Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le changement humain est intemporel
Le changement humain est intemporel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-01-2015 19:23

Pages vues : 3126    

Favoris : 452

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Humain, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Le changement humain est intemporel
mais à cause de la débauche technologie
et donc du matérialisme, que certains
appellent « progrès, et qui vide les cœurs
en remplissant les poches,
le changement humain devient
la cause humaine primordiale :
CONNAIS-TOI TOI-MÊME
 
 
Naguère les religions modifiaient le comportement humain à coups de Torah, Coran, Bible et autres « religions du Livre ». Aujourd’hui ce n’est pas à l’étatisme laïc de modifier le comportement humain par manipulation de propagande, ou plus sournoisement par laïcité, ou par armes électromagnétiques ou psychotronique, parce qu’alors ça s’appelle de la dictature comme l’humanité n’en connu jamais au temps des religions du Livre.

Et il y a extrême urgence de changement humain, sous peine de quasi disparition de l’espèce humaine. Un changement radical de point de vue chez les humains, sans quoi aucun problème ne pourra être résolu ; un changement dans leurs interrelations et dans la nature de notre civilisation toute entière. C’est vital.
La « raison » chère aux perruques poudrées du siècle dit des « lumières » nous a probablement aidé un peu, mais en même temps nous a conduit droit dans le mur. Ce n’est pas une « théorie du complot » d’écrire qu’il y a actuellement dans le monde entier, plus de mécontentement et de désespoir qu’il n’y en a jamais eu dans l’histoire de l’humanité. Il ne s’agit pas seulement de gens qui souffrent dans des pays pauvres, et qui n’ont même pas le minimum nécessaire pour vivre, mais aussi des gens habitant des pays riches, qui souffrent à cause de problèmes de toutes sortes. Depuis 1789, depuis la « démocratie » et son libéralisme, la vie pour tous est plus difficile qu’elle ne l’était du temps où chacun pouvait cultiver un coin de jardin pour bouffer. Une vie plus difficile qu’elle ne l’était, malgré l’Internet, les occasions offertes de voyager, de lire, de connaître d’autres peuples, de profiter de la « culture », que l’on n’aurait pu imaginer il y a quelques décennies.
 
Les « progrès » de la technologie ont mis en contact nombre de peuples du monde au niveau physique, pour le meilleur et pour le pire (voir l’Internet et les « réseaux sociaux », etc.), et ont fait du monde un tout interconnecté bien avant l’informatique : dès le 19è siècle. Les « progrès », comme l’invention de l’imprimerie à la Renaissance, ont mis à la disposition de tous, la pensée et la culture de tous les peuples. Les « progrès », notamment l’arrivée de la « fée électricité » ont apportés le confort dans la vie et l'engrossement des coffres des banquiers.
La technologie a maintenant les connaissances nécessaires - et il y a assez de ressources dans le monde pris globalement - pour parvenir à loger, vêtir, nourrir, éduquer tout le monde.
Évidemment cela ne se passe pas comme ça, nous n’avons que des cautères sur jambes de bois, entre autres l’abandon, ou l’exploitation et la destruction de peuples qui dans le passé avaient une culture hautement développée.

Bref, la folie technologie n’a absolument rien résolu : partout dans le monde règne un esprit de guerre et de violence et d’agression : voyez la mode actuelle du terrorisme ! On le constate non seulement par les guerres qui se poursuivent çà et là, mais avec cette mode du terrorisme ça se poursuit aussi dans la vie civile. Et chaque guerre sera plus destructive et brutale que celles qui l’ont précédée (surtout à cause de la technologie). Ainsi la guerre moderne n’épargne personne, même pas les enfants ; mais ce n’est pas nouveaux. Des régions entières sont dévastées par des armes atomiques le feu et les bombes, pour les rendre inutilisable, comme naguère les soldats romains semaient du sel sur le territoire de leurs ennemis pour empêcher toutes cultures. Même si ce n’est plus le cas, on est toujours prêt à utiliser la force pour mettre son parti ou soi-même au pouvoir : voyez 1789 en France et en Vendée, et 1917 en Russie ; voyez ce qu’il se passe sournoisement en ce moment en Occident.

L’accroissement de la violence s’accompagne de symptômes parallèles de dégénérescence du goût et du comportement, d’un manque total du sens de l’honneur (le sens du mot NOBLE) ou de scrupule dans les relations avec autrui ; d’absence de frein dans la satisfaction des tendances animales. On dirait qu’un flot de vulgarité et de basse médiocrité envahit tous les aspects de la vie humaine, et dans beaucoup de secteurs de la population, mais c’est évidemment plus flagrant dans la sphère politique et gouvernementale très médiatisée !

Contrairement à ce que proclament les républicains de 1789 jusqu’à nos jours, et à cause des perruques poudrées et leur « raison », le mental, l’ego-égoïsme domine ce monde. La vie apparaît alors de plus en plus superficielle : chaque individu en « démocratie » ou libéralisme tend à être psychologiquement plus isolé qu’il ne l’avait jamais été avant 1789.
C’est l’ère du speed et du mouvement, du TOUT TOUT DE SUITE qui disperse les familles, détruit l’intimité qui régnait lorsque les gens vivaient côte à côte la plus grande partie de leur existence. Contrairement à ce que les cancéreux du pouvoir nous serinent, le social a disparu, les relations s’appauvrissent, et chaque individu tend à vivre de plus en plus pour lui seul, plus égoïstement, toujours au nom de cette « démocratie-libéralisme » car absorbé dans son business et ses seuls intérêts, n’utilisant l’autre que pour sa commodité, son confort et sa sécurité : c’est la guerre de tous contre tous, ou le « Exploitez-vous les uns les autres ». Aucune relation n’est considéré comme durable, à moins qu’elle ne procure la satisfaction recherchée : la relation, le social est devenu un simple business ; tout est prétexte à business ; chercher la gratuité est devenu comme extraire la Pierre Philosophale !

Lorsque des changements divers apparaissent dans divers secteurs de la vie, et révèlent sur une échelle toujours plus grande, mondialisme oblige, des folies et des détonations de toutes sortes, ainsi qu’une atmosphère de division, il faut y avoir une cause fondamentale pour expliquer tout cela. Cette cause ne peut se trouver que dans DANS L’HUMAIN LUI-MÊME, DANS CHACUN DE NOUS, et dans la façon dont nous affectent toutes les conditions nouvelles. Ainsi la seule solution est de se comprendre soi-même, et ensuite d’examiner la façon dont la vie doit être vécue, et son sens véritable : QU’EST-CE QUE L’ÊTRE HUMAIN ?
Existe-t-il chez l’être humain un aspect de sa nature submergé actuellement, qui possède ce sens indispensable et vital des valeurs humaines meilleures et plus réelles, sens qui pourrait le guider dans une vie de plus en plus complexe ?

Si cette possibilité existe, et en ces temps actuels elle est la seule, l’être humain ne peut la mettre en œuvre que par la prise de conscience de sa condition actuelle, à la fois extérieure et intérieure, car cela forme un ensemble : l’un réagit sur l’autre. S’il peut examiner l’ensemble de la situation avec une objectivité absolue (domptage de l’ego), il verra naturellement et sans effort la nécessité d’une transformation radicale, en lui-même, dans ses formes de pensées et d’actions, sans cette transformation fondamentale il ne pourra agir que sur du replâtrage, du rafistolage multi-millénaires, totalement inadéquats pour résoudre un problème si ancien, qui a des tentacules monstrueux dans toute la pensée et l’activité humaine.

La transformation humaine ne peut pas s’effectuer par l’évolutionnisme des Yahvistes et autres ergoteries des philosophistes grecs et des cancéreux du pouvoir ou Nouvel Ordre Mondial, qui n’aboutira qu’à la dérive et à une nouvelle solution tournant à l’affrontement et à la mode du terrorisme par la force, c’est-à-dire à la catastrophe.
Laissées à elles-mêmes, les choses tendent à continuer sur leur lancée (inertie), selon la loi de Newton, qui joue également dans le mental humain, tant que cet humain au stade de l’involution de sa personnalité, a un ego violent agissant en lui et sur lui. Il y a une grande violence derrière les manières de penser qui pousse les gens toujours plus loin sur la voie qu’il suive déjà : c’est la croissance, le « progrès » ou évolutionnisme. En conséquence, la possibilité d’une phase nouvelle dans la vie de l’être humain, ne peut se réaliser que par la compréhension de soi (dompter son ego). C’est exactement ce qui lui manque actuellement, au milieu de ce chaos humain, des vols spectaculaires dans l’espace, du délire technologique et de l’informatique et de son virtuel, de l’hystérie collective ambiante, tous phénomènes qui maintiennent l’être humain en dehors de lui-même ; et de la part des cancéreux du pouvoir c’est fait plus ou moins intentionnellement.

Il nous faut enfin comprendre que la « raison » ou intellect fourgué par les perruques poudrées du 18è siècle et si actif actuellement a atteint ses limites, même lorsqu’il n’est pas sous l’influence de l’opinion, même lorsqu’il fonctionne à partir de données considérées comme « justes ». Par sa nature même de dualité, le mental humain n’est pas objectif, il est partiel, partiel ; il ne connaît le Tout qu’en partant des parties, comme veulent le faire certains judéo-maçons spéculatifs. Mais il se peut, et c’est le cas pour l’être humain comme le démontre Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux, que le Tout n’apparaisse pas dans les parties.
Si l’humain a une âme, on ne peut pas détruire la nature de l’âme d’après les actions du corps, ou par action physique. L’âme n’est pas le disque dur d’un ordinateur, le cerveau humain n’est qu’un outil.

Seul un sens nouveau, surgissant de l’être humain dans sa totalité (le PAN DE LA PANIQUE), donc dans un humain totalement non conditionné, pourra résoudre les problèmes de la vie dans leur ensemble.
Réaliser le Soi-Instant correspond à la SPONTANÉITÉ, le REGARD NEUF avec une vision qui transcende les points de vue partiels basés sur la nationalité, la race, la couleur, la croyance ou foi, l'opinion, ou tout autre différence qui cause actuellement des conflits. Cela signifie un nouveau mode de vie, une attitude nouvelle envers tous et toutes choses, des relations nouvelles avec les êtres humains et la Nature, dont ils ne devraient s’être jamais coupés.

ÊTRE SOI-MÊME, sans se faire manipuler par le système (surtout ici en France depuis début janvier 2015), par sa famille, ses amis, ses collègues de business, et surtout par son propre ego. Parce que les sociétés dites « démocratique », ou « totalitaires » sont par définition profondément conformistes, robotisées : voyez l’exemple du « Je suis Charlie » (en fait identique à « Touche pas à mon pote »), et pour si peu de morts !!! comparé à d’autres attentats en dehors de France. Ces sociétés sont conformistes car elles ont pour base le mélange de dynamite : socio-économico-politique fonctionnant sur la base de la pensée unique ou norme (conformité qui explique le politiquement correct), avec variabilité limitée, ainsi que auto-régulation hiérarchisé des besoins, des valeurs, des connaissances, des interprétations, des comportements. Une auto-régulation ou hétéro-régulation nommée ici en France : LAÏCITÉ, qui n’est que l’OPINION pour favoriser le fric ou consommation, comme la publicité commerciale ou la propagande politique gouvernementale comme en ce début janvier 2015 où ça frappait fort dans les cervelles pour masquer autres choses. Donc pour réaliser le « Connais-toi toi-même » il est vital de sortir de cette prison du système étatique de cette « démocratie ». Vraiment vital !!!

QU’EST-QUE C’EST LE DESPOTISME ? C’EST UNE RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE : à savoir mettre l’être humain sous la dépendance de l’opinion d’un organisme religieux, ou étatique ; là, il n’y a pas de différence (la laïcité est un leurre extraordinaire). Un des principaux facteurs de protection de cette république despotique, c’est justement tout ce qui est écrit depuis le début de cette page : SE RE-TROUVER SOI-MÊME, c’est pour ça que le pouvoir fera tout pour que cela soit impossible, pour empêcher cette autonomie, pour empêcher cette indépendance. Le super et si simple message publicitaire « Je suis Charlie » en est une preuve flagrante, surtout avec la « marche » du 11 janvier 2015 : un social inversé ou singerie du religieux. C’est typique d’un régime d’oligarchie vendant son mythe « social » ou « égalité ».

Se souvenir que François Hollande a son début de locataire de l'Élysée a marqué son territoire comme un chien pissant le long d’un mur, pour bien marquer l’entrée en piste (cachée) de cette infâme judéo-maçonnerie politique comme le Grand Orient de France, donc la marque de Hollande est celle de Jules-Ferry avec pour symbole maçonnique cette nouvelle religion : LA LAÏCTÉ nouvelle mouture capitalo-socialiste destinée à reformater les cerveaux des jeunes. La Laïcité est un phénomène typiquement français et judéo-maçonnique.
RAPPEL : un guru a besoin de disciples comme un professeur a besoin d’élèves comme un judéo-maçon du 33è degré a besoin d’apprentis !

Se souvenir que le système politique ou religieux manipule par slogans étincelants somptueusement imprécis mais très chargés en émotions, sémantiquement vagues, ambiguës, comme : justice, sociale, peuple, état, solidarité, égalité, marché, démocratie, république, Dieu, Europe, valeur, etc. Toutes ces opinions valises où tout le monde peut puiser et qui renvoient toutes à l’évolutionnisme et à sa « fin des temps » où l’on rase gratis ; tout bénéfice pour le système pour faire avaler et canaliser le mécontentement HORS DU PRÉSENT. Ainsi le renvoi à la « fin des temps » permet de se dérober à toute justification.
 
[En haut de page : Aquarelle de Michel Roudakoff : un arbre au Parc Monceau à Paris, en 1992]
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 31-01-2015 19:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >