Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Mort-Vie
Mort-Vie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-10-2014 17:45

Pages vues : 2862    

Favoris : 496

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Mort-Vie
 
 
Plus on cache la mort dans notre civilisation « moderne » et plus elle sera angoisse et souffrance. Si la vie est extraordinaire, nécessairement la mort ne peut que l’être aussi.
 
Naissance et mort se confondent : Silence ou l’âme répond à l’âme par elle-même, et non par idéation ou descriptions avec étalement des mots/maux. Même Chose chose pour la Vie, seul existe l’Instant, donc l’ÊTRE, et non pas l’avoir ou le je faire/fer.
Naissance et mort ne sont que la naissance et mort de la pensée ‘je’ ou ego. « Dès que la pensée ‘je’ s’élève, la fausse identification avec le corps apparaît. Pensant que vous êtes le corps, vous conférez aux autres de faux attributs [des opinions] et vos attributs et vous les identifiez eux aussi à des corps. De même que votre corps est né, qu’il grandit et dépérira, ainsi vous pensez que l’autre naît, grandit et meurt » (Réf. Ramena Maharshi, entr. 276).

L’intellect et l’émotion représentent la conscience du corps et rien de plus explique Ramana Maharshi à l’entretien 426. « Si vous êtes le corps, ils s’agrippent toujours à vous. Si vous n’êtes pas le corps, ils ne vous affectent pas ».

« Les gens voient le monde. La perception de celui-ci implique l’existence de celui qui voit et du visible.
Les objets vus sont étrangers à celui qui voit. Celui qui voit est intime, car il est le Soi. Cependant, les gens ne cherchent pas à découvrir celui qui voit dont l’existence est évidente, mais préfère courir çà et là et analyser le visible. Plus le mental s’accroît, plus il s’éloigne, rendant la réalisation du Soi difficile et compliquée. L’homme doit voir directement celui qui voit et réaliser le Soi » (R. Maharshi, entretien 427).

RAPPEL : établir une synthèse ou vouloir comme la judéo-franc-maçonnerie spéculative reconstituer et voir simultanément toutes les faces du polyèdre comme une synthèse est une attitude de voyeur, donc de possession, d’ego. Comme le dit le Maharshi « Cherchez qui est celui qui voit ces phénomènes. Établir une synthèse signifie engager le mental dans d’autres poursuites [travail du chapeau]. Ce n’est pas la voie vers la Réalisation [du Soi ou Instant] ».

« Trouvez d’où jaillissent les pensées. Alors vous demeurerez dans le Soi toujours présent au plus profond de vous-même et vous serez libéré de l’idée de la naissance ou de la peur de la mort.
Comment s’y prendre ?
Les pensées ne sont que des vâsanâ (prédispositions), accumulées au cours d’innombrables vies antérieures. Le but est de les annihiler. L’état libre de vâsanâ est l’état originel et de pureté éternelle ».
(Entretien 80).

« La peur de la mort se présente seulement après que la pensée ‘je’ est née. La mort de qui craignez-vous ? Et de qui est-ce la crainte ? La cause en est l’identification du Soi avec le corps. Tant qu’elle existera, il y aura peur.

« Je suis le brahman [Être suprême] » n’est qu’une pensée. Qui le dit ? Ce n’est pas le brahman. Quel besoin aurait-il de le dire ? Le vrai ‘Je’ non plus ne peut pas le dire, car il demeure toujours en tant que brahman. Dire cette phrase n’est qu’une pensée. De qui est-ce la pensée ? Toutes les pensées proviennent du ‘je’ irréel, c’est-à-dire de la pensée ‘je’. Restez sans penser. Tant qu’il y aura pensée, il y aura peur ».
(Ramana Maharshi, entretien 202).

- Question : Comment peut-on surmonter la peur de la mort ?
- Maharshi : Essayez de découvrir si vous êtes né avant de penser à la mort. Car seul celui qui est né peut mourir. Quand vous dormez vous ne valez pas mieux qu’un mort, et pourtant, vous n’avez pas peur de la mort dans le sommeil.
(Entretien 318).

« Tout comme les états de veille, de rêve et de sommeil profond ne sont que des phénomènes, la naissance, la croissance et la mort ne sont, elles aussi, que des phénomènes dans le Soi, lequel continue à demeurer inchangé et non affecté. Naissance et mort ne sont que des idées. Elles relèvent du corps ou du mental. Le Soi existait avant la naissance de ce corps et demeurera après la mort de celui-ci. Il en est de même de tous les corps qui ont pris successivement. Le Soi est immortel. Les phénomènes changent et sont mortels. La peur de la mort relève du corps, pas du Soi. Une telle peur est due à l’ignorance. Réalisation signifie vraie connaissance de la perfection et de l’immortalité du Soi. La mortalité n’est qu’une idée qui cause la souffrance. Vous pouvez voue en débarrasser en réalisant la nature immortelle du Soi ».
(R. Maharshi, entretien 487).

« Naissance et mort ne sont que des idées », ce qui rejoint cette remarque sur le « vivant » par Emil Cioran dans un aphorisme de La Tentation d’exister : « Exister équivaut à une protestation contre la vérité ».
On dirait que depuis la nuit des temps l’existence de l’être humain consiste à tenir en respect la Vérité ; il ne veut pas la con-naître ! Ou plutôt il la prend perpétuellement à rebours, comme le symbolique mythe de Sisyphe, le « poids écrasant » de la Terre ou monde des accidents. D’ailleurs « vaincre la pesanteur » semble aussi le fond du rêve humain regrettant de ne pas voir des ailes comme les oiseaux ; le rocher de Sisyphe symbolise aussi l’ego, le DÉSIR qui est devenu perpétuel depuis un moment. Désir satisfait ou trahit, le rocher revient toujours sous quelque forme comme une envie de drogue impossible à supprimer.

[En haut de page : dans les rues de Londres, exemple d’athéisme en forme d’existentialisme à la Jean-Paul Sartre proclamant l’opinion que « selon toute vraisemblance, il n’y a pas de Dieu. Alors assez d’inquiétude, profitons de la vie ». Existentialisme que semble affirmer Richard Dawkins en bon évolutionniste ; et  la londonienne Ariane Sherine employée à la télévision anglaise, Ariane Sherine lance l'Atheist Bus Campaign et fut nommée « Laïque de l’année 2009 ».
Jean-Paul Sartre qui ignorait tout du Soi : « Le pour soi est ce qu'il n'est pas et n'est pas ce qu'il est » (L’Être et le Néant). Sartre n’accepte pas de n’être QUE une créature, il veut toujours et encore un peu se créer lui-même, il refuse la création à l’état pur, celle de l’innocence que partage l’ensemble de la Nature, arbres, oiseaux, pierres, etc.]
 
 

Dernière mise à jour : 20-10-2014 17:55

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >