Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow HERO
HERO Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-11-2008 22:06

Pages vues : 4778    

Favoris : 318

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Dramas, HERO, Japon Justice


hero_pst.jpg
 
Hero
Tu as le droit de garder le silence et le droit d’avoir un avocat
 
 
http://wiki.d-addicts.com/Hero
http://www.jdorama.com/drama.461.htm
Merci à : http://www.subwawa.com/

Drama en 11 épisodes diffusé au Japon sur Fuji TV en 2001.

Kohei Kuryu (joué par Kimura Takuya) est un ancien délinquant juvénile qui n'a jamais été dans une quelconque université. Ainsi, ayant passé sans problème son examen d’avocat, Kuryu se retrouve à la préfecture de Tokyo comme Procureur. Ce n'est pas l'habit de procureur que porte Kuryu qui en fait sa fonction, mais son instinct, et sa rapidité d'intelligence, qualités qu'il a acquises dans la rue quand il était délinquant.
Maiko Amamiya (joué par Matsu Takako) est une femme astucieuse et travailleuse, auxiliaire de Kuryu, et qui a les yeux fixés sur la réussite d'un examen pour devenir procureur adjoint, et qui ensuite essaiera de se faire remarquer par son patron.
Bien qu'entaché de mauvaise réputation, la forte personnalité de Kuryu commence lentement a changer des choses dans la justice.
Ce drama est rempli de beaucoup de choses, notamment d'amour, de rires et d'émotions. (Résumé d'après Fuji TV).
 
Le premier épisode commence speed and lyric : agitation sur deux plans, celui autour de la police avec l'arrestation du congressiste Misaki pour corruption ; celui filmé au ras du sol sur la préparation d'un plancher, nettoyage et pose d'un matelas. Tout ça se faisant dans une organisation bien géométrique ! ou de façon plutôt protocolaire, y compris du côté des médias ; cela est dû sans doute à la complexité de la société japonaise. Nous aboutissons donc au Bureau des Procureurs du district de Tokyo. Une armée de policiers de l'unité des investigations criminelles en costumes-cravates, et d’auxiliaires envahissent un vaste hall de bureaux, et embarquent un tas de documents dans des cartons. Ils leur restera a étudier le pourquoi du scandale provoqué par le congressiste venant d'être arrêté. Cette séquence est hallucinante tant par la quantité de policiers, mais surtout par l'agitation et la diligence dont font preuve ces « soldats », et sur fond de musique au tempo de 6/8 (mesure à trois temps ou ternaire).
Dans cette agitation, des auxiliaires apprennent qu’un nouveau procureur va venir d’ici peu, mais ce n’est qu’une rumeur...
 
 
 
Pendant que toute cette agitation est retransmise par les télévisions et suivie par beaucoup de monde, on découvre enfin la seconde agitation, celle filmé au ras du sol, et qui maintenant s’approche du personnage, de dos ! aussi de dos du téléviseur que regarde ce personnage. C’est Kuryu ! Aussi la réalisation est intéressante, et il s’agissait ici du prologue avant le générique début.
L’agitation continue, cependant sur un tempo plus lent : les employés du Bureau des Procureurs prennent leur fonction dans l’immeuble dédié à cette institution. Le nouveau procureur est à la salle de réunion. Il semble préoccupé par un gros poste de télévision qui fonctionne quand bon lui semble. Comme il est habillé dans vêtement style bleu de travail, les autres procureurs rentrent dans la salle de réunion, pour rentrer dans leurs propres bureaux situés à côté et sans le remarquer : ils le prennent pour un dépanneur !
 
 
 
Comme pour le poste de télé et pour faire une continuité scénaristique, Kuryu s’occupe de chose ayant peu de rapport en apparence avec sa nouvelle fonction. C’est le moment où pénètre son « auxiliaire » Amamiya Maiko. Elle voudrait s’occuper du cas des politiciens corrompus. Kuryu semble ne rien y connaître. Amamiya lui demande de qu’elle université il vient, comme si c’était naturel et obligatoire ! Et c’est là qu’on apprend qu’il n’a fait aucune université. Par contre il n’a eu aucun problème avec l’examen du barreau (profession d’avocat). Amaiya en reste comme deux ronds de flan...

Dans les bureaux la rumeur de sorties entre Kuryu et Amamiya prend naissance. Mais il semble que cela ne soit que des flatteries pour obtenir quelque chose.
En réalité Amamiya vient se plaindre que Kuryu manque totalement de prestance, de manières, de dignité pour un procureur. Son supérieur lui demande d’être plus patiente.

Ensuite on entre en fonction : Kuryu a dans son bureau un type qui a volé des sous-vêtements féminin sur des cordes à linge. Dans le fond du bureau, Amamiya essaye de comprendre et le type et Kuryu... mais elle se montre sévère avec le type et en effraie Kuryu, lequel est bien-sûr préféré par le voleur !
À propos du jugement de Amamiya sur Kuryu, elle n’est pas au bout de ses peines ! mais je vous laisse voir ça...
 
 
 
Les investigations de Kuryu déplaises à la police, ce qui lui vaut des remontrances de la part de son chef. Ça amuse les autres procureurs.
Pour être dans la logique du cause à effet du scénario, on retrouve dans son bureau Kuryu, déguisé avec quelques sous-vêtements féminin et trois jeunes femmes assises devant lui. A qui appartient ces sous-vêtements ? Entre Amamiya... stupéfaite ! Kuryu est un passionné de télé achat (Order Now), il a acheté une machine pour décontracter le dos, un machine pour décontracter les mains...
Amamiya n’en peut plus...

A ce stade je trouve ce drama plutôt bon, drôle, et en plus il y a un pointe de mystère. Kimura Takuya est marrant, il a un charme à lui, un jeu décontracté comme s’il avait fait cela depuis longtemps, signe des excellents comédiens qui font oublier leur profession aux spectateurs. Il a d’ailleurs reçu beaucoup de prix du « Best Actor ».
Au court d’un repas dans un petit restaurant, Amamiya enlève ses lunettes couverte de la buée dégagée par un plat très chaud. An face d’elle Kuryu, toujours aussi décontracté, lui conseille de porter ses lunettes le moins possible... Y aurait-il un début de flirt ? Je suis bien heureux d’entendre une phrase que j’aimerais entendre plus souvent , à défaut de ne l’entendre jamais. Ainsi il me faut visionner Hero pour entre de la bouche de Kuryu, par l’entremise du scénariste :
« À nos yeux, il y a plus de choses invisibles que de choses visibles ». Ça paraît tellement évident que presque personne ne le dit !... Aussi cela ne doit pas être si évident que cela pour qu’il faille avoir recourt à une Lapalissade ! Lapalissade ouvrant en réalité une réalité... INSOUPÇONNÉE ! Ce serait trop long a expliquer et ce n’est pas le sujet du drama.
 
 
 
Dans le second épisode certains procureurs se demandent si c’est cool d’être avocat ou procureur. Les avocats protègent, les procureurs attaquent. Qui sont les héros ?
Quand c’est un suspect qui « exerce sont droit à garder le silence », la confrontation avec le procureur Kuryu est des plus bizarres ! C’est sur les conseils de son avocat que le suspect garde le silence ! Tous les interrogés par les procureurs sont d’ailleurs tenue en laisse d’une jolie couleur bleue par un docile policier. Et l’avocat en question n’est pas content car on le relâche pas son client et il n’y a pas de « chef d’accusation ».
Il y a une successions de scènes où des suspects sont interrogés, et dans l’une d’elle, la procureur augmente de 10 jours la garde à vue du suspect ! Je crois qu’en France ça ne peut pas dépasser 48 heures, et sur autorisation spéciale. Il y a des cas spéciaux notamment de destruction en bande organisée où ça peut durer jusqu’à 96 heures, soit 4 jours ; il y a des cas « à rallonge » en France : celui du terrorisme où ça peut durer 6 jours ; mais on est loin des 10 jours du drama (1) et de l’adepte des gardes à vues prolongées.
 
 
 
C’est l’épisode où beaucoup de portes s’ouvrent... et se ferment... jeu propice à des démarrages amoureux. Pendant ce temps le chef des procureurs se fait harceler par l’avocat du suspect qui doit être libéré de sa garde à vue. Normalement c’est à Kuryu de le faire mais pour son enquête il est toujours à l’extérieur. En compagnie de Amamiya il cherche des preuves pour ce suspect qui est susceptible d’avoir poussé un homme qui l’avait agressé et qui en tombant dans un escalier en est mort. À cause de la persévérance de Kuryu le suspect a été vue par un marchand ambulant poussant son agresseur. Ce retournement de situation intervient juste au moment où entre l’avocat de Takaido Kensuke (le suspect). Ici Kuryu joue plutôt au mythique Columbo qu’au procureur !
 
 
 
Et il sort à l’avocat : n’est-ce pas méprisable de rejeter la faute sur un mort ? L’avocat dit aux procureurs tous rassemblés y compris leur chef : ne perdez pas votre temps avec ça ! Aussitôt le chef des procureurs, celui qui était harcelé par cet avocat réplique sévèrement : un homme est mort, nous ne perdons pas notre temps... nous travaillons très dur sur nos affaires. Nous ne sommes pas comme vous payé en honoraires élevés, et défendant des gens uniquement pour votre intérêt.
Ainsi l’avocat repart du bureau des procureurs sans son client. Il y a peut-être matière à être inquiet pour le chef des procureurs, car cet avocat est un ami du député Nabeshima...


Bien que le sujet sur les avocats, les procureurs, ces hommes de lois, et avec eux d’autres représentants de « l’ordre public » soit un milieu dur, Hero est attachant, attendrissant même, un peu bon enfant aussi. Donc trois étoiles. Par contre, on a parfois une musique classique grandiloquente qui jure par rapport à l’image, et à d’autres moments la musique du générique début par exemple, moins classique, date beaucoup, même pour 2001, date de production de Hero ; elle semble inspirée des séries américaines des années 1970 diffusées l’après-midi. La chanson du générique de fin passe beaucoup mieux.


Michel Roudakoff
 
 
 
Note.
1. Mais selon des statistiques, le nombre de gardes à vue à beaucoup augmenté ces dernière années, et pour des motifs parfois abusifs. Veut-on entretenir ou augmenter la peur qu’on ne s’y prendrait pas autrement. « Dormez braves gens ».
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
hero1.jpg
hero10.jpg
hero12.jpg
hero13.jpg
hero15.jpg
hero16.jpg
hero19.jpg
hero2.jpg
hero20.jpg
hero21.jpg
hero22.jpg
hero23.jpg
hero24.jpg
hero25.jpg
hero26.jpg
hero27.jpg
hero28.jpg
hero29.jpg
hero3.jpg
hero30.jpg
hero31.jpg
hero32.jpg
hero33.jpg
hero6.jpg
hero7.jpg
hero8.jpg
hero9.jpg
 
 
 

Dernière mise à jour : 10-11-2008 23:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >