Accueil arrow JDramas arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Pointillés et l’Homme-Souffle de Lucifer
Pointillés et l’Homme-Souffle de Lucifer Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-06-2015 20:43

Pages vues : 4260    

Favoris : 497

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
 
 
Pointillés et l’Homme-Souffle de Lucifer
Souffle : spiritus, pneuma, vent, van
Le souffle de Yahvé
Le souffle de Dieu courant sur les Eaux
Le souffle druidique
Le souffle Yin-Yang
Le départ de la Manifestation
 
 
Voir aussi les pages :
- Vraie Démocratie et l’ami Lucifer
- Énergie Libre et Lucifer et Paquets
- Lucifer ou le PAON-PAN

Contrairement à ce que veulent nous faire avaler en silence les Google et leurs transhumanistes, l’être humain se dirige, lentement mais surement, vers le spirituel, et non vers le matérialisme tôle-boulons-binaire informatique du vieux rêve d’immortalité, qui n’existera jamais sur Terre : tout étant Mouvement et donc transformation perpétuelle.

« Notre organisme ne nous appartient pas. Il est le fruit de combat entre des puissances lucifériennes et ahrimaniennes. Celles-ci n’ont rien d’humain. L’espace libre qui nous est laissé, au milieu, est fin comme le fil d’un rasoir » (Rudolf Steiner).
 
Considérons qu’ici bas, et dans cet Univers, tout est double : Soleil et Lune, Involution-Évolution, etc. Lucifer et Ahriman sont comme un genre de Yin et de Yang, mais en POINTILLÉS : comme le SOUFFLE inspire-expire (en rapport avec la circulation du sang). Ainsi Lucifer et Ahriman sont positifs quand ils sont synchrone à leur place, et là où ils ne doivent pas être ils sont négatifs, néfastes.

DILATATION - INSPIRE ou GONFLE : Lucifer est de la partie ; il s’introduit dans l’inspiration (aussi imagination et rêves et illusions) et de là devient un étrangleur : il prive d’R (air). Étouffement ou DOUTE cruel, quand il n’y a pas de réponse à la question. C’est là que survient l’angoisse. L’angoisse, le doute sont des symptômes de non satisfaction, donc de prison, parce que nous sommes assaillies et nous exigeons des réponses : IL Y A COURT-CIRCUIT, C’EST LUCIFER qui fait des étincelles.
 

Le luciférien peut donc pénétrer dans ce qui gonfle, surtout dans le corps éthérique (ou astral indiqué sur le schéma ci-dessus). Lucifer c’est l’opulence, la forme. Quand le corps astral ou éthérique est trop dilaté, il ne convient plus à l’être humain puisqu’il est propriété de Lucifer et prend forme devant l’âme humaine en devenant… le SPHINX.

SPHINX : le doute, le tortionnaire par la question. Le Sphinx a un rapport avec l’expire-inspire et surtout avec la circulation sanguine. Lucifer le Rouge vit dans le sang et palpite dans le sang. Il pénètre dans le sang par la respiration. Quand il y a excès d’énergie dans le sang, le Sphinx est particulièrement fort.
Lucifer-Sphinx ont donc un rapport avec l’ADN (Double hélice ou Caducée).
Le Sphinx : puissant Moteur.

Chez nos Anciens, chez le Grec, la forme humaine normale a un corps astrale trop grand ; à l’inverse, chez l’humain moderne le corps astral est rikiki. Ainsi, plus l’humain s’enferme dans le matérialisme, et plus son corps astral sera atrophié, ce qui est du pain béni pour Ahriman, comme l’était pour Lucifer le corps astral dilaté. Ahriman bouffe la faiblesse du corps astral, lequel aura trop peu de force astrale pour avoir des pieds normaux, il se formera alors des pieds cornés, comme ceux du sabot d’un cheval ou d’un bouc, soit des PIEDS DURCIS, comme ceux de Méphistophélès.
L’origine du pied durci ou sabot vient de Œdipe, fils de Laos : averti par un oracle que s’il avait un fils, celui-ci le tuerait et causerait la ruine de sa maison, Laos fit percer les chevilles de son fils à sa naissance et les attacha d’une courroie : d’où le nom ‘pied enflé’, qui signifie Œdipe. De là viendrait l’énergie de Méphistophélès. Ce qui amène la remarque des petits pieds des femmes chinoises à une certaines ancienne époque.
Pour Paul Diel ce ‘pied enflé’ symbolise une déformation de l’âme, car dans de nombreuses traditions le pied est symbole de l’état de l’âme (voir le tendon d’Achille dont l’âme est devenu vulnérable, il devient colérique). L’homme boiteux comme Œdipe oscille entre banalisation et nervosité, et compense son âme blessée par une recherche de supériorité sur les autres.

Les forces lucifériennes concernent donc le Souffle et la circulation sanguine ; alors que les forces astrales de tendance Méphistophélès ou Ahrimaniennes ne peuvent pas plonger dans le sang, mais seulement dans le courant nerveux, y vivre car il n’y a que « sécheresse » et pas d’accès à la chaleur du sang. Ainsi pour avoir rapport avec un humain, il faudra qu’il ait soif d’une goutte de sang humain. Entre Méphistophélès et le sang il y a un gouffre. Donc un grand rapport avec le VAMPIRE, FAUST et le PACTE.

PAQUET : de pacque ; Paction : pacte, convention, donc réunion de quelque chose. Pactiser c’est une convention ou un accord entre des personnes.
PACTE : de PACEFIER, 1250, du latin pacificare : accord ou paix, ou calme, alliance ou convention entre deux ou plusieurs personnes. L’étymologie vient de Paix. On fait un Pacte ou une alliance avec le Diable… Ou avec Dieu…
Le Pacte est signé dans le sang. Autrefois des traités de paix se signait par le mélange d’un peu de sang de deux rois ayant fait un pacte, une paix. Le sang de Faust ne pouvait que servir de pacte, de traité de paix, qu’avec Méphistophélès, parce qu’icelui étant séparé du sang, doit être contaminé par le sang. Tout comme les Anciens Grecs qui vivaient dans le système du Souffle inhérent au Sphinx, l’humain actuel ou de la cinquième ronde (1) post-atlantéenne est plein pot avec Méphistophélès ou Ahriman : il vit dans le système nerveux, froid, terre à terre ou rationnel, parce qu’il souffre d’un manque de sang et donc que la chaleur du sang lui fait défaut ; c’est de là que commence ce qu’on nomme aujourd’hui l’humanisme et la raison. L’humain moderne est rationnel, ne jure que par sa « raison », c’est pour cela qu’il est relégué dans le courant nerveux, d’où d’ailleurs le succès de la psychiatrie depuis la seconde moitié du 19è siècle et jusqu’à nos jours où l’industrie de Big Pharma se prend pour Dieu.
Dans les deux termes PAQUET - PACTE il y a énergie. On peut déjà parler d’AMOUR.

SPHINX = GRECS : soit ces pauvres ergoteurs Grecs torturés par d’infinies questions, ce qui donnera une palanquée d’ergoteurs et de philosophistes en tous genres. Et dire que le républicanisme actuel et ses « valeurs » est dans le mental de ces ergoteurs là…

HUMAIN MODERNE = OPINION : si les Anciens grecs étaient mit à la question, l’humain moderne est ensorcelé, prisonnier de la tyrannie de l’opinion. L’humain moderne ne sent aucunement le Sphinx et ses énigmes, il a réponse à tout et se prend pour Dieu. Il observe le monde, l’analyse, le mesure, et reste prisonnier de son opinion qu’il appelle « science », ou histoire (évolutionnisme) ; bref, il reste à l’extérieur des choses, même avec ses machines à « particules ». Tout cela est de la nourriture pour Méphistophélès ou Ahriman.

Le Grec a dû venir à bout du Sphinx, l’humain moderne devra venir à bout d’Ahriman, de cette forme de faune à « pied enflé » ; il devra venir à bout du Nouvel Ordre Mondial totalement ahrimanien.
Donc depuis au moins les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, nous avons à faire face à deux énergies :
- Lucifer/Sphinx
- Méphisto/Ahriman/Faust.

Dans les contes de fées on trouve des allusions à ces deux structures. L’aimant, le charme, c’est Ahriman, qui lorsqu’il est à nos côtés, nous risquons fort de nous identifier à sa nature et de ne plus pouvoir nous dégager de lui.

Devant le Sphinx, l’humain est déchiré par quelque chose qui pénètre en lui, comme une connaissance ; mais devant Ahriman, l’humain ne peut que fuir au plus profond de lui-même, afin de vendre son âme à Ahriman et devenir ainsi sa proie. C’est pour cela que la Réalisation du Soi-Instant étant notre état naturel, donc d’une simplicité extrême, est en même temps extraordinairement difficile.

IMPORTANT : les Grecs vivaient dans l’Instant, ils n’étaient pas gangrénés par l’opinion (au début leurs dogmes ne les menaient pas en prison), ils connaissaient les lois de la Nature sans dogme, ce qui engendrait chez eux les « questions au Sphinx » comme des gamins à l'école.

Mais, aussi bien dans le processus respiratoire que dans celui du courant nerveux, IL EST QUESTION DE POINTILLÉS : inspire-expire dans le Souffle, et « sucre » dans le courant nerveux (effet domino mais dans les deux sens).

 
fibrequanticgif480.jpg


Comme Rudolf Steiner, on peut préférer le « pointillé » du Souffle-Sang au courant nerveux trop attaché au mental, et surtout ayant parallèle avec l’informatique actuel… alors que le sang est en parallèle avec le Chlorophylle du règne végétal. De plus le sang correspond à la chaleur, mais il est également symbole du ROUGE DE LA PASSION, donc du DANGER. Certains peuples considèrent que le sang est le véhicule de l’âme.
En résumé, je ne suis pas d’accord avec Steiner sur la préférence du courant sanguin par rapport au courant nerveux (encore si obscure actuellement comme l’est aussi l’électromagnétisme… ). Pourtant le courant nerveux en « petits paquets » basculant les uns sur les autres est du principe des quanta.
Bref, système sang et système nerveux ne peuvent être qu’une seule et même chose : le MARIAGE ou NON-DUALITÉ, le MARIAGE DE L’HOMME-SANG-NERFS, pour aboutir à la Lumière du PAON ou déploiement cosmique de l’Esprit (les couleurs de l’Arc-en-Ciel, Chemin entre Ciel et Terre …).

Chez l’humain moderne, le drame c’est l’opinion, comme Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux l’a bien démontré. Cette opinion nommé par Steiner : « théologie » (doctrine), donc le mental, qui est l’apanage de l’humain moderne, serait selon Steiner du domaine du courant ou influx nerveux. Pour lui la quête de la sagesse devient un processus nerveux (comme par exemple le binaire de l’informatique et des transhumanistes et de tout ce qui est électromagnétisme). Ainsi ça se rapproche de Méphistophélès.
Le jeune théologue ou apprenti en opinion désirant accéder à la sagesse est tourmenté par le doute, il signe alors un pacte avec Méphisto : ILS SONT SYNCHRONE, ILS SONT EN PAIX, d’où un regain d’énergie : Demain On Rase Gratis ! De même qu’en Grèce antique, l’humain a dû triompher du Sphinx en développant son ego, son ‘je’ ou mental, à notre époque, il faut triompher de Méphistophélès en réalisant le Soi ou Instant.

- Le Grec c’est l’expiration (Lucifer-Œdipe-Sphinx). Intérieur vers extérieur ou CENTRIFUGE, le lumineux, ce qui en jette et fait du bruit, la désintégration, la destruction ou explosion comme le moteur du même nom,la friction accrue. Évolution. Quand l’élément luciférien est synchrone, il est positif.
- L’humain moderne c’est l’inspiration (Faust-Méphistophélès-Ahriman). Extérieur vers intérieur ou CENTRIPÈTE, le silencieux on accélération, intégration, convergence, formation friction moindre. Involution. Quand l’élément ahrimanien est synchrone, il est positif.
Œdipe dû prendre en lui Ahriman afin d’affronter Ahriman, l’humain moderne au prise avec ce même Ahriman-Méphisto doit prendre en lui Lucifer, SELON LA LOI DES CROISEMENTS.

Bizarrement pour Steiner : processus nerveux = opinions, soit la philosophie, la médecine, le dogme, etc. Soit le besoin effectivement de sortir de cette prison de l’opinion, donc de « l’expulser de sa tête » (dompter le vagabondage du mental), et d’appréhender le monde entier par le Soi (ce que traduit Steiner par « les sens » !!!)

Entièrement d’accord avec Rudolf Steiner en ce qui concerne le drame de l’histoire (sens de raconter des histoires ou développement de l’évolution), que Steiner nomme à juste titre de « fantasmagorie » (ce qui rejoint l’opinion et tout ce qui n’est qu’extérieur, l’histoire est extérieur).
FANTASMAGORIE : étymologie de fantôme, bref, c’est de l’illusion ; et notre époque entre parfaitement dans le drame de l’histoire ou fantasmagorie que j’ai souvent dénoncé ici dans divers articles.
L’histoire ou illusion éloigne du Soi-Instant.

Avant : il a fallu que le ‘je’ se détache de l’ensemble, de la « forêt », ce qui nécessita l’entré d’un Ahriman-Méphistophélès dans Œdipe, donc chez tous les Grecs ; dans l’humain moderne le ‘je’ ou ego est infiniment trop puissant, ainsi il lui devient vital de se plonger dans le spirituel ou son état naturel qui est le Soi-Instant. C’est la tâche de notre époque. Alors qu’à la quatrième ronde post-atlantéenne l’humain a dû mobiliser toutes ses forces pour prendre conscience de son ‘je’ ou son corps, c’est-à-dire (selon le psychiatre de courant de C.G. Jung : Pierre Solié) passé du « moi collectif » (tribal) où il n’y aurait pas de victoire individuelle sur la mort, à un « moi individuel » différencié du groupe et capable d’assumer son autonomie face à lui. Je ne suis absolument pas d’accord avec cette opinion purement évolutionniste (passant du « sauvage » au « civilisé »), alors que Steiner compare l’humain ancien et l’actuel comme deux « moteurs » complémentaires, ce qui est différent de l’évolutionnisme décrit par P. Solié, qui va jusqu’à parler ainsi : « Il s’agit avant tout pour l’homme originel de se libérer de l’emprise aliénante de la « Mère-Nature » - cannibalisme et inceste - pour accéder au statut symbolique du « Père-Culture ». Et vlan ! Nous sommes les deux pieds dans le patriarcat depuis un moment avec les Yahvistes et leur Yahvé !

Aujourd’hui l’humain moderne doit travailler à se rendre compte que ce ‘je’ ne repose que sur le ‘Je’ ou Soi-Instant. Ce travail est typiquement celui de la cinquième ronde post-atlantéenne.

[En référence à : L’homme entre Lucifer et Ahriman, de Rudolf Steiner, Première conférence, 20 novembre 1914]


Note.
1. RAPPEL : Ronde ou Race. Le mot RACE ne doit pas s’entendre comme actuellement, mais comme un terme employé en littérature spirituelle pour désigner une vague de vie, une phase éphémère, autonome, ou transitoire de transformation, et n’a donc rien à voir avec la couleur de peau, ni avec le lieu de naissance, ni avec une quelconque croyance en des religions ou cultures et opinions. C’est pourquoi le mot Ronde convient mieux.
 
 

Dernière mise à jour : 01-06-2015 21:09

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >