Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Les Élémentals suite
Les Élémentals suite Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-10-2014 17:40

Pages vues : 3141    

Favoris : 480

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, ++ Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
coulage_beton.jpg
 
 
Les Élémentals suite
qui vivent dans l’Océan de l’Éther.
Amis ou Ennemis ou indifférents.
Avec notre planète de plus en plus bétonnée
(bétonnée ou tyrannie de l’opinion)
il y a de moins en moins d’Élémentals
 
 
Les Élémentals (Yôkai au Japon) ou intermédiaires entre les Dieux et les humains.
 
 
ÉTHER
Variation du « TOUT ». Se rappeler qu’il n’existe pas de « Vide ».
Pensée latente qui pénètre partout.
Synthèse/Plexus Universel de tous rayonnements cosmiques. Plexus : entrelacement, réseaux de fils, donc une « dimension » ou un milieu subtil. Élément élastique non-matière, situé au-dessus de l’air, sorte d’âme répandue dans le Vide et dans le plein.
C’est le « fluide » général au-dessus de l’atmosphère. C’est la CHALEUR CÉLESTE, la Matière Primordiale NON MANIFESTÉE, le « corps pré-physique de toute chose », sorte de réceptacle.
Le POTENTIEL se balade dans l’Éther.
Éther ou Zéro Indien. L’Éther en Hindouisme est associé au mot Sanskrit AKÂSHA. « L’un étant le produit de l’autre et cependant lui-même » (Doctrine Secrète. Tome 1, page 289, H.P. Blavatsky)
Le Physicien Anglais Sir Oliver Lodge (1851-1940) émet l’hypothèse d’une réalité de l’Éther.
ÉLEMENTALS (ou Élémentaux) : Esprits des éléments. Créatures évoluées dans les quatre Royaumes ou Eléments – terre, air, feu et eau. Les Cabalistes les appellent Gnomes (de la terre), Sylphes (de l'air), Salamandres (du feu) et Ondines (de l'eau). Sauf quelques-uns des plus hauts types et de leurs régents, ce sont plutôt des forces de la nature que des hommes et des femmes éthérés. Ces forces comme agents serviles des occultistes peuvent produire divers effets, mais s'ils sont utilisés par des "Elémentaires", (V.), et dans ce cas ils asservissent les médiums – ils tromperont les crédules. Tous les êtres invisibles inférieurs générés sur les 5ème, 6ème et 7ème plans de notre atmosphère terrestre sont appelés Elémentals : Péri (mythologie persane, N.d.T.), Dev, Djin, Sylvain, Satyre, Faune, Elfe, Nain, Troll, Kobold, Lutin du foyer, Nixie (lutin femelle des eaux dans le folklore germanique, N.d.T.), Gobelin, Pinky, Banshee (Fée de la Mort, N.d.T.) Peuple de la Mousse, Dame Blanche, Spectre, Fée, etc..., etc... (Glossaire théosophique de H.P. Blavatsky).

Dans le regain de l’occultisme à la mode au 19è siècle, les Élémentaux avaient toute leur place.
Les Élémentals sont bien-sûr du domaine du mental (Ramana Maharshi, entretien 30). Les Dieux, les Élémentals, les Devas sont sur le même plan que le monde 3d et seul le Soi est réel. « Les religions reflètent le point de vue du chercheur [elles sont donc opinions] ». (Entretien 145).

« Les Dieux et les sages font l’expérience continue et éternelle de l’Infini sans que leur vision soit obscurcie à aucun moment. Ceux qui les voient supposent que leur mental fonctionne, mais en fait, il n’en est rien. Cette supposition provient du sens de l’individualité chez ceux qui tirent ces conclusions. En l’absence d’individualité, il n’y a pas de fonction mentale. Individualité et fonction mentales sont donc coexistantes. L’une ne peut subsister sans l’autre.
L’expérience de la lumière du Soi ne peut se produire que dans l’enveloppe intellectuelle [problème du contenant et du contenu]. C’est la raison pour laquelle le vijnâna [conscience, connaissance], de n’importe quelle nature (d’un objet ou du soi), dépend du fait que le Soi est pure Connaissance ». (Ramana Maharshi, entretien 204).

Les Élémentals sont aussi la connaissance ; ils sont comme des réflecteurs. La plupart du temps ils en savent plus que nous. Ils ne font que nous renvoyer l’image de notre propre mental, ou de la couche mentale ou opinion particulière créée par l’époque, comme le 19è siècle si matérialiste fut favorable à eux, surtout dans notre Occident, en Europe et beaucoup aux États-Unis en pleine construction.
L’action de Élementals est invariablement d’instinct et inconsciente. Ils ne se soucient pas de ce que les humains appellent « instruction mentale ». Ils n’entendent pas les humains.

Les Élémentals ne comprennent pas ni la pensée humaine ni son langage. On ne peut communiquer avec eux que par associations de couleurs et de sons. Mais tandis que vous vous adressez à eux, les pensées tirent leur vie d’élémentaux qui affluent et s’attachent à elles.
Il ne faut pas trop essayer de parler aux Élémentals, car si on arrive à se faire connaître d’eux, ils pourraient demander une faveur ou un privilège, ou finir par s’attacher à leur demandeur, car, pour se faire comprendre d’eux, ils doivent nous connaître, et une image « photographique » ça ne s’oublie pas.
Enfin, il ne faut pas avoir peur des Élémentals, ils font la partie du Tout. Même le sorcier fait appelle aux Élémentals. Mais se souvenir que les semblables s’attirent : l’appât de l’argent, les desseins impurs, les vues égoïstes et la possession et le pouvoir ne peuvent attirer que d’autres esprits connus des Cabalistes Hébreux sous le nom de Klippoth, habitants d’Asiah, le quatrième monde. « Les magiciens d’Orient les appellent afrits, ou esprits élémentaires de l’erreur (deus). Le clergé chrétien les appellent aussi les « diables » évidemment ennemi des humains.

« Conformément aux doctrines anciennes, les esprits élémentals, dépourvus d'âme, étaient créés par le mouvement incessant inhérent à la lumière astrale. La lumière est une force, et celle-ci est produite par la volonté. Comme la volonté procède d'une intelligence qui ne peut se tromper, car elle est la Loi et n'a rien des organes matériels de la pensée humaine, étant la plus pure émanation de la divinité suprême ("le Père" de Platon) elle évolue depuis le commencement des temps, suivant d'immuables lois, le matériau nécessaire pour les générations subséquentes de ce que nous appelons les races humaines ». (Le mot RACE ne doit pas s’entendre comme actuellement, mais comme un terme employé en littérature spirituelle pour désigner une vague de vie, une phase de l’évolution, et n’a donc rien à voir avec la couleur de peau, ni avec le lieu de naissance, ni avec une quelconque croyance en des religions).

Les Élémentals ne sont pas fait pour devenir humain, il sont comme des embryons psychiques qui, « lorsque vient leur tour, meurent dans le monde invisible, et naissent dans ce monde visible, sous forme d’enfants humains recevant au passage ce souffle divi nommé esprit qui complète l’homme parfait. Cette classe ne peut communiquer objectivement avec les hommes » (réf. Isis dévoilée, de H.P. Blavatsky).

H.P. Blavatsky écrit qu’une autre classe d’Élémentals qui eux non plus ne deviendront jamais humains occupent un degré particulier des êtres, et qui, par comparaison avec les autres, peuvent être justement nommés « Esprits de la Nature », agents cosmiques de la Nature, « chaque être se trouvant confiné dans son élément, et ne franchissant jamais les frontières des autres. Ce sont eux que Tertullien appelle les princes des puissances de l'air ».
« Ils n'ont ni esprit immortel, ni corps tangible ; ils n'ont que des formes astrales, qui participent, dans un degré sensible, à l'élément auquel ils appartiennent, et aussi à l'éther. Ils sont une combinaison de matière sublimée, et d'un mental rudimentaire. Quelques-uns sont immuables, mais ils n'ont pas d'individualité distincte, et ils agissent toujours collectivement, pour ainsi dire [âme-groupe]. D'autres, formés de certains éléments et espèces, changent de forme, d'après une loi fixe, que les Cabalistes expliquent. La partie la plus solide de leurs corps est ordinairement juste assez immatérielle pour échapper à la perception de notre vision physique, mais pas assez insubstantielle, pour qu'ils ne puissent être parfaitement reconnus par la vision interne ou clairvoyante [et en certaines circonstances et états nerveux]. Non seulement ils existent et peuvent vivre dans l'éther, mais ils peuvent le saisir et le diriger pour la production d'effets physiques, aussi aisément que nous comprimons l'air ou l'eau, dans le même but, au moyen d'appareils pneumatiques ou hydrauliques ; et ils y sont d'ailleurs aidés par les esprits "élémentaires humains". Bien plus : ils peuvent le condenser au point de s'en faire des corps tangibles, auxquels, par leur puissance protéenne, ils peuvent faire prendre la forme qu'il leur plaît, en prenant pour modèle les portraits qu'ils voient gravés dans la mémoire des personnes présentes. Il n'est pas nécessaire pour cela que ces personnes pensent, sur le moment, à celle qui va être représentée. Son image peut même être effacée depuis plusieurs années. Le mental reçoit l'empreinte indélébile même d'une connaissance fortuite, ou de personnes que l'on n'a vues qu'une seule fois. De même que quelques secondes d'exposition de la plaque photographique suffisent à y imprimer pour un temps indéfini l'image de celui qui a posé devant l'appareil, il en est ainsi pour le mental.

Les Élémentals dirigent la croissance des plantes, leur floraison, les diverses propriétés et divers changements des plante. Ils sont la personnification des idées ou vertus tombées du hylé (flamme froide ou forêt). Ils sont l’âme des plantes. Ils sont comparable aux NETER ou trames divines qui sont l’expression de Principes et fonctions de la Puissance divine se manifestant dans la Nature. Le nom et l’image des Neter figurés par les mythes sont la définition de ces principes et fonctions, offerte à l’étudiant pour qu’il apprenne à les connaître et à les chercher en lui-même. Ce qui amène le grand Principe :

« Ceci devient cela » - Cause et effet, une règle d’Or :
En Hiéroglyphes de l’Égypte, Grain(prt) et Hiver (prt) : dans le sens de faire des provisions pour cette difficile période. Le grain est CAUSE ou son sens abstrait, et l’EFFET est l’Hiver, et pas la caractéristique ou effet direct de froideur de l’Hiver, ou son sens concret.
Homonyme de Grain : cnht avec cnh la Croix de Vie ANKH. Les Égyptiens jouent sur les mots, et sont champions de l’euphémisme (d’où plus tard les Rébus et l’art du Blason cher à Grasset d’Orcet).
Donc tout phénomène est « réactif ». Une cause active (Grain) ne produit jamais un effet direct ou caractéristique, puisqu’elle reste abstraite ou cachée, si la résistance manque.
Un autre exemple avec le mot àb, écrit avec la lettre concrète : à, exprime la soif ; le mot ab, écrit avec la lettre abstraite : a, exprime le désir : ab. Ce double aspect d’une fonction : physique et psychique, se retrouve dans le sens donné au mot cœur : àb, selon qu’on entend le cœur organe, ou le coeur sentiment.
Cela correspond aux phénomènes des Interférences lumineuses et sonores : lorsqu’une résistance, de même nature que la cause agissante, absorbe cette cause et l’annule, le premier croisement est comme « une mort » ; la résistance réagissant, devenant active à son tour, donnera un phénomène-Vie (2ème croisement).
(La lumière n’est pas le contraire de l’obscurité : voir le cas des interférences révélant l’aspect ondulatoire de la lumière qui peut se superposer à elle-même. Expérience de Thomas Young en 1801).

Exemples de croisements :
L’eau coule vers ce qui est humide.
Le feu coule vers ce qui est sec (Yi-king)
Différent parce que 2, mais semblable, car ils
coulent tous les 2 !
Un acier fabriqué en dehors de l’Égypte par
exemple va rouiller s’il est apporté en Égypte,
tandis que l’acier du pays d’Égypte, lui reste
inoxydé. (Fait constaté au 19ème siècle).


Enfin, H.P. Blavatsky écrit dans Isis que la Cabale Juive appelle les Élémentals esprits de la Nature des Shedim, et divisés en quatre classes. Les Perses les appelaient daëvas ; les Grecs les appelaient dæmons ; les Égyptiens afrites. Dans le Panthéon hindou il n’y a pas moins de 333.000.000 de genres divers d’esprits, y compris les Élémentals, qui plus tard furent nommés Daityas par les Brahmanes.

[En haut de page : coulage d’une dalle de béton]
 
 

Dernière mise à jour : 14-10-2014 17:55

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >