Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pagaille républicaine
Pagaille républicaine Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-04-2016 00:02

Pages vues : 2996    

Favoris : 501

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
bidon_messie_pagaille.jpg
 
 
Pagaille républicaine
ou tyrannie de l’opinion


Bienvenue dans la civilisation de la Pagaille, où prochainement il sera interdit de mourir, car ce n’est pas rentable pour le « social ».

PAGAILLE = ROTHSCHILD et sa CITY DE LONDRES
 
 
PAGAILLE : si le son s’approche de Pagan (Païen, Paysan), il s’approche aussi de paie, de pagaie, là où l’on rame à la force des bras ou de son travail du chapeau, c’est selon les époques ; le sens en est une sorte de chaos de l’humain se regroupant sous le nom d’OPINION : crier, faire du tapage, vitupérer, invectiver, terroriser, enrager, menacer, flatter, calomnier, provoquer, promettre ; ce qui vas aboutir tôt ou tard à la révolte, les émeutes, la misère et le sang, les incendies, les larmes et la dévastation. Ce sera un vrai plaisir pour le républicanisme et son principe du chaos, soit la tempête des esprits, l’effervescence des espoirs en des « lendemains qui chantent », un orage de passions, et tout cela grâce surtout aux gazettes modernes si pleines de gazouillis en Novlangue.
La pagaille fonctionne aussi parfaitement du côté de la médecine : depuis quelle existe, et surtout avec l’apport de la chimie moderne, il n’y a jamais eu autant d’êtres humains mourants et désespérés. Rendez-vous compte, cette médecine faisant dans le tout confort et tout assurance, allant même jusqu’à prédire qu’un jour il sera interdit de mourir, parce que la peur de la mort ne concerne que le corps, et la pagaille consiste à ne reconnaître que le corps ; pensez-donc, la laïcité est à la mode, donc c’est le temporel, le corps ou l’ego qui dirige tout ! La mort sévit uniquement dans la partie physique tant que les forces matérielles sont les winners, soumettant à leurs principes du républicanisme et de laïcité le principe divin de l’existence ; seul le corps redoute la souffrance et la mort…
 
Les institutions du régime républicain s’assurent que tous les êtres humains jouissent vraiment de la LIBERTÉ, c’est-à-dire qu’ils peuvent se taper dessus à coups de mots/maux et autres projectiles à volonté et en toutes saisons. Pour protéger ses « valeurs », les institutions de la république disposent de l’ordre public et de la paix universelle, les outils principaux de la pagaille.
Pagaille qui se traduisait il y a peu par : « À bas les ministres ! À bas le roi ! Vive la liberté ! Vive la république ! Vive Lafayette ! Vive Napoléon ! » et l’insurrection commença à Paris en France : la manipulation par le bas.

La pagaille de l’étatisme républicain déboucha vers le début du 19è siècle sur la « démocratie », soit l’instauration de l’autocratie du bas peuple en Europe occidental, là où tous les humains sont rois. Il y en a même qui proposèrent que désormais, tous les individus pouvaient signer sur une lettre : « J’ai l’honneur d’être votre bienveillant souverain », et que seul le roi pouvait signer : « Votre très humble serviteur ». Tout compte de bourgeois fait, c’était la NAISSANCE DU ROMANTISME, dont tout le monde sait que la règle principale est que tout soit étrange et inversé (le romantisme qui va donner aussi le marxisme…).
Une autre particularité du romantisme, donc de l’histoire à dormir plus ou moins debout, est cette sorte de travaille du chapeau : il faut se creuser la tête sur chaque phrase pour en trouver le sens, si tant est qu’elle en ait un, ce qui va de pair avec le renouveau de l’occultisme en ce même début du 19è siècle.

Il n’échappe à personne que « réfléchir en lisant » éloigne de l’Instant !!! Car le romantisme est le style des révolutionnaires, des terroristes, des déprimés, de ceux qui veulent « sauver le monde ».
 
En un sens, la démocratie est terriblement ingénieuse, un vrai travail du chapeau et de perruques poudrées : le peuple placé comme roi à la place du roi, il fallait le faire ! Car cela n’a aucun sens, et c’est pour ça que c’est génial ! Cela va engendrer la PAGAILLE que nous connaissons depuis 1789 : plus aucun repère ; avec le règne de l’opinion les gens se battent entre eux, se fusillent ou se coupent la tête entre eux, jusqu’à ce que le peuple soit devenu souverain, c’est-à-dire qu’il veut tellement la liberté qu’il ne fait plus rien de potable. Autrefois il fabriquait de magnifiques dentelles, des meubles ouvragés et moult objets de la vie de tous les jours. À présent; il ne fait plus rien de lui même mais achète dans la production du quantitatif à la solde de la finance internationale dont le siège est à la City de Londres.

La plus sublime des pagailles :
Les gens se battent, s’égorgent comme des animaux sauvages pendant des jours sans discontinuité ; le sang coule à flots dans les rues, les maisons flambent, les trottoirs se remplissent de cadavres, et personne ne sait vraiment à quel propos ! Si, un seul semble arrêter le sang : lancez le mot « démocratie », et vous obtenez une cautère sur jambe de bois.
Les spécialistes en pagailles en tous genres sont certains « élus », d’abord par eux-mêmes ou par d’autres qu’ils auront acheté, ou par Dieu, ce qui revient au même ! Ces spécialistes en pagaille sont si doués que l’étatisme sera contraint d’instaurer l’état d’urgence.
Mais la plus sublime des pagailles est sans contestation possible celle des fameuses « universalité » où chacun veut son « Dieu », son ROI, son Absolu à lui. La pagaille provient donc de ce qu’il ne peut pas y avoir plusieurs universalité(s), et la lutte entre ces pseudo-universalité(s), comme par exemple le voudrait la république, est impitoyable, meurtrière et sanglante (voyez il n’y a pas si longtemps la Guillotine… le Goulag… ) Les « ismes » sont donc des sources de pagaille.

Le SOCIAL, voilà aussi un grand principe de la pagaille, voyez ce qu’il se passe au niveau « éducation nationale » ! Et de nos jours de « peuples roi » il y a de plus en plus une nette séparation entre les fabricants (quelques-uns ou même un seul) et les fabriqués (nous tous, les millards de Terriens). Cela annonce une pagaille monstrueuse à venir.
En effet, le social c’est la sorcellerie de l’après 1789. Sorcellerie qui commence son œuvre tout au long du 19è siècle et va jusqu’à contaminer Karl Marx, Sigmund Freud et jusqu’aux modernes behavioristes ; ces gens qui divisent totalement en sujet qu’ils observent et eux-mêmes se voulant extérieurs au sujet qu’ils observent. Il foutent une vraie pagaille parce qu’ils voient leurs frères et sœurs humains comme des entomologistes devant des insectes ! Ils sont tentés par la possession d’une science qui leur permettra de posséder l’objet de leurs études, donc des humains, pour ensuite les manipuler, les former selon leur science qui n’est qu’opinion ou fantaisie de verbiage qui se prétend « raison ». Ce sont des dictateurs qui sont aussi maîtres pour foutre la pagaille partout. Ce principe de dictature et de pagaille se retrouve chez Karl Marx qui prétendait que la géométrie mental de l’individu est le produit de son milieu. Ainsi fabriqué par les seules contingences sociales et historiques (le temps qui coule) dont il n’a pas à décider et discuter, l’individu doit vivre dans ce temps en géométrie de la ligne droite entre un passé et un futur. Le souvenir même lui est interdit : voyez ce qu’il se passe pour les « révisionnistes » et ceux qui ne sont pas d’accord sur l’invention des chambres de Van Helmont. Ainsi le souvenir sera interdit au fabriqué, seul le dictateur et fouteur de pagaille s’accorde la possibilité de boucler le futur sur le passé. Seul le meneur ou « élite » a droit au ‘Je’, au Soi.

Dès que l’on naît, la pagaille commence.
Ainsi la pagaille c’est chacun de nous, bien plus qu’un système politique. Pensez-donc, dès la naissance il s’agit de la « reconnaissance » de soi, le ‘je’, qui est déjà un paradoxe, puisqu’il s’agit de saisir ce qu’il est impossible à saisir, et que la prise en charge de soi-même, le « connaître toi-même par toi-même » réside paradoxalement dans le renoncement même à cette prise en charge : PAS DE BUT À ATTEINDRE. Alors, ça implique une sorte d’exorcisme : l’exorcisme du REFLET, LE REBIS, qui met un obstacle à l’existence de l’unique et exige que cet unique, l’UN, ne soit pas seulement LUI-MÊME, et RIEN D’AUTRE. Pas de Soi qui ne soi que Soi, pas d’Ici qui ne soit qu’Ici, pas de Maintenant qui ne soit que Maintenant ! Le REBIS (le deux fois) en veux toujours plus, c’est la mortelle Croissance qui veut tuer l’UN ou Soi, le temporel ou laïcité qui veut tuer le spirituel au profit du quantitatif, de la consommation ou brûlage, C’EST-À-DIRE AU PROFIT DE CE QUI N’EXISTE PAS, DONC AU REFUS DE LA VIE ET NE CONSERVER QUE LES ILLUSIONS, LE CONFORT, LE SÉCURITAIRE. ÉLIMINER LE REBIS ET C’EST LA PANIQUE, la PAGAILLE.
 
 

Dernière mise à jour : 10-04-2016 00:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >