Accueil arrow News arrow Dernières news arrow ÉCHO
ÉCHO Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-09-2014 21:12

Pages vues : 2896    

Favoris : 475

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
frise_ouro1.jpg
 
 
 ÉCHO

Résonance, réflexion.
Le monde de la photo est celui de la mort.
 
 
ÉCHO va avec l’EGO : quand on entend le son de sa propre voix dans l’enregistrement par un magnétophone, on éprouve un vague sentiment de malaise et de doute identitaire ! Il y a dans l’écho quelque chose qui, paradoxalement, ne répond pas mais évoque une parole étrangement autre. L’écho serait comme un DÉCALAGE. Un décalage d’autant que l’écho ne renvoie que la répétition de sa propre « question », un peu comme un disque microsillon usé dont la pointe de diamant coince sur un sillon et en est réduit à reproduire sans fin le même chapelet de fréquence musicale. C’est la prison, le fixisme.
 
L’écho comme l’ego renvoient à la non-réalisation de l’Instant ou Soi : avec l’écho et l’égo on est toujours à l’extérieur. Mais paradoxalement l’écho se situe dans le même thème que la TAUTOLOGIE, qui fait de sa réponse à la parole dont elle renvoie l’écho une non-réponse. On lui demande A et elle répond A... comme un dialogue de sourd, ou un combat de Nègres dans un tunnel !
La musique est aussi du thème Tautologie : elle est un langage que rien n’éclaire de l’extérieur ; et si on « l’interroge » sur sa signification, elle ne peut que répéter sa « musique ».
L'écho n'est pas sans évoquer la FRACTALE.

Écho, ego ou reflet, évoquent aussi Narcisse, le miroir, l’eau reflétant l’IMAGE, si prolifique et folle à nos jours : le PARAÎTRE, la démocratie et l’individualisme qui se voudrait mondialiste (collectiviste).
Une RÉSONANCE qui est proprement fixiste : moi (Narcisse ou ego), moi (reflet ou ego), moi (mon écho). Une résonance musicale dangereuse à l’extrême : voir les expériences de résonance d’un Nicolas Tesla ou du pas d’un régiment dont il faut faire rompre le pas sous peine de faire s’écrouler le pont. Avec une résonance capable de faire s’écrouler un pont ou n’importe quels édifices, l’arme est extrême et proche de l’arme à ondes scalaires (voir la page : Eau, Cristaux, Atlantes et Alchimie). L’écho et l’ego est capable de nous éliminer comme la vibration (du pas des soldats) peut faire s’écrouler un pont.

Une résonance à l’infini faisant de Narcisse un ego SECRET, parce que son identité n’en est pas pour autant dévoilée. C’est la même Tautologie que celle de Moïse, sur le mont Sinaï, qui « reçoit » les  Commandements. Alors Moïse demande à son « Dieu » la nature de son « identité » : ‘Qui est-tu ?’. Il n’obtient que la réponse : ‘Je suis celui qui suis’, ou ‘Je suis qui je suis’ (qui fait plus gamin !).

L’écho et sa « parole » ouvre la voie à toutes hallucinations possibles : « Si ce n’est pas ma voix qui résonne en face, c’est peut-être celle de l’âme d’un défunt, ou d’un ami décédé, voir la voix d’un Dieu du coin ». Ainsi, l’écho comme l’ego semble vouloir égarer, soit orienter dans des directions imprévisibles et étrangères à notre propre soi, à notre Soi-Instant. Parce que l’écho a le pouvoir en miroir de nous renvoyer à la gueule notre identité.

L’écho est comme l’ego puisque comme on ne perd jamais son ego (on peut juste le dompter), on ne possède pas son écho, il est comme latent : il faut le mettre en vibration pour l’entendre, de plus il est distant ! L’écho n’est pas tout-à-fait identique au reflet : il faut l’amorcer ; alors que l’ombre et le reflet sont toujours présent (sauf dans le noir !). L’écho comme l’ego est toujours présent.

Notre civilisation fonctionne beaucoup sur l’ego et l’écho : la propagande républicaine et de sa démocratie établissant le règne de l’opinion : faire agir son mental, son ego. De nos jours de folie technologie qui va immanquablement nous perdre, tout est devenu FAUX, surtout au travers des médias, c’est-à-dire par les sons et bien plus les IMAGES. De toutes façons, seul le faux est visible. Le vrai cesse d’être vrai dès lors qu’il est vu ! Le confort si présent de nos jours est destiné à nous faire endosser la « cruelle réalité ». On cache la Réalité ! Et les politicards de profession sont des spécialistes.
Il n’est plus possible, sauf travail d’Hercule, de savoir la « vérité », l’authenticité d’une image, d’un film ou d’une photo. Avec le numérique, tout peut être truqué : son, film, image. Aucune « vérité » médiatique et en image ne peut s’auto-fonder : il lui manquera toujours l’appui d’un élément extérieur qui la valide. Le cinéaste Jean-Luc Godard résuma bien la situation : « Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image », donc une OPINION, un éloignement de l’Instant : image, photo, son, sont tous des FIXATEURS qui éloignement de l’Instant, le ici et maintenant qui bouge en permanence, la seule Réalité possible est toujours mouvante, alors que la photo est fixe : ELLE TUE L’INSTANT. Le monde de la photo et de l’image et du son est celui de LA MORT.
Le chanteur Jacques Dutronc résume lui aussi la situation de cette démocratie : « On nous cache tout, on nous dit rien ».

Tous les fixateurs, les mondialistes actuels, ont peur de l’Instant, ils veulent tout contrôler avec leurs lois et leur Big Brother, parce qu’ils ont peur de l’insolite, de la spontanéité. Ainsi toute peur est LA PEUR DU RÉEL. Évidemment la peur ne se réduit pas à la crainte d’une réalité dès lors que celle-ci est sous les yeux, mais en fin de compte, c’est bien toujours le réel qui fait peur. La peur survient lorsque le monde est si près. Et ça, ce n’est nullement collectif mais individuel ; aussi la peur que veut inoculer tous les pouvoirs depuis au moins 10.000 ans est-elle une fausse peur : UN PARASITE.
Aussi, et contrairement à cette civilisation de la consommation qui nous fait croire que la vie se résume à consommer du berceau à la tombe, qui accepterait de vivre cette vie de conneries sans nom s’il n’y avait cette peur de quelque chose après la mort ?

L’évidence fait si peur. Elle est si difficile à cause du mental, et donc de la non-spontanéité. À cause du mental des humains, on va chercher bien loin ce que l’on a effectivement sous la main, ou sous les yeux ou très proche de soi ! Ainsi les choses proches, pour nous humains handicapés par notre mental, notre ego, le chemin des choses proches est depuis au moins 10.000 ans le plus difficile, et avec la modernité et sa folie technologie, le confort nous éloigne sans cesse des choses proches, comme notamment le langage écrit : « nous sommes passés d’une observation directe avec une pensée sur les choses, qui perdura de longs siècles en se transmettant de générations en générations, à une pensée sur les REPRÉSENTATIONS DES CHOSES, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est un sous-produit de « l’invention du monde sur le papier » (et maintenant dans le virtuel de l’informatique et des médias et de l’Internet). Par exemple au Moyen-Âge les signes ont été considérés comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom. Au 17è siècle, les signes deviennent des « modes de représentations » montrant déjà l’installation du règne de l’opinion. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées.
L’opinion s’installe lorsque les mots/maux ont une signification en références aux idées (au mental) et non directement aux choses. Le mot devient maux puisqu’il perd son lien direct avec la chose.
 
 
L’écho, l’ego des animaux ?
 
 
 

Dernière mise à jour : 07-09-2014 21:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >