Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Mondialisme-Allopathie contre l’Être
Mondialisme-Allopathie contre l’Être Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-06-2015 21:39

Pages vues : 3003    

Favoris : 400

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
2002cheva_boutwb.jpg
 
 
Mondialisme-Allopathie contre l’Être-Homéopathie


Bienvenue dans la civilisation où chacun est « autonome »,
donc robotisé par le virus république.
Bienvenue dans ce monde de Joyeux Cons-tribuables
envers l’étatisme républicain pourri.
 
 
LE TEMPS EST VENU DE RENDRE ILLÉGAUX TOUS LES DIPLÔMES ET MÉDAILLES QUELS QU’ILS SOIENT. Ce qui implique de supprimer tous fichages d’État, quels qu’ils soient, informatiques surtout, et casiers judiciaires. Il faut empêcher toute discrimination fondée sur la scolarité, y compris les machins universitaires.
« Les universités forment des gens qui sont incapables de concevoir qu’on peut accéder à la culture par d’autres moyens que ceux des écoles, et estampillés par des diplômes ». (Jean Coulonval).
Un illettré peut raisonner superbement, alors qu’un bachelier être superbement creux.
« Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas » (Lao-tseu, Verset 56).
 
Pour bien se conduire en société, il faut commencer par bien se connaître, et c’est très difficile et aventureux. De plus on ne doit pas confondre le « succès » avec la réalisation du Soi-Instant. Le « succès » est un des pièges de l’ego : être « reconnu », par l’étatisme, ou par telle ou telle communauté qui satisfait et renforce considérablement l’ego, donc emprisonner encore plus et augmente le cancer du pouvoir !

ALLOPATHIE : du grec allos (autre) et pathos (souffrance), soit la médecine pour le quantitatif : la masse, le citoyen ou habitant des cités.

HOMÉOPATHIE : Science antique des hautes dilutions : la Teinture, Principe homéopathique, car les corps n’ont pas d’action s’ils ne sont pas contraires (Fluide Électricité). Un corps qui provoque chez l’homme sain une maladie semblable à celle qui est à combattre chez l’homme malsain.

Le freudisme et sa psychanalyse d’apparence « scientifique » est typiquement de l’Allopathie. Mais l’être humain est une PERSONNE UNIQUE : jamais la ressemblance entre deux cas de problème mentaux n’est du même ordre que celle qu’on peut constater dans les maladies organiques.

Les ISMES et autres dogmes à la mode sont le principe du Nouvel Ordre Mondial basé sur : le freudisme, le marxisme, l’existentialisme à la J.P. Sartre, l’hegélianisme, le scientisme et le technologisme, sans oublier les droits de l’hommistes et autres Bill of Right. C’est la civilisation qui n’a que des droits, pas des devoirs ! Le « droit » étant maintenant synonyme de COMMERCE et de « libre circulation » : droit international ou droit procédural. C’est la même chose que la société de l’emploi (quantitatif) qui oublie le sens du LABEUR ou de la bel ouvrage (qualitatif). La folie technologie est devenue plus destructrice que salvatrice, j’en veux pour preuve l’utilisation de la thermodynamique avec le principe du « moteur à explosion », la dynamite, les fusées, etc.
La robotisation de la civilisation s’accompagne de cette civilisation qui n’aurait que des « droits » mais presque rien des devoirs. Cette mode des droits est dans le thème de l’évolutionnisme dans lequel se trouve la psychanalyse du freudisme.

L’aliénation de l’évolutionnisme fait que l’être humain a perdu l’idée de ce qu’est la liberté, il ne sait pas le « Connaître toi-même par toi-même » puisqu’il ne jure que par l’extérieur : le droit.
L’emploi c’est SERVIR UN SYSTÈME, UN ISME prescrivant l’usage, alors nous n’avons plus que des droits, parce que nous n’avons plus rien a demander, alors nous n’avons plus que des droits ou sécurités, nous sommes sous la tutelle du patriarcat de Dieu transformé en étatisme du Petit-Père-des-peuples (les Juifs bolchéviques de 1917 ont gagnés, en quelque sorte).
L’emploi est donc une aliénation car il y a perte de savoir, alors que le labeur est la production d’un savoir faire (le qualitatif) produisant de l’originalité, et non la même soupe pour tous comme en Allopathie.
Labourer (sens de travailler) c’est produire quelque chose d’originale, de nouveau, développer par là même un sens du savoir vivre et du savoir spirituel, donc RÉALISER LE SOI-INSTANT.

Avec la robotisation caracolante, le isme, il n’existera plus dans peu de temps d’emploi ! Un emploi est automatisable (le quantitatif), alors qu’un labeur ou travail n’est pas automatisable, comme par exemple un ouvrier (voir Jean Coulonval et son livre Synthèse et Temps Nouveaux). Donc la civilisation doit faciliter la Réalisation du Soi-Instant ou capacité à développer l’état d’ÊTRE, le qualitatif. La productivité est désormais du côté du robot tôle-boulons et électronique-informatique.
Une civilisation déjà tôle-boulons etc. tant les gens sont enchaînés et prisonniers des technologies : tablettes et téléphones portables et bientôt micro-puce informatique dans le bide.

À ce jour, nous vivons la désillusion du progrès annoncé à coups de gravures montrant les technologies de l’Occident dans l’Encyclopédie de Diderot et Cie., annonçant non seulement 1789, mais aussi la naissance de l’ère industrielle tout au long du 19è siècle, grâce à la naissance des patriarches Couilles en Or les Rothschild et Rockefeller. Si une technologie est construite sur la thermodynamique, elle comportera son poison en son principe : problème actuel de l’énergie au sens de « faire tourner » des machines comme autrefois le vent faisait tourner les ailes du moulin qui broie le grain du paysan. Il en est de même de tout l’électromagnétisme et l’informatique actuelle.
Là nous retrouvons l’HOMÉOPATHIE : les similitudes ou poison pour les uns et remèdes pour les autres. Similitude entre les manifestations morbides présentées chez un malade et les troubles expérimentalement provoqués chez un homme sain par une substance quelconque.
Celui qui maîtrise tous les poisons est quasiment un Dieu.

De nos jours tout le monde découvre cette civilisation « moderne » robotisée totalement EMPOISONNÉE. L’addiction est totale : ON S’AMUSE (du A privatif et Muse : on se prive de Muse, donc de créativité), nous sommes drogués à l’entertainment technologique, le tout virtuel ou confort, le sécuritaire de l’emploi et de l’étatisme. Alors les gens au lieu de se tourner vers l’intérieur (eux-mêmes), ils se tournent vers l’extérieur et cherchent un bouc émissaire (un remède ou contre-poison). Comme déjà écrit ici, c’est suite à des catastrophes que naissent les grands courants d’opinion comme les religions, et plus dangereusement des mouvements politiques suite à des chaos genre révolution déclenchée par l’opinion d’un ou de quelques groupes humains.
La « raison » des perruques poudrées de leur siècle des « lumières » a pondu 1789 mais surtout son Œuf ultime : l’ordinateur et l’informatique, qui avec les transhumanistes et autres Google va tuer l’être humain, son créateur de l’informatique, en le rendant inutile dans la conduite des affaires rationnelles, en supprimant ce qu’il croyait être sa raison d’être : JE SUIS (le Who Am I ? de Ramana Maharshi). L’ordinateur va tuer le Divin en l’Humain.
« L’esprit scientifique et humanitaire engendre aujourd’hui sa propre négation et meurt en accouchant de l’ordinateur. Car tout ce qui peut être mis en équation, sciences physiques ou sciences sociales, n’a plus besoin de ce genre d’esprit pour trouver sa solution. Ce genre d’esprit s’est fait robot », écrit Jean Coulonval.



Qui technologie ACTUELLE dit à la fois le bon et le mauvais et l’intoxication ou guerre permanente entre les deux. Alors que le mot SCIENCE ne contient pas cette dualité, IL EST UN TOUT, L’UNITÉ, L’ÉNERGIE LIBRE. Le mot SCIENCE inclu l’aspect économique, ce qui veut dire que l’aspect technologie doit revoir entièrement le système économique mondiale et en même temps le sens de l’être humain. Sinon, c’est la catastrophe assurée.


Déjà la tendance à réaliser le JE SUIS se trouve limité par ce que nous sommes devenus au bout des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, puis de l’opinion des autres et de l’éducation. Seuls les enfants qui ne sont pas encore contaminés par « l’âge de raison » échappent encore un peu à l’opinion. Une fillette de cinq ans disait à son père, le 22 décembre : « Ne t’en va pas, ça pourrait être Noël tout d’un coup… » (réf. Rudolf Allers ou l’anti-Freud, par Louis Jugnet).
L’éducation est une fabrication de l’âme des enfants : briser la volonté de l’enfant, donc lui briser le Soi naissant, ce qui est le but de toute l’éducation nationalisée et surveillée. L’ENFANT DEVIENT UN STÉRILISÉ, UN ISME OU ROBOT.
L’enfant est également stérilisé par ses parents : il devient la bête de somme des complexes parentaux, qu’il voit déverser sur lui toutes les déviations caractérielles et les erreurs de jugements de ceux qui ont pour mission de le former, pour faire référence au livre de Jugnet.

Oui, l’enfant est déjà presque un Réalisé : IL VIT DANS LE PRÉSENT, ainsi il oublie très vite le bien et le mal qu’il a fait. Alors il est inutile de lui ressasser sa faute pendant des semaines, faisant ainsi de lui un réprouvé habituel, « et, selon son tempérament, un découragé ou un révolté haineux », écrit Jugnet.
L’enfant étant déjà presque un Réalisé, il peut facilement vivre en communauté. « Faute de donner satisfaction aux tendances normales et profondes de l’enfants, à son « sentiment de communauté » on devra s’attendre à voir éclore des réactions indésirables » écrit Jugnet. Il précise toutefois qu’il ne faut pas tomber dans la « pédagogie nouvelle » de groupes d’enfants organisés en « république », ce qui fait dire à certains politicards de profession que les enfants appartiennent à la république !

L’entertainment et l’informatique et les médias vendent l’ego sous forme de super Héros, favorisant ainsi de fausses « valeurs » ; le héros héritage des mythes grecs, ou d’autres anciennes civilisations de la voie de l’Agriculture. Être un héros entre bien dans cette civilisation de l’humanisme et de l’évolutionnisme : renforcer son ego, c’est-à-dire tenir à une cause ou opinion plus qu’à soi-même (son intérieur ou Soi). Ne pas oublier que l’appétit du martyr est un des pièges de l’ego.

L’éducation : l’arme obligatoire républicaine et judéo-maçonnique spéculative. Et bien, soyons des déserteurs de cette armée judéo-maçonnique !

Les « Niveleurs » (Levellers) dans cette Angleterre de Oliver Cromwell répandaient déjà leur opinion, alors on retrouve ces « Niveleurs » dans l’éducation nationale. Niveler c’est être esclave du social.
Les profs, les éducateurs sont de super niveleurs ; ce sont tous des NUISIBLES.
L’éducation nationale c’est le Graal du républicanisme judéo-maçonnique, une institution super protégée, comme elle façonne la compétition et la rentabilité pour mieux servir ses maîtres : les Couilles en Or cité plus haut. Donc éliminer les faibles, et briser les plus forts en gueule qui auraient des velléité de JE SUIS. Maintenant c’est désormais connu : on a besoin d’inhumains, de robots, d’énarques et d’EMPLOYÉS. La robotique humaine comme par l’OBÉISSANCE : obéir à son programmeur : profs, pions, conseillers d’éducation, proviseurs, etc., tous ceux qui ont pour programmation de base d’instituer l’ordre et la discipline dans les robots.

Étonnant, les enfants sont dits « adultes » lorsqu’ils deviennent productifs, comme lorsqu’ils sont capables de tenir un marteau ou une faucille ! Soit capable d’acquérir leur indépendance financière : ils ne tètent plus leur mère, mais finiront par téter la république, à défaut de téter le TAO (comme Lao-tseu).

On enferme les enfants dans les écoles, comme cela, ils ne font pas de bêtise !

L’école en France n’est pas obligatoire, L’INSTRUCTION L’EST, ce qui ramène aux mots emploi et robot !! Alors que l’école est un loisir consacré à l’étude : Loi-sir : être permis ; la Loi (du vieux français : juste, serment, religion, et son représentant le Roi).
L’instruction c’est le mode d’emploi du républicanisme partout dans le monde, évidemment au nom de la « liberté et de ses droits de l’homme ».
« Partout, tu trouveras, sous toutes les latitudes, les mêmes règles scolaires : on te fait entrer dans le troupeau des gens nés la même année que toi, on t’oblige à écouter quelqu’un, ce quelqu’un que tu n’as pas choisi qui ne t’a pas choisie est payé pour te mettre, quels qu’en soient les moyens, certaines choses dans le crâne, lesquelles choses sont choisies par les États qui, en fin de course, sélectionnent par les diplômes la place qu’ils t’assignent dans leur société. Ton espace est aussi clôturé que ton temps : tu ne peux participer d’aucune manière à la vie de ceux qui ne sont pas en âge d’être scolairement conscrits », écrit superbement Catherine Baker, dans Insoumission à l’école obligatoire.

Voir l’école, pollution sociale, par Ivan Illich.

Comme écrit plus haut à propos d’emploi, l’école de l’étatisme ne fabrique que des esclaves à des fins mercantiles de rentabilisation de sa société (le pouvoir d’achat). Jiddu Krishnamurti a demandé instamment aux personnes qui aimaient les enfants de soustraire ceux-ci à l’école et de leur donner l’instruction « quelque part, au coin de la rue ou dans leurs propres maisons ». Depuis la loi de 1882 du judéo-maçon Jules Ferry sur l’instruction obligatoire, une sourde opposition à celle-ci et les écoles parallèles vont se développer.
Dans cette civilisation de l’emploi et de la république où l’on divise tant, il n’a point étonnant que les vacances soient distillés à diverses fêtes païennes ou non, et à la période de l’été. C’est une profonde erreur de séparer, de diviser entre étude, travail, loisir, ça empêche irrémédiablement la réalisation du Soi-Instant.

« On n’a pas le droit d’enfermer des hommes ni entre des murs ni entre des idées » (Catherine Baker). J’ajoute : personne n’a le droit d’imposer son opinion à l’autre, que ce sont un État ou un particulier. L’opinion étant aussi bien : une religion, un système politique, une science, une philosophie ou un isme en général, y compris un système économique.
Comme probablement déjà écrit, JE SUIS CONTRE TOUT CE QUI EST OBLIGATOIRE, PUISQUE C’EST PAR DÉFINITION DE LA DICTATURE (on impose à l’ensemble).

« L’école est beaucoup plus mauvaise que la somme de ses parties », écrit John Caldwell Holt. Ainsi cette citation est le contraire de ma phrase fétiche d’après Jean Coulonval : « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ». Le « Tout » de l’école est comparable à un enfoncement total, une école du FAUX, une ÉCOLE DE L’OPINION.

[En haut de page : aquarelle de Michel Roudakoff : Cheval et Bouteille, 2002]
 
 

Dernière mise à jour : 07-06-2015 22:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >