Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les Zaméricains ou Big Boys
Les Zaméricains ou Big Boys Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-03-2016 22:08

Pages vues : 2338    

Favoris : 412

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
mac_do_bebe460.jpg
 
 
Les Zaméricains ou Big Boys
with big toys
qui veulent fourguer
leur « démocratie » partout
dans ce monde.
Supermen and
STUPIDITY for
these big boys
with big toys and with
big black wallets.

Le monde du BIG et de la CROISSANCE et la pensée unique en forme de langue anglaise parasitant la planète.
Le monde du BIG ONE ou la FOLIE DU BIG.
 
 
Ce n’est pas de l’anti-machin, mais une simple constatation ! Depuis la fin de la « seconde guerre mondiale », les Zaméricains foutent la merde partout ; en fait, c’est leur Vatican, la City de Londres qui fout la merde partout. C’est-à-dire que cette société veut imposer son règne de l’ego : sa mode du social, étiquetée « liberté » ; soit une liberté extérieure, légale et juridique, selon cette « Bible » des « Droits de l’homme » ; une liberté avec la réglementation codée des manifestations passionnelles du moi ou ego (la fameuse « raison »).
La mode du « social » ou triomphe de l’ego déjà dénoncée en son temps par Simone Weil : « Le moi et le social sont les deux grandes idoles ». Cette mode du social et du sentiment (sentir-ment) est devenu nécessaire depuis le triomphe de la laïcité judéo-maçonnique. Celui qui ignore le Soi ou Instant a besoin de l’illusion du social (le « vivre ensemble ») pour vivre et agir parmi les humains.
Aujourd’hui on parle de « couverture sociale », synonyme de ce confort de « civilisation moderne » faisant dans le quantitatif, le BIG, et jamais dans la profondeur ! La profondeur n’est jamais social, elle est humaine (grégarisme) ou divine. Et le critère social sous package « valeur » chère aux hommes et femmes du régime républicain fonctionne, renseigne le moins sur les vraies valeurs d’une civilisation.
RAPPEL : on naît seul, on vit ensemble, on mange seul (je ne peux pas manger pour vous), on baise seul (personne ne le fera à votre place), on meurt seul… Ainsi NOUS SOMMES L’INSTANT, LE SOI.
 
Une liberté extérieure qui n’est qu’OPINION : toute conception de l’Être en soi issue de l’expérience de l’existant (pour reprendre les termes exactes si justes de Jean Coulonval, dans son livre Synthèse et temps Nouveaux). Dans ce règne tyrannique de l’opinion, aucune doctrine ne peut être immuable parce qu’elle a sa source dans le temps qui coule. C’est pourquoi la doctrine socialiste est constamment changeante, souple, se pliant aux circonstances, aux choses de l’extérieur, là où deux opinions sont contraires, une seule est « bonne » et l’autre doit disparaître ; ou toutes les deux ont tort et une troisième doit les éliminer par bidouillage verbeux.

C’est ce culte de l’opinion ou « liberté d’expression » qui a conduit naturellement à la pensée unique ou désir d’une unité de l’opinion en en faisant une religion : la laïcité, ou l’athéisme, qui est simplement le besoin naturel de l’Homo Religiosus de trouver la paix de l’âme et par la même celle de la société, qui évidemment cherche sa satisfaction par des voies fausses.

Les USA c’est le culte du BIG : à commencer par les « grattes-ciel ». Ils ont tout en grand : deux frigos, récepteurs de télévision dans toutes les pièces, deux piscines, une voiture pour chaque membre de leur famille, etc. Ce sont les plus gros pollueurs et consommateurs d’eau potable de la planète. C’est normal puisqu’ils sont de confession de la City de Londres avec leur chapelle de Wall Street.

Le Zaméricain s’imagine naïvement que son mode de vie et sa « démocratie » puisse pouvoir convenir à tous les peuples de ce monde, ajoutez à ça la langue anglaise qui parasite tout. Les modernes excroissances du protestantisme américain : Témoins de Jéhovah, évangélistes, etc., relèvent toutes d’un désir de ressentir les émotions religieuses comme venant d’un Dieu qui se trouverait caché dans la matière. Si la « démocratie » a triomphé aux USA, en partie grâce à la judéo-maçonnerie, c’est parce qu’il n’y a plus de recherche sur la question du « Qui suis-je ? » ; et qui blesse l’essence humaine ne peut pas servir le « progrès » humain.
Cette actuelle « démocratie » construite sur l’opinion (« liberté d’expression ») ne pourra vraiment naître que si elle s’en débarrasse !
Le mental et l’opinion ne sont utilisable que comme l’outil du « Qui suis-je ? ». Car une opinion n’est jamais absolument celle de la veille et sera différente le lendemain ; elle est le centre de gravité d’une série d’impressions successives en géométrie de la ligne droite, et toujours instable, surtout si l’humain utilise la logique et qu’il sera prêt à toujours réviser son jugement.
Ainsi, toute opinion est de « gauche » à sa naissance, et de droite et réactionnaire par rapport à celle qui la suit.
Du point de vue politique depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, la fameuse Super Carotte étiquetée « Pouvoir du peuple » est la plus gigantesque escroquerie ou illusion politique dans cette période, et avec l’assentiment des illusionnés !
L’opinion EST LA SOURCE DE TOUS LES DÉSORDRES et elle n’a JAMAIS eu aucun pouvoir politique, sauf celui d’inventer le CHAOS HUMAIN.

Les régimes démocratique n’ont pu tenir, ou tiennent encore pour peu de temps, que parce qu’ils dissolvent la conscience politique, le JE SUIS, dans la conscience économique, en tuant la vie de l’âme sous les débordements des réactions sensibles, mental ou de l’ego, en procédant au QUANTITATIF, soit À LA MASSIFICATION DES PEUPLES (en pensée unique, ou étiquetée : « Nouvel Ordre Mondial »).
Et c’est vrai aussi bien de l’américanisme que du socialo-capitalisme. Mais ceux qui tirent les ficelles de toutes les masses, ce sont les société occultes exerçant le véritable pouvoir politique (et qu’on ne me ramène pas l’outil inquisitorial étiqueté « théorie du complot », si facile pour fermer la gueule de ceux qui ont des doutes, ou qui veulent voir ce qu’il se cache derrière l’illusion).


Le monde du BIG ONE.

L’EMPIRE : le quantitatif, la consommation comme seule vie, la stratégie du WINNER. Le culte du EYES CANDY : voyez et entendez films et musiques de l’industrie hollywoodienne. Pour les Zaméricains tout doit être BIG IS BEAUTIFUL. Si vous dénoncez ce culte du Eyes Candy, vous passez pour un ringard, voir pour un « nazi » ou un « anti-machin ». Le BIG ONE c’est avant tout l’obésité, non seulement de nombre de Zaméricains, mais surtout de leur économie avec leur « roi dollar ». Les grandes entreprises zaméricaines ne créent pas d’emploi ni de meilleur qualité de produits ou de services rendus.
Les Zaméricains font tout à l’esbroufe, en winner, afin de masquer leur extrême nuisance irradiant dans le monde ; parce que tels des parasites, ils reproduisent à n’en plus finir des produits et des services.

Cette FOLIE DU BIG contamine le monde entier. Voyez chez nous dans ce qui reste de la Gaule (France), le parfait exemple de boulimie incarné par un Patrick Drahi, qui avec la complicité de banques comme Morgan Stanley, BNP, ou le fond Carlyle (en cheville avec le complexe militaro-industriel), achète pour près de 50 milliards d’euros des entreprises dont SFR, le Portugal Telecom, les opérateurs zaméricains du câble Suddenlink, Cablevision, Virgin Mobile ; et pour imiter d’autres winners français comme P. Niel, V. Bolloré, B. Arnault, F-H. Pinault, Drahi se paye quelques médias dont BFM TV, RMC, l’Expresse, Libération, etc… Tous ces achats financés par ENDETTEMENT, soit près de 50 milliards d’euros. Savoir que l’empire Drahi a ses holdings toutes logées à l’étranger : Luxembourg, Pays-Bas, Guernesey, Panama, etc.
Le système de « création de valeur » financière de ce BIG ONE n’est pas lié à l’essor de nouvelles activités mais à toujours plus d’économie !
Le deal SFR est censé permettre de réaliser plus de 4 milliards d’euros d’économie d’ici à 2018 ! Dont évidemment plus d’un tiers proviendra d’une réduction de la masse salariale.


Le monde du BIG ONE = CITOYENS (et dehors les Paysans ou Païens… )


Les winners ce sont les grandes villes (les grandes viles… ) et leurs citoyens. SI rien ne vient protéger la planète, d’ici à 2050, nous serons 2 milliards d’humains en plus, avec iceux concentré presque uniquement dans les cités ou mégalopoles de plus de 15 millions d’habitants. C’est là que la pensée unique et sa « liberté d’expression » prendra toute son ampleur, surtout ses PLEURS ! Et cela grâce à qui ? Mais grâce aux pays pauvres, pardon, grâce aux « pays en voie de développement ». C’est tout bénéfice et transformation en winners pour les entreprises du bâtiment !!! Lafarge doit bander dans ses culottes de béton et de granulats !! Pensez-donc, ils ont le monde à construire. Je dis à construire, parce que s’il est à reconstruire… ces entreprises n’existeront plus !!!
Le monde du BIG ONE c’est celui du winner ou leader pour un « nouveau monde »


Le monde du BIG ONE = évidemment le SOCIAL et son « Vivre ensemble ».

Pensez donc, c’est tout bénéfice pour un winner comme Pernod Ricard, « créateur de convivialité », comme si avant eux ça n’existait pas ! Mais aux temps de la pensée unique, vous devez bien comprendre que les entreprises doivent raconter des contes fées pour illusionner leurs clients. C’est là un principe de cette société de consommation industrielle : produire de l’immatériel, comme le rêve les transhumanistes, du symbole, des images ou EYES CANDY afin de mieux vendre.
Pernod Ricard est le prototype du gentil winner qui n’a rien inventé, mais qui a cause de ça est devenu le winner n°1 de l’alcoolisme mondialisé et « légalisé ». Pas étonnant puisque tout est de plus en plus ILLUSION !
La force de Paul Ricard est l’utilisation de l’opinion ou pensée unique appliquée aux alcools anisés qui existait déjà. Paul Ricard est typiquement un principe du Nouvel Ordre Mondial. En France, pratiquement on faisait de l’anisette dans chaque village de Provence. Grâce à Paul Ricard, les goûts se sont normalisés. Bref, si vous ne voulez pas entretenir le Nouvel Ordre Mondial, n’achetez jamais le moindre produit venant de cet empire industriel de l’alcoolisme légalisé et qui rapporte beaucoup au régime républicain.

Ne pas oublier que nos impôts financent les grandes écoles comme l’Ena, Polytechnique, etc. et que ses winners diplômés vont se caser ou pantoufler dans ces grandes entreprises comme Pernod-Ricard, APRÈS voir pantouflé dans l’étatisme du régime républicain. Â la tête de presque toutes les multinationales du CAC 40 on trouve des ex pantouflés éphémères au service du républicanisme. On est bien dans ce moderne mélange du politique et de l’économique ! avec cette mixture infecte de « misère menteuse », stigmate du monde actuel.

Plus haut je parlais encore du capitalo-socialisme, parce qu’américanisme et socialisme façon URSS sont une seule et même entité dans la course au BIG ONE. Le socialisme de l’URSS et de maintenant doit son existence au capitalisme ; c’est donc la révolution qui se dévore elle-même tel l’Ouroboros. Capitalisme et socialisme se conditionnent l’un l’autre. Mais si l’on fouillait très profond dans les instances occultes qui dirigent ce monde, on trouverait certainement des humains qui influent à la fois la Russie, la Chine et les États-Unis. Rejeter le socialisme en garder le capitalisme, c’est rejeter le fleuve et vouloir garder sa source.
En 2016 nous avons d’ailleurs l’affrontement des deux Big One : l’Empire USA contre l’Empire Russo-Chinois. Du temps des Lénine-Trosky-Staline on faisait parfaitement dans le Big One en imitant les Zaméricains : la taille démesurée était aussi la marque de fabrique des socialistes de l’URSS (voyez leur institution du Goulag et ses dizaines de millions de morts ; eux aussi ils faisaient tout en gros !)

Il semble qu’il a échappé LA SIMPLICITÉ à toutes ces grosses Couilles en Or et gros Winners et gros Big Boys. Ils ont oublié cette remarque toute alchimique souvent cité ici sur le site, cette phrase d’une note du troisième livre des Trois Livres de l’Art du Potier, du Cavalier Cyprian Piccolpassi Durantoys : « Grandes vertus gisant es chouses petiotes créées par Dieu ».
Toute cette ENFLURE actuelle, cette CROISSANCE, ce BIG ONE, ne peuvent que découler directement de L’INVENTION DE L’HISTOIRE PAR LES HÉBREUX-JUIFS.

NOTRE MONDE EST UNE GIGANTESQUE BOURSOUFLURE, UNE ENFLURE, UNE TUMEUR MONSTRUEUSE qui ferait peur aux extraterrestres les moins « avancés » en science.
Une Vraie Civilisation ne peut pas se construire dans le quantitatif. Une Vraie Civilisation ne peut se construire que dans le QUALITATIF.


Histoire : par exemple le mot « hébreu » signifie en langue hébraïque « celui qui parle avec Dieu » !!! Ainsi, nous avons le H de Homme, le E de matière (homme de terre ou d’argile, voyez Piccolpassi… et l’ADN… ), le Br = parole, donc qui parle, E de la terre, U = vers l’air, vers le ciel, etc. Pas besoin d’enflure, la Nature ne procède pas ainsi, voyez les ruisseaux (N variable) qui forment la rivière, les rivières (N) qui forment le fleuve, les fleuves (N) qui forment la mer. UN EST LE TOUT, TOUT EST UN.

ÉVOLUTION = CANCER DU POUVOIR, du Pour-Voir.

Ce monde est construit sur la CROYANCE, donc sur l’argent, le CRÉDI-CRÉDO. CROYANCE OU OPINION… La croyance c’est la Super Carotte de l’HISTOIRE : une hyper consommation de TOUT-RIEN dont personne ne saurait préciser la nature de ce à quoi elle croit ! Mais, le propre de toutes les croyances est bien ce qui les rend précisément indéracinables : ÊTRE SANS OBJET, puisque on entre dans l’Histoire, avec un début pouvant être repoussé à l’indéfinissable comme une fin aussi repoussable à l’indéfinissable ayant nom « fin des temps » !
L’Histoire tue l’Instant, demander « pourquoi » sur toute chose tue l’Instant. Comme écrivait Angelus Silesius :
La Rose est sans pourquoi, fleurit parce qu’elle fleurit
N’a souci d’elle-même, ne désir être vue.

Bref, c’est comme le temps, s’il n’y a personne pour l’observer, il n’existe pas.
L’ego tue l’Instant.
 
 

Dernière mise à jour : 22-03-2016 22:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >