Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Comprendre le Nouvel Ordre Mondial
Comprendre le Nouvel Ordre Mondial Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-12-2015 18:29

Pages vues : 2566    

Favoris : 351

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
frise_tet_mort.png
 
 
Comprendre le Nouvel Ordre Mondial
sa « démocratie » et
la saloperie de tous winners et sa
stratégie de la terreur
en ces 10.000 ans du drame
la voie de l’Agriculture,
de sa « civilisation » ou sédentarité.
 
 
RAPPEL : L’histoire n’est qu’opinion, il n’existe pas de faits ni d’objectivité, tout n’étant que conscience conceptualisante ou lumière de la conscience. Si la lumière de l’Essence était présente, il ne pourrait pas exister la moindre guerre et la moindre violence.
 
Les Yahvistes inventèrent l’histoire et par là même l’évolutionnisme (le déroulement en ligne droite). En effet, dès que l’opinion des prophètes « valorisent l’histoire », les événements historiques prennent désormais une « valeur » en eux-même : il deviennent comme une idolâtrie, dans la mesure où ils sont déterminés par « la volonté de Dieu », c’est-à-dire par l’opinion des fabricants de l’histoire. Ainsi les faits historiques deviennent des « situations » de l’humain face à Dieu (face à lui-même), et comme telle l’opinion acquière une « valeur religieuse » que rien jusque là ne pouvait lui assurer. Donc les Yahvistes furent les premiers à inventer une signification à une histoire en y introduisant la notion de leur Dieu Yahvé, et c’est cette conception qui fut reprise et amplifiée par le christianisme.
Avec les Yahvistes l’histoire devenait une « preuve de la manifestation de Dieu » (volonté divine), c’est-à-dire la manifestation d’un puissant égrégore-opinion d’ensemble destiné à manipuler des tribus. Bref, le Dieu des Juifs aspirait au mondialisme, et donc déjà au Nouvel Ordre Mondial source de bien des « guerres de religions » ! Il n’est pas étonnant non plus que l’industrie du cinéma de Hollywood soit organisée et tenue par des Juifs, et que nombre de Juifs se retrouvent à la tête de banques et de la finance internationale.

L’historien des événements politiques ou religieux, l’ethnologue, le sociologue, le psychologue, l’archéologue, ne sont pas des entités qui opèrent en dehors du temps qui coule dans le spatio-temporel. Ce ne sont que des humains engagés, d’une part, dans une situation « concrète », et d’autre part, dans une logique déterminée par la mode du moment, suivant une évolution (histoire), dont ils prétendent rendre compte. Ainsi cette « logique » n’est pas autonome, elle n’est pas un étalon, un dogme, mais une opinion, soit elle ne représente qu’une superstructure qui recouvre, dans le mental de l’observateur, tout une idéation caché, où des mythes nouveaux ont été substitués par la culture, par l’opinion de l’enseignement universitaire, associé à des opinions de mythes anciens !

L’histoire ou le mot-à-dire : en Occident la « pensée moderne » est une pensée CONDITIONNÉE, et plus que jamais avec l’Empire anglo-saxon et judéo-maçonnique spéculatif (née à Londres en 1717). En Occident, le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui donneront des « évidences » sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle.
« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ».
(En référence à René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle, qui donne une bonne définition du sens « moderne » de l’histoire).


LES OCCIDENTAUX ET LEUR TABULA RASA !

LA DÉMOCRATIE OU JUIVERIE BOLCHEVIQUE PRIVATISÉE, SOIT LE CAPITALO-SOCIALISME ANGLO-AMÉRICAIN, OU « CIVILISATION » DANS TOUTE SON HORREUR. LES YAHVISTES AU CHARBON ET TRAVAIL DU CHAPEAU.
SE RAPPELER DU NETTOYAGE DE LA VENDÉE PAR LES RÉPUBLICAINS DE 1792-93.


Documentaire important, même si l’auteur ne cite pas ses sources, et si nombre de ses assertions sont invérifiables. Document à comparer avec les descriptions de l’institution du Goulag par ceux qui l’ont vécu, car les vaincus de la Monarchie tsariste eurent à souffrir autant, sinon plus, que les losers Allemands de l’après 1918 et l’après 1945.

Comment s’assurer de la vérité ?
« Chacun ne voit que son propre Soi, toujours et partout. Il perçoit donc le monde et Dieu selon ce qu’il est.
Un Nâyanar [un des saints shivaïtes tamouls] se rendit à Kalahasti pour obtenir le darshan [être vu] de Dieu. Dans le temple, il vit tous les gens comme étant Shiva et Shakti parce que lui-même était de cette nature. De même, Dharmapûtra [aîné des frères Pândava (vertueux) dans le Mahâbhârata] considérait que le monde entier était composé de gens ayant un mérite ou un autre, et que chacun d’eux lui était supérieur pour une raison ou pour une autre. Tandis que Duryodhnana [aîné des frères Kaurava (corrompus) dans le Mahâbhârata] ne pouvait trouver dans le monde une seule bonne personne. Chacun reflète sa propre personne ».
(Ramana Maharshi, entretien 531).
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 31-12-2015 18:40

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >