : 3124    

Favoris : 422

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
karl_marx_evolution.jpg
 
 
Évolutionnisme
des Yahvistes et autres évolutionnistes
et sionistes tout courts...
et autres cancéreux du pouvoir...
 
 
« Une jeune cousine, élevée par les bonnes sœurs, me disait un jour : « Pour avoir un œuf il faut une poule et pour avoir un monde il faut un Dieu ». À quoi je répondais : « Pour avoir une poule il faut aussi un œuf. Tu t’enfermes dans une chaîne de causes et effets [dualité sujet-objet] dont les deux bouts ne se rejoignent pas, que tu peux allonger à l’infini, sans que ton raisonnement soit valable », écrit superbement Jean Coulonval dans sa lettre du 7 février 1972 à Aimé Michel.
 
ÉVOLUTION OU ÊTRE NÉ = LE PLUS GRAND DES CRIMES.
Qu’est-ce encore que la Chute (du Paradis) et donc le plus grand crime de l’humain ? Et le plus grand crime du monde jouxté à celui du « Big Bang » ? Mais le plus grand crime de l’humain est d’être né, de s’être corporifié ou d’avoir un ego.  « Dieu créa l’homme et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés » comme le dit Ramana Maharshi à l’entretien 264.
Les Dieux ne sont porteurs que de ce qui est PREMIER, ce qu’on appelle « bon » ou AVANT LE SPONTANÉ. Aussi, actuellement, la « réalité » humaine est-elle privé de l’Instant.


L’HUMAIN ET DIEU SONT AUSSI CRIMINELS L’UN QUE L’AUTRE. CRIME OU CHUTE. Alors honte à n’importe quel tribunal de l’humain.

Ainsi, il n’y a pas d’évolution pas de création non plus, ou plutôt CRÉATION EN PERMANENCE : le Dieu qui naguère soi-disant « créa » son monde en 6 jours et ronfla le septième est encore une opinion de je ne sais qui ! Un pur évolutionnisme !!!
La mort (physique) est bien, avec la naissance, la seule égalité au monde, avec aussi le besoin de « faire ses besoins » : dans cette égalité, ou plutôt INSTANT : tout le monde sans le vouloir réalise le Soi ou Instant : « Je ne peux pas manger pour vous » disait François Michelin lors d’un reportage télé. Il résumait ainsi la réalisation du Soi Instant. Effectivement, personne ne peux manger pour vous, pour moi ; même la mère d’un oisillon mélange la nourriture dans son bec ou son jabot avant de la donner à son oisillon, elle ne va pas manger pour l’oisillon !
Dans la mort il n’existe plus « d’espace-temps » ou monde des accidents. La mort est identique à la VÉRITÉ, mais différente de la Naissance !

La Mort est plus exacte que la plus perfectionnée « horloge atomique » construite par l’humain.

Cependant, qui dit horloge, même atomique ou nucléairomachin, ça se DÉRÈGLE ! Par exemple, dans le premier des Contes Indiens de Mallarmé on trouve l’impossibilité d’être ceci ou cela en même temps : soi-même et un autre.
Un vieux roi regrette sa jeunesse perdue et voudrait être « jeune à nouveau », ressembler au beau jeune homme dont la reine lui a montré le portrait. Un illusionniste ou magicien lui dit que la métamorphose est possible, car le portrait est ensorcelé : le roi pourra le contempler intensément et s’y identifier, pendant une cérémonie initiatique dont les sorciers par l’entremise de la reine lui préciseront les détails.
Le moment venu, apparaît en chair et en os l’original du portrait, donc le jeune amant de la reine, qui a trouvé un excellent moyen de se substituer sans effort et sans frais au roi, à la faveur d’un assassinat nocturne. Vraiment, c’est le cancer du pouvoir qui ronge le monde.
Ainsi, d’un coup de cimeterre aussi directe que l’éclair il perce le corps du vieux roi, qui peut-être avec un coup aussi éclatant crut à l’accomplissement de sa métamorphose.

Bref, la chose qu’on veut éviter et qu’on veut obtenir EST IDENTIQUE. D’ailleurs un proverbe populaire dit bien : « On ne se refait pas ».
L’événement souhaité par le vieux roi, le ‘je’ est devenu ‘un autre’ (lui-même), et le « nouveau roi remis à neuf » est riche de toutes les qualités qu’on attend du mythe de la Fontaine de Jouvence, et comme de nos jours, être : jeune, riche, beau, et en bonne santé, avec un sexe de bonne taille qui bande bien.
Le monde du spatio-temporel ou des accidents porte bien son nom : l’unique atteint son double, et dans l’intervalle de l’espace-temps il en meurt. Pourtant le roi est resté roi tout en devenant l’autre, comme si son ego avait muté, c’est-à-dire qu’il n’avait plus de passé, de mémoire... Le roi « acheta » sa jeunesse retrouvé en disparaissant ou en tuant carrément son ego, comme s’il naissait à nouveau et avait « tout à réapprendre ». Cela veut dire aussi que CHACUN EST UNIQUE, IL N’Y A PAS DE DOUBLE : UN EST LE TOUT, de la devise alchimique. IL N’EXISTE QUE L’INSTANT.

Je suis heureux de voir qu’une certaine Hécate, dans Macbeth, s’écrit que « la sécurité est la plus grande ennemie des mortels », notamment parce qu’elle éloigne de l’Instant ; alors c’est triste, car toute notre civilisation est bâtit sur le sécuritaire ou le confort, c’est la même chose.

Le plus dramatique pour le genre humain est que cet évolutionnisme à la judaïsme et au religion du Livre en général mène le monde à sa perte : voyez ce qu’il se passe cet été 2014... Le pire, ce ne sont pas les tués qui ne peuvent plus souffrir, mais les « encore vivants » devenus des MARCHANDISES, DES PATATES À CODES-BARRES. Parce que c’est cela le monde des Juifs rabbiniques ou PHARISIENS. Le monde des SOPHISTES ET AUTRES ERGOTEURS GRECS sur lequel est bâtit principalement notre civilisation occidentale et moyen-orientale. En effet, les ergoteurs ou travailleurs du chapeau Grecs avaient parfaitement compris le sens des compas-équerres à la Moïse et ses normes ou Commandements : l’INSTITUTION, qui, selon eux, et non la Nature des Païens et de la spiritualité cosmique, était en mesure de donner corps ou forme à une existence à ce que Platon et Aristote concevront comme des « substance » : l’individu sera social ou ne sera pas. Ainsi, avec ses normes compas-équerre et sa « morale » arrive la société des CONVENTIONS, qui effectivement rendront possible le phénomène de l’individualité si cher au républicanisme des Robespierre et des 1789.

Ce qui garantit l’identité est, et a toujours été, un acte public : de nos jours nous avons l’extrait de naissance, la carte d’identité, de sécurité sociale, de Carte bancaire, etc., jusqu’aux témoignages concordants de la concierge et des voisins et des proches commerçants.
Ainsi, la « personne humaine
 », conçue comme singularité, n’est alors perceptible à elle-même qu’en tant que « personne morale », au sens de la norme ou juridique du terme : c’est-à-dire non comme une substance délimitable et définissable, mais comme une entité institutionnel du républicanisme, de l’étatisme, que garantit l’état de ce même étatisme, et rien que l’état civil, c’est-à-dire limité à l’extrême !!! Cela veut dire que la personne humaine N’EXISTE QUE SUR LE PAPIER, et encore ! De nos jours de folie du binaire informatique la personne humaine n’existe que dans un fouillis de zéros et de uns coincé dans un ordinateur. Donc la personne humaine existe bien, mais sur papier ou dans un ordinateur ! Elle n’est appréciable de l’extérieur que théoriquement, comme possibilité plus ou moins plausible. Évidemment c’est fragile à l’extrême : à chaque accident ou crises, on se trouve dans l’impossibilité d’établir son identité. Il devient inutile si on est « sans papiers », de crier à la police ou à un quelconque fonctionnaire du républicanisme qu’on est soi-même, cela ne dit rien à personne. De nos jours de folie technologique, de « réseaux sociaux », il est très facile de se faire PIRATER son identité, à défaut de se faire pirater sa carte bancaire !

Ce drame de l’étatisme bâtit sur les ergoteurs Grecs est le même drame que la découverte de l’écriture : nous sommes passés d’une observation directe avec une pensée sur les choses, qui perdura de longs siècles en se transmettant de générations en générations, à une pensée sur les REPRÉSENTATIONS DES CHOSES, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est un sous-produit de « l’invention du monde sur le papier » (et maintenant dans le virtuel de l’informatique et des médias et de l’Internet).
À partir du moment où on trace des cartes de zones géographiques, on se « projette sur le papier ». La littérature, la science et la technique, la philosophie, le droit, la religion, sont fondamentalement des artifices qui procèdent de l’écrit, dont d’une forme de NORME, de CONVENTION. Grâce à eux, et par habitude ou confort, nous arrivons à nous représenter nous-mêmes, et que nous nous représentons nos idées et l’ensemble du monde. Ainsi, nous n’habitons pas vraiment le monde, mais celui que ces artifices ou illusions nous représentent !

Norme + pouvoir = dynamite étatique ; des chefs de files ou meneurs décident du système, se prétendent détenteurs et gardien du moule originel, formulent des systèmes philosophique comme les ergoteurs Grecs, en conséquence, prétendent agglomérer autour d’eux des disciples, recrutés parmi ceux qui ont souffert des mêmes carences dans la satisfaction des appétits sensibles.
Comme l’écrit Jean Coulonval, se soumettre plus ou moins consciemment à la volonté de la tête d’œuf de le fourrer dans un moule ou une norme, renonce du même coup à sa liberté, par un processus qui singe la religion (on peut aussi l’appeler « laïcité »).
« Tout système philosophique et, en conséquence, tout système politique (ils se disent tous démocratiques) est une cage, une clôture, un esclavage, une limitation de l’être. Nous vivons le règne des systèmes, des dictatures. Il réussit ou il avorte, mais il est cela. Un homme peut refuser tout système : c’est ce que j’ai fait. Mais le monde moderne étant ce qu’il est, cet homme renonce du même coup à être concrètement un être social, à être insérer, à « compter » dans le corps social. Le Christ a dit : « Qui perd sa vie la gagne ». Mais c’est dur. Il faudra bien qu’un jour ce ne soit plus vrai.... » écrit justement Coulonval.

En remontant au Krita-Yuga ou Âge d’Or (il y a environ 65.000 ans), il n’existait pas de limite, tout était encore possible. Mais un jour des « entités » décidèrent de systématiser : imposer des limites, des normes ou lois. Ils bidouillèrent des humains à partir de ce qui existait déjà sur Terre : des humains-animaux. C’était la fin du merveilleux, on ne reculait plus à cause de l’arrivée de la Chronologie tueuse (Kronos), ainsi arrivait le temps de l’HISTOIRE (comme celles que raconte l’industrie d’Hollywood). C’est ainsi que cette mutation donna les continents, les mers, les montagnes, etc. Le mental prenait forme. Seulement, l’ÂGE D’OR EXISTE TOUJOURS, il n’a jamais disparu, IL EST, il EST notre état naturel.


En cette époque où l’USionistan « attaque » la Russie, une vidéo sur « l’âme » russe, ou plutôt sa mentalité et mode de vie : intéressant, perspicace, malgré son côté un peu foutoir et ses longueurs. Certains devront s’y reconnaître, dont moi, l’auteur du site ! Bien que cette vidéo ne parle que de l’après URSS, ce que est limité, mais reste tout de même assez juste.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 25-07-2014 16:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >