Accueil arrow Langage arrow Scénario arrow Écrivez votre Drama
Écrivez votre Drama Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-11-2008 17:16

Pages vues : 4060    

Favoris : 82

Publié dans : Langage du cinéma, Scénario

Tags : Dramas, Japon, Scénario


pied_parvo1.png
Écrivez votre Drama

Scénario
 
 
Logiciel gratuit, très  pro et complet pour écrire un scénario :  http://celtx.com/


Aide mémoire pour écrire un scénario :

Avant tout, ne pas penser, ni aux spectateurs, ni à obtenir quelque chose d'extraordinaire ; faire le vide !

Le texte doit-être écrit de la façon la plus directe possible et au présent ; on obtient donc un texte sec, simple et fluide. Il doit comporter environ 100 pages format 21 x 29,7 avec des bonnes marges et des caractères plus gros que ceux des romans en livres ; le temps de lecture du scénario peut indiquer le temps du film environ. Voir en séquences (suite de plans), formant un TOUT. Les dialogues sont inclus dans le scénario, l'action et le pourquoi y sont indiqués ; la situation du lieu et le moment de la journée (jour, nuit) sont indiqués. Un exemple de plan : sur le bord du Nil à côté des marches d'un petit temple, 3 hommes en blanc discutent. Si on indique dans le scénario que les 3 hommes sont assis, c'est déjà de la mise en scène. Si l'on reste le scénariste, il vaut mieux laisser son travail de création au réalisateur.
Se rappeler de la loi de Cause à Effet et de la fluidité de l'horloge du temps qui coule. Se rappeler des drames comme ceux qui meurent par amour, par accident, par vengeance, par maladie ; c'est toujours la Vie en perpétuelle mouvement.
Comme dit un proverbe Chinois : Que l'on passe la Vie en chantant ou en pleurant, c'est toujours la Vie.

Une méthode parmi beaucoup d'autres, consiste à écrire son histoire avec une idée de base, tout en la déroulant comme une pelote de ficelle au grès de son inspiration.

Enfin, être modéré avec les effets spéciaux digitaux.


La technique de l'acteur et celle du metteur en scène se ressemble par la base qui est celle d'émouvoir le spectateur, puisque le metteur en scène, jusqu'à un certain point est un acteur.

Un des chaînons de la technique de l'acteur :
Comment l'acteur peut-il ressentir sentimentalement son jeu ?
Il oblige son imagination à lui peindre une série de situations ou de tableaux concrets correspondants à son thème. La somme de ces tableaux imaginaires suscite en réponse l'émotion, le sentiment, la souffrance, l'état d'âme cherché.
La matière des tableaux fournis par l'imagination différera du tout au tout selon les particularités et le caractère du personnage que l'acteur doit jouer.
Du rapport : principe du montage, principe de l'acteur, à partir d'éléments statiques de données imaginaires et de leur juxtaposition, naît une image dynamique.
L'unité de style est renforcée par la coopération entre l'acteur et le metteur en scène, et plus encore par les deux éléments du couple metteur en scène/directeur photo. Quand il y a un écart de la part d'un des membres de l'équipe, le metteur en scène répond de l'ensemble, puisqu'il est le "chef d'orchestre". Si un "couac" arrive, le metteur en scène devra intervenir, mais sans blesser l'amour-propre de tel ou tel élément de l'équipe.
L'acteur ne peut pas "détoner" par rapport à un autre élément. C'est difficile car il ne peut participer à toutes les étapes du tournage. Ainsi demande-t-on à l'acteur de cinéma un sens encore plus aiguisé du style, de la tonalité dans laquelle l'œuvre est construite.
 
 
 
 
PREMIER TABLEAU. EXT SOIR                                   
                                                                        
          Jardin de Pierre et Romaine Belcroix à Montrouge en           
          banlieue de Paris.                                            
                                                                        
          Pierre vide sa pipe en tapant sur son talon.                  
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Il est un peu effrayant hein ?                      
                                                                        
          Il avance jouant avec sa pipe.                                
                                                                        
                              PIERRE                                    
                         (A Marcel)                                    
                    Ah ! Tu nous sort de ces                            
                    histoires... Ah !... Ah !... Et                     
                    surtout de ces jugements !                          
                                                                        
          Amusé il porte sa pipe à sa bouche. Romaine, une jeune        
          femme apparaît, suivie de la bonne Yvonne portant un          
          plateau.                                                      
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Tu es bien sûr que tu ne t’es pas                   
                    payé notre tête là ?                                
                                                                        
          Il avance une main vers le menton de Marcel, qui est          
          assis.                                                        
                                                                        
                              MARCEL                                    
                         (A Romaine, doucement)                         
                    Je te l’affirme. Vois-tu mon                        
                    vieux je suis devenu trop                           
                    raisonnable.                                        
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Oui ! Tu crois ?                                    
                                                                        
                              MARCEL                                    
                    Oh ! Je ne m’en vante pas ! C’est                   
                    même tout ce dont je me plains.                     
                                                                        
          Pierre rit, comme à l’adresse d’un enfant, et avance à        
          nouveau la main vers le visage de son ami.                    
                                                                        
                              ROMAINE BELCROIX                          
                    Tenez, Yvonne. Donnez-moi ce                        
                    plateau... et emportez tout cela.                   
                                                                        
                              MARCEL                                    
                         (à Romaine)                                    
                    Chère petite hôtesse, vous nous                     
                    avez fait faire un dîner !...                       
                                                                        
                              ROMAINE BELCROIX                          
                         (elle se recule, levant les                    
                         mains au ciel)  
                  
                    Oh oui ! Le soufflé était                           
                    complétement brûlé !                                
                                                                        
          Romaine s’affaire. Pierre s’approche d’elle, il lui enlace    
          les épaules. Yvonne part dans la maison en emportant le       
          plateau.                                                      
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Chère hôtesse !... Ben tu vois,                     
                    il ne veut pas t’appeler Maniche,                   
                    hein ?                                              
                                                                        
          Romaine regarde Marcel.                                       
                                                                        
                              MARCEL                                    
                    Mais si !... Seulement écoutez...                   
                    Vous aimez follement ce nom-là ?                    
                    Maniche...                                          
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Mais oui... C’est très joli.                        
                    Romaniche, Maniche. Non ? Tu ne                     
                    trouves pas ?                                        
                                                                        
                              MARCEL                                    
                    Oh, non, je trouverais cela                         
                    plutôt très laid.                                   
                                                                        
                              ROMAINE BELCROIX                          
                         (à Pierre)                                     
                    Ha !                                                
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Oh ! Maniche ? Maniche, c’est                       
                    laid ?                                              
                                                                        
                              MARCEL                                    
                         (avec une calme assurance)                     
                    Il me semble. Je me trompe                          
                    peut-être.                                          
                                                                        
                              PIERRE                                    
                    Ben tu ne voudrais tout de même                     
                    pas l’appeler Romaine ?                             
                                                                        
                              MARCEL                                    
                    Romaine est très charmant...                        
                                                                        
                              PIERRE                                    
                         (prêt à rire)                                  
                    C’est un nom de salade !                            
                                                                        
                              MARCEL                                    
                    Quelle horreur !                                   
                                                                                                         
                              ROMAINE BELCROIX                          
                         (jouant l’indignée, en même                    
                         temps que Marcel)   
                           
                    Oh !                                                
                                                                        
                              PIERRE                                    
                         (riant franchement)                            
                    Puis c’est prétencieux !                            
                                                                        
          Pierre regarde ironoquement Romaine, comme une petite         
          fille.                                                        
                                                                                                      
                              ROMAINE BELCROIX                          
                         (avec un regard amusée)                        
                    Oh ! Pas du tout !                                  
                                                                        
                              MARCEL                                    
                         (imperturbable)                                
                    Romaine... Je connais peu de noms                   
                    qui aient plus de grâce, ou                         
                    plutôt d’élégance.                                  
                                                                        
          Marcel lève sa main pour montrer Romaine.                     
                                                                        
                              MARCEL                                    
                    Et il va très bien à ce petit                       
                    visage pur... et fier !                             
                                                                        
                              ROMAINE BELCROIX                          
                         (elle se dégage de l’étreint                   
                         de Pierre en montrant                          
                         Marcel)  
                                      
                    Voilà !                                             
                                                                        
                              PIERRE                                    
                         (montrant un amusement                         
                         agacé) 
                                        
                    Il t’en met plein la vue, le                        
                    grand Maître !                                      
                                                                        
                              ROMAINE BELCROIX                          
                         (en plaisantant avec grâce)                    
                    Voilà ce que j’ai toujours                          
                    pensé... (elle tapote la poitrine                   
                    de son mari)
Je suis fière ! Et                     
                    ma fierté se lit sur mon petit                      
                    visage. Et le nom de Romaine me                     
                    va à merveille. Parfaitement !                      
                    (Elle pointe l’index vers Pierre                    
                    et regarde Marcel)
Je te prierai                    
                    même mon cher de noter dans un                      
                    coin de ta mémoire tout ce que                      
                    vient de dire ton ami. (Elle                        
                    recommence à débarrasser la                         
                    table, jouant l’offensée).     
   


(Début de MÉLO, pièce de théâtre de Henry Bernstein, mis en scène par Alain Resnais).

Dernière mise à jour : 14-11-2008 17:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >