Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Opinion et Polémique suite
Opinion et Polémique suite Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-01-2015 18:31

Pages vues : 3020    

Favoris : 453

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
logo_repub_france_francmacon.jpg
 
 
Opinion et Polémique
La laïcité, qui ne peut en aucun cas
être neutre puisque reposant sur l’opinion :
voir la perruque Voltaire attaquant l’Église
de Rome et ce qui va avec : la royauté.
La république et la laïcité judéo-maçonnique
se disant « universelle » en devient une religion
censé harmoniser tous les peuples,
censé les « socialiser »,
remplaçant ce que faisait très bien
la monarchie depuis des millénaires, et de ce fait
prenant nos Anciens pour des imbéciles et
s’inscrit ainsi dans l’évolutionnisme yahviste.



OPINION, POLÉMIQUE, LAÏCITÉ, NORMES, DETTES, FORMES, HISTOIRE sont la Source des divisions.
 
 
POLÉMIQUE : du grec polemikos (relatif à la guerre), c’est donc une vive discussion, un débat passionné, etc. tout cela dans la tyrannie de l’OPINION. On parle aussi de « duel philosophique ». On engage une guerre comme on engage une polémique. Le principe de tout cela est que ça n’a pas de fin ! Et que toute cette énergie dépensé inutilement ne l’est peut-être par pour tous : cette énergie doit bien alimenter quelques entités ou égrégore quelque part…
L’ère de l’opinion ou polémique commence à la Renaissance quand l’Église de Rome perd du terrain suite aux « ouvertures technologique ».

OPINION et POLÉMIQUE sont la source de ce genre d’ego façon « siècle des lumières » et libéralisme ou « liberté de conscience » : « Les opinions exprimées dans ce contenu, ou cet article, n'engagent que la responsabilité de l'auteur, ou des auteurs ». On peut ajouter : « Qu’ils soient membre de telle société, de tel média, ou qu’ils n’en fassent pas partie ». Bref, c’est la formule consacrée dans cette ère de la tyrannie de l’opinion.
On peut aussi ajouter que les « sociétaires » ont un droit égal de s’attacher à tel ou tel courant d’opinion, ou de pensée, qu’ils peuvent choisir (par peur du Vide ou d’eux-mêmes), mais qu’ils n’ont pas le droit d’imposer leurs opinions ou choix à d’autres (ce qui n’est nullement le cas en politique et démocratie actuelle où la manipulation est la règle pour obtenir du consentement lors des élections au « suffrage universel »).
 
« Pour le rationaliste, le libre penseur, le cordon ne peut jamais être coupé entre l'opinion, qu'il érige en dogme, et la vie. Pour lui, l'acte de penser est le sommet ultime des manifestations de la vie « cogito, ergo sum ».
La libre pensée, née avec la Renaissance et le besoin d'étudier la matière selon des disciplines intellectuelles autonomes et libérées des suggestions de la théologie et de la métaphysique, a effectivement conduit à la liberté des opinions personnelles et à la révolution de 1789. Mais, en prenant le pouvoir politique, elle se niait du même coup.
Elle a obnubilé, paralysé dans le consensus social les prises de conscience métaphysiques, ôtant ainsi tout principe de stabilité dans le gouvernement politique, principe qui, jusqu'alors, résidait dans l'essence métaphysique du pouvoir royal, et dont la prise de conscience s'était éteinte de plus en plus depuis la Renaissance, même chez ses détenteurs. La Révolution de 89 a été ainsi, tout à la fois, l'accouchement d'un processus commencé avec la Renaissance et le début de temps nouveaux.
En triomphant, la libre pensée signait son arrêt de mort, car il est évidemment impossible de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d'accord. Le pouvoir du peuple est un bluff, et les régimes d'assemblée, si subtil que soit leur dosage, n'ont pu tenir que parce que les sociétés secrètes exerçaient occultement, en usant habilement de tout le clavier des appétits économiques des individus et des groupes, le pouvoir métaphysique qui avait été abandonné par la royauté officielle. Ils n'ont pu tenir qu'en identifiant dans les consciences, par un jeu subtil d'institutions légales et de systèmes éducatifs, le politique avec l'économique. Le pouvoir proprement politique, c'est-à-dire légitimé par la connaissance de ce qu'est l'homme en soi, sur le plan métaphysique où il trouve sa définition, a continué à être exercé très consciemment mais occultement, par les sociétés secrètes », écrit si justement Jean Coulonval dans : Synthèse et temps Nouveaux.


Le principe de l’Opinion ou de la Polémique est qu’elle n’a pas de fin. Il n’y a aucune limite aux polémiques.
« Pourquoi perdre son temps avec de telles polémiques ? Tournez simplement votre mental vers l’intérieur et employez votre temps d’une manière utile.
Quand on parle de l’union de l’individu avec le Suprême, le Suprême est connu par oui-dire alors que l’individu est directement expérimenté. Vous ne pouvez faire usage que de l’expérience directe. Par conséquent, cherchez qui vous êtes » (Ramana Maharshi, entretien 332).



Opinion et polémique de philosophistes.
« Les philosophies des différentes écoles - un labyrinthe compliqué - sont censées clarifier les choses et révéler la Vérité, mais en fait elles créent la confusion là où la confusion n’a pas besoin d’exister. Ce n’est que le Soi qui permet de comprendre toutes choses. Le Soi [Instant ou Stargate] est évident. Pourquoi ne pas toujours demeurer dans le Soi ? Quel besoin y a-t-il d’expliquer le non-Soi ?

Mais le philosophe ne se contente pas d’un fait aussi simple. Il explique que le feu est la divinité qui préside au langage, qu’il est antinomique avec l’eau et qu’en conséquence le langage ne peut pas fonctionner. Cela est appelé philosophie, et les gens se démènent pour l’étudier. N’est-ce pas une pure perte de temps ?

Ah ! Heureux est l’homme qui ne se perd pas dans ce labyrinthe ! J’ai eu vraiment de la chance de ne jamais m’y être laissé prendre, sinon où serais-je ?… Toujours dans la confusion. Mes tendances du passé m’ont dirigé tout droit vers l’investigation « Qui suis-je ? ». Ce fut vraiment une chance ! » (Ramana Maharshi, entretien 392).

Les polémiques s’engagent sur le surnaturel, sur ce qui ne peut pas être expliqué par la logique du mental humain, et qui de ce fait contrarie l’ego. Comme le surnaturel est par essence non mesurable avec un instrument de mesure construit par l’humain, il est alors impossible d’obtenir la conviction et l’accord de tous les êtres humains ! On tombe alors dans la laïcité, l’opinion et la polémique !
Le seul accord qui semble possible aux humains à l’instinct d’Homo religiosus, c’est ce qu’ils appellent « liberté », ce besoin d'Absolu. Mais ils ne sont même pas d’accord sur le sens de ce mot puisqu’ils se font une guerre permanente pour obtenir le concret de ce mot devenu un mal, une souffrance !

Une guerre permanente notamment en France, un comble, puisque la France est Fille aînée du véritable Christianisme (et non de l’Église de Rome), et que paradoxalement nombre de Français tombe dans l’opinion judéo-maçonnique de la sécularisation, de la laïcité.
SÉCULARISER : latin religieux : séculier, laïciser : faire passer du spirituel au temporel ; du divin au matérialisme. Pour s’en convaincre, voyez le nombre constant d’Église de Rome qui ferment… En ce sens elle est seule responsable, et c’est bien fait pour elle dans une France devenant de plus en plus mondialiste (multi-culturelle) !
L’Islam en France vient tout de suite derrière le catholicisme ; et l’Islam ne connaît pas la laïcité (pas de séparation entre spirituel et temporel).

La tyrannie de l’opinion mène à d’interminables polémiques et maintiennent le mental du chercheur engagé à l’extérieur. « Pour orienter le mental vers l’intérieur, le disciple doit directement prendre son assise dans le ‘Je’. Alors les activités extérieures cessent et la Paix parfaite règne » (Ramana Maharshi citant les mahâvâkya à l’entretien 519).

À propos de laïcité ou d’opinion.
« Il faut qu’il y ait un ‘je’ [ou ego] pour prier Dieu. Ce ‘je’ est immédiat et intime pour chacun, tandis que Dieu n’est pas considéré comme tel. Cherchez lequel est le plus intime ; vous pourrez ensuite déterminer l’autre et le prier si nécessaire » (Ramana Maharshi, entretien 580).
 
 

Dernière mise à jour : 04-01-2015 18:46

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >