Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Secte de la démocratie et des évangélistes
Secte de la démocratie et des évangélistes Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-11-2014 17:18

Pages vues : 3493    

Favoris : 466

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Secte de la démocratie et des évangélistes
Au minimum 10.000 ans que les religions
manipulent les gens.
Aujourd’hui c’est Hollywood et les évangélistes
bien-sûr accompagnés des Couilles en Or !
Tout ce monde du marketing et du « social »
copule dans la même tyrannie de
l’OPINION.
Le « social » c’est si à la mode et c’est si vendeur !
Et le peuple américain voue un culte au dollar



CONVERTIR L’AUTRE C’EST LE POSSÉDER,
COMME L’OBSCURE BESOIN DE L’INITIÉ, DU PONTIFE,
VOULANT POSSÉDER LE PROFANE


Le Noachisme, les Pharisiens ont encore frappés !

Moïse, le premier superhéros.
Ensuite Spiderman n’a qu’à bien se tenir !
Il traite de la responsabilité, et
X-men promeut la fraternité judéo-maçonnique
 
 
Dieu (Dollar) et sa Libre Entreprise et ses bénéfices !
Avec son Fils et le Saint Esprit, ils font des miracles dans la finance internationale !!!


Ne jamais oublier que le mot « évangéliser » c’est imposer son opinion à l’autre. C’est comme ça qu’au 16è siècle les Conquistadors espagnols et portugais détruisirent les civilisations des Peuples du Soleil (Maya, Aztèque, Inca, etc.). Tout est cycles.
 
Aujourd’hui Hollywood est la cible des évangélistes afin de répandre le virus du noachisme.

Pour ces gens, la Bible (la Norme ou religion du Livre, du sentiment ou de la race), Ancien et Nouveau Testament est libre de droit d’auteur !!! Et le sujet catholique est porteur depuis l’invention du cinéma. La Bible c’est Phineas Taylor Barnum et ses grands spectacles du 19è siècle, jusque’à nos jours de technologie galopante et d’effets spéciaux, le Eyes Candy anglo-saxon. Le Superman de la Bible c’est bien-sûr l’illusionniste Moïse, le promoteur des droits de l’homme de l’après 1789.
Un Ridley Scott est un obsédé par le Dieu extérieur toujours au cœur de ses films.
Ainsi la tyrannie de l’opinion s’amplifie !
Ainsi les comptes en banques des Couilles en Or gonflent avec le filon commercial des « écritures » livre de « droits ».

Les « acteurs de la Bible » sont des « stars » connues du monde entier. Et pensez donc : près de 120 millions d’Américains vont à la messe tous les dimanches ! Si le même nombre allait au cinéma une fois par semaine, le Vatican se retrouverait à Hollywood « portant la bonne parole » avec Spiderman et le Seigneur des Anneaux !
« Aimer le cinéma, haïr le péché » est certainement le slogan des nouveaux businessmen évangélistes et leurs sentiments avec leurs églises Paramount et Metro Goldwyn Mayer.

RAPPEL : La Vraie Foi EST, elle n’a pas a être propagé ou à être défendue !!! Le mot Foi est identique à l’Instant, la Vérité, le Centrum Centri, la Connaissance, le TAO, le Cœur, Dieu, etc., selon le point de vue de chacun. La FOI ou VÉRITÉ, ou CONNAISSANCE n’appartient à personne, donc à aucune religion, et est dans l’Instant.
Une « foi » qui sert de « bras armé » ou de prétexte politique manipulateur pour les cancéreux du pouvoir américain n’est pas LA Foi, mais seulement une OPINION, comme celle de dire : « C’est ma religion, la religion de mes pères, c’est mon parti politique, c’est ma théorie scientifique… » ; on ne peut pas dire non plus : « C’est ma vérité à moi », car une chose est vraie ou pas vraie, et le Vrai ne peut en aucune façon être un objet de possession. La Vraie Foi, ou Dieu, ou le Soi, ce n’est pas une arme de manipulation mentale à des fins de contrôle des peuples !!!
La Vraie Foi n’est pas quelque chose qui peut se perdre comme un porte-monnaie ; elle est Con-Naissance. « Il n’y a plus d’opinions inconciliables et antagonistes, mais toutes les visions individuelles et partielles du monde deviennent complémentaires dans l’harmonie », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux .


Aux USA les Églises sont des entreprises comme les autres : elles sont concurrentielles ; le marketing ce sont les quatre Évangiles !!!
Pour mieux manipuler les foules, ou pour mieux les évangéliser, il faut leur en foutre plein la vue, plein de Eyes Candy, c’est facile maintenant avec la technologie et les Couilles en Or ! Nous sommes à l’époque du SUPER MARCHÉ SPIRITUEL où la religion est devenu COPYRIGHT comme n’importe quel « droit » d’auteur, donc cette religion est le triomphe de l’EGO vendu selon des stratégies et manipulations d’opinions de plus en plus en progrès.

Exemple : un dimanche matin de novembre, dans le vieux Broadway de Los Angeles, les anciens théâtres défranchis connaissent une nouvelle vie, ainsi au Belasco au 1050 S. Hill Street, une foule branchée déboule devant l’écran géant où les images montrent une jeunesse urbaine se tortillant sur une musique électro. Le Belasco est bondé, puis un groupe rock déboule sur scène en chantant que « Jésus prend le contrôle ». Il s’agit « d’une messe moderne » !
Oui, les Anglo-saxons sont expert en Eyes Candy, c’est pourquoi ils veulent fourguer partout dans le monde leur démocratie et leur Coca-Cola.


Bienvenue sur notre terre de mission.
Là on ne parle plus de Chrétiens mais « d’Église émergente » en cheville avec les « réseaux sociaux ».


Dans des écoles de cinéma, on forme maintenant des « prédicateurs » pour porter la « bonne parole » ou opinion partout en ce bas monde. Si un film est critiquable, qu’à cela ne tienne, on mettra en avant la « foi » du réalisateur. Ou on met en avant la conversion d’un acteur ou d’une actrice, ça se propage à la vitesse de la lumière sur l’Internet !

RAPPEL : la religion aux USA est issue du protestantisme anglais et de ses « pères fondateurs » perruques poudrées et judéo-maçons ; elle est dominée par de multiples courants évangéliques qui prônent « la nouvelle naissance par la foi », en expliquant à la populace l’omniprésence de la religion du Livre : la Bible, comme le faisaient leurs proches ancêtres tout au long du 19è siècle en vendant un tas de saloperies. Ne pas oublier aussi que les USA est le pays où se trouve le plus de sectes !

Hollywood et les évangélistes sont essentiellement des « pères-la-morale », comme d’ailleurs l’Église de Rome depuis près de 2000 ans. Pour tous ces gens l’Évangile « est essentiellement un enseignement moral, sans percevoir que cet enseignement est sous-tendu par une métaphysique implicite, existante déjà dans l'Ancien Testament », écrit Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux. Ces gens s’apparente au socialisme ou communisme où l’économie est le facteur déterminant de l’évolutionnisme social. Pour tous ces gens, être chrétien, c’est avoir seulement une certaine forme de sentiment social, c’est-à-dire sans référence aux Essences, sans référence à la Connaissance ou Soi-Instant qui pourtant est notre état naturel. Même sentiment avec les « ismes » philosophiques qui sont des sentiments qui décident, et les constructions logiques ne viennent qu’après pour les légitimer d’une façon illusoire : les philosophismes sont toujours remis en question au vent des variations historiques du sentiment.

« Le dilemme ou poussière d'opinions et désordre, ou opinion unique et pseudo-ordre.
La France vient de se trouver devant ce dilemme, qu'elle a résolu en se donnant un roi. Car le peuple de France a toujours eu la nostalgie de ses rois. On y joue à la royauté, mais c'est une royauté noire, comme il y a des messes noires. Son apparente indépendance cache en réalité sa dépendance des puissances économiques mondiales et occultes.
Pour résoudre ce dilemme, le communisme a franchi le Rubicon en décrétant que l'homme n'est qu'une émanation de la matière, prenant ainsi une position diamétralement opposée à celle des mystiques chrétiens, saint Ignace entre autres, qui enseignent la sainte indifférence envers les choses de la Terre.
Cette indifférence du cœur pour la raison intellectuelle n'est pas si facile qu'il peut le sembler, car cela suppose qu'on place l'amour, les valeurs du cœur, bien au-dessus des valeurs intellectuelles. C'est l'abandon de tout orgueil intellectuel et c'est terriblement difficile. Car on tombe facilement dans l'illusion que c'est par amour de la Vérité qu'on recherche la science, alors qu'en réalité la science fait naître l'orgueil intellectuel et devient sa propre finalité. L'opinion se pare alors du titre de pensée, d'Esprit, et se soumet le cœur. Il devient obligatoire d'avoir des sentiments qui ne contredisent pas les dogmes scientifiques. d'où la prétention de « fabriquer » des sentiments qui leur soient conformes. Il s'agit réellement d'une foi, d'une religion, d'une identification du cœur et de l'intellect avec la matière. Et c'est cela qu'a codifié et réglementé la dialectique marxiste qui se présente ainsi comme théologie inversée, une anti-théologie. Elle tend à réaliser une impossible fusion de la mémoire sensible et de l'intellect et, du même coup, de la volonté qui ne peut que s'identifier à ce que réclament les lois du monde physique.

C'est l'illusion démoniaque que la Paix peut se réaliser par résorption des conflits entre la sensibilité, l'intellect et la volonté après épuisement du mouvement pendulaire de la dialectique, par aboutissement à une unité ontologique de l'âme. Mais ce ne pourrait être qu'une unité arithmétique, et non pas métaphysique et qualitative, telle que la réclame le dogme catholique de la Trinité. Ce refus de la Trinité apparente le communisme à l'Islam. L'un la nie au nom de Dieu, l'autre au nom de la Terre.
Ce qu'un catholique a peine à comprendre, c'est que ce culte des valeurs intellectuelles réclame lui aussi ses sacrifices. Le communiste qui se laisse imprégner passivement par l'enseignement de ses maîtres, veut s'intégrer à cette divinité par la participation communielle au sein de la masse, posséder la connaissance définie dogmatiquement par le bureau du Parti comme par un concile, et proclamée par le chef suprême du Parti, comme par un Pape. Lui aussi, il aime. Mais, parce que sentir, penser et aimer sont pour lui la même chose, il ne peut réaliser en son âme les conditions du dialogue entre l'Etre et l'ex-ister, c'est-à-dire réaliser sa liberté intérieure et son droit à la personnalité, ce dont, du reste, il n'éprouve pas le besoin, puisque c'est la masse, l'Être social déifié qui pense pour lui, par la voix du chef suprême du Parti, agissant comme médium, comme une sorte de gardien de la permanence du dogme dans la tradition, ce qui est encore un envers des aspects correspondants de l'Église catholique.

Le catholicisme, lui aussi, demande le renoncement au jugement personnel. Lui aussi fait appel à un médium, à un gardien du dogme et de la tradition qui est le Pape. Lui aussi prêche la participation à un même corps de vérité universellement valable, mais il ne le fait que pour ce qui est au-dessus du temps, pour ce qui est véritablement immuable, pour les Essences. Le communisme [en fait la République], au contraire, veut fixer l'infixable : le temps et l'histoire.
Dire cela, ce n'est pas être plus malin que M. de La Palice. Pourquoi tant de discours pour aboutir à ces évidences ? C'est que, si l'on se contente de dire cela comme lieu commun, ce n'est pas tellement évident. Car, que voyons-nous en fait ? Des communistes [ou socialistes] qui voudraient communiser les catholiques des catholiques qui voudraient canoniser le communisme [ou socialisme], sous prétexte qu'il n'y a entre eux que des malentendus sentimentaux. Effectivement, il y a de curieuses similitudes dans les formes sentimentales des uns et des autres : même désir de découvrir en toutes choses un centre ultime et d'y vivre, même aspiration à une synthèse cosmique et humaine, à une fin eschatologique [Homo religiosus]. Même appel au renoncement à la volonté propre, à la soumission à la définition doctrinale du sommet hiérarchique. Même désir de relations communielles entre individus et groupes sociaux. Ces similitudes s'incarnent dans des institutions analogues.
Séminaires et écoles de doctrine. - Confession et autocritique. - Dogmes catholiques et dogmes marxistes. Pape et chef du Parti. - De part et d'autre, même aptitude au sacrifice », écrit Jean Coulonval.

Rien n'est plus trompeur que les manifestations extérieures des sentiments : c’est TRÈS VENDEUR… TRÈS HOLLYWOOD donc très évangéliste, très EYES CANDY…

La Conscience EST, comme la Foi EST quand les Essences jugent les accidents (là où Satan fait prendre des vessies pour des lanternes). Inversement, la conscience profane est OPINION : prétendre déduire des accidents ou monde spatio-temporel la nature des Essences ; ce mode de conscience peut déboucher, soit à l’agnosticisme, soit à des attitudes religieuses appuyées sur les seules perceptions et appétits sentimentaux et sociaux comme le pratique l’après Vatican 2, donc tributaires de la Terre et du matérialisme avec formes d’éducation pour ce qui en décide dans les processus mentaux.

EN RÉSUMÉ : On confond la satisfaction morale ou opinion que l’on possède et donc qui ne satisfait que l’ego, avec un état ontologique ou naturel de l’Être, c’est-à-dire l’accès naturel de l’Être : « Il y a plusieurs demeures dans la Maison de mon Père ». La satisfaction morale à la Hollywood et aux évangélistes, comme aux catholiques, est semblable aux observances rituelles comme : « Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas », tout cela pour des choses vouées à périr par leur usage même ! Voilà bien les prescriptions des hommes ! Ces sortes de règles peuvent faire figure de sagesse par leur affectation de religiosité et d’humilité qui ne ménage pas le corps ; en fait elles n’ont aucune valeur pour l’insolence de la chair » (Colossiens, 2, 21-23).

Le marxisme est une religion en ce sens qu’il prétend re-lier l’humain à son origine qui est la matière. Or le catholicisme dit que dans le principe était le Verbe.

RAPPEL : le judéo-franc-maçon spéculatif dans sa loge, sa geôle, avec son travail du chapeau ou discours logique de l’ego est par définition nécessaire pour réaliser la fusion entre le sacré et le profane. Mais qui dit bidouillage de l’ego ou mental dit « vérité » vécu comme possession, donc comme opinion, particulièrement monstrueuse d’orgueil chez certaines obédiences judéo-maçonniques comme le Grand Orient de France. C’est le DRAME de cette judéo-maçonnerie spéculative née à Londres en 1717, qui a érigé en dogme de la « vérité » le principe de la majorité numérique comme critère infaillible de la Vérité. Exemple : si vous avez 25 crétins d’un côté, et 5 Sages ou Vraie élite de l’autre, avec le système judéo-maçonnique de la majorité numérique, les crétins l’emporteront ; et la judéo-maçonnerie appelle ça « la démocratie », « la république » ! Voyez ce qu’il s’est passé avec les Juifs qui préfèrent Tuer le Christ et relâcher l’assassin et voleur Barabbas.

Dans la tyrannie de l’opinion chacun prétend posséder le clé de l’universalité qui est naturellement en tout être humain. L’humain étant Homo religiosus, toutes les idéologies politiques sont des masques pour le besoin d’absolu (la croissance, le progrès...). Le problème est qu’il ne peut y avoir qu’UNE SEULE UNIVERSALITÉ, et que la lutte entre les pseudo-universalisés est diabolique et horrible depuis maintenant de nombreux millénaires. Il ne peut y avoir qu’une universalité comme il ne peut y avoir qu’un seul Instant, car s’ils étaient deux, on retrouverait la dualité où chacun serait limité par ce qui le distingue de l’autre, aussi aucun ne pourrait être qualifié d’Instant, et par conséquence immortel.
Bref, LA CATHOLICITÉ RESTE À FAIRE.

Le Royaume des Cieux est AU-DEDANS DE VOUS, et sans conditions, c’est gratuit, parce que c’est votre, c’est notre état naturel.
« Jésus, je veux bien croire tout ce qu’on veut, mais depuis 2000 ans que tu es venu pour sauver le monde, ce n’est vraiment pas réussi. Il aurait fallu à Dieu une famille nombreuse » écrit Jean Coulonval. Ainsi ce n’est pas Hollywood et les évangélistes qui vont améliorer les choses, bien au contraire !!!
Tout être humain qui prétend posséder ou disposer du Sens est de la paroisse du Diable. Seul le Soi ou Instant dispose du Sens, car le Sens ne vient jamais d’un être humain.
Seul le Soi ou Instant sauvera le monde :
« Je sus alors que la Paix, en moi et dans la société, ne peut être qu’un rétablissement de l’ordre de la Trinité en Dieu a imprimé à toute sa création, faite à son image. Et toute la création se résume en l’homme qui en est le sommet et un condensé. Guérir l’homme, c’est guérir la Création qui gémit sous le poids du péché. Et guérir la Création, c’est guérir l’homme. Parce que je sais cela, il ne m’est pas possible de faire du spirituel et du temporel, de la religion et de la science, du sacré et du profane, deux plans séparés », écrit Jean Coulonval qui vit ainsi le Soi-Instant.
 
Une industrie le cinéma ?? Une industrie de la manipulation des masses.
 
L'opium du peuple et la désinformation...
Déjà rien qu'en 1939 deux seules banques contrôlaient tout Hollywood : MORGAN et ROCKEFELLER. Il y a de quoi se poser des questions. Et c'est ce que ne manque pas de faire dans un courrier au journal Nexus de janvier 2008 un de ses lecteurs. En voici l'essentiel :

Le lecteur est un militaire de l'armée américaine, secteur des satellites et des communications de l'aviation. Ce lecteur explique que le gouvernement américain finance les studios de cinéma pour qu'ils fassent des films basés en partie sur la réalité et en partie sur la fiction, déconcertant ainsi le spectateur afin qu'il confondent les choses. Puis, si celui-ci lit ou entend un fait qui sort  de la normalité subjective, il vous dira qu'il ne s'agit que d'un film et ainsi, que l'on ne peut pas le considérer comme vrai car tout provient de l'imagination du scénariste. Ainsi, le gouvernement et ses agences de sécurité (comme le NSA par exemple, qui est une sorte d'état dans l'état) se servent des médias comme d'un poste de contrôle. Un tiers de la population y croira, un autre tiers s'y refusera et le restant sera un peu en retrait, et ces trois groupes dépenseront leur énergie inutilement à se disputer. Comme l'a dit un sage : "On ne peut éduquer que les gens intelligents" qui sont prêts à profiter de toutes les occasions pour apprendre et à ouvrir les yeux et les oreilles face à ce qui se passe dans les coulisses de ce spectacle théâtral auquel nous assistons. Car c'est bien dans les coulisses, l'invisible, que se passe l'action véritable.
 
 
[En haut de page : Charlton Heston dans Les dix Commandements]
 
 
 
Hebergeur d'image
 
 

Dernière mise à jour : 29-11-2014 18:02

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >