Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Michel Foucault un anti Soi-Instant
Michel Foucault un anti Soi-Instant Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-11-2015 23:01

Pages vues : 2396    

Favoris : 374

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Communisme, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dualité, Esprit, État, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Vide, Volonté, Yokaï

 
frisedaum1.jpg
 
 
Michel Foucault un anti Soi-Instant
un anti créationnel dans
ce monde anti-Nature,
le rêve de non-limite dans la limite la plus limitée
car ne pouvant s’exprimer que dans un seul plan.
 
 
DÉCONSTRUIRE LES DÉCONSTRUCTEURS ET LES KILLERS DE LA TRADITION, LES SOPHISTES EN TABULA RASA ET EN LOGIQUE. DEMAIN, LA FIN DU MONDE, ET ON RASE GRATIS.

Michel Foucault est du domaine des Accidents : ceux qui fabriquent les autres, qui nous collent un adjectif, une étiquette, un « isme », une couleur particulière, mais non la Lumière Blanche ou INSTANT. En un mot ces killers DIVISENT À N’EN PLUS FINIR.

De nos jours encore, Michel Foucault est une catastrophe qui irradie, parasite toujours l’Occident par son désaccord de lui-même.
Ce genre de philosophistes qui pondent des bouquins qui se retrouvent à l’autre bout de l’Europe dans des universités américaines sont des killers, des catastrophes quand ils prétendent être détenteurs de la VÉRITÉ, DU CENTRE DE TOUTES CHOSES, CE SONT TOUS SONT DES DICTATEURS, DES TOTALITARISTES, EN ACTES ET EN PUISSANCE. MICHEL FOUCAULT EST UN EXEMPLE TYPE ACTUEL DU DICTATEUR DE LA PENSÉE. Le mouvement transhumaniste prend ce même chemin de la dictature : imposer la technologie à tous prix, imposer l’immortalité à tous (du moins à ceux qui en auront les moyens financiers !).
Foucault se situe dans la race de ces gens qui professent le dogme que les accidents engendrent les Essences. C’est d’une naïveté maladive et le monde en crève. Michel Foucault était un désaccordé par rapport à lui-même, il en faisait profiter les autres en ayant un large publique qu’il parasitait, notamment par l’opinion actuelle du mot « sociétal » issue de l’après mai 1968 : un barbarisme inventé pour qualifier le travail du chapeau de l’oligarchie judéo-maçonnique et anglo-américaine, consistant à inverser les mœurs et les choses naturelles sans demander leur avis aux peuples par référendum, selon le principe de la démocratie (plus néfaste que bénéfique et avec multiples effets secondaires, et sans utilité). Le « mariage des homosexuels » est une mode, une « une réforme sociétal » du gouvernement des capitalo-socialistes ; le « sociétal » n’a bien-sûr rien à voir avec le social et le vivre ensemble des 2000 ans de la catholicité.
 
Aujourd’hui, pour faire mieux, il ne reste plus que le Soi-Instant !!!
Le mot « sociétal » fait bien-sûr la partie de cette nouvelle religion de l’argent et de son « vivre ensemble » où les minorités, les « migrants », doivent renverser les majorités ; il s’agit de la STRATÉGIE DU CHOC ET DE LA DIVISION. Tout est à l’envers.
Le mot « sociétal » s’est répandu vers 1972, après mai 1968, après les féministes, le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (homosexuels considérés à l’époque comme des « malades »), et la palanquée de travailleurs du chapeau dont les Foucault, Derrida, Deleuze, Jacques Lacan en psychiatrie, Jean-Paul Sartre et les existentialistes, etc. Tous ces soixante huitards qui se transformeront en bobos-bourgeois et futurs capitalo-socialistes : ces jeunes de mai 1968, dont certains étaient déguisés en ouvriers, et qui prétendaient dire aux ouvriers ce qu’est la condition ouvrière, eux qui étaient bien décidés à ne jamais tenir en main un outil. Ils ne savaient même pas qu’un outil enseigne, qu’il soit truelle, marteau ou burin, ce que comprennent tous les artisans Compagnons du Devoir. Tous ces bidouilleurs de « sciences humaines » et autres « spécialistes » genre anthropologues, dont des travailleurs du chapeau comme l’ancien Franz Boas, des charlatans en costume-cravate incapables de se tourner vers l’intérieur d’eux-mêmes, vers le Soi, le Tout.
Un Franz Boas est aussi du thème anti Soi-Instant, comme tous les évolutionnistes, comme tous ceux qui tombent dans l’histoire en géométrie de la ligne droite (sacralisée par les Hébreux-Juifs).
Si « l’Homme est la mesure de toutes choses », non seulement il ne doit pas comme aujourd’hui et depuis 1789 « être mesuré par les choses » (et par les machines et le digital), mais cette « mesure de l’Homme » n’en est pas une, sinon on tombe dans le Nom-la Forme, on tombe dans l’existentialisme et le républicanisme !!!

Ces existentialistes qui croient pouvoir rendre logique, donc mental-ego, la « Liberté » en déclarant que c’est notre mental, ce que nous avons sous le crâne, qui structure les choses.
Je cite Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux) :
« Quand je mange du pain, que je bois du vin, je sais bien que ce n’est pas mon intellect qui les a faits ce qu’ils sont ». Bien-sûr il ajoute cette vérité que l’humain étant tout ce qui constitue l’ensemble de la Création, le TOUT, il y a en nous du minéral, du végétal et de l’animal : « Il n'y a en moi rien de ce qui fait que du silex est du silex et non pas du schiste ou du calcaire ; rien non plus des caractères accidentels qui font qu'une carotte est une carotte, ou un chien un chien. Mais il y a dans mon corps, mes os, mon sang, mes muscles, ma cervelle, des éléments qui vivent selon les lois du minéral, d'autres selon les lois du végétal, d'autres selon les lois animales, d'autres enfin selon les lois de l'homme. Et si je crois à la révélation, je dirai qu'il peut s'ajouter à toutes ces lois de la création qui régissent mon en-soi d'homme, une forme de vie, des lois de vie en Dieu », soit la Source ou Soi-Instant, l’Unité.

Ramana Maharshi dit souvent dans ses entretiens : VOUS N'ÊTES PAS LE CORPS.

Coulonval estimant comme Maharshi que l’Homme est un condensé de la Création, en ses Essences, termine en ceci : « Ainsi, la connaissance n'est pas le fait d'un dialogue, mais d'un rapport entre trois termes :
Homme - Essence commune - Chose connue.
En ce sens, la connaissance n'est pas simple enregistrement, elle est Amour, ou haine lorsque le péché (anti Création) a établi une distorsion entre l'essence et les accidents (monde des ismes ou dogmes). L'essence étant le côté inviolable. Le mal n'a prise que sur les accidents [les opinions] ».
Là, Coulonval est en Accord avec Ramana Maharshi, qu’il ne devait pas connaître.

La « science humaine » ou l’anthropologie sont des opinions et rien de plus, et certainement pas des « sciences » ; car toute science s’inscrit dans la dualité sujet étudiant-objet étudié, et que par ailleurs l’être humain étant naturellement le Soi-Instant, il se trouve dans l’impossibilité de se poser comme sujet étudiant un Univers qui lui serait extérieur. C’est pourtant ce que tente toutes les Foucault, Sartre & Cie, les marxistes et républicains de l’après 1789. Il n’est point étonnant que de nos jours tout soit à l’envers !!!

Michel Foucault est dans le thème des existentialistes et du moteur à l’extérieur façon Nietzsche : « La Vérité n’est pas tellement importante, c’est ce qui aide à vivre qui importe ». Alors si pour un individu la bouteille d’alcool l’aide à vivre, on voit où cela peut le conduire ! du genre abbaye de Thélème : Fais de que voudras. Nietzsche et Foucault placent le Soi-Instant à l’envers, comme tout ce qui se fait depuis l’après 1789 et la « raison ».
Ne pas oublier que ces philosophistes sont encensés, sacralisés comme des Dieux, des « maîtres à penser », et de ce fait, ils se situent dans la bascule du SACRÉ : le Saint est l’ombre du Sorcier et le Sorcier celle du Saint ; à la différence que ces philosophistes (sophistes) sont inversés : ni Saint ni Sorcier mais avec un penchant vers la sorcellerie par l’opinion. Des « humanistes » anti-humanistes qui se détruisent eux-mêmes, PARCE QU’ILS BAIGNENT DANS LE SENTIMENTALISME !!! Cela me semble typique chez un Foucault surtout à cause de sa sexualité.

Michel Foucault l’anti Soi-Instant ou l’ANTI-RIEN.

RIEN. [NEIR] NOIR ou absence de couleurs.
NEIR / NÉANT : NE – NÉGATIF *Putréfaction*
Ce qui sert à rien est plus admirable que ce qui sert à quelque chose ; la Vie est admirable et “ elle ne sert à rien ” ! Elle sert à PARTICIPER.
Une œuvre artistique est admirable, c’est en cela qu’elle ne sert à rien. Elle doit être GRATUITE.
Rien est admirable puisque pour faire quelque chose, il faut bien partir de RIEN.
Le plus dur c’est de percevoir le presque rien. C’est possible en Musique et Art de l’Image.
Le Vide qui est plein de potentialités. L’Abîme de Simplicité rejoint le Rien. Ce Rien pratiqué par un Maître Philippe de Lyon.

3 fois Rien :
- Tout est dans Tout ; Lumière dans Lumière
- Tout est dans Rien ; Lumière dans l’Ombre
- Rien n’est dans Rien ; Ombre dans l’Ombre
(D’après Louis Cattiaux)

Pas de Nom-la Forme, pas de Dieu, ne devant être « Personne ». Ainsi, IL EST : « JE SUIS CE JE SUIS ». Et curieusement on retrouve ce enseignement chez celui qu’on nommait à la fin du 19è siècle à son apogée du matérialisme, et pour s’en protéger : Maître Philippe de Lyon. M. Philippe sera le conseillé du Tsar Nicolas II, juste avant l’autre conseillé : Raspoutine.
Philippe de Lyon était proche de la Réalisation du Soi-Instant, quand il parlait du RIEN, du VIDE, en demandant à ses malades : « Êtes-vous capable de ne pas dire du mal d’un absent pendant, une heure, une semaine, un mois ? ». Philippe était proche du Soi-Instant en s’estimant « le plus petit de tous », et expliquait que si vous voulez que Dieu vous accorde ce que vous lui demandez, ne soyez pas orgueilleux [domptez l’ego], ne croyez pas quelque chose [rejetez l’opinion], ne soyez rien ».
En ces jours nous sommes plein pot dans LA LOI DU TALION, malgré la venue de Jésus il y a plus de 2000 ans. Loi du talion où LOI DE CAUSE-EFFET : chaque acte possède une « légitime conséquence » ; on baigne en pleine dualité !
Étant donné que le mot CHRIST désigne le Soi ou Instant, chaque fois que nous faisons du « mal », et en nous, et à l’extérieur, nous le faisons d’abord à nous-même, donc au Jésus soi-disant cloué sur une Croix (Centrum Centri) qui prend sur Lui les conneries de ce monde. Maître Philippe de Lyon ne pouvait qu’appliquer le Centrum Centri, et par rayonnement obtenir des guérisons de malades.
La Vraie Paix ne peut venir que de l’intérieur de chacun, et JAMAIS d’un truc extérieur genre autorité ou étatisme. Faire la Paix avec soi-même c’est faire la paix avec tous les autres ; pas besoin de philosophismes en forme de religion pour cela, comme l’explique Ramana Maharshi ci-dessous. Philippe disait d’ailleurs qu’aucune religion ne sauve si on n’aime pas son prochain comme soi-même (parce qu’il est vous, il est nous, tout est lié).

Tous ces philosophistes de profession, comme les Michel Foucault & Cie à l’ego démesuré, car prétendant parce que diplômés d’universités et enseignant avoir le monopole du droit de penser, parce que « spécialistes ». Et en « démocratie » de l’après 1789 on prétend imposer à tous (sauf aux fous internés par décision judiciaire) le devoir de voter, c’est-à-dire d’accomplir un acte en vertu d’une position d’opinion, philosophique. Qui a intérêt a entretenir ces conneries d’opinions ?
Tout de même, une construction logique, si belle qu’elle puisse paraître, ne peut pas prétendre exprimer l’Absolu, et on peut dire sans se tromper de tous les systèmes philosophiques qu’ils sont « vrais » par ce qu’ils postulent, et faux par ce qu’ils nient, PARCE QU’ILS DIVISENT EN WINNER-LOSER. ILS SONT DONC TOUS SECTAIRES, NON PAR INTENTION CONSCIENTE, MAIS PAR NATURE. Ils sont tous nécessairement atteint d’un trouble du mental provoqué par l’ego, et seul le Connaître soi-même par soi-même permet la Vraie Liberté. Donc ne plus deviner les énigmes et problèmes à travers le Sphinx, soit deviner au travers du monde spatio-temporel ce que sont les Essences, mais juger du spatio-temporel à travers les Essences.

« Les philosophies des différentes écoles - un labyrinthe compliqué - sont censées clarifier les choses et révéler la Vérité, mais en fait elles créent la confusion là où la confusion n’a pas besoin d’exister. Ce n’est que le Soi qui permet de comprendre toutes choses. Le Soi est évident. Pourquoi ne pas toujours demeurer dans le Soi ? Quel besoin d’expliquer le non-Soi ?

L’air monte et on l’appelle prâna ; l’air descend et on l’appelle apâna ; il fait fonctionner les indriya (les sens) et on lui donne un autre nom. À quoi bon tout cela ? Pourquoi nommer, classifier, énumérer les fonctions, etc. ? N’est-il pas suffisant de savoir qu’un seul prâna fait tout le travail ?… Est-ce que quelqu’un a vu les prâna ou les antahkarana ? Ont-ils une existence réelle ? Ce ne sont que de simples conceptions. Quand et où toutes ces conceptions prendront-elle fin ?

Que l’homme sous l’eau ne peut parler sinon sa bouche se remplit d’eau. N’est-ce pas tout simple ? Mais le philosophe ne se contente pas d’un fait aussi simple. Il explique que le feu est la divinité qui préside au langage, qu’il est antinomique avec l’eau et qu’en conséquence le langage ne peut pas fonctionner. Cela est appelé philosophie, et les gens se démène pour l’étudier. N’est-ce pas une pure perte de temps ?

Pourquoi créer de la confusion et chercher ensuite à la dissiper avec des explications ? Ah ! Heureux est l’homme qui ne se perd pas dans ce labyrinthe ! J’ai eu vraiment la chance de ne jamais m’y être laissé prendre, sinon où serai-je ?… Toujours dans la confusion. Mes pûrva-vâsanâ (tendances du passé) m’ont dirigé tout droit vers l’investigation « Qui suis-je ? ». Ce fut vraiment une chance ! »
(Ramana Maharshi, entretien 392). Il décrit typiquement les travailleurs du chapeau.

« Vous désirez le bonheur d’autrui afin d’être vous-même heureux. Ou bien encore, vous voulez bénéficier du mérite d’avoir intercéder en faveur des autres. Dieu n’a pas besoin d’un intermédiaire. Occupez-vous de vos affaires et tout ira bien ». (Entretien 594).

D’autres coupeurs de cheveux en quatre et travailleurs du chapeau se retrouvent dans le mot « dialectique » : l’art d’embobiner l’autre, les autres, par du verbiage à n’en plus finir, tout ça pour tenter, par son ego, que l’on est le détenteur de la vérité, de sa petite vérité à soi ! Comme un certain je ne sais plus qui : quand j’entend le mot dialectique, logique, je sors mon révolver ! Même peine pour la dualité à la Hegel : thèse et antithèse ! supposés donner le résultat nommé « synthèse ». Chez un Marx, ce serait de la production, donc conforme au paroxysme matérialiste du siècle de Marx. Bref, c’est la tyrannie de l’opinion et du mental, de tous ces ‘ismes’ ou systèmes de pensée qui veulent en imposer aux autres.

Un comble : dans le dico Le Robert il est écrit que le philosophe est « l’ami de la sagesse » : ça-je-être, donc une variation du Qui suis-je ? MAIS UNE VARIATION EXTÉRIEURE, ET AUCUNEMENT UNE LIBÉRATION ! Surtout qu’au siècle des « lumières » et des Diderot & Cie le mot philosophe prend le sens de « raison », avec « le culte de la raison » et le killer de la Révélation, donc une religion de plus en forme d’athéisme, de laïcité !!! Dans la laïcité on a placé la grâce ! Oui, amplification de l’ego et cavalante de consommation !
Le dico Le Robert ajoute que de nos jours le mot philosophe a aussi le sens de « élaborer une doctrine », donc un empoisonnement de l’opinion publique ou fabrique de grégarisme !  Ce qui n’est nullement une preuve de sagesse… Dans philosophie il sonne SOPHISME [SOFIME] RUSE : une logique débouchant sur le faux.
Exemple : « Un serment ne lie pas s’il n’est accepté par Dieu ». Dans ce cas, il faudrait connaître la pensée intime de Dieu, se mettre à la place de Dieu !
Nous avons le même sophisme chez un Albert Einstein quand il déclare : « Dieu ne joue pas aux dés », il se prend pour Dieu…

Alors, Michel Foucault, et tous vos collègues philos, vivants ou morts, j’espère que vous êtes D’ABORD heureux en vous-même, pour éviter de rayonner les noirceurs de vos ego. Soyez en Vraie Paix.

Qu’est-ce que c’est l’ego ? Sinon LE MANQUE DE SIMPLICITÉ. L’ego complique tout… avec logique ou raison !
 
 

Dernière mise à jour : 03-11-2015 23:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >