Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Raison = Rationalisme = Mercantilisme
Raison = Rationalisme = Mercantilisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-11-2015 22:36

Pages vues : 3331    

Favoris : 443

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Assassiner, Banques, Bible, Bomb, Bombes, Bourgeois, Cacapitalistes, Cesium, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, CIA, Cinéma, Crottasocialistes, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Drogue, Dualité, Dynamite, Eau, Église, Esprit, État, Europe, Famille, FBI, Feu, Forêt, France, Gadlu, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Haine, Hébreux, Hollywood, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Internet, Itri, Jardin, Jérusalemisation, Jihad, Juifs, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Maffia, Magie, Manipulation, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Musiques, Nature, NSA, Obnos, Occulte, Oligarchie, Opinion, Or, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Qbit, Races, Reflet, Religions, Renseignement, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Spirolution, Sociapital, Supplices, Synarchie, Talfumiste, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tétéphone, Tétévision, Thermodynamite, Touta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, URSS, USA, Vide, Volonté, Washington, Walt Disney, Yahvé, Yankee, Yokaï

 
urss_poster1932addition.jpg
 
 
Raison = Rationalisme = Mercantilisme
Tout réduire à l’observable (Big Brother et laïcité)
Tout réduire à l’OPINION, aux cinq sens, à la consommation.



MARIER ORIENT (contemplation) AVEC L’OCCIDENT
(le pratique et le matériel).

Le killer naïf Galilée déclencheur de notre catastrophe
actuelle du tout voir, tout contrôler.
 
À GAÏA.
 
 
De nos jours, avec la maturation des recherches sur la physique et la technique, nous commençons à retrouver la Vraie Liberté par la vision unitaire du divin et de la matière. Et cela, malgré l’obsession de laïcité d’un Grand Orient de France et de son étatisme français.

C’est à l’époque de la Renaissance que commence la naissance de la « raison » et autres « certitudes », qui ne sont que des opinions, sous la poussée des Galilée, l’imprimerie, la Réforme aboutissant aux Protestants, les Conquistadors espagnols et portugais, Descartes, la naissance de « l’humanisme » et du colonialisme et de l’esclavage au nom d’une religion et de son Dieu (islam et christianisme, judaïsme). À partir de cette période l’ego, le mental se développe tout azimut pour former la pyramide RAISON : tout lui est soumis, tout est soumis au mental et doit y recourir ! Tout doit être mesuré, observé, contrôlé ! Bienvenue chez Big Brother… Bienvenue en « démocratie » !
La conséquence de cela est notre monde moderne DÉSENCHANTÉ, PERTE DU MERVEILLEUX, d’où le succès de l’économie de la drogue, de l’entertainment et autres usines à artifices comme l’informatique, le tout virtuel.
 
LE PARASITISME DE LA RAISON EST EN TRAIN DE TUER L’HUMAIN ET SA PLANÈTE AVEC (voyez les pets ridicules de l’humain avec son écologie et ses trucs pour « sauver la planète », art de mettre la charrue avant les bœufs).
Ce parasitisme du mental se retrouve bien-sûr dans toutes les institutions de l’étatisme : écoles, universités, etc. Tout ce qui n’est pas « compétitif », rentable, utilisable, commercialisable, brevetable, est irrationnel, paranormal, charlataneries, « théorie du complot », haine, etc.

Aujourd’hui le sens du mot élite est détruit. Il n’existe plus que des meneurs, à l’ego malade. Meneurs qui se retrouvent dans les « réseaux sociaux », temples du grégarisme augmenté par informatique et artifice.

En un sens Galilée a accéléré les paradoxes science et celui de l’humain : il est désormais temps de se poser l’ultime question : QUI SUIS-JE ?

Voilà presque 2000 ans que le monde chrétien est plongé dans une moitié de laïcité : division entre « esprit » et matière. Puis cette solidité apparente fut mis à mal par Galilée. La conséquence a été depuis pour l’enseignement chrétien de se limiter pour ce qui est du comportement dans le spatio-temporel, le social, à un vulgaire moralisme du bien et du mal, un sentimentalisme sans références aux Essences primordiales. la chrétienté parle de sentiment religieux, pas de Connaissance (naître à l’Esprit, au Soi-Instant). Ce demi-laïcisme peut expliquer qu’il peut y avoir des socialistes chrétiens et marxistes ! Et qu'il peut y avoir un Vatican II
Les ismes philosophiques et religieux sont des sentiments, des ego, qui décident, et les constructions logiques, la dialectique, viennent ensuite pour les légitimer d’une façon totalement illusoire : Les philosophismes sont toujours remis en question au vent des variations historiques du sentiment ou ego.

De nos jours, la co-Naissance ne peut venir que du Soi-Instant, par delà les mots/maux et la syntaxe, et ce alphabets ne peuvent qu’être la résonance d’un Reflet qui frappe le pauvre mental. Chacun reçoit du Soi-Instant selon ses besoins qui ne sont jamais ceux du voisin, et tout est unifié par l’éternité du Soi ou Instant. Ce qui est le contraire de l’opinion qui prétend illusoirement légitimer l’uniformité, le grégarisme, en disant que c’est le spatio-temporel qui crée le Soi-Instant, ce que Jean Coulonval nomme « les Essences » (le monde Créateur), ce qui ne peut se concrétiser dans le social que par la recherche d’une uniformité (le « vivre ensemble ») psychique ou mental toujours à recommencer : les camps de concentration ou institution du goulag sont des dépotoirs perpétuels pour les déchets qui laisse toujours la fusion de cette uniformité du mental social dans le moule du Nouvel Ordre Mondial. Toutes fusions laissent des scories, mais ces scories sont des êtres humains.

Le mondialisme proposé, et imposé sournoisement par l’élite anglo-américaine et sioniste, qui serait un antidote au nationalisme afin de « faciliter la libre circulation de l’argent » (la 'paix'), ne vaut pas mieux que le nationalisme, car il procède par négation des vocations territoriales particulières. Il ne peut procéder que par nivellement par le bas, sur le plan d’une basse psychologie du ventre et du bas-ventre : voyez la fabrication du phénomène « migrants ».
Le mondialisme est l’union du capitalisme et du socialisme (ou communisme, c’est la même chose), afin de former une basse uniformité, un « général » vraiment général, nommé suivant l’opinion de 1789 « universel » (et ses droits de l’homme), qui ne peut qu’aboutir à un solo de tambour, un ensemble d’ego produisant une cacophonie infernale. Cela n’est possible que parce que le capitalisme et le socialisme prennent pour « valeur » de leur civilisation des signes purement matériels, et comme moyen de manipulation politique des procédés qui visent uniquement l’ego et ses appétits du sensible, c’est-à-dire la part du mental la plus excentrique : l’ego, celle qui marche au binaire « j’aime, j’aime pas », soit refouler tout ce qui, dans le vrai sens, a valeur universelle. Car l’Universel ne peut qu’être du Soi-Instant, et le général de la dimension spatio-temporel.

Ce général transformé en universel par l’opinion d’opinion nommé « droit de l’homme », centre de gravité de toutes opinions particulières, et c’est ce centre que prétend définir le principe de la majorité du corps électoral, selon cette judéo-maçonnerie spéculative à pouvoir genre G.O.D.F. !!! Ce centre qui joue à « l’universel », qui s’érige en dogme oppresseur de ceux qui ne sont pas d’accord, les losers. C’est pourquoi, personne n’est plus dogmatique, plus sectaire qu’un libre penseur (dont maints membres de la « dissidence » française), et que le principe républicain prend nécessairement à sa maturité la forme de la dictature et réclame la suppression morale, ou métaphysique, des minorités qui auparavant étaient des majorités, pour les envoyez dans le Goulag des losers.


Les gens de « raison » et de « libre pensée ».

Pour ces gens, le cordon ombilical ne peut jamais être coupé entre l’opinion, qu’ils érigent en dogme, et la vie. Pour eux, l’acte de penser, de dialoguer, de « raisonner », est le sommet ultime des manifestations de la vie : « Cogito, ergo sum ». Cette « libre pensée » s’est développée à la Renaissance avec surtout la poussée de la Réforme jouxtée à l’imprimerie formant le besoin d’étudier la matière selon des disciplines intellectuelles autonomes libérées des suggestions de la théologie, et ça ne pouvait que conduire qu’au développement de l’ego et des « libertés d’opinions » et à la révolution de 1789. Mais en prenant le pouvoir politique, cette « liberté » se niait du même coup.

« Elle a obnubilé, paralysé dans le consensus social les prises de conscience métaphysiques, ôtant ainsi tout principe de stabilité dans le gouvernement politique, principe qui, jusqu'alors, résidait dans l'essence métaphysique du pouvoir royal, et dont la prise de conscience s'était éteinte de plus en plus depuis la Renaissance, même chez ses détenteurs. La Révolution de 1789 a été ainsi, tout à la fois, l'accouchement d'un processus commencé avec la Renaissance et le début de temps nouveaux », écrit Coulonval.
Bref, en triomphant, la « libre pensée » se suicidait, car il est totalement impossible pour n’importe quel étatisme de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord. Alors en étatisme, monarchique ou républicain, il n’existe aucun pouvoir du peuple ; il n’existe que la division winner loser, ou oligarchie et masses.
Bien plus costaud que 1789, le « pouvoir du peuple » est la plus fantastique des illusions collectives dans les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture ! Et l’oligarchie actuelle ose encore parler de « démocratie », de « fédération », etc.
FÉDÉRAL : étymologie de FOI, donc d’opinion… Sinon c’est encore une religion qui se cache comme la laïcité…

Avec la « liberté d’expression » et la laïcité nous avons la religion de l’OPINION qui a conduit au désir d’une unité d’opinion, en forme de laïcité remplaçant la catholicité d’avant 1789 ; et ce désir, dans ses profondeurs, ne vient pas d’une volonté de suprématie mentale, mais d’un besoin profondément spirituel de trouver le repos du mental, et par la même de la société, qui cherche sa satisfaction par des voies fausses. Laïcité ou pas, l’être humain est un Homo Religiosus, qu’il sont athée ou non ; l’athéisme comme la laïcité n’est qu’une forme de religion. La Félicité de l’être humain lui est naturelle, comme le dit Ramana Maharshi.

Le mariage capitalisme-socialisme ou Occident-Orient ne peut passer que par le Soi-Instant : CONNAÎTRE SOI-MÊME PAR SOI-MÊME, le QUI SUIS-JE ? (de Ramana Maharshi). Cette question s’est posé tout au long des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, mais il y a des époques où elle est particulièrement angoissante, pressante, comme depuis l'époque du Maharshi. Tout changement d’idée que l’humain a de lui-même entraîne naturellement une transformation radicale des formes de civilisation. DE NOS JOURS, LA PLANÈTE ENTIÈRE EST SOUMISE À UN UNIQUE DESTIN. L’être humain a dompté la matière par la technique, il en a découverts maints secrets, mais il ignore plus que jamais CE QU’ELLE EST, PAR CONSÉQUENCE : CE QU’IL EST.
Nous sommes plein pot dans cette RÉVOLUTION MONDIALE qui depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture pose le problème fondamental de la connaissance de l’humain PAR LUI-MÊME (et cela prend tout une vie terrestre, PARCE CETTE CONNAISSANCE CONTIENT TOUS LES AUTRES PROBLÈMES).
Le socialiste, ou « de gauche », trouvera que la dignité humaine, ses « valeurs », ne se conçoivent qu’à partir des valeurs économiques, et croit que la liberté et la joie ne se trouvent que dans des circonstances extérieures ; aussi il est totalement incapable de repenser le problème de l’humain dans ses vrais termes.
Seul peut entrevoir ce qu’est vraiment l’être humain celui qui a souffert dans les profondeurs les plus intimes du mental, et qui a été conduit à être à lui-même le propre objet de sa Connaissance. C’est cela la Connaissance, le Centrum Centri, l’Alchimie, dont je fais ici référence à Jean Coulonval.
Car l’homme n’est pas seulement un existant, il est aussi un être qui se regarde exister. L’homme n’est vraiment libre, ne prend vraiment conscience de sa liberté, de l’essence ontologique de sa liberté, que lorsque s’est réalisé en lui ce clivage entre l’être et l’ex-ister, lorsqu’il est devenu à lui-même son propre problème, lorsque son âme est devenu objet de connaissance pour l’Esprit [Soi], lorsque le ‘Je’, divin, et le ‘je’, de la Terre, ont enfin retrouvé la Paix.

La Vraie Liberté ne peut qu’être un dialogue entre un agissant qui est le ‘Je’ ou Soi et un agi qui est le ‘je’ ou ego humain. Ainsi, il ne peut pas exister de laïcité vendu par cette si néfaste judéo-maçonnerie comme le Grand Orient de France et autres grosses obédiences à pouvoir qui ne cherchent qu’une liberté limitée au spatio-temporel ; une « liberté » uniquement de l’égo, du social, du légal et du juridique ; bref : de la loi ou du compas et de l’équerre. Ce sont de parfaites usines à opinions, soit des conceptions de l’être humain uniquement issue de l’expérience, façon empirisme à la John Locke, soit l’expérience de l’existant. Dans cette vision du monde, aucune doctrine ne peut être immuable, ou « universelle », parce qu’elle a sa source dans le temps, et la république copié sur l’antiquité de certaines civilisation est temporelle et nullement « universelle ». C’est pourquoi la doctrine du républicanisme, du socialisme (notamment des 74 ans de l’URSS) est perpétuellement fluctuante, souple, se pliant aux circonstances, aux modes du moment et aux manipulations des peuples des deux côtés (étatisme et masse). De là les contradictions toujours imprévues.

Tous philosophismes, comme le marxisme ne mène qu’à des divisions, comme le système à la Hegel en thèse-antithèse-synthèse ou « matérialisme dialectique historique et scientifique » (que de l’opinion d’opinions) : « Nos sens physiques et l’expérimentation scientifique étant les seules voies par lesquelles l’homme prend conscience de tout ce qui existe, et étant donné comme vérité de sens commun qu’il ne peut y avoir contradiction dans la vérité [binaire vrai, ou pas vrai], les schémas abstraits par lesquels nous intellectualisons le connu ne doivent pas être contradictoires. Là où deux opinions sont contraires, une seule est bonne et l’autre doit disparaître ; ou toutes deux ont tort et une troisième doit les éliminer par dépassement dialectique ».
On a un exemple parfait d’évolutionnisme, du mauvais vers le supposé bon ! parce que la perception de l’existant s’accomplit dans le temps qui coule, donc dans l’histoire. Ainsi c’est le temps qui a créé cet univers (théorie du Big Bang).
Dans ce même exemple donné par Coulonval la matière est la source de toutes choses, l’humain est alors nécessairement aussi issu de la matière, comme une voiture sortie d’une chaîne d’assemblage automatisée. L’Homme devient un objet pour l’Homme. Il devient une marchandise.

« L’homme qui possède comme objets un ou d’autres hommes est celui qui est reconnu comme possédant le mieux la doctrine, et l’homme-objet possédé est celui qui se reconnaît ignorant de la doctrine et consent à se laisser former, fabriquer, par son possesseur qu’il reconnaît comme ayant pénétré plus avant dans les arcanes de la matière et du temps. Ainsi, le communisme [ou socialisme] ne fait que conduire à ses dernières conséquences logiques le règne de l’opinion, aboutissant à une religion et une mystique renversées, en creux, au renoncement volontaire de l’homme à sa propre liberté », écrit superbement Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux, annonçant le profil de l’homme moderne de nos jours.
Coulonval ajoute, dans le sens de l’enseignement de Ramana Maharshi :
« Tout homme qui a foi en un terminus du processus dialectique, en des « lendemains qui chantent », et qui chanteront quand l'homme aura enfin trouvé sa vie communielle avec le cosmos, quand il aura enfin trouvé le contact vivant avec ses sources les plus profondes qui sont dans la matière, quand il aura bouclé la boucle, que l'Oméga aura rejoint l'Alpha, tout homme qui a la foi communiste est prêt à sacrifier, non pas son intellect, essence ontologique dont il ne peut pas plus se séparer qu'il ne peut se couper la tête, mais tout son savoir, c'est-à-dire tous les accidents-connaissance qui ont pris chair autour de l'intellect-essence ».


La France et les Françaises et Français ont toujours eut la nostalgie des rois. Vous pensez, depuis le baptême de Clovis ! Alors on y joue à la royauté, comme dans une très jolie série télé pour famille, genre Merlin (celui avec l’excellent Colin Morgan), mais en France c’est une royauté noire, comme les messes noires. Car depuis au moins Louis IX, son apparente indépendance cache en réalité sa dépendance aux banques et aux puissances économiques mondiales, et nécessairement occultes (les plus importantes économies mondiales ne peuvent qu’être occultes, c’est naturel, d’où d’ailleurs la plus forte économie avec la fabrication d’armes et de drogues).

L’abandon du ‘je’ ou ego est terriblement difficile, vous pensez, avec tous ces millénaires déjà nous écrasant ! Alors on tombe dans l’illusion que c’est par amour de la Vérité qu’on recherche la Science, alors qu’en réalité la Science devenue technologie fait naître l’orgueil et en devient sa propre finalité, donc elle est devenue cette technicité galopante que nous vivons chaque jour et qui nous empoisonne.
Il est devenu obligatoire d’avoir des sentiments, des opinions, qui ne contredisent pas les dogmes scientifiques, d’où la prétention de fabriquer des sentiments qui leur soient conformes. Il s’agit d’une foi, d’une religion, d’une identification du cœur, du mental avec la matière.
Les socialistes et les Juifs avec leur invention de l’Histoire veulent fixer l’infixable : le temps et l’Histoire (voyez leur évolutionnisme en géométrie de la ligne droite entre un Adam et leur « fin des temps » ; voyez le rêve « d’immortalité » des transhumanistes et autres Google).


 
 

Dernière mise à jour : 04-11-2015 23:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >