Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’étatisme est MORT
L’étatisme est MORT Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-09-2014 20:58

Pages vues : 2886    

Favoris : 451

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
margaret_thatcher_etatisme.jpg
 
 
L’étatisme est MORT
C’est Jacques Attali qui le dit
 
 
 
Tout attendre de l’État signifie que l’on attend tout de l’extérieur, des autres, et jamais à l’intérieur de Soi. Chacun s’appuie sur l’autre dans un faux sentiment de sécurité vendu à toutes les sauces depuis l’attentat du 11 septembre 2001 instaurant la mode du terrorisme ; car pour être 10.000 à s’accrocher les uns aux autres, on en est pas moins suspendu dans les airs, avec la seule différence que l’on ne ressent plus l’insécurité qui vous entoure.
Compter toujours davantage sur la protection de l’État signifie que le peuple est déjà transformé en troupeaux de moutons, qui escomptent toujours que les bergers les conduisent aux « pâturages » ; en réalité les bergers conduisent maintenant les peuples à l’abattoir !
Le principe de l’étatisme depuis Clovis en France, et ailleurs à différentes époques, est le pire danger pour l’intégrité de la PERSONNE (je suis CE JE SUIS). Tout étatisme monarchique ou républicain prépare le terrain à une démission de la personne et à l’avènement des régimes totalitaires. C’est ce que voyait déjà en son temps Carl Gustav Jung.
TOUS « HOMMES D’ÉTAT » SONT UN DANGER. De nombreux avertissements n’ont pas manqués de nous prévenir de ce danger ! Notamment depuis l’avénement de la troïka Lénine-Staline-Trotsky suivie d’Adolphe Hitler. Aujourd’hui ce sont les « nations unies » et autres hydres mondialistes ressemblant à la Grande Loge Blanche ou autres entités d’esprits de groupes (égrégores).

Se souvenir que quiconque promet tout, court le danger d’en venir aux pires expédients pour tenir sa promesse, ce qui le met sur la pente de la catastrophe !
Le libéralisme et l’existentialisme, que l’on peut traduire par « la religion de l’homme » (et ses « droits de l’homme »), indique que l’humain est toujours l’Homo religiosus du fond des âges ; il est toujours à la recherche et la protection d’un Absolu transcendant. Mais ces actuelles religions de l’homme comme la laïcité  sont des singeries, des usurpations pures et simples de l’ordre naturel des choses. Ces « religions » ou laïcités avec ses normes ‘droits-de-l’homme’ qui mettent l’homme et l’humanité à la place du Divin sont des comédies de singes savants rêvant d’immortalité par le traficotage des transhumanistes et de leur chef les Google et Cie.
RAPPEL : pour « observer » l’Univers, il faudrait pouvoir en sortir, chose impossible dans notre dimension, et même dans d’autres !
 
 
Dans le journal l’Express de septembre 2014 Jacques Attali écrit qu’il n’y a rien à attendre de l’État : les politicards professionnels sont de pire en pire, idem pour les gouvernements à venir composés de ces mêmes politicards de plus en plus fous et corrompus. Concrètement cela signifie qu’il ne faut plus rien attendre de l’étatisme : de moins en moins de prestations sociales, impôts en constante augmentation, diminution des créations d’emplois publiques, plus aucune décision politique d’importance.
Le monde de demain appartiendra à ceux qui renoncent à l’étatisme, soit qui renoncent à attendre quoi que ce soit, de leur parents, de leurs chefs, de leur maires, de leurs gouvernements successifs ! Et il faudra de moins en moins compter sur la solidité à toucher sa retraite qui diminuera de plus en plus…

Ce que Jacques Attali se garde bien d’écrire en lançant un « Débrouillez-vous », qui est déjà en place depuis 1789, c’est que ce « chacun pour soi » en forme finalement de la guerre de tous contre tous, n’est évidemment pas la réalisation du Soi ou le « Je suis CE JE SUIS » de la Félicité ou autonomie absolue.
Jacques Attali reste dans son monde du Kali Yuga de ses confrères Juifs du « Royaume de Dieu (juif) sur Terre ».

Effectivement, en passant par l’étatisme des Clovis jusqu’à Louis 16 pour la royauté ; en passant de la révolution de 1789 jusqu'à nos jours de cinquième république, plus rien à attendre de l’étatisme. Prochainement, ce sera le « Chacun pour soi », mais pas dans le sens matériel, encore une fois : dans le sens de la réalisation du Soi-Instant. Il n’y a pas d’autre voix, sinon, on tombera dans des abominations comme jamais l’humanité n’en a connu depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, et effectivement il ne restera alors sur cette planète que moins de 500 millions d’habitants, ce qui doit bien arranger des gens comme Jacques Attali et les Rockefeller et autres Rothschild !

Donc la civilisation s’enfoncera dans les horreurs sans nom, car tout être humain, qu’elle qu’il soit, ne peut donner à son semblable que ce qu’il est lui-même ; et cette civilisation fait tout pour démolir l’être humain.
Comme écrivait le Psychiatre A. Stocker dans : Folie et santé du monde : « Tout homme doit ainsi faire ‘société’ avec lui-même, au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec les autres. Des relations sociales authentiques ne peuvent avoir lieu qu’entre personne authentiques »

De nos jours il n’y a plus de « personnes authentiques », c’est pourquoi nous voyons un Sarkozy se représenter dans cette jungle politique républicaine avec certainement le souhait de redevenir « président de la république » !!! Le pouvoir est une drogue dure.
De nos jours Élite = pires racailles, voleurs, menteurs, profiteurs à l’ego gros comme le Soleil.
De par ce monde il n’existe plus d’élite mais des MENEURS. Car l’élite composée des plus sages et des plus vertueux s’identifie rarement avec les dirigeants de la société dont elle fait partie.
L’élite peut soit participer soit rester volontairement dans l’ombre, et les dirigeants de leur côté peuvent appartenir aux couches les plus médiocres, sinon les plus incultes, les plus criminels. C’est dans ces derniers cas que l’on peut alors parler de MENEURS; ceux qui ne savent pas eux-mêmes où ils vont, et comme apprentis sorciers fous, ils sont en général emportés par le déluge au déchaînement duquel ils ont savamment travaillé.

De nos jours le mot élite est confondu avec compétition : celui qui est placé le plus haut sur l’estrade, et reçoit la « couronne de laurier ». Or cela n’est justifié que dans les situations idéales, hélas maintenant, tout à fait exceptionnelles dans la réalité sociale, telle qu’elle se présente dans la vie courante.
Notre civilisation ne produit plus que des meneurs psychopathes et enfiévrés substitués aux dirigeants authentiques. Et avec la folie technologie, ce problème des meneurs est d’autant plus aigu puisque tout est dirigé sur l’ego plus que sur l’âme ; cet ego qui ouvre la voie au désordre, au chaos de l’humain : la sensibilité et sa sœur jumelle l’émotion, constituent le terrain favorable au règne de la passion, du fanatisme, de la tyrannie de l’opinion, etc.

Comme déjà écrit sur la page : Dilemme individualisme-collectivisme, le principe du chef est de servir la communauté (c’est lui l’esclave et pas son peuple). C’est en ce sens que l’on parle d’ÉLU, de plus un élu dans le vrai sens de ce mot cela ne s’improvise pas par le « suffrage universel » ; l’élu véritable a reçu une formation humaine préparatoire le rendant apte à figurer un jour parmi les « élus ».

Ainsi, plus nombreux seront les êtres humains instruits, et surtout élevés dans la sagesse de la connaissance de l’être humain, et plus la « compétition » aura lieu à un niveau plus élevé et se fera avec plus de rigueur : là où il y a grand choix, on ne se contente pas de n’importe quoi, ni de n’importe qui !!!
En fait, l’élite ce devrait être CHACUN DE NOUS !

Le monde de Jacques Attali est hélas celui de l’évolutionnisme, qui nous donnera l’existentialisme à la sauce Jean-Paul Sartres, dépourvu de toute bases essentielles ; en un mot : une cacophonie en solo de tambours. L’’autre grande « vision » d’Attali est sa confirmation du mondialisme ou libéralisme, dont on connait la devise depuis presque 200 ans : « Laissez faire, laisser passer », tout au moins pour les Couilles en Or, pour les peuples c’est impossible. Jacques Attali possède quand même une once de vision à long terme : ce genre de civilisations n’ont jamais eu une vie bien longue ! Elles sont réduites à se prendre pour un État dans l’État (voir le pouvoir de toutes les grandes multi-nationales faisant faire les lois pour leurs comptes en banques). De telles civilisations rappellent un individu réduit à sa seule capacité de connaître, sans contact avec la capacité d’aimer, et de sentir. Si ce n’était pas une impossibilité au niveau de l’individu, un tel être serait une créature privée du Ciel par le haut, et de la terre par le bas…

Il n’est plus besoin de « regarder la télé » pour se rendre compte que nous allons vivre de grands cataclysmes sociaux avec tremblements de terre politique… avec au bout le totalitarisme dont rêvaient les Juifs bolcheviques des Lénine-Staline-Trotsky & Cie et leurs copains les familles Rothschild et Rockefeller & Cie. La révolution russe de 1917 étant anti-social, faut-il le rappeler ! puisqu’elle s’est contentée de réaliser un renversement de fond en comble de la hiérarchie des valeurs d’une société humaine.
AUTRE RAPPEL : toutes révolutions sont des MALADIES, car la vie normale est un processus naturelle et LENT, respectueux du Mouvement ; la vie pathologique est un processus comme celui de la thermodynamique : violent, sonore, producteur de désordre ; et c’est valable aussi bien pour le vie individuelle que collective.
Il n’y a pas meilleur synonyme du mot révolution que TERREUR, car toutes les révolutions s’instaurent par la violence ET SE MAINTIENNENT PAR LA TERREUR (leçon strictement appliquée par la troïka cité ci-dessus au début de la révolution russe). Bien-sûr les Juifs bolcheviques et leurs comparses banquiers se proclamaient « le pays le plus libre du monde » (genre démocratie).
Le mondialisme c’est aussi reléguer la partie spirituelle de l’humain au dernier plan, on tolère encore un Vatican à Rome, mais certainement plus pour longtemps vu son niveau spirituel depuis la proclamation de l’empereur Théodose ! Tôt ou tard nous aurons le retour de la fameuse police politique de l’URSS…

[En haut de page : un symbole de l’étatisme, et du mondialisme : Margaret Thatcher]
 
 

Dernière mise à jour : 27-09-2014 21:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >