Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Toute l’histoire est fausse - 1
Toute l’histoire est fausse - 1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-12-2014 20:30

Pages vues : 3923    

Favoris : 443

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Toute l’histoire est fausse - 1
L’histoire est une manipulation politique
de l’opinion afin d’obtenir du consentement


Temps ou Saturne, Ça-turne, Rotas ou Sator !
Le temps est une convention ou opinion.
 
 
 
 
L’histoire ou Chronologie tueuse, c’est comme le foie gras à Noël, on en bouffe par conditionnement républicain, monarchique, et mercantile. Foie est synonyme de croissance, d’engraissement (à l’alcool, autres drogues ou aux grains…). La Foi ou croyance est du même thème, seul le VIDE n’est pas opinion, même Dieu est opinion, l’Instant est juste entre le Vide et « Dieu »… Seul un mental vide qui ne panse (pense) pas à sa vacuité est le Véritable Vide. Car la pensée ou panse est la rumination ou vagabondage du mental !!! Prendre une sensation de vacuité pour de la vraie vacuité est le piège suprême de l’ego !!!

- AVANT 1789 et avant l’ère chrétienne le « temps » est LOCAL (qualitatif) : Le mois de Lyyar dans l’année trente-cinq de Haretat, Roi de Nabatène (datation d’un événement par une inscription Nabatéenne, d’après J. G. Février, Histoire de l’écriture).
- APRÈS 1789 et la Renaissance le temps est général (mondialisme et quantitatif) : 1843 après J.-C. mois de mars ; tout est normalisé selon l’opinion et l’observation de certains. Les républicains fixent leur temps au départ de leur tabula rasa en 1789. Les musulmans démarrent leur chronologie en 622 de l’ère chrétienne, les juifs évolutionnistes démarrent leur calendrier à « la création du monde » (en 2014 pour nous nous serions en 5775 pour eux). Voir aussi ici le fichier pdf du calendrier de l’Égypte de Pharaon.

Les calendriers anciens sont du pur social meilleur que celui de nos jours ! car savamment étudiés d’après les observations cycliques des planètes et le cycle des saisons. Prévoir certaines dates pour agir sur les peuples et l’agriculture était et reste l’apanage du pouvoir politico-religieux. La pire action de l’ego fut celle de l’Église Rome qui se réservait le droit de changer « le temps » par la répartition d’un mois intercalaire au cours d’une année… Au temps du cadran solaire le temps commençait à être divisé en « 24 heures », qui elles-mêmes furent divisées en 60 minutes et icelles en 60 secondes, icelles en 60 tierces (soixantième partie de la seconde, et on parle aujourd’hui de millième de seconde…). Tout ces comptages de temps viennent de Babylone. Un comptage de temps et opinion comparable au système de l’Euro qui remplaça il y a peux le comptage en Franc.
De nos jours on se rassure, on vit dans le confort en « comptant le temps » avec un instrument comme l’horloge atomique, mais c’est toujours l’opinion qui est la base, surtout avec une machine construite par l’humain, alors autrefois l’opinion était la même mais plus proche de la Nature par l’observation du « temps qui coule » sur un simple cadran solaire avec circulation de l’ombre sur des repères gravés ou peints.
 
L’histoire officielle n’est par principe que MANIPULATION D’OPINION, parce qu’elle est fabriquée par les cancéreux du pouvoir. Dans la mode de l’évolutionnisme : celui qui fabrique par son ego le « passé », contrôle par son même ego le « futur ». C’est simple comme 2+2=4 ! Les religions n’échappent pas au calcul.

L’historien, soit des religions ou de la politique, l’archéologue, le psychologue, le philosophiste, sont des êtres humains engagés, d’une part, dans une situation chronologique concrète et sociale, d’autre part, dans leur ego ou mental déterminé par « le temps qui passe » dont ils prétendent rendre compte. Cette attitude du mental est de l’opinion, elle n’est pas autonome, elle « raconte des histoires » à partir de mythes anciens.
« La pensée moderne est une pensée conditionnée, par exemple, par le mythe occidental de la raison qui, lui-même a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui composent ces trop célèbres « évidences » sur lesquelles reposent les « principes d’intelligibilité » que, finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle. C’est pourquoi il convient de dissiper une équivoque fondamentale : le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions [définition du sens moderne du mot « science »]. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables », car, dans les sciences humaines (1), l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité », écrit si justement René Alleau dans son livre : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle.

Il ajoute, comme Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, que toutes les sciences humaines sont subjectives, donc opinion, « et c’est au contraire de la reconnaissance lucide et sincère de cette subjectivité fondamentale que dépend le degré d’objectivité relative auquel elles peuvent atteindre ». En réalité, seul celui ou celle qui réalise le Soi-Instant EST, transcende ainsi la dualité sujet-objet.

Ce principe en forme de préambule pour aboutir au récentisme ou remise en cause de la chronologie mondiale actuelle, qui date, comme tout notre mondialisme actuel, de l’époque de la Renaissance. Certains historiens date ce qu’on appelle de nos jours le « Moyen-Âge », de la chute de l’Empire romain à la révolution de 1789. J’adhère à cette tranche chronologique, car à partir de 1789, tout s’accélère sous le poussée du Saint Fric (on ne donne de l’importance qu’à l’argent ou l’économie, donc au matérialisme pur et dur).
Si la Renaissance impose donc le règne de l’opinion ou « libre pensée », il s’ajoute à l’après 1789 la mode de l’évolutionnisme, surtout déclenchée par Charles Darwin en cheville avec la mode du « socialisme », qu’au « Moyen-Âge » on appelait « famille » ou corporation (il fallait s’entraider car la vie était dure, le « social » passait par la religion et par la solidarité entre les peuples et le roi ou la reine, qui obligatoirement dépendaient du bon vouloir des peuples).

À partir de la Renaissance, et sous la poussée du règne de l’opinion, puisque le mental commence à se libérer des dogmes de l’Église de Rome, notamment apparition de la Réforme, des technologies avec l’imprimerie et Galilée, etc., le langage écrit, et imprimé, prend une importance aussi considérable qu’aujourd’hui l’informatique et l’Internet. Et sous la poussée du règne de l’opinion, il est probable que de nombreux textes aient été délibérément inventés ou repris de l’invention de moines copistes ; et personnes ne pouvait savoir ce qui était l’original et ce qui était la copie !!! Donc à la base IL Y A UNE INTENTION : quelqu'un qui trafique le fait dans un but, même chose pour écrire un bouquin, ce n’est jamais neutre !

La Renaissance crachait sur le Moyen-Âge comme de nos jours tel personnage politique lancera à son adversaire qu’il est un « ringard » ou un « passéiste », comme en 1789 le passé et la monarchie c’était diabolique pour les républicains ! Le Moyen-Âge c’était « l’obscurantisme » comme la monarchie c’était aussi « l’obscurantisme ».

Je me suis souvent demandé pourquoi on parlait « d’obscurantisme » à propos du Moyen-Âge, comme si cette époque n’existait pas. Comme s’il fallait occulter, inconsciemment ou non, cette époque qui paraît ne pas coller avec la chronologie « naturelle ».

Donc sous la poussée de l’opinion, chacun raconte une histoire, comme les Joseph Scaliger, les Jules Michelet pondant leurs opinions dans des bouquins afin de manipuler les enfants dans les écoles judéo-maçonniques de Jules Ferry.

Si intentionnellement des ego ou opinions ont ajoutés plus de 1000 ans pour en faire le « Moyen-Âge », alors POURQUOI VIEILLIR NOTRE ÉPOQUE À PARTIR DE LA CHUTE DE L’EMPIRE ROMAIN ? Le traficotage délibérée de la chronologie humaine moderne aura été religieusement voulue. Le mental humain depuis sa Chute est d’une grande imagination. Voir l’après 1789 où sur deux siècles s’est développée la civilisation occidentale telle que nous la vivons aujourd’hui : il n'existe plus d’entraves au progrès et à la fameuse croissance si chère aux politicards républicains de tous pays se disant « démocratie ».
En l’espace d’environ deux siècles l’être humain passe du stade de la carriole tirée par des chevaux, à celle tirée par un moteur à essence ou à l’électricité.
Comment ce fait-il que l’être humain si peu évolué en conscience devient soudain si « technique », donc si matérialiste ?? car on ne peut absolument pas parler « d’intelligence », ou alors à la façon de la fameuse « raison » du siècle dit « des lumières ». Certes, ce ne sont pas les perruques poudrées des « lumières » qui ont soudain « élevé » le degré de technologie dans le mental des humains d'Occident ; et pourtant, à regarder attentivement l’Encyclopédie pondu à ces mêmes « lumières », il ne parle presque que de technologie !
Alors, pourquoi l’être humain est resté « pendant des millénaires » à se faire chier en se véhiculant sur une carriole tirée par des bœufs, et ensuite par des chevaux ??

Il y a donc un sérieux problème : stagner pendant des « millénaires » au même stade de technologie, et brusquement partir à la conquête de la Lune en quelques décennies…

Si la « croissance » est la mode de notre civilisation actuelle, pourquoi n’était-elle pas aussi à la mode dans « l’antiquité » ? Même si la logique du mental de ce temps était différente…

EN RÉSUMÉ : il semble naturel de passer de la montgolfière au Boeing à moteur à réaction en un peu plus de 200 ans. Par contre, il n’est pas naturel que des civilisations anciennes en Europe ou en Asie en sont restées à la carriole à cheval, à la charrue, où à l’utilisation d’antiques poteries. Les archéologues ne mouftent pas à ce propos ! Bref, YA UN PROBLÈME !

L’histoire sert donc à fabriquer la pensée unique, un darwinisme de l’âme comme l’appel Jean Coulonval, soit le squelette ontologique de l’humain qui ne serait plus intérieur mais extérieur. Ainsi c’est la sensibilité découlant de nos cinq sens et de notre ego qui secrète son squelette dans la mode de l’évolutionnisme, ce sont les accidents ou monde spatio-temporel qui secrète les Essences. Nous sommes ainsi rendu au Nouvel Ordre Mondial : « Parce que hors de la vie sensible et historique il ne peut rien exister, qu’il ne peut y avoir de Dieu, l’humanité s’unifiera autour du Parti [capitalo-socialisme], synthèse des Partis, parti absolu qui définira les façons justes de sentir et de penser. Et le Parti, c’est finalement et inévitablement un seul homme. Lui seul a le droit au ‘je’ et quiconque ne se soumet pas est schismatique », écrit justement Coulonval.

Le temps est cyclique, de même que les empires et civilisations naissent et meurt comme un simple être humain. C’est le temps des accidents. Qui dit accidents dit cataclysme naturel, épidémie, guerres. L’humanité détruite repart alors à zéro. Par exemple l’antiquité et sa culture a disparu, puis l’humanité redémarre péniblement… peut-être seulement il y a 700 ans selon le récentisme.

Il n’y a que des CYCLES, des RYTHMES dont le Dragon Apopis est le compositeur : adversaire-renaissance en Égypte ancienne, identifié tardivement à SETH. NEÏTH la déesse bisexuelle, ou Vierge Immaculée ou Père Mère ou Grande Mère.

RAPPEL : le pape Grégoire 13 (celui qui interdit le Talmud) réforme le calendrier Julien entre 1545 et 1582, dont les « horloge atomique » de l’époque se nommaient « concile » et « Bulle papale ». Nous entrions proprement dans le mondialisme et matérialisme actuel.

Conciles et réforme grégorienne montrent que la chrétienté de l’Église de Rome est de pure opinion : bidouiller des ajustements de chronologie pour tricher, allonger sensiblement l’ère chrétienne (anno domini). Évêques et cardinaux se prennent pour Dieu et inventent des temps. Le mot PAPE EN EST UNE PREUVE : le pontifex maximus grand prêtre sous les Latins puis pape dans l’Église de Rome ! Le pontife est celui qui « fait passer le pont » à l'initié…
Ces mêmes conciles qui voulaient annihiler les Païens et leurs monuments, sources et Menhirs et Dolmens. Concile de Trente (1545-1563) qui également voulu lutter contre la Réforme : après les croisades on était à nouveau en pleine guerres de religions…  
Autre RAPPEL : Jean Coulonval cite dans son livre le cas d’un voisin qui croyait que la Terre était plate comme un Camembert ! Ce voisin ne s’était jamais posé la question s’il s’était penché sur le bord du Camembert ! Il aurait put avoir un drôle de vertige !!! « Il admettait la boule de billard qu’il avait sous les yeux mais était incapable de conceptualiser la sphère hors de ses perceptions sensibles ». Bref, Cadran solaire ou horloge atomique, cela nous a conduit à la jonction du physique et du métaphysique ; ce qui conduit évidemment à la dynamite du Salut total et du mal absolu, mais ce mal n’est pas le contraire du « Bien ». Ce mal absolu est LA CHUTE de la Trinité disloquée par l’ego humain.

Rien ne me dit que le Platon dont l’Occident nous rabâche les oreilles n’est existé, aux temps des Grecs, et ses « écrits » le sont peut-être d’un pseudonyme ayant nom à même sonorité et ayant vécu à la Renaissance où naissait l’ère de la technologie en même temps que celle de l’opinion.
TOUT N’EST QU’OPINION : ainsi je peux émettre l’opinion que le général de Gaulle existe puisque je l’ai vu et que je lui ai serré la main, mais qui m’assurera qu’il ne s’agit pas d’un acteur grimé ? Alors dans ce cas, l’histoire « officielle » pondue par les winners est illusion d'illusion !!!

Les Juifs bolcheviques de l’URSS étaient des spécialistes des trucages photographiques pour faire disparaître d’une photo le politique fanfaronnant aux côtés de Staline, et par la suite quand il était devenu gênant il était « effacé » ! Plus la technologie devient développée, et plus l’histoire officielle est facilement falsifiable afin de toujours manipuler les masses et obtenir « la paix ».

Enfin, il est salutaire, et il y va de la liberté de chacun, de remettre en cause l’histoire officielle, la « science officielle », la « morale admise » ou tout ce qui est « isme » ou uniforme, dogme. La naissance ou réveil de la Conscience passe par l’intérieur de chacun et non par l’extérieur ou l’opinion des autres, et surtout de ceux qui se bombardent « élite » (le guru). À ce compte là ce qu’on peut lire de nos jours sous le nom de « Bible » est TRÈS RÉCENT !
Note.
1. Science humaine : la connaissance de l’humain par l’humain ne peut pas être une science, puisque toute science naît de la dualité d’un sujet qui étudie un objet ; et que par ailleurs l’être humain est la globalité de l’Être, il est le Tout, de ce fait, il se trouve dans l’impossibilité de se poser comme sujet étudiant d’un « Univers » qui lui serait extérieur. C’est géométriquement impossible. Ce qui est baptisée de nos jours « sciences humaines » n’est qu’un étalage de pures opinions. Le besoin d’absolu est inné dans l’Homo religiosus. Hélas à cause de son ego, ce besoin d’absolu l’être humain a toujours été tenté de le rechercher au travers des accidents du spatio-temporel. Les civilisations sont toujours construites sur des compromis entre l’Absolu et les cinq sens, la sensibilité dans le spatio-temporel.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 05-01-2015 18:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >