Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Unité - UN = Païens
Unité - UN = Païens Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-08-2015 22:47

Pages vues : 2407    

Favoris : 281

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Itri, Jardin, Jérusalemisation, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Qbit, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Tétévision, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
frise_ouro1.jpg
 
 
Unité - UN = Païens
y compris les  Hébreux !


Page dédiée au nombre 21 (1)
 
 
En effet, l’Unité, ce que de nombreuses religions nomment, « Dieu », n’est pas le copyright des « Juifs » comme les nomme et comme le prétend Jacques Attali dans son livre : Les juifs, le monde et l’argent.

Le Un, L’Unité, c’est le Soi, qui renvoie à une bonne définition du MYSTICISME donnée par Eric Robertson Dodds (1893-1979) dans son livre : Païens et Chrétiens dans un âge d’angoisse - Aspects de l’expérience religieuse de Marc Aurèle à Constantin.
MYSTICISME : « croyance à la possibilité d’une union intime et directe de l’esprit humain au principe fondamental de l’être, union constituant à la fois un mode d’existence et un mode de connaissance étrangers et supérieurs à l’existence et à la connaissance normales ». Définition donnée par Dodds et tirée du Vocabulaire de la philosophie, cité aussi par Festugière. Comme le précise Dodds, cette définition a le mérite de ne pas introduire le mot « Dieu » (que certains mystiques orientaux rejetteraient), et de tenir la balance égale entre l’aspect existentiel et l’aspect cognitif de l’expérience mystique (pas de dualité ou division entre la vie courante et la Connaissance, autre nom du mysticisme).
La définition du mot Mysticisme est complexe, Dodds l’approfondit bien jusqu’à l’exemple où dans un traité gnostique Pistis Sophia on fait dire à Jésus ‘du vrai gnostique’ : « Cet homme est Moi et Je suis cet homme. Dodds donne un autre exemple dans l’Évangile d’Eve, une ‘voix de tonnerre’ dit : « Je suis Toi et Tu es Moi, là où Tu es, Je suis Moi aussi. Je suis dispersé en toutes choses : où que tu sois, tu Me trouves, et en Me trouvant, tu te trouves toi-même ». On dirait l’actuelle science de la non-localité !
On trouve ce même vocabulaire Panthéiste (PAN le TOUT) dans l’Évangile selon Thomas, 77 : « Je suis le Tout : le Tout est sorti de moi, et le Tout est revenu à moi. Fendez du bois : je suis là ; soulevez la pierre, et vous me retrouverez ». La devise alchimique « Un est le Tout » exprime le même panthéisme.
 
Évidemment vivre le Tout, le TROU (Stargate) ne veut pas dire se prendre pour Dieu ! Un dicton ancien grecque dit : « L’homme est un Dieu mortel, et Dieu est un homme immortel ». Alors qui a créé l’Un et l’Autre ?? De nos jours nombre de Terriens prennent INCONSCIEMMENT tel ou tel être humain pour un Dieu, qu’il fasse de la politique comme un peintre brosse un tableau ou non. Mais encore de nos jours un humain surdoué saupoudré de quelque « pouvoir surnaturel », et le tour est joué : il apparaîtra soit comme un Dieu, un Messie pour les Juifs, ou pour les geeks ce sera un extraterrestre. Pas besoin de beaucoup de folie technologique !!! Cependant une divinité devra vivre la Trinité : incorruptibilité, énergie sans fin, vertu également sans fin. Chose rare ici depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture. Tellement rare que depuis près de 2000 ans on parle de « Fils de Dieu » d’un seul individu : Jésus, qui est un titre comme le mot Prince… Ce Jésus, « bombe atomique » tant les « puissances divines » sont entré en Lui. Le Jésus est comme « brûlé par Dieu », CONSUMÉ, comme l’ekstasis (extase qui est l’action d’être hors de soi, donc d’être dans le Soi ou sans dualité, sans ego) de Philon. Pour connaître l’extase ekstasis il n’est point besoin d’avoir recours à des formules ou rituels, c’est venu comme cela sans qu’il le demande à Jean Coulonval, et à moi-même… (expérience de la Trinité).

ATTENTION en ce qui concerne les Gnostiques, Dodds expose dans son livre la mise en garde de Plotin sur la « prétention mégalomane des Gnostiques au monopole [copyright] de la présence divine. Pour lui, Dieu est présent à tous les êtres et la possibilité d’avoir conscience de cette présence est une capacité « que tous les hommes possèdent, bien que peu s’en servent », ce qui rejoint l’expérience de Jean Coulonval et la mienne cité plus haut, tout est une question de CIRCONSTANCE (en Haut comme en bas, et l’inverse). Plotin disait au Gnostiques : « Si Dieu n’est pas dans le monde, il n’est pas non plus en vous, et vous ne pouvez rien avoir à dire de Lui ».

En ce qui concerne le Mysticisme : il y a deux courants comme l’exprime bien le franc-maçon C.W. Leadbeater :
- L’extravertie, ce serait la communauté dans le sens honnête et sincère judéo-franc-maçonnique ou mysticisme à plusieurs, que certains appellent « mysticisme naturel ». Ce serait le « service des autres et l’esprit de sacrifice » (selon Leadbeater).
- L’introvertie, qui examine l’ego. Selon Leadbeater se serait la contemplation intérieur et l’amour. Ramana Maharshi serait plutôt à « classer » dans ce deuxième courant. Ce qui est faux, puisqu’après sa retraite de la Montagne Arunachala « il était dans le monde » (et d'une certaine manière il y est toujours). Je vais préciser comme l’exprime si justement Dodds, que notre époque actuelle, dans un proche avenir, ne sera plus au courant mystique judéo-maçonnique sincère, mais sera une ère d’approche introvertie plutôt qu’extravertie de l’expérience mystique. Si la judéo-maçonnerie sincère, je précise, et sans cancer du pouvoir, existe encore demain, les loges seront de plus en plus réduites en nombres de participants.
Bref, dans le premier courant se situe les « politiques » et « ceux qui veulent sauver le monde » (messianisme) avant de se sauver eux-mêmes, ou avant de faire société avec eux-mêmes, et se situe dans la mode de l’évolutionnisme : « faire évoluer l’humanité » comme le rêvent les transhumanistes et leur Silicon Valley, et surtout comme le rêve cette nouvelle maçonnerie spéculative à plus grande partie construite sur l’aspect liturgique judaïque (comme l’écrit le maçon du 33è degré Leadbeater dans son livre : Rites et Mystiques Antiques : une brève histoire de la Franc-Maçonnerie) ; aussi cette judéo-maçonnerie se prend pour le « peuple-prêtre », et va même s’infiltrer dans toutes les institutions de l’État français, et même du privé, par exemple avec le Grand Orient de France.

C’est ce courant de mysticisme qui rêve aussi de Jérusalem céleste, de « Temple saint » (forme de mondialisme). C’est aussi ce courant que Leadbeater nomme « occultisme » (écoles des mystères), soit l’initiation « conférant une succession d’expansions de conscience et de degrés de pouvoir sacramentel [sic] », donc une liturgie en forme de religion, d’Église (sens d’assemblée de croyants, singée par les loges maçonniques ou contre-église). Le premier courant est éminemment POLITIQUE, comme s’inscrit les Google et ses transhumanistes, ou je ne serais pas étonné d’y compter nombre de judéo-maçons spéculatifs… créer selon le principe judéo-maçonnique actuel, et comme aussi l’exprime un Leadbeater : créer le MEILLEUR DES MONDES, soit L’ÉVOLUTIONNISME dans tout son principe JUIF. Pour Google ce sera un méritocratie bien dans la tradition biblique : « le fruit de son travail », donc dans le courant de cette même THERMODYNAMIQUE.
RAPPEL : La méritocratie était le principe de l’institue du Goulag en URSS : « Tu travail pas tu manges pas » : ceux qui travaillent dur au Goulag recevaient une ration de bouffe à peine correcte ; ceux qui étaient malades ou devenus infirmes recevaient beaucoup moins de nourriture parce qu’ils ne pouvaient presque pas ou pas du tout travailler. Une méritocratie en forme de « de chacun selon ses moyens et à chacun selon ses besoins ». Avec les socialistes au Goulag celui qui ne travaillait pas pour le système ne recevait pas de nourriture, et crevait. C’est ça le monde de Google ? Un ultra-monde de compétition et de rentabilité à la puissance Google ?

Ayant travaillé dans le cinéma d’animation pendant plusieurs décennies au temps où l’informatique n’existait, pas, je peux me rendre compte que le monde du cinéma d’animation maintenant totalement informatisé techniquement pue la compétition et le rendement et la course aux winners ; ce qui était déjà un peu le cas du temps du papier-crayon où il fallait dessiner 24 dessins (en principe) pour pondre une seconde de mouvement d’un personnage, et que « le temps c’était de l’argent » du producteur. Plus que jamais de nos jours cette « civilisation » fonce vers le FAIRE/FER et le fameux « libéralisme » commencé aux USA au 19è siècle. Rien de nouveau, pas d’innovation pour sauver l’humanité réellement ! Prochainement celui qui ne voudra pas « sauver le monde » sera déclaré, comme en 1789, ou en Russie en 1917 : « ennemi de la liberté », ou « ennemi de l’humanité ».
Google c’est la symbolique mécanistique du 19è siècle arrangé à la sauce de ce début du 21è siècle, un peu comme la transformation technologique dans une usine superbement symbolisé dans le film « La Belle américaine ».

Le deuxième courant ce sont les Adeptes qui se sont sauvés eux-mêmes et par eux-mêmes, qui ont fait société avec eux-mêmes, et qui de ce fait et naturellement rayonnent, et font que leur entourage s’en trouve sauvé par rayonnement vibratoire ; c’est pour moi le véritable social parce qu’il ne risque plus d’être cancérisé par le moindre pouvoir ; par exemple Jean Coulonval, Ramana Maharshi ne forment pas de disciple, car ce serait les faire tomber dans les ismes, les systèmes pouvant déboucher sur une religion, donc un dogme. Comme le dit Ramana Maharshi, le Soi, c’est le Guru, et pas un être ou une chose extérieure.


Dieu = Ici et Maintenant, le Blanc de l’Instant réunissant les sept Couleurs.
L’Aurore Rose (le Fils) précédant le Blanc du Soleil (les Parents). Seul l’Aurore construit.


L’Aurore est TOUJOURS L’OR ROSE, comme le crépuscule du matin. « Lève-toi, Aurore : tu es la plus belle de toutes les beautés ». La « Pomme » contient l’Or Rose (Mariage cause-effet ou POMMIER).
L’Or Rose, parce que toujours jeune, jamais fixé mais en FIXATION CAVALANTE, soit le symbole de TOUTES LES POSSIBILITÉ ET À L’INFINI. L’Aurore n’est aucunement la Super Carotte « fin des temps ». L’Aurore est plus et autre chose que l’espoir, autre chose que « la terre promise ». L’Aurore n’est pas non plus comme dans l’opinion judéo-chrétienne si dualiste de « l’annonce de la victoire sur le monde des terroristes » (assimilés depuis peu à celui des « méchants » de la Bible et de Hollywood ! Par exemple voir le Yahvé des Yahvistes parlant à Job 38, 12-15.
L’Aurore boréal c’est quasiment une Stargate, un Vortex, un passage vers l’Après-Vie.
Le Rose, couleur de l’Aurore, est la couleur préférée des Alchimistes : la Pierre au Blanc, puis la Pierre au Rouge ou Grand Œuvre. Une « Rose Bleue » ne peut que figurer « le Futur » et certainement pas l'Instant…


Mandukya Upanishad - Karika 1, début :
Omnipénétrant, Vishva lorsqu’il est conscient du monde extérieur, Taijasa lorsqu’il est conscient du monde intérieur,
Prajna lorsqu’il est pure conscience,
Il est un, mais se présente comme triple.

Par l’œil droit, c’est Vishva qui regarde ;
À l’intérieur du mental, se trouve Taijasa ;
Dans la conscience du cœur, siège Prajna.
Donc il a un triple emplacement dans le corps humain.

Celui qui jouit du plan physique est Vishva,
Celui qui jouit de son choix sur le plan subtil est Taijasa,
Celui qui jouit de la félicité est Prajna.
Donc la jouissance est triple.

Du plan physique se satisfait Vishva,
De son choix au plan subtil se satisfait Taijasa,
De sa félicité se satisfait Prajna.
Donc sa satisfaction est triple.

Qui est le jouisseur de ces trois états.
Et quel et l’objet dont il jouit ?
Qui connaît bien ces deux (jouisseur et objet de jouissance)
Il jouit, mais n’est pas lié (au plan karmique) par sa jouissance.

Une source existe, d’où proviennent toutes les créatures
En tant qu’êtres vivants - cela est certain.
L’Esprit universel, Purusha, œuvrant comme souffle de vie,
Les créa, les séparant ainsi que sont séparés les rayons du soleil.

Certain estiment que la création du monde
Fut un déploiement du pouvoir divin (vibhuti),
D’autres estiment que cette création est un rêve,
Et le monde une illusion (Maya).

Nombreux, ceux qui tiennent que la création du monde
Émana uniquement de la volonté divine.
D’autres encore croient que ce fut le Temps [évolutionnisme]
Qui produisit toutes les créatures.

Pour son plaisir, et pour se donner un divertissement,
Une divinité les a tous créés, maintiennent d’autres.
- Mais non ! C’est l’essence même du Dieu suprême !
Car que pourrait-il désirer, lui qui possède toutes chose ?

Suite de la Mandukya Upanishad :
« Cela qui n’a conscience ni du monde intérieur, ni du monde extérieur, ni de la coexistence de ces deux dimensions, cela qui n’est pas densément empli de pure conscience, cela qui n’est ni conscient ni inconscient, - oui, cela qui est invisible, intouchable, insaisissable, sans caractéristiques, inconcevable, innommable, qui est établi dans la certitude de son propre Atman [le Soi], qui met fin à l’expansion de l’Univers, qui est paisible, propice, non-duel - cela est le quatrième quartier (turiya), et on doit le connaître comme étant l’Atman ».

Suite Karika 1.
Capable de l’éradication
De toutes les souffrances, l’Immuable,
L’Un qui imprègne tout,
Est le Dieu suprême, que l’on appelle Turiya (le Quatrième état situé au-delà des états de veille, de rêve et de sommeil profond).

Liés à l’effet et à la cause,
Tels sont Vishva et Taijasa ;
Lié à la cause, tel est Prajna,
Ni l’effet, ni la cause ne concernent Turiya.

Ni de la vérité ni de la non-vérité,
Ni de soi-même ni d’autrui
Prajna n’est jamais conscient.
Éternellement, Turiya les englobe tous.

C’est dans l’inconscience de la muliplicité
Que baignent semblablement Prajna et Turiya ;
Cependant, Prajna gît dans la semence du sommeil,
Tandis que Turiya ne connaît aucun sommeil.

Rêve et sommeil appartiennent aux deux premiers états (*),
Et le sommeil profond appartient à Prajna.
Mais ni le rêve ni le sommeil
Ne sont attribués à Turiya par celui qui connaît cet état.

(*) glissement : l’état de veille n’est pas l’éveil, le monde extérieur est une illusion onirique, rêve de maya ou illusion ; le rêve est le rêve dans le rêve, donc une ignorance ou sommeil encore plus profond ! Ainsi ce qui nous paraît veille est fait de rêve, et ce qui nous paraît du rêve est en fait un profond sommeil dans l’ignorance.

Le rêveur a des perceptions fausses,
Le dormeur n’a aucune perception.
Tous deux sont dans l’illusion ; lorsque celle-ci s’évanouit,
L’état quatrième, Turiya, est atteint.

C’est dans l’illusion universelle, qui n’eut jamais de commencement,
Que dort l’âme individuelle ; lorsqu’elle s’en éveille,
Alors s’éveille en elle le sans-second,
Le sans-sommeil, le sans-rêve, l’Éternel.

Si l’expansion de l’univers existait réellement,
Elle devrait prendre fin un jour ;
Mais toute la multiplicité n’est qu’illusion ;
Il n’y a pas de dualité dans le Réalité absolue.

Seules sont réfutables les hypothèses
Qui ont été élaborées par un individu ;
Ici, elles sont de simples techniques d’enseignement spirituel ;
Mais pour qui possède la Connaissance, la dualité n’existe pas.


[En références à : Upanishads, traduction Martine Buttex ; Païens et Chrétiens dans un âge d’angoisse, de Eric Robertson Dodds]


Note.
1. Symbole de 3x7 21 ou Perfection, La personne réalisée, l’individu autonome et responsable totalement (de nos jours et en nombreux pays du monde 21 ans est l’âge de la « majorité »). Ne pas oublier que les nombres sont une « production du mental », comme dit Ramana Maharshi.
 
 

Dernière mise à jour : 16-08-2015 23:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >