Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pharisaïsme = démocratie actuelle
Pharisaïsme = démocratie actuelle Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-02-2015 22:36

Pages vues : 2831    

Favoris : 485

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Humain, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
serpentvigie_alertepharisaisme.jpg
 
 
Pharisaïsme = démocratie actuelle
 
 
Rétrogradation de notre Univers par le citoyen Carnot !
Qui devait avoir un problème de cuisine ou d’ego !
D’ailleurs il n’a point fait long feu !
Mais nous a empoisonné avec le moteur explosif !

Le pharisaïsme comme la démocratie actuelle c’est LA FAÇADE (l’ego) ou MATÉRIALISME. Pour un évolutionniste comme Karl Marx, l’étatisme est le dogme des rapports de force grâce auxquels une classe domine et exploite le travail des esclaves à la base de la pyramide. Marx voulait même réaliser le « peuple-roi » ou socialisme réel ; évidemment le résultat est l’actuel pouvoir de la classe des Couilles en Or, soit un étatisme purement économique que d’autres appellent « laïcité » ou république. Le résultat du marxisme est le capitalo-socialisme : un super étatisme exploitant les esclaves.
Une pyramide ou étatisme ou CENTRALISATION de l’autorité s’efforçant de tout prévoir, évidemment au nom de la « liberté » ; qui n’en sera plus une, puisque éliminant par conséquence toute initiative qui pourrait déranger les dispositions et dogmes qui ont été prises « en haut lieu ».
 
Le pharisaïsme est le décorum, la façade (ego) sociale, religieuse, qui manifeste comme la soi-disant « république universelle » la confiance qu’il a en lui et en son système politique et de vie, malgré les temps difficiles, qui ne le laisse pas se désarçonner, qui écarte les soupçonners et les opposants, les méprises, et qui a le sens de constituer une aristocratie humaine socialisante.

On trouve le pharisaïsme chez les pionniers américains des 17 et 18è siècles, dans son armée, sa police, son corps de génie technique. Ce pharisaïsme croit en Dieu et en son droit (de l’homme). Toute une aristocratie constitué ainsi par un dur travail, des sacrifices et des privilèges.

On retrouve cette façade (ego) du pharisaïsme dans cette phrase : « Je ne veux pas le savoir » : une conduite décourageant toutes les vertus en les réduisant à la chance et qui innocentes tous les crimes en expliquant le crime par les circonstances psychologiques ou sociales.

Derrière cette façade du pharisaïsme se trouve le rituel, la vanité, le confort, l’orgueil : « Voyez comme j’ai réussi », soit l’attitude toutes américaine du winner et du rat d’Universités. On retrouve cet orgueil dans le « Voyez ma bonne santé, mes succès, ma famille, ma voiture ». Le pharisien en un dialogue avec lui-même attribue son état de winner à la chance, à son état de prébendé social ou de favorisé biologique (circoncision au 8è jour par exemple). Le pharisien ne remercie Dieu que pour mieux s’admirer lui-même.

De nous jours, le pharisaïsme des « démocraties et républiques universelle qui s’admirent elles-mêmes » est beaucoup plus répandu que le pharisaïsme des conservateurs.
Le pharisien se croit vertueux parce qu’il respect des digues ou des lois, des dogmes : « l’eau la plus souillée lui paraît vierge pourvu qu’elle coule au fond du lit des conventions sociales [genre Commandements de Moïse et autres droits de l’homme] ». (Réf. Gustave Thibon : Notre regard qui manque à la lumière).

La façade du pharisien c’est le dogme et la loi ; il ne connaît pas l’Amour ni l’altruisme ni la gratuité.

« Avertissement aux Pharisiens :
Vous êtes comme tous les hommes, mêlés de bien et de mal, et vous voulez pourtant qu’on vous identifie tout entier à votre vertu ; mais prenez garde : dès que vous ne pourrez plus faire illusion, on vous identifiera tout entiers à votre péché », écrit justement Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière.
« Le but de la vie consiste à tirer l’un du multiple. Le pharisaïsme est une tentative frauduleuse pour réaliser cette synthèse ; il fait l’unité au-dehors au lieu de la faire au-dedans ; son désir de perfection s’arrête à la blanche couche de chaux qui revêt l’extérieur du sépulcre », écrit Thibon.

Le pharisaïsme aux USA ne comporte pas le marxisme, ou si peu, puisque les Américains ont dans le sang de faire du fric avec n’importe quoi. Mais ils baignent dans l’anthropologie abusive (« science humaine »), les extrêmes genre bouddhisme Zen pur, et la psychanalyse (même pour chiens).

Pharisiens et autres Yahvistes ou hébreux et leur SOCIAL sont des briseurs de Soi-Instant ou ici et maintenant. Parce que je ne suis pas le corps, je ne suis qu’un voyageur sur cette planète et mon vaisseau est mon corps, donc une construction secondaire et mortel et soumise à la tyrannie de l’opinion. Le ‘Je’ est seul réel, et chacun a autant que moi droit au ‘Je’ qui est notre état naturel.
L’être humain croit qu’il ne peut maîtriser le « temps qui coule » (comme le sable dans le sablier), mais le monde spatio-temporel est à l’intérieur du mental, comme la coquille de l’escargot qui pourtant l’habite. Ce monde est fait par tous les ‘Je’ qui se retrouvent. C’est pourquoi parler de « fin des temps » comme le font les Yahvistes et autres évolutionnistes est dangereux. Mais la vraie éternité est pour chaque observateur, le « passage du temps » : Instant-maintenant, Instant-maintenant, alors que l’espace ou monde spatio-temporel n’est qu’une construction du mental QUI PERMET LE SOCIAL ou CONVENTION ENTRE LES OBSERVATEURS. D’ailleurs on peut retrouver ce monde dans le mental dans le superbe film le Labyrinthe (The maze runner).

Les pharisiens ont perdus, comme tout est dans le mental, présentement nous avons deux guerres mondiales sur Terre : celle de l’énergie sous toutes ses formes : eau, bouffe, pétrole et matières premières, « énergie libre » ; et une guerre de la démocratie : manipuler le mental pour « avoir la paix ». Les Couilles en Or savent de mieux en mieux comment fonctionne le cerveau humain et avec leurs technologies peuvent faire des ravages dans le mental en introduisant des images ou formes-pensées représentant des créations virtuelles façonnées par « l’élite ». Ceci nous conduira tous immanquablement droit dans le mur : « la fin des temps » yahviste ou IMAGE : MAGIE (anagramme) bien dans le style de la folie technologie est de son virtuel à base de thermodynamite.
Nous sommes dans cette civilisation de l’IMAGE/MAGIE : le virtuel ou artifice qu’entraîne le société de consommation, l’hystérie collective depuis le 11 septembre 2001. Alors, chacun a le pouvoir naturel de vivre le Paradis, et non l’Enfer d’un monde robotisé et contrôlé par LA PUCE !
La folie technologie permettra peut-être de fabriquer le faux retour du Christ (un bonhomme ou parasite introduit dans la cervelle de chacun de nous). On aura alors une « fausse vraie télépathie » !

Les Yahvistes se trompent : pas d’évolution : JE SUIS VIVANT DEPUIS LE PÉTARD BIG BANG, et JE NE M’ÉTEINDRAIS JAMAIS. Le ‘Je ‘ est immortel, nous n’avons pas besoin des Google et transhumantes et de leurs quincaillerie technologiques liées obligatoire à la religion du Saint Fric, comme toute leur thermodynamite.
TOUS NOUS SOMMES VIVANT DEPUIS LE PÉTARD BIG BANG.
Les transhumanistes et leurs machines ne sont rien sans la vie prêtant la solidité ou réalité à leurs machines, et c’est la fragilité de ces machines, non la vie, qui entraîne la précarité, toute secondaire de la vie dans le spatio-temporel. À côté des cimetières d’humains il y a des cimetières automobiles ! Hors de ces cimetières, d’autres humains et d’autres machines « vivent ». Les machines, jusque pendant encore longtemps, ne sont que la construction des humains ; et si un jour elles s’auto-construisaient, ce ne serait que des substituts des productions de la source du mental humain. Si un jour une machine est capable d’auto-réparation, elle ne sera jamais capable de se construire de A à Z, donc d'accéder au 'JE' (Soi-Instant).

RAPPEL : L’être humain n’est pas un animal social, car tout être humain doit « faire société » avec lui-même, au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec les autres ; d’ailleurs il le fera alors naturellement sans même sans rendre compte : « Aimer son prochain comme soi-même » (pas besoin de lois ou dogmes ou religions pour cela).
« Faire société avec soi-même » est bien-sûr le CONNAIS-TOI TOI-MÊME : la Création pure. Tout être humain, quel qu’il soit, ne peut donner à son semblable que ce qu’il EST lui-même (et l’étatisme ne donne rien…). L’humain n’est pas un animal social mais un ANIMAL NATURE (ce que ne comprendrons jamais les transhumanistes et autres « civilisés ». L’humain procède naturellement à l’Origine, le Tout ou absence d’ego.
Le social c’est le conditionnement humain, en d’autres mots le Nouvel Ordre Mondial entretenu savamment par l’apparition des trucs comme les « réseaux sociaux » (plutôt faux anti-sociaux) donnant naissance au GRÉGARISME : asservissement communautaire virtuel ou non, dont une vision erronée (comme tous meetings et défilés politicards bourrés de propagande), fabriquant des automatismes de la condition humaine.
Le social c’est ce qui détruit le Soi-Instant.
SOCIAL = HABITUDE OU CONVENTION.

Plus haut je parlais de Big Bang, le truc de l’abbé Georges Lemaître. comme c’était un curé, son Dieu pourrait aussi être le « bruit de fond de cet Univers » ! Dieu sous forme d’une sorte de « friture » comme on l’entendait dans les vieux téléphones. Mais évidemment depuis la laïcité judéo-maçonnique spéculative il n’y a plus de Dieu mais leur GADLU (Grand Architecte De L’Univers). Ainsi ces judéo-maçons font également de la théologie, comme leurs frères, pardon, leurs ennemis de l’Église de Rome.

Donc qui dit Big Bang dit encore et toujours ÉVOLUTIONNISME et son copain la thermodynamite de Sadi Carnot par exemple. Un type qui devait avoir des problèmes en cuisine et dans son ego, et qui a peut-être donné des idées pour les fameuses gaz chambers !
Sadi Carnot est dans l’évolutionnisme puisque selon lui toutes les énergies se dégradent ! Il ne devait pas connaître l’énergie libre, donc gratuite, sans dégradation. L’évolutionnisme à la Carnot c’est la dégradation de notre Univers : en Adam nous avons tout, puis à la « fin des temps » nous n’avons plus rien ! Sauf si c’est la « fin des temps » des Yahvistes où on raserait gratis, donc on aurait retrouvé l’énergie libre.
L’évolutionnisme c’est un peu comme la rumeur, le bouche-à-oreille. Par exemple ça commence par : « L'Esprit est prompte et la chaire est faible »… et ça se termine par : « Le vin était bon, mais la viande était gâtée ». Il en est ainsi des religions : elles commencent bien, et finirent en eau de boudin. Donc encore une fois fuir l’évolutionnisme et la thermodynamite des Carnot et Yahvistes.
 
 

Dernière mise à jour : 04-02-2015 22:59

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >