Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dictature de l’économie
Dictature de l’économie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-10-2008 13:42

Pages vues : 5782    

Favoris : 505

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Dictature, Économie


ordre_mondtruc3.png
 
Dictature de l’économie
La trinité du Malin :
Spéculation, Production, Consommation
 
 
Percevoir l’Esprit (1) au travers de la Matière et du geste. Ce que l’ouvrier manuel (2) ne peut plus faire, sauf exception rarissime. Dès lors que ce n’est plus l’Esprit qui découvre un sens dans la Matière, c’est la matière qui découvre un sens à l’Esprit ; et c’est le matérialisme, lequel n’est ainsi qu’une métaphysique en creux, renversée.
Jean Coulonval.

On a le même problème avec l’emploi du mot ÉCOLOGIE !

Jean Coulonval, dans son livre : Synthèse et Temps nouveaux : Si le communisme combat le capitalisme, il lui doit pourtant d’exister : c’est la Révolution qui se dévore elle-même. Pour l’instant, ils co-existent, on peut même dire qu’ils se conditionnent l’un l’autre.
...
 
S’accrocher au capitalisme occidental comme dans une forteresse pour résister au communisme, c’est une faute. Une faute, d’abord parce que dans ce combat c’est le communisme qui a l’initiative des opérations, le capitalisme étant acculé à la défensive. Ensuite parce que c’est considérer ces deux formes politiques comme des systèmes clos (les dictatures ! NDMR), alors qu’ils ont entre eux d’étroites affinités. Rejeter le communisme et garder le capitalisme, c’est rejeter le fleuve et vouloir garder sa source.

Je suis bien d’accord avec Jean Coulonval, et maintenant depuis la chute de l’URSS, c’est valable surtout pour la Chine, où par exemple les fils d’anciens responsables communistes sont tous des milliardaires...

La capitalisme (sens de richesse, de libéralisme, de profit, de constipation ou accumulation de la merde, pardon de l’Or), dont nous voyons les effets des miasmes actuels est ni plus ni moins une forme de prison, de dictature, de privation de liberté.
On ne peut pas vendre aux enchères des pans entiers d’une ville vivante sans tenir compte des traditions autochtones, même si elles peuvent paraître bizarres aux étrangers. [...] Car ce sont nos traditions, c’est notre ville. Longtemps, nous avons vécu sous la dictature des communistes, mais nous comprenons maintenant que la dictature des affairistes ne vaut pas mieux. Peu leur importe de savoir dans quel pays ils se trouvent.
Grigori Gorine, écrivain Russe (1993).
Citation tirée du livre de Naomi Klein : La stratégie du choc, la montée d'un capitalisme du désastre.

Ainsi comme on peut voir les ravages du capitalisme en Chine : depuis la Place Tian'anmen, déclenchement pour les dirigeant chinois de s’attaquer à leur propre population pour empêcher la démocratie de nuire à leurs projets économiques.

Après l’effondrement du communisme et de l’URSS des bolcheviks, la situation monétaire dans la nouvelle Russie fut une catastrophe. J’en sais quelque chose car j’ai de la famille là-bas !

Ainsi sous Boris Eltsine, et d’après le livre : La stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du désastre, de Naomi Klein, Éditions Actes Sud :
- Au bout d’une année seulement, la thérapie de choc avait prélevé un très lourd tribut : des millions de Russes de la classe moyenne avaient vu l’épargne de toute une vie être engloutie par la dévaluation de la monnaie ; en raison de l’élimination brusque des subventions, des millions de travailleurs n’étaient plus payés depuis des mois. En 1992, la consommation du Russe moyen avait diminué de 40% par rapport à 1991, et le tiers de la population vivait sous le seuil de la pauvreté. Les Russes de la classe moyenne durent se résoudre à vendre des effets personnels sur des tables pliantes installées au bord de la rue - expédients désespérés qui, aux yeux des économistes de l’École de Chicago, signifiaient l’avènement de « l’esprit d’entreprise » - preuve que la renaissance du capitalisme était bien engagée, un souvenir de famille et un veston d’occasion à la fois.
...
Il faut savoir que les richesses publiques de la Russie furent liquidées à une fraction de leur prix, mais aussi que, dans la pure tradition corporatiste, elles furent acquises à l’aide de fonds publics. Sans débourser un sou, quelques hommes triés sur le volet firent main basse sur les champs pétrolifères russes développés par l’État, à la faveur d’un tour de passe-passe monumental dans lequel une branche du gouvernement en payait une autre.

Joseph Stiglitz, qui était, à l’époque de l’effondrement de l’URSS, économiste en chef à la Banque mondiale (sorte de Nouvel Ordre du Monde), résume bien la mentalité des apôtres de la thérapie de choc. Les métaphores qu’il emploie devraient à présent être familières : seule une attaque éclair lancée pendant la « conjecture favorable » créée par le « brouillard de la transition » permet d’apporter les changements avant que la population n’ait eu le temps de s’organiser pour protéger ses intérêts. En d’autres termes : la stratégie du choc.

Effectivement, en économie, l’Homéopathie (3) n’a pas sa place... Car c’est une médecine qui tient compte de la personne et surtout de son mental, de sa caractéristique et de sa sensibilité. Choses que ne fait pas la médication chimique industrielle, qui considère que tout le monde est pareil et ne fait pas dans le détail ou ne tient pas compte du terrain de l’individu. On a la même chose en économie. Voir ci-dessus la citation de l’écrivain Russe. Mais en voici une autre qui résume la médecine chimique du business :
- Qu’on répande la bonne nouvelle. Les lois de l’économie sont comme celles de l’ingénierie : elles s’appliquent partout. Lawrence Summers, économiste en chef de la Banque mondiale (1991).
Et c’est ce même triste sire qui, au sein de l’administration Clinton, œuvrait au façonnement de l’économie de la nouvelle Russie. Ses trois mots clés : la privatisation, la stabilisation, et la libéralisation. Ainsi en 2003, et selon le magazine Forbes, il y avait en Russie dix-sept milliardaires. Plus thérapie de choc tu meurs ! On en est toujours au : par ici pauvres cons passons la monnaie !

Michel Roudakoff
 
 
Notes.
1. Le mot Esprit prêtant à grande confusion, tout comme le mot âme d’ailleurs, il est donc ici assimilé au Souffle-animateur, dans le sens d’état de conscience qui sert à se représenter. l’Esprit est le principe immortel, immatériel, et purement divin de l’homme, la couronne de la Triade humaine. L’âme est le principe vital, le souffle de vie que partage tout être. (D’après Isis Dévoilée, de H. P. Blavatsky, Éditions Adyar)
Selon H.P. Blavatsky dans son Glossaire Théosophique, le terme « esprit » est seulement appliqué à ce qui appartient directement à la Conscience Universelle, et qui est son émanation homogène et sans mélange. Conscience Universelle où en Égypte, Maât, qui est la gardienne de l’ordre du monde.

2. A dix ans, ma mère forgeait des clous dans l’atelier de mon père. A huit ans, il était en service chez un exploitant forestier, qui lui a appris à lire, écrire et compter pour cuber le bois coupé sur pied. Mes parents n’avaient absolument pas la psychose, la superstition de l’instruction scolaire et ils ne pouvaient me la léguer.
...
Ce qui sauve le vrai ouvrier, c’est que le tact, le geste bien fait, est encore une forme de pensée.
...
Les ouvriers d’industrie sont mécanisés, (par exemple en Chine, NDMR) ils sont les instruments de mise en œuvre d’une technique qu’ils n’ont pas eux-mêmes élaborée, à laquelle ils ne comprennent rien. Ils ne sont pas en situation de percevoir les choses de l’Esprit en filigrane, par transparence, au travers de leurs gestes, de leur travail. Ils travaillent, ils ne font pas une œuvre.
Jean Coulonval : Synthèse et Temps nouveaux.

3. Attention à l’article de Wikipédia sur l’Homéopathie, il n’est pas neutre et penche, on s’en serait douté, vers les soins à base de la chimie industrielle. J’indique seulement le site du fabriquant : les laboratoires Boiron. Comme on accorde sa confiance ou non à son médecin, à chacun de se faire son opinion sur la façon de se soigner et de s’empoisonner.
 

Dernière mise à jour : 28-10-2008 11:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >