Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Règne de la tyrannie de l’opinion
Règne de la tyrannie de l’opinion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-11-2014 21:33

Pages vues : 3319    

Favoris : 463

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Règne de la tyrannie de l’opinion
 
 
 
 
Qu’est-ce que c’est le mondialisme actuel ? Le règne de la tyrannie de l’OPINION, soit une magma d’opinions formant : des « sciences » ou plutôt des technologies, des philosophies pondues par des nébuleuses sociales et historiques comme celles des Anciens Grecs et des Commandements de Moïse ; tous opinions regroupées de nos jours en Occident sous la forme de « droits de l’homme » avec la trinité judéo-maçonnique républicaine. À cela on peut ajouter la physique atomique et sa diablerie du nucléaire, les égarements ou mode par les quanta bidouillés de « relativité » en « science des sciences » ou universalisme en forme d’opinion ;  avec en politique le socialisme se présentant comme la philosophie absolue, soit l’opinion absolue, une « fin des temps » à la judaïsme bloquant l’esprit humain en un « plus jamais ça » ou en religion droit de l’hommiste ou laïcité. Bref, la PRISON, LE FIXISME de l’opinion.

Moïse et ses Commandements ou norme compas-équerre sont typiquement de l’idolâtrie : DES FORMES ET DES MOTS, DES NOMS, soit une poésie de surface qui montre que les Yahvistes ne comprennent rien aux Dieux éternels ; en plus les Yahvistes se battent non pour les Dieux, mais pour leurs mentions des Dieux sur du parchemin ; alors ils honorent non les Dieux mais leurs mentions, soit LEURS OPINIONS !
 
 
Les Yahvistes inventèrent l’histoire et par là même l’évolutionnisme. En effet, dès que l’opinion des prophètes « valorisent l’histoire », les mots/maux, les événements historiques prennent désormais une « valeur » en eux-mêmes : ils deviennent comme une idolâtrie, dans la mesure où ils sont déterminés par « la volonté de Dieu », c’est-à-dire par l’opinion des fabricants de l’histoire. Ainsi les faits historiques deviennent des « situations » de l’humain face à Dieu (face à lui-même), et comme tel l’opinion acquière une « valeur religieuse » que rien jusque là ne pouvait lui assurer. Donc les Yahvistes furent les premiers (ou à grande échelle… déjà mini mondialiste) à inventer une signification à une histoire en y introduisant la notion de leur Dieu Yahvé, et c’est cette conception qui fut reprise et amplifiée par le christianisme.
Avec les Yahvistes l’histoire devenait une « preuve de la manifestation de Dieu » (volonté divine), c’est-à-dire la manifestation d’un puissant égrégore-opinion d’ensemble destiné à manipuler des tribus. Bref, le Dieu des Juifs aspirait au mondialisme, et donc déjà au Nouvel Ordre Mondial source de bien des « guerres de religions » ! Il n’est pas étonnant non plus que l’industrie du cinéma de Hollywood soit organisée et tenue par des Juifs, et que nombre de Juifs se retrouvent à la tête de l’administration de banques.

Ainsi depuis Moïse, ce sera l’évolutionnisme ou invention de l’Histoire, la Chronologie tueuse, avec définition des Commandements de Moïse ou Lois devant conduire l’humanité à l’unification des façons de sentir et de penser (mondialisme et noachisme). Ce sera le darwinisme de l’âme, soit le squelette ontologique de l’humain qui ne serait plus intérieur mais extérieur, tout étant devenu à l’envers. C’est alors la sensibilité, la chair ou le mental, l’opinion, qui secrète son squelette dans l’évolution historique, ce sont les accidents du spatio-temporel qui sécrètent l’essence. Parce que depuis 1789, hors de la vie sensible et historique, il ne peut plus rien exister, il ne peut y avoir de Dieu puisque nous serions en laïcité, l’humanité s’unifiera autour du Parti ou République, synthèse des Partis ; Parti absolu qui définira les façons justes de sentir et de penser. Et le Parti, la République, c’est finalement et inévitablement un seul homme [ou l’égrégore mondialiste ou opinion d’un groupe]. Lui seul ou cet égrégore seul aura droit au ‘Je’ et quiconque ne se soumettra pas sera schismatique [comme la République se prétendant « indivisible »].

La TYRANNIE DE L’OPINION c’est suivre le troupeau, donc la crainte d’oser, la peur du qu’en-dira-t-on. Or il n’existe que la peur de ce que l’autre peut faire, dire, ou pire : penser (le regard de l’autre). Le Troupeau, c’est la lourdeur de la Matière, rendue aujourd’hui par la société de consommation. Mais pour être constructif, on peut remercie ces troupeaux de consommateurs qui nous montrent cette lourdeur de la Matière, afin que les voyant dépressifs ou malades, obèses, nous désirions ne pas comme eux suivre le chemin vers la lourdeur de nous-mêmes…

OPINION : L’ego humain tend par nature, par sa fonction naturelle d’Homo religiosus, à fixer, à conférer un semblant d’absolu et de valeur éternelle ou « universelle » à une connaissance qui n’est que de l’ordre du sensible ou du mental, et qui par nature ne peut avoir cet absolu. Cet ersatz d’absolu, on peut l’appeler « opinion ». L'opinion n'est jamais en sécurité, elle porte en elle l'angoisse de pouvoir être remise en question à tous moments. Aussi est-elle toujours en position de défense, ou d'attaque. Aussi, l'opinion est nécessairement sectaire, intolérante. Tout ce qui n'adhère pas à l'opinion, absolutisée collectivement sous le nom de ‘parti’, est ennemi », (par exemple « la République » se veut indivisible… comme Dieu ; et quiconque ne se soumettra pas à la République sera schismatique… ). (En référence à Jean Colonial : Synthèse et Temps Nouveaux).

L’opinion c’est le mental ou pensée, donc la limite, car l’être humain avec son ego est un accapareur ou possesseur. Ses idées sont limitées par sa pensée ou opinion. Ses pensées ou opinions issues d’idées cryptées par la pensée accapareuse sont forcément limitées. L’I-mis-T perd son Point Focal !

Le règne de la TYRANNIE DE L’OPINION c’est l’apparence, si facilité de nos jours par la technologie (mode et réseaux sociaux par exemple), car valoriser ses opinions c'est valoriser son apparence, son image (son look, seul compte le regard de l’autre, donc son opinion). Et valoriser les opinions de ceux qui pensent comme soi, c’est valoriser son look (esprit de bande, de clan, de paroisse). Or on ne peut pas imposer ses opinions, à soi, ni aux autres. La seule connaissance valable est de se reposer soi-même sur L’OPINION ORIGINELLE ou ESSENCES ; non pas IM-poser, mais RE-poser. L’Être ainsi construit rayonne : il devient naturellement un Modèle, une Lumière pour RE-poser les autres qui le côtoient ; il n’IM-pose ni sa présence ni ses Paroles, mais chacun DIS-pose et peut disposer…
Les opinions sont maintenant synonyme des apparences. Alors toute manifestation de chacun de nous est-elle CONTRADICTION, MAL-A-DIT. Contra-diction : opposition à l’Origine, au Saint Chaos Primordial, Universel, Éternel.
Tant que les actions, le Fer/Faire, le Fai-néant ou le laisser-faire du libéralisme sont motivées par des désirs de ceci ou cela (société de consommation), elles sont en Contra-Diction avec l’Origine, et tous les événements serons alors à rectifier.


INSTANT : Rien ne doit être, rien ne veut être, rien ne peut être ; TOUT EST TOUJOURS. Ce qui est RÉEL doit exister toujours. L’INSTANT C’EST L’AMOUR, donc le non pouvoir : le « Pouvoir » de l’Amour ou véritable Énergie changeant ce monde misérable lié à l’amour du pouvoir ou de la drogue engrossant les Couilles en Or et l’oligarchie politique judéo-maçonnique républicaine de ce monde.

Comme TOUT EST LIÉ, nous construisons ce monde et ce Cosmos : le « temps qui coule » ou chronologie n’existe pas, il faut quelqu’un pour l’observer et lui donner vie. Dans ce monde duel du sujet-objet, tout est lié : le sujet affecte l’objet (l’aimant) en l’observant ! Cela s’applique aussi bien aux « expériences scientifiques » qu’à notre vie de tous les jours. Dans ce monde duel toute observation est subjective, puisque le mental ou l’ego de l’observateur détermine ce qui va être vu ! Et lorsqu’un ou plusieurs observateurs sont d’accord, comme en un mini égrégore, on peut parler d’opinion et jamais d’objectivité.



Vidéo intéressante parlant de la tyrannie de l’opinion qui dirige ce monde. Oui, SORTIR DU BINAIRE… Dans la vidéo il est question d’une trinité : un médiateur, sorte de sel ou sceau, entre sujet et objet.
Libéralisme = abondance et CHOIX, car « il est interdit d’interdire », donc c’est la jungle de la société de consommation (vivez vos passions, vos opinions) ; cela en contradiction avec un des Commandements du père Moïse. Même peine avec le Commandement « Tu ne convoitera pas le prochain », donc en contradiction avec les tentations de seconde en seconde de la société de consommation et de son « pouvoir d’achat ». LE PROCHAIN du Commandement C’EST L’OPINION D’AUTRUI, son semblable, mais aussi ce qui est extérieur à l’Instant : étymologie de prucien (1120), du latin populaire propeanus, du latin classique prope (près de). Le prochain c’est le voisin : « passes à ton voisin ! » Avec notre société de consommation, la jalousie est reine puisque on désir toujours imiter son voisin et alors acheter la même voiture que lui… Même chose au niveau des nations : telle nation veux un plus gros canon que celui du pays voisin… C’est aussi ça la fameuse « croissance » ou escalade du fric et de la violence et du Big Brother : le toujours nouveau, le « Vu à la Télé »… Achetez, achetez… Buy, buy… Purchase, pour-chasse… Bref, cette « civilisation moderne » est en contradiction avec les six derniers Commandements :
- 6 Tu ne tueras point
- 7 Tu ne commettras point d'adultère
- 8 Tu ne déroberas point
- 9 Tu ne diras point de faux témoignage contre ton prochain
- 10 Tu ne convoiteras point les biens d'autrui.

Ci-dessous, rappel des dix préceptes de Bouddha, les devoirs moraux des Bouddhistes :
- Ne maudire en aucune circonstance, car la malédiction retombe sur celui qui la profère.
- S’aimer les uns les autres et même vos ennemis.
- Donner notre vie, même pour les animaux.
- Remporter la plus grande victoire en se vainquant soi-même.
- Éviter tous les vices.
- Pratiquer toutes les vertus, spécialement l’humilité et la douceur.
- Obéir à ses supérieurs.
- Chérir et respecter ses parents, les vieillards, le savoir, les hommes vertueux et Saints.
- Donner nourriture, abris, réconfort aux hommes et aux animaux.
- Planter des arbres au bord des routes et creuser des puits pour le bien-être des voyageurs.
(Dans : Isis Dévoilée. Vol 2, part 2. H. P. Blavatsky)
À aucun moment il n’est parlé de l’extrême comme de « tuer son prochain » ; aussi ces préceptes bouddhistes sont plus subtils et moins grossiers et plus humains que les Commandements de Moïse… un peu trop binaires, mécaniques, et ne voyant pas l’ENSEMBLE…
À noter que le Christ de la Croix va apporter aux Commandements un complément considérable, comme pour les cinq derniers points qui ne nécessitent pas de commentaires, sinon avec l'apport du Sermon sur la Montagne. Cette « Justice des Commandements » le Christ l’appelle ‘la justice des pharisiens’. Celle-ci est résumée dans le Talion comme suit :
« Vie pour vie ... fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent. On lui fera le même mal qu'il aura fait à un autre homme… ». C’est une loi binaire, implacable, style karma, mécanique, pas de demi mesure. Le Christ apporte le PARDON, la COMPASSION :   C’est ici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ; il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis… », le Christ se rapproche des préceptes bouddhistes.

De nos jours de civilisation du binaire le « médiateur » ou « sel » (ciment) entre sujet et objet ce sont les médias, la publicité, l’entertainment à la Hollywood, la culture à l’échelle industrielle ou la mort de la culture, les manipulations politiques de la démocratie, les religions, le sexe, les technologies, etc., la liste est désormais très longue pour ces médiateurs uniquement EXTERNES.

Meurtres, adultère, vols, sont les trois permissions vendues par l’industrie d’Hollywood. L’adultère devient à la mode : qui n’a pas reçu un courriel publicitaire l’incitant à l’adultère… l’incitant à quitter sa femme pour une aventure d’un soir ou de quelques jours avec une autre femme, ou pourquoi pas avec avec un homme, c’est encore plus excitant… Pour savoir comment tuer son prochain il suffit de voir un film hollywoodien ; maintenant la télévision, et l’Internet ont a prit le relais.

Le seul médiateur possible ou tuer la dualité sujet-objet c’est le Soi ou Instant, ou l’Amour, le Centrum Centri, Dieu, la Vérité, et une foule d’autres noms selon le point de vue de chacun.

RAPPEL : LA PREMIÈRE FIGURE FERMÉE EST LE TRIANGLE de la TRINITÉ UNIVERSELLE. Une certaine judéo-franc-maçonnerie spéculative l’utilise, mais en inverse : POUVOIR, SOCIALISME, MONDIALISME OU TOTALITARISME et RÈGNE DU SAINT FRIC (pyramide avec le Point Focal ou œil au centre dessinée sur le billet de un dollar).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-11-2014 21:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >