Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Christianisme base de l’Europe actuel
Christianisme base de l’Europe actuel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-03-2016 01:03

Pages vues : 2480    

Favoris : 352

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
pyrite7_430.jpg
 
 
Christianisme base de l’Europe actuel
et par là-même de l’Empire états-unien.
En ce règne de l’argent et de sa
civilisation de cons-sommateurs
nous sommes dans le machiavélisme
dont l’axiome est :
La force prime de droit (soyons frères ou je t’assomme)
traduisez en « baille que baille » (donne à qui te donne)
comme le « vivre ensemble » de propagande actuelle,
donc dans les pays où ne règne aucune gratuité
et aucun fusible moral, puisque
le confort et le sécuritaire est procuré
par la « divine bouteille » ou Maraba basahem
ou entertainment de nos jours, équivalent du
haschisch, de l’opium ou des rituels de
magies noires ou blanches.
TOUS SYSTÈMES POUR PIPER LES PEUPLES
ET LES EMPÊCHER À RETROUVER LE SOI-INSTANT.
 
 
Le Maçon, celui qui bâtit sa destinée future à la mode messianique… celui qui se fait son ciel… pour « construire l’humanité »…
Et comme elle est le miroir de l’Instant, la « fin des temps » du maçon sera guerrière, voluptueuse et tout confort et sécurisée, ou savante, suivant ses propres goûts.
 
L’Occident actuel est construit pas le catholicisme de l’Église de Rome, soit le décalogue copié sur le rituel funéraire de l’Égypte ancienne, qui le tenait peut-être d’une civilisation plus ancienne. Rituel funéraire et catholicisme n’ont pas de doctrines secrètes, d’aspect métaphysique, alors elles sont orientés vers la « moral » et la politique, soit la pure OPINION, les CONVENTIONS permettant de construire une base solide de discipline sociale, ancêtre de l’actuelle pensée unique nommée « liberté d’expression », et avec l’outil principal en forme de Super Carotte nommé « Paradis », promettant aux pauvres cette Carotte dans une autre vie tout aussi opinion ; et ces religions aboutissent à l’égalité devant la loi humaine comme devant la loi divine. Les judéo-maçons spéculatifs de 1717 n’ont rien inventé. Ces religions sont donc essentiellement militaires et politiques, et l’Europe leur doit uniquement l’Empire de ce monde Occidental qui parasite tout.

L’occident actuel prend une nouvelle tournure juste après la Renaissance, notamment à cause de la Réforme, de l’imprimerie et de Galilée. Le temporel commence à prendre le pas sur le spirituel : développement de plus en plus puissant de mouvements politico-religieux rêvant de renverser l’ordre établi ; mouvements dans lequel il faut compter l’un des plus important : le sabbataïsme suivie du franckisme ; mais avant ça, voir la montée en puissance du protestantisme, puis à Londres avec Oliver Cromwell l’aube de l’actuelle judéo-maçonnerie uniquement spéculative ou travaillant du chapeau en politique (chapeau : artifices et mensonges productions du mental ; franc-maçon ou frise-méchant : du grec makhos et mèkhané qui deviendra machiner et machine… Le méchant et un machinateur ou comploteur machinant de noirs desseins. Mach c’est faire en allemand et make en anglais. Au 12è siècle maçon s’écrivait machun : « Li machum Salomun, li machum Iram » ; et signifiait non un ouvrier mais un faiseur de plan ou architecte ! Bref, celui qui ne se fatiguait pas, sauf le mental ! Les grecs modernes disent mastor : chercheur. En résumé les Fris-maçons gothiques sont à la fois des machinateurs de conspirations et constructeurs de frises et de voûtes. Béroalde traduit le mot culte par hamuel, qui veut dire en hébreu éclat, lequel en hiéroglyphe lanternois du culte, comme la calotte et la culotte : être SANS CULOTTE c’est être sans culte).

Ce qui ensuite amènera le deuxième point : développement du pouvoir de la finance internationale et des futures banques centralisées des 18è et 19è siècles. Ce qui amènera le troisième point, suite à 1789 : le renforcement de l’étatisme tout puissant et ses relations secrètes avec la judéo-maçonnerie spéculative à pouvoir comme le GODF et autres « laboratoires d’opinions », rendant effectif le triomphe du règne de l’opinion.

PRÉCISION : il n’y a aucune parenté entre les francs-maçons du Moyen-Âge et la société maçonnique uniquement politique instituée par Cromwell. La maçonnerie de Cromwell et Milton était composé de sectaires de tous bords qu’il s’agissait de faire marcher ensemble sous la bannière d’une singerie de Petit-Père-des-peuples, donc une église à l'envers ou contre église.

Le christianisme se veut « plus tolérant » que par exemple les Païens romains. Et notre société construite sur la quincaillerie socialo-politique gréco-romaine se voudrait « tolérante ». Mais voilà, aux pays des Moïse et droits de l’hommistes de l’étatisme forcené, ÇA MARCHE À PLUSIEURS VITESSES : « Pour qu’un gouvernement ne soit pas en droit de punir les erreurs des hommes, il est nécessaire que ces erreurs ne soient pas des crimes ; elle ne sont des crimes que quand elles troublent la Société [départ de la mode du social et de la tyrannie de l’opinion] ; elles troublent cette société, dès qu’elles inspirent le fanatisme ; il faut donc que les hommes commencent par n’être pas fanatiques, pour mériter la Tolérance », écrit la Couille en Or philosophiste Voltaire et anti-chrétien absolu, dans le chapitre 18 de son Traité sur la Tolérance (1763). Nous entrions aussi dans une méritocratie, donc dans une forme de business, et pire : une « tolérance légale », donc une pensée unique ou grégarisme, une CONVENTION ! Con-Vent-ion : diffusion à tous vents, donc OPINION CHANGEANTE SELON LES MODES.

Au Moyen-Âge ceux qui étaient contre l’étatisme étaient les artisans, corporations et compagnons. En fait, la révolution française commence sous l’époque de François Rabelais, et cela GRACE À L’ARGENT : voir les vicieux Borgia, Cosme, Catherine de Médicis, Pierre-Louis Farnèse ; à côté d’eux une Diane de Poitiers passaient pour une Sainte ! Jamais une période historique n’a produite de personnages aussi vicieux, et à cause de la montée en puissance de l’argent. On reconnaît la main de Diane de Poitiers dans l’œuvre de Rabelais. Avec la Médicis, on inaugurait le style italien boursouflé du 17è siècle. Puis le massacre parisien de la Saint Barthélémy assure le triomphe de l’actuelle démocratie représentée déjà par cette bourgeoisie qui fomentera son coup d'état de 1789.

De plus, il faut se souvenir que comme de nos jours de division entre Paysans (campagnes et forêts) et Citoyens (cités et villes), les francs-maçons avant ceux de Londres en 1717 étaient divisés en maçons des campagnes (les forestiers) et maçons des villes (les mécaniciens). Ces deux maçonneries se divisaient encore en esclopins (sabotiers), en ribles (cordonniers), et en guilpains (glypains ou sculpteurs). Un nom plus moderne va donner le fendeur ; en Afrique il se nommera Pelpoul (en hébreu ‘pourfendeur africain’) ou forban (maçon de sa destinée). « Forban est l’exacte traduction du grec Tycho poion, artisans de sa fortune, dont nous avons fait maçon. Mais dans l’origine ce mot ne voulait pas dire un faiseur de murailles, que les Italiens nommaient muratore ; il est grec lui-même et vient de méchané, dont nous avons fait mécanicien. Ce titre ne s’appliquait primitivement qu’aux architectes et aux ingénieurs », écrit Grasset d’Orcet, dans Œuvres décryptées, vol.1.

Concernant la fameuse « liberté d’expression », elle était effective au temps de l’Église de Rome. Seuls les pays où s’est maintenu le catholicisme avaient cette liberté de penser, contrairement à ce qu’on pourrait croire. Des pays comme  l’Italie, la France, et l’Allemagne méridionale, sans l’Église de Rome, cette liberté aurait été étouffée, aussi bien en Orient qu’en Occident, par la pesanteur du pouvoir temporel, comme de nos jours de laïcité. Car depuis le soi-disant triomphe de la « liberté de penser », il est évidemment impossible pour le moindre étatisme de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord. La laïcité est un piège bien plus redoutable et sournois que du temps de la liberté de penser laissé par cette Église de Rome. C’est ce que dit aussi Jean Coulonval dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux quand il écrit que le pouvoir métaphysique, donc celui des rois et de l’Église, avait été abandonné depuis 1789. Et que ce pouvoir métaphysique était passé en souterrain, donc en dehors du peuple, pour se réfugier dans les loges de cette nouvelle judéo-maçonnerie spéculative.
La laïcité devient religion de cette société de consommation où l’intégration de l’individu dans le social s’accomplit sur le plan de la pensée unique dans l’usage des biens matériels ; c’est ça la laïcité. Laïcité dont le champion n’est pas la France, mais les États-Unis où celui qui dans cette mode du sociale ne fait pas comme tout le monde passe pour un « terroriste », ou un « malade ». Protestantisme et laïcité allant bien ensemble.

Les DRUIDES, LES PAÏENS sont dans la bonne voie de la Connaissance ou Centrum Centri, la Réalisation du Soi. Idem pour l’aube du Christianisme comme pour les Vrais Francs-Maçons qui adoptaient cette profession de foi cité par Grasset d’Orcet :
« Druide culte se rend au vrai seul amour - âmes clef n’ouvre ciel - sire n’être monde - soleil, ciel maître fit - l’y domine vrai seul sire - brouillard, principe universel (d’où) sort principe règne vrai seul, franc-maçons le tient », etc.
En « langue moderne » ça va donner :
« Le Druide ne rend de culte qu’au vrai seul amour, clef ouvrant aux âmes le ciel, est le roi du monde, le maître qui fit le soleil au ciel, y domine vrai seul seigneur. Le franc-maçon tient pour principe universel le brouillard d’où sort le principe du vrai régnant seul ».
Le « vrai régnant seul » ne peut qu’être le Soi ou Instant ; le « brouillard » c’est l’ego (un fantôme de l’ego). De nos jours je pense qu’on a fait du « brouillard » le désormais fameux “Ordo ab chao” dans la tradition évolutionniste et messianique avec sa « fin des temps ».
Le brouillard est symbole de l’indéterminé, d’une phase de l’évolution, une sorte de chaos avec tous les possibles ; une variation d'Eau Primordiale. Le brouillard est aussi une sorte d’entre deux : il précède les révélations importantes ; il est prélude à la manifestation dans le monde du spatio-temporel. « Je viendrai à toi dans l’épaisseur de la nuée, dit Yahvé à Moïse, afin que… le peuple croie en toi pour toujours » (Exode 19, 9)
Le brouillard est comparable à la NON DUALITÉ, donc au Soi. Le mot sanscrit ghana (nuage) est appliqué à l’Embryon primordial (Hiranyagarbha et jiva-ghana ; ghana est le non différencié.
Proche de ghana nous avons GUNA : modalités sous-jacentes à toutes les manifestations : sattvaguna, rajoguna, tamoguna. Tamas (obscurité) forme les éléments grossiers ; rajas (activité) forme les instruments pour connaître les objets ; sattva (clarté) forme les différentes connaissances sensorielles. Tamas forme les objets ou le monde ; rajas forme les énergies vitales ; par sattva sont formées les fonctions sensorielles (réf. Ramana Maharshi, entretien 567).

[En haut de page : Pyrite de Fer formée à partir du Triangle équilatéral parfait, donc la TRINITÉ]
 
 

Dernière mise à jour : 27-03-2016 01:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >