Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Lucifer ou le PAON-PAN
Lucifer ou le PAON-PAN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-05-2015 22:56

Pages vues : 3775    

Favoris : 367

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
francisco_de_goya_circe.jpg
 
 
Lucifer ou le PAON-PAN
DIEU de MOITIÉ
PA(O)N : du N de NOUN : les Eaux Primordiales
et NOUT : les ondes sur Terre.
N de IN (dans) ou Onde porteuse, de
INervé - ENervé (ENegrir : aigrir) - ENergie
INcarné - INcorporer - INcantation
NI - NI - NIANT
NORD


ENès : Instant

Page dédiée à l’ami Lucifer.
 
 
Travaux d’Hercule : du Lion Vert (de la dualité) naît le Lion Rouge ou Pierre (non-dualité ou Or).

Voir aussi les pages :
- Vraie Démocratie et l’ami Lucifer
- Énergie Libre et Lucifer et Paquets
- Pointillés et l’Homme-Souffle de Lucifer

PAN-PAON LUCIFER le TOUT sont la Nature et son Esprit. Rien ne Lui échappe. Il est « l’Oiseau d’Hermès » ou Mercure philosophique.
Dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique, Pernety écrit à PAON que cet Oiseau est consacré à Junon (épouse de Jupiter, force vital ou vigueur, principe féminin). « La Fable dit que cette Déesse jalouse demanda à Jupiter la Nymphe Io changée en Vache, et après l’avoir obtenue, elle la donna en garde à Argus qui avait cent yeux. Jupiter chargea Mercure de le défaire de ce gardien importun. Mercure le fit en effet périr, et Junon transporta ses cent yeux sur la queue d’un Paon. Les Philosophes Hermétiques disent que cette fable est une allégorie de l’état de la matière de l’œuvre au moment où les couleurs de la queue de Paon se manifeste sur sa superficie [on les appelle ‘les yeux d’Argus’] ».
 
Donc PAON - PAN signifie le TOUT, la NATURE. PAN a donné le mot PANIQUE, soit LA DOULEUR ABSOLUE, qui comme la couleur, n’appartient pas au mental ou corps, mais est le résultat de la survenue DANS L’INSTANT DE LA LUMIÈRE. C’est le seul Réel possible qui survient dans l’Instant dans la Conscience qui provoque cette Panique parce qu’il y a abolition de la dualité cause-effet, abolition du temps : plus aucun recule possible : TOUT arrive d’un seul coup ! Il n’existe plus aucun temps, plus aucune dualité !!!
La Douleur Absolue c’est le CHRESTOS ou Homme de Douleur devenu Chrestos en lui, le purifié. Douleur Absolue parce que réaction de l’humain face au Vide, au « Rien du Tout ». Chrestos sonne un peu comme CROIX ; elle n’est pas le copyright du Christianisme, mais était déjà un important symbole des Païens, employé dans divers rituels en Chine, Mexique, Égypte, Grèce, Babylone, en Inde et au Pérou. Le T est la Croix originale (le Tau), et la Croix ou le Tat (V) est aussi antique. Le V de Vent, Van, Vide, Vie, Virilité, Verdeur, Vérité, Voir, Voix, Voie, Verbe, Vertu, Vitesse, Victoire, Vanité, Voler et Valeur : Voler ou dualisme du V dans le Tout (O de O-céan) qui se déploie (L), soit le vieux rêve humain, dénaturé sous forme de Voler : dérober, et « vo(a)leur républicaine ».
Le Chrestos est Vie, Vérité.
Le V de AVE (salut latin) : du A privatif ou non-dualité déployée sur Terre.
La Croix ansée est entre les mains de nombreux Dieux, dont Baal. Etc.
 
Le PAON - PAN est ainsi le DESTRUCTEUR DU TEMPS. Le PAON - PAN est à la fois INNÉ ET IGNÉE (EAU-FEU). Dans le monde chinois le Paon sert à exprimer les vœux de Paix et de Prospérité. En tradition chrétienne le Paon est symbole d’immortalité ; et les Paons s’abreuvent dans le Calice eucharistique.
« Les yeux d’Argus » ou « les cent yeux » devient la béatitude éternelle grâce à la Réalisation du Soi-Instant.

Le PAON - PAN est donc le TOUT, la STARGATE ou ARC-EN-CIEL avec ses COULEURS sur l’éventail de sa queue en forme de ROUE. La Queue du Paon qui se déploie et peut se replier très vite indique la fragilité du monde des accidents ou spatio-temporel (fragilité par la naissance et la mort).

Le PAON - PAN est donc le TOUT et l’UNIFICATEUR DES CONTRAIRES.
Maintenant comme Il est « l’Oiseau d’Hermès », Il est comme le VENT (d’Hermès) : Vent par la loi phonétique ou Langue des Oiseaux, prend le sens de VAN. En grec ça donnera phian (Fan), mis pour fêmi, dont la forme prend appui sur le sens de rendre visible, de se manifester (comme la roue de la queue du Paon) ; de FAN : paraître (les fanatiques dans les spectacles). Le latin vanna (van) trouve dans fannos (phanos-lanterne, fanal, étymologie de fantôme) le sens de lumineux, brillant. En gaulois Vent s’écrit auelo, comme « bon vent » ou « bienvenu » ? comparable au gallois awel (vent, air), du vieux cornique auhel (brise), du breton avel (vent). Sanskrit : vati (souffle).
On retrouve dans le thème VAN, non seulement Fan, mais aussi le latin fouere (réchauffer), en letton dagla, en lituanien deglas (torche) ; dagla en gaulois indique le flambeau, et a la racine dhedh (brûler). Bien d’autres mots gaulois possèdent le sens de flambeau, notamment le mot LEUCOS : brillant, blanc, lumière (lux), de la racine leuk, voir aussi le sanskrit rocate : il brille, etc.
Nous avons aussi UAR, étymologie gauloise de Eau, ce qui conduit à PASSEUR (treuero), qui donnera Treueri, les Trévires, d’où vient le nom de la ville de TRÈVES, qui conduira au latin trans (à travers), etc. Voir le sanskrit var.
(réf. Dictionnaire Français-Gaulois, de Jean-Paul Savignac).
VANS : pour vaus, sorte de petit vaisseau ou navire ; VAN : mesure de charbon (énergie), du latin vannus (Glossaire de Du Cange).

« C’est une chose merveilleuse de la Nature, et sans laquelle rien ne se peut faire. C’est pourquoy Hermès l’appelle son vent, à cause du vol facile qu’elle prend du Soleil et de la Lune, faisant avec elle incontinent nostre Pierre volatil revivifiant le mort et donnant la vie au Soleil, et à la Lune, au mary et à la femme », écrit George Ripley, dans : les Douze Portes d’Alchimie (Troisième Porte).

Le PAON - PAN - LUCIFER peut être rattaché au bouc de Mendès, qui représente un genre de talisman des énergies créatrices de la Nature, donc des secrets de Lucifer.
RAPPEL : le Bouc comme le Saint est à la fois sacré et diabolique ; le Bouc est comme un animal tragique (sacrifice), qui comme les POINTILLÉS DE LUCIFER est tantôt généreux et tantôt corruptible. Le Bouc est symbole de puissance vitale, de libido, de fécondité. Bouc ou Dionysos quand le Serpent Typhon attaque l’Olympe en dispersant les Dieux effrayés au cours de sa lutte avec Zeus (réf. Dic. des Symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant). Pan se revêtait parfois d’une peau de Bouc (ce que Pernety mentionne dans son Dictionnaire).
MENDÈS : ville du Delta (16è nome de Basse-Égypte). Elle fut le centre du culte du Dieu-Bélier : le Bélier-Seigneur-de-Djedou, titre que les Grecs transcrivirent Bendentis.
Le Bouc est un grand symbole et animal de sacrifice chez les Hébreux et apparait dans leur Ancien Testament, où le Bouc du sacrifice à la Moïse est une monnaie d’échange, un marchandage servant à expier les péchés ou désobéissances et impuretés des « enfants d’Israël » : « Il immolera alors le bouc destiné au sacrifice pour le péché du peuple et il en portera le sang derrière le voile. Il procédera avec ce sang comme avec celui du taureau, en faisant des aspersions sur le propitiatoire et devant celui-ci » (Lévitique 16, 15-16). Alors rien d’étonnant que par ignorance du sens du symbole et par une perversion du sens de l’instinct, on est fait du Bouc l’image même de la luxure et de l’abomination ou malédiction !!! Le Diable-Bouc prendra le sens du sexe et de la libido grâce à ce christianisme de merde et de ses papes. Le Bouc c’est le terroriste ! Le Bouc est comme le manche à balai, la monture des Sorcières qui se rendent au Sabbat (sur le Mont Chauve…). Bref, dans son sens terriblement négatif, le Bouc représente l’insondable ignorance humaine ! Mais surtout la non réalisation du Soi-Instant, tant l’humain projette sa culpabilité sur un autre et ainsi renforce son ego, qui a toujours besoin de bouffer l’autre, comme le délit de sale gueule, le délit de chercher le responsable, le besoin de chercher une victime (la mode actuelle et son culte de la Shoah).
Dans l’Inde védique, le Bouc est Agni Dieu du Feu :
« Le Bouc est Agni ; le Bouc est la splendeur ;
Le Bouc chasse au loin les ténèbres.
O Bouc, monte au ciel des hommes pieux ;
Le Bouc est né de la splendeur d’Agni.
(Atharva Veda 9, vedv 263).

L’imbécilité ici en Occident de prendre un Bouc pour symbole du Diable provient de la non compréhension d’un symbole, car on ne doit JAMAIS le comprendre comme fixe, comme base une fois pour toute. Un Symbole c’est Thème et variation, la variation devenant Thème à son tour, et ainsi de suite, comme une musique… sans perdre de vue la « Trame Originelle ». Tout est Mouvement et Transformation, la Vie ne s’arrête jamais.

De PAON - PAN - LUCIFER découle la Boîte de Pandore, la Panacée (ou contre-poison comme la Médecine Universelle en Alchimie), qui rejoint Imhotep, Orphée et Esculape et Cie… proche de là nous avons Pancrace, qui rejoint les Travaux d’Hercule (PANcrace : Tout et Force) ou lutte de « tous les Instants ». Nous avons aussi PANdémique : le Tout ou qui attaque tout et tout le monde, comme PANdore qui envahit le monde de mal-à-dits (mauvaises paroles ou mauvais dits). La PANtorée ou PANtaure est le nom de la matière du Grand Œuvre donné par les Brachmanes (dic. de Pernety). RéPANdre c’est teinter ici et là.
PANégyrique c’est l’assemblée de tout le peuple.
PANthéon c’est un temple consacrée à TOUS les Dieux.
PENdard : pendre, ainsi la mort est là, toute vie dans la personne s’arrête.
PANtagruel : le Géant, le Tout, le Monde.

Le PAON - PAN - LUCIFER travaillant en POINTILLÉS, en petits paquets comme les QUANTA : soit la maîtrise de la Pierre (philosophale) avec les Pointillés ou  Tranchant du SABRE. Ainsi le mot TAO peut aussi signifier « couteau », donc au PARTAGE qui se retrouve dans l’étymologie de PARADIS (l’enclos ou Jardin clôturé, avec sa Porte. C’est dans le Jardin ou Paradis que se reposent les Bienheureux ou Réalisés). PARAdis, de PARA : à côté de. On retrouve cette même idée de Partage dans le VASE ou CONTENANT : le PARio (chaudron en gaulois), mot constitué du provençal par, pairol, du lyonnais per, du catalan perol, de l’italien paiolo (chaudron), issus de formes gallo-romaines parium et pariolum, d’un gaulois pario, comparable à Parisii (le Paris actuel), au gallois pair, au vieux cornique per, vieil irlandais coire, etc. (réf. dic. Français-Gaulois). S’il y a bien une chose qui divise aussi, c’est le RIDEAU : il plisse, donc il rompt une surface lisse, il RIDE (vibration). Et l’Alchimie LÈVE LE VOILE.
Le PARAdis (dits) est bien le double, le pointillé potentiel ou REBIS. La Nature est en POINTillés. POINT - TROVER - TROU : BINDU en Sanskrit.
TROVÈRE : inventer et découvrir, TROU-VER, Trou Noir du « voyage dans le temps ». Le Trovère c’est le Poète, le Compositeur de la chanson, mais aussi le POINT (TRO) entre deux coordonnées par rapport au NORD, et dans ce point il peut sortir du monde de l’invisible une plante, une mouche, une moisissure, un minéral passant de Silice SI en Calcium CA…
Le POINT c’est la Croix ou Croisement entre deux lignes…
Le Point sur le I, c’est l’Île/Isle du centre des eaux. Ce Point indique un éclaircissement : UN POINT C’EST TOUT. Faire le Point. La LUCIOLE est un Point de Lumière, soit symboliquement une pointe d’immortalité.
Lucifer est synonyme de Vénus, « l’Étoile du Matin », donc du Blanc de l’Aube. D’ailleurs dans l’Apocalypse 22, 16 : « Je suis le rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du matin », ou Lucifer.
Jacob Bœhme associe Vénus à la Lumière Divine, soit l’éveil du désir et l’Amour réalisé (le Soi) après que l’être subisse la purification du feu. La Lumière est Amour (elle se dégage du feu).

PAQUET : de pacque ; Paction : pacte, convention, donc réunion de quelque chose. Pactiser c’est une convention ou un accord entre des personnes.

Enfin, les « Petits Paquets » du quantique peuvent être comparables aux deux fentes de Young : les deux « points » ou « paquets » que sont ondes et corpuscules (en même temps), la Nature de Lucifer est donc en Pointillés, en succession de DOUBLES.

Il est plus que temps de sortir de l’amalgame (mot si à la mode de nos jours), en collant Lucifer et Satan ! Depuis près de 2000 ans ça commence à bien faire les conneries de l’Église de Rome ! Voir aussi cette page sur Lucifer.
Chez les Sumériens Vénus était l’étoile qui montre la route aux étoiles.


[En haut de page : Sabbat (gros plan), par Francisco Goya]
 
 

Dernière mise à jour : 01-06-2015 21:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >