Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Laï-CITÉ
Laï-CITÉ Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-02-2015 18:50

Pages vues : 2844    

Favoris : 486

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
serpentvigie_alerte_laicite_vil.jpg
 
 
Laï-CITÉ
ou religion de la Cité
la religion de la campagne
étant le paganisme
des Païens ou Paysans.

La France policière et sa Laïcité
 
 
Voir aussi la page : Pauvres gosses dressés de laïcité

Laïcité = CITÉ : il y a la vie dure et profonde du Païen ou Paysan, du Forgeron et de l’artisan du village, du pasteur, du soldat ; et au contraire dans les cités il y a une vie molle ou confortable et facile, sécurisé, qui est inhumaine et engendre la corruption (le vil de ville), la dépression et la révolte de l’être humain qui ne joue aucun rôle dans la cité, cet hydre robotisé bourré de technologie et de boyaux tentaculaires dans tous les sens. La ville a bouffé le Paysan qui est venu y travailler et se retrouve ainsi ouvrier standard avec un salaire standard, même peine avec le fonctionnaire ou le bureaucrate, le cadre bien payé dans ses bureaux livides. Et c’est précisément ce que le capitalo-socialisme réclame pour tous, comme la laïcité.
Cette démocratie actuelle a trop vite confondu vie dure et vie inhumaine. Et par là ces cancéreux du pouvoir se sont condamnés presque uniquement à corrompre sous prétexte d’humaniser et d’égaliser !!
Là où le climat social est dévolu à l’argent, c’est aussi l’époque dans laquelle sévit la pire fièvre égalitariste.
 
La Laï-CITÉ au nom de l’unité des Français veut un climat athée, donc une période où régnera la confusion et la mort que le pouvoir poursuivra sous le nom d’UNITÉ (comme en URSS du temps des Lénine-Staline-Trotsky et de leur Goulag).

Aujourd’hui c’est cette fameuse « liberté » devenue un mythe contribuant à détruire dans l’âme les masses, à détruire la Vraie Liberté, la Vraie Sagesse. Le républicanisme vend sa « valeur » du suffrage universel, c’est-à-dire demander à un aveugle de choisir LIBREMENT les couleurs de son salon. À l’agneau on dit : « Tu es libre d’être ou de ne pas être herbivore », ce qui définie les instituons de l’étatisme républicain qui entretiennent dans la cervelle de TOUS les humains l’illusion d’être « peuple souverain », égaux à quiconque, et de trancher par bulletin de vote, des problèmes les plus étrangers à leur compétence ! Ainsi, étirer, dilater, délayer la liberté c’est le moyen le plus sûre et le plus perfide de la supprimer.

La Laï-CITÉ actuelle n’a plus rien à voir avec celle de 1905 lors de la séparation de l’Église de Rome et de l’État français républicain. La Laï-CITÉ en général se veut universelle, donc elle en devient une religion au même titre que la « république universelle » des judéo-maçons spéculatifs. Selon ces gens, leur Laï-CITÉ permettrait d’apporter l’harmonie, et donc de « vivre en paix », soit le « Circulez y’a rien à voir ! »

Le stéréotype républicain et judéo-maçonnique veut que sa Laï-CITÉ nous fourgue « la liberté de conscience » (soit du mensonge puisque le principe de la démocratie est la manipulation d’opinion afin d’obtenir du consentement de la part des masses) ; l’égalité des droits (soit encore le mensonge puisque cette société est basée sur le Saint Fric) ; et le fait que l’État se consacrerait à « l’intérêt général », donc un État fantôme, non responsable, robotique.
La laïcité entre dans le thème ou maladie de l’égalité.

Bien-sûr la Laïcité n’est pas neutre ! Car elle exaspère nombre de personnes, attise les contradictions, bref, ELLE DIVISE au lieu de rassembler comme le voudrait une religion !
La Laïcité est un hydre, une sorte de monstre sans queue ni tête, une sorte de Nouvel Ordre Mondial dont on ignore qui est l’élite au sommet et ce qu’elle veut.
Si en 1905 la loi de séparation assurait la neutralité du pouvoir public, aujourd’hui les cancéreux du pouvoir cherchent à étendre la neutralité ou pensée unique à la société tout entière.
Une pensée unique lentement et sournoisement insufflée par tous médias et professionnels de la politique qui demandent aux masses d’être neutres, comme le témoignent la loi de 2004 interdisant le port des signes d’appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées, et la loi de 2010 interdisant la burqua dans l’espace publique.
Ainsi le contexte social des cancéreux du pouvoir n’a plus rien à voir avec celui de 1905. Et depuis Vatican 2, l’Église de Rome est devenu une phalange du Nouvel Ordre Mondial, ce qui n’était pas le cas en 1905.

La Laï-CITÉ est maintenant confronté avec l’islamisme, qui ne reconnaît pas de séparation entre le divin et la vie courante et leurs gouvernants. Ainsi il n’est pas étonnant que l’islamophobie soit une réalité ici en France.
La Laï-CITÉ lorgne dangereusement vers le stalinisme de l’URSS ou toutes religions étaient interdites. Pour les Juifs Bolcheviques Dieu n’existait pas, et « la Religion était l’opium du peuple ». Aujourd’hui les cancéreux du pouvoir entretiennent dangereusement la confusion entre public et privé, toujours au nom de cet hydre monstrueux anti-humain nommé par ces malades : « neutralité », concept mondialiste découlant de cette nouvelle judéo-maçonnerie née à Londres en 1717.
Ainsi, de façon terriblement sournoise comme ce que fait cette république, l’étatisme s’immisce dans des choix religieux qui devraient rester privés et les individus privés sont sommés de devenir laïques, ou athées.
De façon démocratique (manipulation), la religion est redevenue une affaire publique avec risque de violer la fameuse « liberté de pensée » ; alors que la laïcité de 1905 était foncièrement judéo-maçonnique avec ses idées de « liberté-égalité » que l’actuelle laïcité remet en cause.
L’inversion est énorme : la Laïcité est censée « protéger » la « liberté de conscience » de l’habitant des cités ou citoyen, mais aujourd’hui elle est devenu stalinienne en servant à contrôler cette « liberté », ou à l’interdire. On est passé d’un état de droit, une défense de la « liberté » avec quincaillerie de « droits et de devoirs », à bouffer de force une conception du « bien » (morale judéo-maçonnique), une manière d’être : le fameux « social ». On en vient à limiter la religion au nom même de ce qui assurait la liberté de la religion.


La société française est sous la coupe de cette judéo-maçonnerie spéculative comme le Grand Orient de France, donc SOUS SA NORME COMPAS-ÉQUERRE ou CONFORMISME : le « bon » citoyen républicain ne doit pas manifester son appartenance religieuse, sous peine d’être suspecté, comme en URSS, d’infidélité au système, à la république. Comme en URSS, il existe une sorte d’exclusivité ou copyright républicain : manifester sa religion signifie se distancer de la communauté des citoyens ; donc nous avons toujours cette horrible division multi-millénaires entre Païens et Chrétiens, ces derniers étant censé être tous devenus des « citoyens athées ».
Mais ce rêve judéo-maçonnique républicain se heurte à une réalité tout autre : la France n’est plus totalement chrétienne ou après 1789 « une et indivisible », chose qui était assuré par les rois et qu’un président de république ne peut plus faire : il n’a plus de symbolique, donc il ne peut plus harmoniser les peuples.

La Laï-CITÉ n’a pas à être une arme contre la religion ou le divin. En étatisme les libertés publiques ne doivent pas être limités au nom de cette nouvelle religion : la Laï-CITÉ.
Pour moi Laï-CITÉ ne rimera jamais avec « liberté », tant que l’étatisme républicain existera.
La Laï-CITÉ que veut imposer cet étatisme français est un flagrant aveux de dégénérescence de notre civilisation française, et une manière à peine sournoise de contenir ses peurs.
La Laï-CITÉ est anti-solidarité, elle ne pourra jamais être le « Aimez-vous les uns les autres » qu’elle rêve d’être. Seul le monde Paysan et Païens, qui pour moi comprend le monde ouvriers, a une certaine harmonie, comme « membres d’un seul corps » (les corporations d’avant 1789 en étant un exemple). La Laï-CITÉ reflète trop cet après 1789 bourgeois avec ses intellectuels, qu’ils soient de « droite » ou de « gauche », tous ces gens dont l’influence maléfique a fait oublier les anciennes bases sur lesquelles était autrefois basée la valeur des associations corporatives.

La Laï-CITÉ idolâtre le SOCIAL, parce qu’elle est devenu l’outil de remplacement du divin. « Celui qui ne possède pas Dieu a besoin de cette illusion pour vivre et agir parmi les hommes », écrit Gustave Thibon, dans : Notre regard qui manque à la lumière.
Comme la Laï-CITÉ et sa « neutralité », donc son aspect de surface, le social n’a pas de profondeur, on parle d’ailleurs de « surface sociale ». Le social comme la démocratie actuelle c’est l’apparence, la façade. La profondeur n’est jamais social ; elle est humaine ou divine, tout simplement. Et le critère social (fortune, emplois, honneurs ou diplômes, avancement, état familiale, etc.) en fonction duquel nous jugeons le plus couramment les humains est aussi celui qui nous renseigne le moins sur LES VRAIES VALEURS.

Le social c’est la division entre winners et losers, soit la compétition sociale, le « exploitez-vous les uns les autres » et le « prestige social ».
La « justice sociale » est criminelle : elle crucifie le Christ entre deux bandits…

La laïcité comme le social, comme LA MORALE, ne s’intéressent qu’aux apparences. La morale courante ne tient aucun compte des mobiles intimes de nos actes et ne s’intéresse qu’aux apparences. Ainsi, à ce niveau, la vertu et le vice n’ont pas plus de réalité l’un que l’autre : ce sont des fantômes à dépasser ! Il est mille fois plus important d’obéir à l’appel, à la vocation, à l’intuition, qu’à la loi.
 
 

Dernière mise à jour : 12-02-2015 19:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >