Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Rêve clé des Songes
Rêve clé des Songes Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-02-2015 21:31

Pages vues : 3045    

Favoris : 384

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
ci1-1c.jpg
 
 
Rêve clé des Songes
ou S’envoyez en l’R


Sur cette Terre, qui n’est pas réveillé dans un rêve ?
Ou qui n’est pas endormi en éveille ?
 
 
Seul l’I-réel est la réalité : « Les choses sont faites de la même substance que les rêves » écrivait Shakespeare.

SONGE (rêve) : thème de Sommeil. SON-Je. Commence par la lettre S, comme Science, Savance, Sal et Sel. Le S renvoie l’idée de perfection.

Le R de Rêve sonne AIR, ce qui reflète bien le Songe (S’ENVOYEZ EN L’AIR), l’idée, la chose pensée. Le préfixe RE indique souvent la marche arrière, le REtour vers l’ORigine, et aussi la REpétition (Repeto : chercher à atteindre). Certains cherchent bien à « voyager dans le temps » du mental.
 
Oui, LA VIE EST UN SONGE, l’être humain se croit réveillé dans la « réalité » alors qu’il n’est qu’endormi dans l’attente de l’Après-Vie ou seule Réalité.

RAPPEL : C’est l’invention de l’histoire ou Chronologie tueuse, idéation entre un point A et un point B qui fabrique le mental. La même chose se passe dans les Songes.

Questions posées par Jagadish Chandra Bose à Ramana Maharshi à l’entretien 399, le 15 avril 1937, alors que Bose allait mourir le 23 novembre 1937 :
« Existe-t-il une différence intrinsèque entre l’expérience du rêve et celle de l’état de veille ?
- Maharshi : C’est parce que vous trouvez que les créations oniriques sont transitoires par rapport à l’état de veille que vous pensez qu’elles sont différentes. Cette différence n’est qu’apparente, elle n’est pas réelle.
- Question : L’état de veille est-il indépendant des objets existants ?
- Maharshi : S’il en était ainsi, les objets devraient exister sans celui qui les voit, c’est-à-dire que l’objet devrait vous dire qu’il existe. Le fait-il ? Par exemple, une vache qui bouge devant vous vous dit-elle qu’elle bouge ? Ou est-ce vous qui dites : « Je vois une vache qui bouge » ? Les objets existent parce que celui qui les voit en prend connaissance.

Le rêve existe pour celui qui est éveillé. Mais en fait, sous l’angle de l’absolu, rêve et veille sont tous deux irréels.

Il existe différentes méthodes d’approche pour prouver l’irréalité de l’Univers. L’une d’entre elles est l’exemple du rêve. Les états de jâgrat (veille), svapna (rêve) et sushupti (sommeil profond) sont traités de façon aussi élaborée dans les Écritures afin que la Réalité qui leur est sous-jacente soit révélée et non pas pour accentuer les différences entre les trois états. Cet objectif doit être clairement gardé à l’esprit.
Ils disent que le monde est irréel. De quel degré d’irréalité s’agit-il ? Est-ce comme « le fils d’une mère stérile » ou comme « une fleur dans le ciel », c’est-à-dire de simples mots sans rapport avec les faits concrets ? Mais le monde n’est pas un simple mot, il est un fait. La réponse est que le monde est une surimposition sur l’unique Réalité, telle une corde enroulée, qui dans la pénombre, est prise pour un serpent. Mais là aussi, la fausse identification cesse dès qu’on nous révèle qu’il s’agit d’une corde. Tandis que le monde persiste, même quand on sait qu’il est irréel. À quoi cela tient-il ? Prenez l’exemple d’un mirage. L’apparence de l’eau trompeuse persiste, même quand le mirage est reconnu comme tel. Il en est ainsi avec le monde. Bien que l’on sache qu’il est irréel, il continue à se manifester. Mais personne ne se met à la recherche de l’eau d’un mirage pour s’en désaltérer. Aussitôt qu’on sait qu’il s’agit d’un mirage, on reconnaît l’inutilité de l’atteindre pour se procurer l'eau.
- Question : Avec le monde, c’est différent. Bien qu’il soit souvent déclaré comme faux, on ne peut faire autrement que satisfaire ses désirs dans ce monde. Comment peut-il alors être faux ?
- Maharshi : C’est comme l’homme qui cherche à satisfaire ses désirs dans le rêve par les créations du rêve. Il y a des objets dans le rêve, il y a des désirs et il y a la satisfaction des désirs. La création du rêve a autant d’utilité que le monde du jâgrat (la veille) et cependant le rêve n’est pas considéré comme réel.
Nous voyons donc que chacun de ces exemples sert un objectif différent dans l’établissement des étapes de l’irréalité. Finalement le sage déclare que le monde du jâgrat est tout aussi irréel dans l’état réalisé que le monde du rêve dans l’état de jâgrat.
Chacun de ces exemples doit être compris dans son contexte propre et ne pas être considéré comme une généralité. Ils sont les maillons d’une chaîne. Leur but commun est de diriger le mental du chercheur vers l’unique Réalité, sous-jacente à tout.

RAPPEL : Un Maître Taoïste disait au 12è siècle (chronologie Scaliger) : « Le bien et le mal viennent de votre propre esprit. Mais qu’appelez-vous votre esprit, en dehors de vos actes et de vos pensées ? Et d’où vient votre esprit ? Si vraiment vous savez d’où vient votre esprit, une infinité d’obstacles créés par vos propres actes disparaîtront aussitôt. Ensuite, toutes sortes de possibilités extraordinaires s’offriront à vous, sans même que vous les cherchiez ».
Un disciple interrogea un maître : « Que doit-on faire quand sans cesse apparaissent et disparaissent les pensées ?
Le maître répondit : « Tttt ! À qui appartient ce qui apparaît et disparaît ainsi ?
Un maître demanda un jour à un disciple :
« D’où viens-tu ? »
Le disciple répondit qu’il venait de tel ou tel endroit.
Le maître s’enquit alors : « Y penses-tu ? »
Le disciple répondit que oui, souvent.
Le maître dit alors : « Celui qui pense est l’esprit ; l’environnement est ce à quoi il pense.
Cet environnement comprend des montagnes, des rivières, des terres, des maisons, des gens, des animaux et ainsi de suite. Maintenant, retourne ta pensée pour penser à l’esprit qui pense : s’y trouve-t-il autant de choses ? »
On appelle cela l’expérience de la Fleur d’Or destinée à gérer l’attention, ou dompter l’ego, maîtrise du soi. Cet enseignement est le même que celui de Ramana Maharshi ; il est extrait du Secret de la Fleur d’Or, par Thomas Cleary.
Tchouang-tseu dit la même chose au chapitre Les rois qui abdiquent : « C’est seulement à celui qui se désintéresse du gouvernement du monde qu’on peut confier le monde ».

Rêver c’est encore RACONTER UNE HISTOIRE, faire du Hollywood dans sa tête, donc être encore sous la dépendance de son ego (jouer ou dormir il faut choisir… ). Pour dompter son Dragon, son ego, il devient nécessaire de ne pas attacher d’importance « à Hollywood » ! On peut s’aider du rêve uniquement pour s’améliorer, et non pour délirer ou s’éclater dans le rêve ! Rêver, lucidement ou non, est de réaliser le Soi-Instant ou cesser de rêver ! La Réalisation du Soi ou Instant est la cessation du rêve comme l’énonce l’exemple ci-dessus du Secret de la Fleur d’OR. Dans la Réalisation du Soi-Instant il n’existe plus d’histoire ou de Hollywood, ni de rêveur, mais seulement la Seule Réalité. L’illumination c’est la fin des rêves, soit l’ÉVEIL.

En fait l’éveil et le sommeil sont une seule et même chose… à divers degrés.
Chez les Tibétains, ce qu’il se passe durant le rêve est de même nature que ce qui se passera à notre mort : tous deux sont des moments de transition qui peuvent être approchés de la même manière : en réalisant le Soi-Instant au moment de la mort la Libération est effective.   

[En haut de page : phase d’animation de levé de Soleil sur Paris en décembre 1967 en aquarelle, par M. Roudakoff]


Explication du cauchemar mondialiste.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 26-02-2015 22:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >