Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dictature des partis politiques
Dictature des partis politiques Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-12-2014 19:13

Pages vues : 3145    

Favoris : 426

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
deutsch_nsdap-logo.png
 
 
Dictature des partis politiques
en République actuelle


Avez-vous votre diplôme de « dissident » ?
Si non, il est en vente sous forme de bouquins ou conférences de gurus sur certains sites !
 
 
PARTI : au 13è siècle : une portion de quelque chose, puis ça s’est féminisé en ajoutant un e à parti. L’étymologie est part. « Prendre parti » c’est adhérer à la tyrannie de l’opinion d’un groupe de personnes. Un Saint-Just qui s’exclamait en 1789 : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté » est un exemple de cette tyrannie de l’opinion, de la raison. Il sera copié peu après par un Joseph Staline condamnant « les ennemis du peuple » et les envoyant à la mort dans l’Institution du Goulag voulu par Lénine.
 
NOTE : ne pas confondre le parti avec la Caste (de l’Esprit), la classe (de la terre), et les Corporations ou Compagnons d’avant 1789 qui sont du domaine de l’Esprit. Le clan est du domaine de la terre, et non de celui de la Caste comme indiqué comme synonyme dans le dict. Le Robert qui mélange allègrement caste et classe en parlant de caste des bourgeois, caste des artisans, des guerriers !!!

Philosophistes, essayistes et gurus du genre de polémiques circulant sur l’Internet en cette fin de l’année 2014 prétendent, sous divers opinions et parce que certains se vendent comme diplômés ou conférenciers, ou boxeur, avoir le monopole du droit de penser, parce que « spécialistes », en l’occurence ces mêmes polémistes se disent « dissidents ». Par ailleurs dans cette « démocratie » en France on prétend imposer à tous (sauf aux fous internés par décision judiciaire), le devoir de voter c’est-à-dire d’accomplir un acte en vertu d’une position philosophique ou d’opinion !
Les dissidents à la mode Internet et conférences et associations (comme celle qui prétend « réconcilier et égaliser », ce qui était aussi le souhait d’un certain Adolphe Hitler), et autres BHL avec leurs miroitements verbals (ou déluge dialectique ou travail du chapeau), sont des miroirs à alouettes tant que leurs promoteurs se contentent de pondre des bouquins, et d’en vendre, mais deviennent des catastrophes (voyez un BHL) quand ils s’incarnent dans des structures politiques concrètes, dans des partis qui n’existent en tant que tels que parce qu’ils prétendent être détenteurs de la Vérité, du centre de toutes choses, ce qui en fait au pire des dictateurs, des totalitarismes, en acte ou en puissance.

« Malheureusement, pour échapper au social qui est vanité, on se réfugie la plupart du temps dans le moi qui est orgueil [le soi avec le s minuscule].
L’idolâtrie du social est un mal. Mais c’est une nécessité partout où ne règne pas la sainteté [ou réalisation du Soi-Instant]. Celui qui ne possède pas Dieu [ou ne réalise pas le Soi-Instant] a besoin de cette illusion pour vivre et agir parmi les hommes.
L’idolâtrie sociale donne tout à César. L’idolâtrie du moi ne lui donne rien. La sainteté lui donne ce qui lui revient ».
(Gustave Thibon, Notre regard qui manque à la Lumière)

Ce que ne savent pas ces nouveaux gurus qui prétendent « réconcilier et égaliser », c’est que leur déluge verbal n’apportera jamais rien à personne ; car le langage n’est pas nécessaire à la Connaissance ou Vraie Libération, ce que les mystiques savent depuis longtemps. L’étude par les livres, une certaine expérience donnent un savoir, une forme, mais ce savoir est incapable de conférer un « sens » qui est Essence. Renoncer au mental et à son vagabondage c’est renoncer à la tyrannie de l’opinion, c’est réaliser le Soi-Instant et sortir des guerres engendrées par la dualité sujet-objet.
Le véritable enseignement se passe SANS MOT, donc dans le SILENCE. Autrement, dans le bruit de ce monde on est sous l’emprise du Prince de ce monde : Satan, ou le Grand Administrateur, le Grand Architecte, celui qui fait prendre des vessies pour des lanternes comme au « siècle des lumières ».
Ne pas oublier ce que disait un certain Talleyrand, prophète annonçant cette démocratie actuelle : « La politique c’est l’art d’agiter les hommes avant de s’en servir ». Et les partis politiques sont là pour ça !

DISSIDENT : rare avant 1752, du latin dissidens, de dissedere (être en désaccord). Donc un non-conformiste, un rebelle, un révolté, un hérétique, etc. À cette date de notre civilisation nous sommes TOUS DISSIDENTS, même ceux qui n’en sont pas encore conscient !

Tout « parti », en religion, en métaphysique ou en politique, en science ou en économie, tend à imposer ses opinions ou lois à l’ensemble. C’est pourquoi tout « parti », tout « isme » est un modèle de dictature. Idem pour « l’éducation nationale », car elle est synonyme de DRESSAGE,fabrication, coulage dans un moule. Et cette séparation nette et brutale entre fabricants (quelques-uns et à la limite un seul) et fabriqués (les masses, des milliards) n’a jamais été aussi nette que depuis 1789. la question est : POURQUOI ? Sinon pour engraisser un petit nombre.
S’imaginer que parce que l’on se fond dans le mental où émanent les dominations d’un groupe, c’est renoncer au Soi divin ou Instant pour se mettre au service de l’opinion d’un seul égrégore. Cette opinion en forme de « vérité » ne peut être que la pensée unique à la mode des capitalo-socialistes, à la mode des gurus actuels.
 
- Adhérer à un parti politique c’est se fondre dans un mental, un égrégore, différent d’autres égrégores ou corps mental dont on se fait l’ennemi ; cela donne la division guerrière  entre ceux de la « paroisse » (ou Temple) et ceux qui n’en sont pas ; ou entre ceux qui sont « élus » et ceux qui ne le sont pas ; l’oligarchie ou classe sociale coupée du reste de la masse.

- Adhérer à un parti politique c’est participer à la nature profonde des antagonistes sociaux, à quelque niveau qu’ils se situent, et donc de les entretenir, les nourrir (voir ci-dessus).

- Adhérer à un parti politique c’est consentir à se faire malaxer l’âme par les maîtres à penser du parti. « C’est une attitude de nature masochiste, une singerie de la passivité du mystique devant les impulsions divines sur l’âme. Les martyrs de l’action politique, quels qu’ils soient, de droite, de gauche ou du centre [et de leurs extrêmes], sont des caricatures sataniques du vrai martyr pour le Christ. Le différence est que l’expérience mystique et le martyr authentique se réalisent par-dessus, au-delà de la forme de pensée qu’on appelle l’opinion.
L’opinion prétend toujours se baser sur une logique. L’ennui, c’est que tout système logique, si correct qu’il soit, part toujours de prémisses qui sont nécessairement, par définition, des postulats incontrôlables, adoptés pour seul motif de la satisfaction de penchants sentimentaux fort obscurs. Ces prémisses prennent nécessairement valeur de dogmes, qu’on en soit conscient ou pas. Et ce dogmatisme est d’autant plus intraitable qu’il est plus inconscient, parce que tout danger de n’y plus croire crée la panique devant le vide, devant la possibilité de ne plus avoir de raison de vivre.
Le vrai mystique n’a pas à craindre cette panique, parce qu’il ne croit pas le dogme, il le SAIT ; et c’est pourquoi, s’il a des dogmes, il n’est pas dogmatique », écrit si justement Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.

L’être humain étant un Homo religiosus, tous partis, la plupart des sectes et judéo-maçonneries, sous la conduite extérieur d’un guru (ou gourou) ou président du parti, ou le Grand Maître, sont avides de posséder ce que le commun des humains (les non-initiés ou profanes) ne sait pas et sont mus par l’obscur besoin de domination sur celui qui n’est pas de la « paroisse ».

RAPPEL : Les Yahvistes et les religions du Salut et les politiques qui promettent des lendemains qui chantent ou « paradis » en forme « d’une nouvelle Terre » ou du « pouvoir d'achat », en prêchant à travers la moderne technologie, ou en laissant croire que le spirituel et le monde spatio-temporel n’ont pas de rapport entre eux sont des menteurs, des diviseurs, comme l’actuelle laïcité républicaine judéo-maçonnique. Aucune organisation humaine digne de ce nom ne pourra fonctionner en divisant le spirituel d’un côté et le matériel ou temporel de l’autre. Ceux qui divisent et prétendent défendre la laïcité en disant que « chacun est libre de croire ou non à une spiritualité » sont des ignorants et des manipulateurs, puisque cela passe avant tout par la connaissance de soi-même, donc du divin, puisque l’être humain, en ses Essences, est la globalité de la Connaissance dans cet Univers. Ceux qui divisent avec cette laïcité n’encouragent nullement la réalisation du Soi-Instant. Il n’existe pas de division entre le sacré et le profane comme le laisse d’ailleurs entendre cette Église de Rome depuis de nombreux siècles en une attitude des pratiquant chrétiens et les prêches du clergé qui semblent vivre le sacré et le profane comme deux choses radicalement distinctes : le sacré dans le temple, le profane qui reprend ses droits après « l’Ite missa est ». Les murs du temple ou de la paroisse sont la frontière qui les sépare. C’est comme s’il y avait un mental double ! L’Église de Rome n’est donc pas catholique, puisque ce mot, de Kata (de haut en bas) et Olos (entier) indique l’universalité. C’est donc étymologiquement ce qui unit le haut et le bas, et c’est ce que prétendent faire aussi le socialisme et l’Islam, qui sont « catholiques » au moins en intention !!!
Aussi, l’Église de Rome n’est nullement catholique dans le sens étymologique puisqu’elle professe que le spirituel et la matière, l’Esprit et le temporel, sont radicalement séparés, ne sont pas un « entier ». S’il en était ainsi, il faudrait conclure qu’il y a deux Dieux, l’un qui génère le monde de l’Esprit et l’autre le monde du spatio-temporel ; et aucun ne pourrait être dit infini puisqu’il trouverait des limites en ce qui le différencie de l’autre.

« Un parti politique est une machine à fabriquer de la passion collective.
Un parti politique est une organisation construite de manière à exercer une pression collective sur la pensée de chacun des êtres humains qui en sont membres.
La première fin, et, en dernière analyse, l'unique fin de tout parti politique est sa propre croissance, et cela sans aucune limite.
Par ce triple caractère, tout parti est totalitaire en germe et en aspiration. S'il ne l'est pas en fait, c'est seulement parce que ceux qui l'entourent ne le sont pas moins que lui.
Ces trois caractères sont des vérités de fait évidentes à quiconque s'est approché de la vie des partis.

Ainsi la tendance essentielle des partis est totalitaire, non seulement relativement à une nation, mais relativement au globe terrestre. C'est précisément parce que la conception du bien public propre à tel ou tel parti est une fiction, une chose vide, sans réalité, qu'elle impose la recherche de la puissance totale. Toute réalité implique par elle-même une limite. Ce qui n'existe pas du tout n'est jamais limitable.
C'est pour cela qu'il y a affinité, alliance entre le totalitarisme et le mensonge.

Dès lors que la croissance du parti constitue un critère du bien, il s'ensuit inévitablement une pression collective du parti sur les pensées des hommes. Cette pression s'exerce en fait. Elle s'étale publiquement. Elle est avouée, proclamée. Cela nous ferait horreur si l'accoutumance ne nous avait pas tellement endurcis.
Les partis sont des organismes publiquement, officiellement constitués de manière à tuer dans les âmes le sens de la vérité et de la justice.
La pression collective est exercée sur le grand public par la propagande. Le but avoué de la propagande est de persuader et non pas de communiquer de la lumière. Hitler a très bien vu que la propagande est toujours une tentative d'asservissement des esprits. Tous les partis font de la propagande… ».

La Réforme et l'humanisme de la Renaissance, double produit de cette révolte [contre l’étouffement par l’Église de Rome], ont largement contribué à susciter, après trois siècles de maturation, l'esprit de 1789. Il en est résulté après un certain délai notre démocratie fondée sur le jeu des partis, dont chacun est une petite Église profane armée de la menace d'excommunication. L'influence des partis a contaminé toute la vie mentale de notre époque ».
(Simone Weil, dans : Note sur la suppression générale des partis politiques, 1940). Donc les partis sont bien des outils de la tyrannie de l’opinion. Les partis tout comme « l’éducation nationale » veulent DRESSER les masses.

EN RÉSUMÉ : Les partis représentent le CONFORT pour les peuples, car les partis pensent à leur place ! C’est tout bénéfice pour les Couilles en Or employant les peuples ; et en fin de semaine, place à la détente dans la messe du sport, afin d’être frais et disponible pour attaquer une prochaine semaine d’esclavage de salariés des entreprises de ces Couilles en Or.
Supprimer tous les partis politiques de ce monde serait déjà un énorme pas vers la Vraie liberté ! C’est là où l’interdiction est paradoxalement une libération. Lire à ce propos le Banquier anarchiste, du visionnaire Fernando Pessoa, où un petit groupe d’amis forment comme un « parti », une « dissidence » devant « libérer » les humains des « fictions sociales » : dans ce « parti » ou association un des membres est atteint du cancer du pouvoir, et il veut imposer son opinion aux autres. Oh ! au début il ne s’agit pas de choses importantes, c’est plutôt subtil ; mais le fait était là : cela se répétait tous les jours et ne concernait pas une quelconque propagande. Le résultat fut qu’au bout de quelques mois, un petit groupe de gens sincères au sein de l’association réussit à créer de la tyrannie au sein même du groupe anti-tyrannie ! Donc la naissance d’une Nouvelle Tyrannie s’exerçant par des gens totalement sincères genre du Saint-Just de 1789 ! Et toujours au nom de « la liberté » recherchée depuis la Chute.

« L’homme perdra peut-être son âme pour conquérir l’univers [notamment le rêve des transhumanistes], et devant l’univers conquis, il sera sans âme pour en jouir, de sorte qu’il trouvera sa plus mortelle défaite dans sa suprême victoire » (Gustave Thibon, ibid.).
 
 

Dernière mise à jour : 11-12-2014 19:40

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >