Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Judéo-maçonnerie spéculative de 1717
Judéo-maçonnerie spéculative de 1717 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-01-2016 00:13

Pages vues : 2636    

Favoris : 352

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
serpentvigie_alerte_judeo_maconnerie.jpg
 
 
Judéo-maçonnerie spéculative de 1717
Enfanter dans la douleur et dans le sang,
Principe abrahamique messianique et
islamo-judéo-maçonnique
de la « fin des temps » ou
ÉVOLUTIONNISME, ce qui est au bout de,
le « Nouveau, vu à la télé ! »,
le total contraire des enseignementS
de Ramana Maharshi et de la NON-DUALITÉ.
UN COMBLE HORRIBLE, car le judaïsme avec
son Moïse énonce clairement la
SUPER TAUTOLOGIE :
« Je suis ce JE SUIS »
définition du Soi ou Instant
comme le dit Ramana Maharshi.
En Inde certains attendent aussi
leur messie : Maîtreya.
Des athées attendent le « gentil E.T. »
descendant de sa soucoupe tôles-et-boulons.
Tout ces systèmes attendent DE L’EXTÉRIEUR.
alors que : LE TROUVÈRE.
Rien de plus à ajouter.

LE CÔTÉ OBSCUR DE LA FORCE
OU PUR MATÉRIALISME


Le messianisme juif ou comment vendre de façon mafieuse un « monde meilleur » (le meilleur des mondes et tous conforts).
 
 
Pour le judaïsme de l’après Jésus de Nazareth, catastrophes et révolutions (Ordo ab Chao) permettraient cette « fin des temps » (le « Nouveau, vu à la télé ! », le Paradis, le « meilleur des mondes » ou DORG : Demain On Rase Gratis, soit le CONFORT par la folie technologie et donc obligatoirement l’argent). Imposer ou fabriquer le chaos est le principe de la maffia qui incendie une maison et ensuite propose de protéger le propriétaire de cette maison, pour qu’une fois reconstruite ça ne recommence pas. J’ai vécu ça avec un malheureux robinet d’arrêt d’eau général qui fuyait. Appelant naïvement une « S.O.S. dépannage » trouvé dans l’urgence, et sachant que cela devait venir d’un joint et que le robinet avait un aspect extérieur comme neuf parce qu’il était récent, le type en cachette me l’écrase à l’aide de sa clé à molette, et prétend ensuite qu’il faut en installer un neuf ! Devant le fait accomplit, et n’osant rien dire mais voyant parfaitement l’arnaque, il ne me restait plus qu’à adhérer à sa combine mafieuse et à payer sa fracture (à l’époque je me laissait faire). On a le même thème dans la fameuse obsolescence programmée pour éviter le chômage dans les usines qui produisent, produisent, à l’indéfinissable… C’est ça le Ordo ab Chao judéo maçonnique, et messianique juif : casser et proposer son remède ; on trouve aussi ça dans l’allopathie et médecine de Big Pharma. Si un médicament était vraiment efficace, tout le monde guérirait, et Big Pharma serait au chômage ! Si une voiture pouvait servir indéfiniment son utilisateur toute sa vie, et même servir à ses petits fils, les usines d’automobiles fermeraient les unes après les autres, etc. etc. C’est ça le capitalisme-libéralisme : de la Chronologie tueuse ou SPEED TUEUR.
 
« Le messianisme, en effet, a toujours eux pour objet le rétablissement de l’existence nationale ; bien qu’il mêne également au-delà de celle-ci, le messianisme apocalyptique a conseillé de façon presque spontané, les promesses et les traditions antiques avec de nouvelles raisons d’y adhérer ; avec de nouvelles interprétations, et réinterprétations.
Le messianisme a pris alors dans la conscience juive un double aspect qu’il a gardé depuis. Ces deux aspects du messianisme se fondent sur les paroles des prophètes [donc des oracles, des opinions ou éléments externes] où on les rencontre de façon plus ou moins explicite, un aspect qui souligne les cataclysmes et les destructions qui doivent accompagner la venue de la Rédemption ; et un aspect d’utopie, quand à ce que seront les réalités messianiques.
Le messianisme juif est, dans son origine, et dans sa nature, on se saurait jamais y insister, l’attente de cataclysmes historiques. Il annonce, des révolutions, des catastrophes, qui doivent se produire lors du passage du temps de l’histoire présente [le temps qui coule ou Chronologie tueuse] au temps futur messianique [nous sommes bien dans l’évolutionnisme pur].

Ces cataclysmes et ses visons funestes prennent un tour nouveau et propres dans la vision de la venue du messie. On les retrouve en effet dans l’ère de transformation ou, de destruction, qui verra naître la Rédemption messianique. C’est pourquoi, cette période est regardé dans le judaïsme comme celle des « souffrances de l’enfantement ”du messie” ». (Réf. Le messianisme juif, Gershom Scholem, pages 31-32, cité par Pierre Hillard).

Donc le messie est typiquement LE BUT À ATTEINDRE, LE BOUT DE COURSE, LE BOUT DU BOUT DU TEMPS. ON EST DANS LE CULTE DE LA SOUFFRANCE (cataclysmes, révolutions et guerres, dérèglements tout azimut, donc le chaos humain). Du masochisme intégral, soit SE VAUTRER DANS LA MATIÈRE, comme le montrent les Gnostiques, tant dans le Codex de Nag Hammadi que dans l’ouvrage gnostique : Pistis Sophia (la Sagesse). Par exemple : « Ta miséricorde est grande [celle de la Lumière des Lumières], écoute-moi, en vérité, et sauve-moi, sauve-moi de la matière de ces ténèbres afin que je n’y sois pas immergés, afin que je sois sauvée des émanations de l’Arrogant divin [le démiurge, Yahvé] qui me pressurent et de leurs méchancetés : ne laisse pas ces ténèbres m’immerger, et cette vertu à face de lion, ne la fais pas avaler ma vertu tout entière jusqu’à la fin, ne permets pas que ce chaos revête ma vertu ». (Pistis Sophia, trad. E. Amélineau, 1895).

La révolution française de 1789 est l’exemple de base, le prototype de ce principe messianique juif (1). Il suivra logiquement la révolution russe de 1917, et dans la foulée les deux guerres mondiales avec l’aide de la juiverie financière internationale et sa maçonnerie Super Réseaux.
Parce que le Messie, le Vrai, le Christ, le Jésus de Nazareth, symbolise le Soi-Instant ; alors depuis ce « temps » des juifs inventent l’évolutionnisme en piochant certainement dans leur courant hébraïque où ils INVENTENT L’HISTOIRE ou chronologie : ils inventent l’humain moderne, celui qui n’est pas libre, celui qui n’est pas un créateur (voyez la merde thermodynamique). C’est l’humain moderne prisonnier de l’histoire : voyez l’actuelle religion de la Shoah où certains de vautrent dans la souffrance et en font leur business ; d’ailleurs la juiverie financière internationale et ses banques, et sa Jérusalem céleste : LA CITY DE LONDRES ET SON WALL STREET, est SOUFFRANCE MONDIALE PAR ESSENCE. C’est cela la souffrance, et pas ailleurs, le cancer du monde vient de la City de Londres, Israël n’est qu’un détail ! (Sauf pour les Palestiniens).

LA SOUFFRANCE C’EST ENCORE L’HOMME DÉCHU : LA CHUTE DU PARADIS, et le christianisme est cette religion de l’homme déchu, puisque il prend la relève du judaïsme. Ce qui amène cette conception de « l’homme moderne » irrémédiablement prisonnier du temps, de la Chronologie tueuse, puisqu’il est bouffé par l’histoire, il est bouffé par le « progrès » ou évolution ; ce sont des CHUTES impliquant l’un comme l’autre l’abandon définitif du Paradis des Essences et donc des CYCLES ou ACCORDS MUSICAUX COSMIQUES.
AUJOURD’HUI HISTOIRE = ARGENT.


Je ne répéterais jamais assez que les Hébreux-Juifs inventent l’histoire, grâce à leur Dieu de tribus qui INTERVIENT EN PERMANENCE DANS L’HISTOIRE, ce qui « révèle sa volonté » à travers les événements catastrophiques comme les guerres, invasions, sièges, batailles, etc. Bref, toujours la fameuse SOUFFRANCE accélératrice de « mode messie » : LA PEUR QUI DIRIGE CE MONDE. Ainsi les faits historiques ou opinions deviennent des « situations » ou singeries de l’Instant de l’humain « face à Dieu », et comme tels ces faits PRENNENT DE LA VALEUR que rien jusque-là ne pouvait leur assurer. ON EST DANS LE MERCANTILISME TOTAL. Et cette conception de l’évolutionnisme comme « reflet » ou « fantôme de Dieu » sera reprise et amplifiée par le christianisme. Dans tous les cas IL Y A ARTIFICE, parce que la Super Tautologie de Moïse : « Je suis ce JE SUIS » apparaît dans le temps, dans l’histoire : « Moïse reçoit la « loi » à une certaine date et à un certain endroit », donc DANS L’EGO OU ESPACE-TEMPS. Un événement historique ou exemplaire qui servira de modèle, de convention. Mais le MOMENT de la révélation à Moïse est limité et lié au temps : et comme il représente un modèle, un mythe, il acquière une préciosité, une valeur, dans la mesure où il est un ÉVÉNEMENT HISTORIQUE (comme le sera le drame de la seconde guerre mondiale pour nombre de juifs).
Cette invention du temps devient une eschatologie (du grec eskhtos « dernier ») avec le messianisme juif, comme si « le futur allait régénérer le temps » ; temps qui n’est qu’une opinion, qui n’est que dans le mental, comme le répète plusieurs fois Ramana Maharshi dans ses entretiens ou enseignements.

QUE L’ÊTRE HUMAIN PRENNE CONSCIENCE DE CE QU’EST L’INSTANT, ET LE JUDAÏSME ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL S’ÉCROULENT DU MÊME COUP. Car il s’agit de redécouvrir la très ancienne idée de la RÉGÉNÉRATION ANNUELLE DU COSMOS PAR RÉPÉTITION DE LA CRÉATION : LES LAVEURS DU LABOUR ALCHIMIQUE, ET PAR LE DRAME PATHÉTIQUE DU ROI (et de la chefferie en général entrant dans le dilemme individualisme-collectivisme rejoignant le dilemme du Vase et du Contenu. (Voir le vase, ou plutôt le plat Graal souvent portée par une pucelle, d’où l’appellation de certain héros comme Perceval : le Fils de la veuve Dame, ou de la Dame veuve. Il s’agit de SOURCE, de FONTAINE D’ABONDANCE ou d’ÉNERGIE LIBRE. Perceval qui entre dans le THÈME D’OSIRIS (sujet complexe… et qui rejoint en finale l’universelle ARBRE DE VIE). Bien-sûr le Graal est du thème du Soi ou Instant ou Vase de la Sainte Scène, du Christ ou Soi. Le mythe du Graal est très bien résumé et en simplicité par Ramana Maharshi avec par exemple l’entretien 63 (2). Le messie est évidemment le « roi ». Ce « Roi-Dieu » était la Grande Lavandière sur Terre car il devait « laver périodiquement la Nature entière » (régénération comme l'HIVER régénérère le Printemps.
Depuis quelques millénaires maintenant, nous avons deux conceptions du spatio-temporel :
- Les Laveurs de la Nature de façons cycliques et rythmiques se produisant chaque années, ou en d’autres périodes.
- Une seule grande Laveur, mais qui ne se produit plus régulièrement chaque année ou en quelques fêtes, mais qui est projeté artificiellement dans un illo tempore ou évolutionnisme futur, et messianique.

Soit dans la deuxième conception la prison de l’histoire, une nouvelle interprétation ou opinion des événements historiques naît au sein des tribus des Hébreux-Juifs. Avec l’arrivée de leur messie, « le monde sera sauvé UNE FOIS POUR TOUTE », ce que je traduis souvent par le DORG, ou les lendemain qui chantent ; bref, LA SUPER CAROTTE ou Super Confort pour faire avancer les esclaves. Un devenir historique. L’histoire n’est plus cyclique et ne se répète plus éternellement, mais en un temps qui, selon le principe de l’évolutionnisme, peut s’étirer à l’indéfinissable dans un passé, et à l’indéfinissable dans un futur tout aussi hypothétique ; sauf, si l’humain produit artificiellement des catastrophes pour faire venir son messie, comme l’explique bien G. Scholem.
RAPPEL : l’opinion messianique est l’invention exclusive d’une élite religieuse, dont du mental de personnes extérieures. CE NE SONT QUE DES OPINIONS.

VALORISER L’HISTOIRE C’EST INVENTER LE CAPITALISME, comme celui de notre époque. Et le christianisme entre dans l’histoire ou évolutionnisme et colle parfaitement avec l’être humain moderne ; celui qui a découvert «  a libre pensée » ou « liberté d’expression ». Mais plus l’humain devient « moderne » et plus il sera dépourvu face à la prison de l’histoire ou évolution, ET MOINS IL AURA DE CHANCE DE FAIRE, LUI, L’HISTOIRE. (Le mondialisme ou N.O.M. empêche toute création de l’histoire, car cette histoire se fait toute seule et naturellement en étant en accord avec le Tout : en se soumettant aux ESSENCES, comme l’exprime si bien Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux ; ou bien comme maintenant en laissant faire une oligarchie, une ploutocratie toujours plus égocentrique, qui non seulement interdit aux masses d’intervenir directement ou indirectement dans l’histoire qu’elle façonne, mais qui dispose de moyens technologiques maintenant suffisants pour obliger chaque individu à supporter toutes les conséquences des histoires que cette ploutocratie fabrique au nome de sa « démocratie », c’est-à-dire à vivre DANS L’INSTANT DE LA PRISON DE CETTE HISTOIRE, DONC VIVRE DANS LA TYRANNIE DE L’OPINION.

VALORISER L’HISTOIRE C’EST INVENTER LE TRANSHUMANISME (« l’homme augmenté ou robotisé et « Super compétitif » comme un Superman, et rêve antique de vivre plus de mille ans).

« Certes, cette eau magique, et la "parole perdue" ont ressuscité plus d'un Adoniram, Gedaliah et Hiram-Abiff pré-mosaïques [dont Osiris est le prototype : mythe de l’assassinat et du découpage en morceaux]. Le véritable mot, aujourd'hui substitué par Mac-Benac, et Mah, était utilisé des siècles avant que son effet pseudo-magique soit essayé sur les "fils de la veuve", pendant les deux derniers siècles. Qui fut, en fait, le premier Maçon opératif de quelque importance ? Elie Ashmole, le dernier des Rose-croix et des alchimistes. Admis à la franchise de la Compagnie des Maçons Opératifs de Londres, en 1646, il mourut en 1692. En ce temps-là la Maçonnerie n'était pas ce qu'elle devint par la suite ; ce n'était ni une institution politique ni une institution chrétienne, mais une véritable organisation secrète, qui admettait dans les liens de la fraternité tous ceux qui désiraient ardemment obtenir le précieux bienfait de la liberté de conscience, et se soustraire à la persécution cléricale. Ce n'est qu'une trentaine d'années après sa mort que ce que l'on nomme aujourd'hui la Franc-maçonnerie moderne [spéculative] prit naissance. Cette naissance eut lieu le 24 juin 1717, à la Taverne du Pommier (Apple-tree Tavern) dans Charles Street Covent Garden, à Londres. Ce fut alors, ainsi que nous le disent les Constitutions d'Anderson, que les quatre seules loges du Sud de l'Angleterre, nommèrent Anthony Sager, le premier Grand Maître des Maçons. Malgré sa grande jeunesse, cette grande loge a toujours exigé que tout le corps de la fraternité dans le monde entier reconnût sa suprématie, ainsi que le dirait à quiconque pouvant la voir l'inscription latine gravée sur la plaque au-dessous de la pierre d'angle du Temple des Francs-maçons de Londres en 1775 ». (Isis dévoilée, H.P. Blavatsky).
Veuve, étymologie de : diviser.
Les plus dangereuses obédiences judéo-maçonniques sont celles qui sont cancérisé par le pouvoir, comme le GODF dont nombre de membres sont dans le régime républicain français.
 
« De même que le Christianisme, la Franc-Maçonnerie est un cadavre dont l'esprit s'est, depuis longtemps, envolé ». (Isis dévoilée, H.P. Blavatsky, à propos du « Vénérable MAH »). MAH pouvant évoquer le mot « maçon » (mason en anglais) dérivant de « Mas », ancien mot normand voulant dire : maison, donc constructeur de maison (dans la voie de l’Agriculture et de la sédentarité…).

Il n’y a pas de « fin des temps » et ses variantes comme « le vrai nom de Dieu » (ou le vrai son de son nom), et la Jérusalem céleste. Car la Liberté n’est pas nouvelle, donc au bout d’une fin temporelle (ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître car il ne peut pas durer ! Mais, ce qui est Réel doit exister toujours et n’a pas à être acquis au bout d’un temps). « La Réalisation n’est pas quelque chose a acquérir. Elle est déjà là. Tout ce qui est nécessaire consiste à se débarrasser de la pensée « je n’ai pas réalisé » [parce qu’on met des distances, on n’est pas directe] ». (R. Maharshi, entretien 245).

« La liberté, en revanche, est la connaissance de la vérité qui existait AVANT que ne fut l’ignorance ; elle règne éternellement, sans commencement et sans fin, elle est un bienfait, la réalisation du salut [donc du Soi] ; elle est libération de la nature esclave dont on souffert ceux qui ont été produits par une pensée inférieure et vaniteuse, qui incline au mal et qui les fait succomber à l’AMOUR DU POUVOIR ». (Nag Hammadi, NH I, 5 Traité tripartite, 117,26-37 et 118)

« L’entrée dans la Fraternité d'hommes comme Elie Ashmole, aplanit le chemin pour la grande "Révolution Maçonnique en 1717", lors de la naissance de la Maçonnerie SPECULATIVE. Les Constitutions de 1723 et de 1738, par l'imposteur maçonnique Anderson, furent élaborées pour la première Grande Loge des "Maçons libres et acceptés" d'Angleterre, de laquelle dérivent toutes les autres dans le monde d'aujourd'hui.
Ces constitutions factices, écrites par Anderson, furent compilées vers ce temps là, et pour faire accepter par la société son abject rebut, baptisé histoire, il eut l'audace de dire que presque tous les documents ayant rapport à la Maçonnerie en Angleterre avaient été détruits par les réformateurs de 1717. Fort heureusement, Rebold, Hughan et d'autres ont découvert au British Museum, à la Bodleian Library et dans d'autres institutions publiques, des preuves suffisantes, sous forme d'anciennes charges d'artisans Maçons pour réfuter ces allégations ».
Passage important d’Isis dévoilée, en citation d’une lettre du 11 janvier 1877 par M. Charles Sotheran, Secrétaire Correspondant du Club Libéral de New-York. M. Sotheran : 32è degré maçonnique de Memphis, K.R. etc. Kadosh, etc. Également initié de la Fraternité anglaise moderne des Rose-Croix et d’autres sociétés, et éditeur Maçonnique du New-York Advocate.

EN RÉSUMÉ : Cette judéo-maçonnerie spéculative étant humaine EST FAILLIBLE. Je pourrais aussi résumer par cet antique adage anarchiste et anti étatisme ou anti chefferie : « PAIX À LA CHAUMIÈRE ET GUERRE AU PALAIS ». Et qu’est-ce que c’est la MÈRE-PATRIE DE CE MONDE ? C’EST LA CITY DE LONDRES ET SON WALL STREET, comme le sûr les judéo-maçons Lafayette, Franklin, Jefferson, Hamilton. Bref, des rêveurs rêvant d’unification ; à la fois une bonne chose et une source de catastrophes (voyez 1917 en Russie et voyez la trinité « liberté-égalité-fraternité » qu’on impose sans demander son avis aux peuples).
Le maçon Charles Sotheran précise bien que la judéo-maçonnerie est une ÉCOLE DE RELIGION PURE, et « être à l’avant-garde de la civilisation » (attention à l’ego…).
Bref, ces maçons de l’après 1717 SONT DES DESTRUCTEURS, plutôt que des constructeurs.

LA VRAIE CONNAISSANCE IMPLIQUE DE SE TAIRE. SINON, ON TOMBE DANS LE POUVOIR ET DONC DANS L’EGO.


Notes.
1. Rappel : en manière de Super Grégarisme, de magie, et de développement d’égrégore, il y a la prière pour la République donnée dans les synagogues lors des offices du samedi matin ou pendant les jours de fêtes. Et ce régime républicain de dit laïque !!!

Gershom Scholem confirme ce prototype messianique juif en la révolution de 1789 : « L’espoir d’un renversement de toutes les lois et coutumes que Frank avait suscité a pris soudain vers la fin de sa vie consistance sur le plan de l’histoire. La Révolution française a permis aux projets sabbatéens et frankistes de renverser l’ancienne morale et de la religion de trouver un champ d’application : on sait en effet que les neveux de Frank, que ce soit en vertu de leur « croyance » ou pour un tout autre motif, ont joué un rôle actif dans divers cercles révolutionnaires de Paris et de Strasbourg. La Révolution leur apportait sans doute la confirmation de leurs opinions nihilistes ; maintenant les piliers du monde semblaient ébranlés et les anciennes coutumes en voie d’être renversées [tabula rasa]. Les « croyants » attribuèrent à ces événements une double signification. D’une part, en spirituels sectaires et égocentriques, il y voyaient le signe d’une intervention divine spéciale en leur faveur car, dans le bouleversement général, leur renouveau intérieur et leurs activités clandestines allaient mieux pouvoir passer inaperçus. Cette opinion avait été exprimée par Frank lui-même et elle était habituellement professée par ses disciples de Prague. La Révolution pouvait servir d’écran au monde de l’intériorité. les «  royants » reconnaissaient d’autre part son efficacité, car elle ébranlait toutes les autorités spirituelles et séculières, et par-dessus tout le pouvoir clérical […]. Avec un grand luxe de détails et avec enthousiasme, l’auteur frankiste de La prophétie d’Isaïe décrit l’apocalypse en train de se produire, d’où doit sortir une renaissance du judaïsme, qui permettra de chasser les rabbins et les autres faux dirigeants du peuple juif et qui conduira à embrasser la foi du « véritable Jacob », seule foi digne du « peuple du Dieu de Jacob » […]. Dans toute cette littérature, les idées apocalyptiques viennent rencontrer les théories politiques de la Révolution qui, après tout, pouvaient conduire également à une « libération politique et spirituelle ». Comme nous l’avons vu, cette formule éclairante et trop souvent négligée est celle par laquelle les frankistes de Prague définissaient les buts de leur mouvement ». (Réf. Le Messianisme juif, Essais sur la spiritualité du judaïsme ; pages 210-212, cité par Pierre Hillard dans sa préface de : Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, de Carroll Quigley).


2. « Une femme portait un collier autour du cou. Ne s’en souvenant plus, elle se mit à le chercher, questionnant son entourage. Une de ses amies se rendant compte de ce qu’elle cherchait, lui désigna le collier autour de son cou. La femme le touche de ses mains et fut aussitôt rassurée. Avait-elle récupéré le collier ? La encore, l’ignorance cause la douleur et la connaissance, le bonheur.
Il en va de même en ce qui concerne l’homme et le Soi. Il n’y a rien de nouveau à gagner [pas de « fin des temps » au bout du temps]. L’ignorance du Soi est responsable de la souffrance présente ; la connaissance du Soi apporte le bonheur.
De plus, si quelque chose de nouveau doit être obtenu [comme cette « fin des temps » super Carotte], cela implique que c’était absent auparavant. Ce qui a été une fois absent peut disparaître encore. Ainsi, le salut ne serait pas permanent. Mais LE SALUT [OU RÉDEMPTION, ce qui est à distance, le rachat] EST PERMANENT PARCE QUE LE SOI EST ICI ET MAINTENANT, ET ÉTERNEL ». (Ramana Maharshi, entretien 63).
Le mythe du Graal est éternel et n’appartient pas qu’aux Celtes et au rite d’initiation puisque du thème Vase ou Plat et Contenu, et même allant jusqu’au Yin et Yang chinois.
 
 

Dernière mise à jour : 31-01-2016 01:06

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >