Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Religion : LE MONDE DU TOUT CONNECTÉ
Religion : LE MONDE DU TOUT CONNECTÉ Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-04-2016 22:56

Pages vues : 2743    

Favoris : 402

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
coeur_chouan_tr_brigands.jpg
 
 
Nouvelle religion : LE MONDE DU TOUT CONNECTÉ
Les masses sont non seulement connectées,
agglutinées (faussement car grégarisme) entre-elles,
mais aussi tels des robots-pots de fleurs !
Nouvelle religion dépendante de la technique,
donc de L’ARGENT et de ses banques
qui est la religion principale.
L’étatisme se veut connecter les humains
pour mieux les contrôler.

Le « social » de cette civilisation marchande.


Le « tout connecte » ou mode du « social », la moderne trinité judéo-maçonnique et du criminel Turreau : « liberté-fraternité-égalité-ou la mort », donc tout dans le spatio-temporel.
 
Plus on est connecté et moins on communique !!!
 
Bienvenue dans ce monde où sous l’influence de cette religion de l’argent l’être humain est en phase de se transformer en objet, même si c’est en « nanomachin » (1). Il y a grande perte de la Tradition ou RACINE (voyez les romans d’Isaac Asimov : Fondation , quand les humains de ce futur s’interrogent sur leurs racines la Terre).

Pages sur le GRÉGARISME ou connexion en dessous de la ceinture :
- GRÉGARISME = MANIPULATION MAXIMALE
- Grégarisme ou singerie du spirituel
- Grégarisme-Socialisme

Le « tout connecté » du républicanisme commence avec le vol des biens de l’Église par l’étatisme républicain, qui était jaloux de l’influence du christianisme sur les peuples et voulait instituer sa « nouvelle église » ou son futur « tout connecté », son SOCIALISME.
 
 
RELIGION : de relier, comme l’étymologie lire : parcourir, suivre une piste, une lumière, ramasser ou cueillir, donc RACONTER ou LIRE, ce qui donnera les religions du Livre.
Le phénomène technologique « réseaux sociaux » et de cette nouvelle judéo-maçonnerie spéculative et de l’informatique CONNECTE TOUT (y compris maintenant les pots de fleurs qui chercheront tout seuls leur meilleure lumière et rentreront à la maison s’il fait trop froid ; même les matelas sont connectés pour détecter s’il y a adultère… J’oubliais, on connecte aussi son chien pour savoir par exemple s’il fait bien de l’exercice… ou s’il a soif… ). Tout devient ROBOT et MERCANTILISME. C’est le « progrès », à l’indéfinissable en géométrie de la ligne ou évolutionnisme, cette nouvelle religion hyper matérialiste amorcée dès la Renaissance et qui explose depuis 1789 et tout au long du 19è siècle, et jusqu’à nous, c’était déjà en germe dans l’Encyclopédie de Diderot, quand on regarde les planches gravées illustrants des techniques et métiers, pour appuyer la découverte de la fameuse « raison », soi-disant « nouvelle autonomie » ou nouvelle libération des méchants dogmes de l’Église de Rome et des méchants Rois.

LE TOUT CONNECTÉ : MISE EN PLACE DE LA LAÏCITÉ (religion à l’envers et maintenant nullement « séparation de l’Église et de l’État » car de nos jours ça signifie le soutien des cancéreux du pouvoir à l’exercice des religions autres que chrétienne : voyez le judaïsme et l’islamisme, conséquence de l’effet de la judéo-maçonnerie spéculative genre GODF ennemi du christianisme).

Le « tout connecté » devait commencer avec le christianisme et sa datation de « l’ère chrétienne », avec l’avatar du calendrier républicain en 1792, et sous Charles V la même heure pour tout le Royaume de France, début du business en gros oblige.
Le mot CITOYEN est symbolique du tout connecté en forme de laïcité devenu « spirituelle ». En URSS le Citoyen sera remplacé par le mot « Camarade » (et interdit aux contre-révolutionnaires). La « république » est évidemment le « tout connecté » (genre mère-patrie) grâce à ses « valeurs » remplaçant celles de l’Église d’antan.
Bien plus, LA PEUR, LA TERREUR se veulent les armes du pouvoir pour le « tout connecté » : « Il faut gouverner par le fer ceux qui ne peuvent l’être par la justice », proclame Saint-Just. Comme en URSS des Lénine-Trotsky-Staline, en 1789 celui qui refuse de se soumettre à l’étatisme du régime républicain devient un « terroriste » et donc un condamné à mort (on déguise aujourd'hui sa condamnation à mort par moult « bavures » de « service d’ordre »).

Évidemment le « socialisme » ou le « tout connecté » de la folie technologie VA À L’ENVERS du vrai connecté qui vivait au Moyen-Âge.

Le « tout connecté » du Moyen-Âge tombe en 1215 au 4è Concile du Latran dans la dictature : obligation une fois par par an pour tout chrétien de se confesser. C’était déjà un mini Big Brother : prédicateurs et confesseurs cherchaient à capter la nouvelle société en formation là où émergent nombre de villes, à cause du développement de la religion de l’argent, donc du CALCUL et du social qui se développe avec les corporations, la confrérie, la famille remodelée dans les pratiques dévotionnelles en forme de nouveau confort. La religion de l’argent était déjà dénoncé au Moyen-Âge dans la cupidité des chevaliers tournoyeurs (les tournois font la partie de la vie mondaine et sociale, comme les foires et le début de l’entertainment moderne), et autres hommes de guerre vaniteux experts en rapines tout azimut. On y dénonçait déjà la cupidité « péché des bourgeois et des marchands », donc ceux qui ne produisent pas. Pour les gens de guerre et certains chevaliers, la rapine était le moyen de ne pas travailler à la sueur de son front : il leur était si aisé de se procurer par le sang ce que d’autres devaient cultiver et moissonner (voir Tacite, Germania XIV-XV). Le travail manuel était lié à la Chute, et de nos jours de laïcité, on veut retrouver le Paradis à travers le tout robotique, autre forme d’aliénation !

Mercure (Hermès), Dieu des marchands et du commerce et protecteurs des voleurs porte des AILES à ses sandales signifiant le déplacement rapide (comme l’argent et les marchandises) ; les flots d’avions transportent maintenant rapidement les marchandises, et les algorithmes robotiques des traders de Wall Street circulant à la nano-seconde de l’informatique leur permettent tous les trafics et arnaques possibles. En Alchimie Mercure = Solution (sens de non-dualité). Hermès-Thot = mental, ingéniosité.
Aujourd’hui beaucoup de gens veulent « s’envoyer en l’air » par moult moyens matériels ou mental, puisque soi-disant nous serions en « démocratie » et « libre »… et que nous formerions le « social » (la fraternité sans spiritualité).
Si les ailes peuvent signifier le « tout connecté » elles peuvent aussi fondre au Soleil si elles sont en cire, et alors c’est la chute ! Le sens premier des ailes est l’envol de l’âme ou UNE EGO SUBLIMÉ-DÉLIVRÉ. Les ailes aux pieds figurant le matérialisme du business et sa circulation, ses échanges, sont bien-sûr à distinguer des « ailes attachées » sur le dos des Anges ! Des ailes au talons indiquent le VOYAGE comme voyage l’argent et son commerce et sa finance. Les pieds peuvent puer mais l’argent « n’a pas d’odeur »… Les ailes attachées aux omoplates entrainent l’ensemble de l’individu, bien plus qu’un futur skateboard à antigravité pour mieux s’envoyer en l’air ! Achille était vulnérable du talon, et le Scorpion et le Serpent piquent au talon le plus souvent. Le talon est la base de l’humain, s’il le talon est atteint, l’humain tombe.

D’un autre côté le pied touchant le sol est comparable à une RACINE. On dit aussi « prendre son pied », ou « être dans ses pompes », etc. etc… Le Roi est sur un PIEDestal et le « trône » c’est aussi la cuvette des toilettes pour se vider ventre et vessie (la merde a un rapport avec l'Or métal).
Le trône est aussi identifié à la science divine ! et le « Seigneur du Trône » est un des noms donné le plus souvent à Allah dans le Coran !!! Notez que Trône sonne proche de TROU… et que le « tout connecté » renvoie au TROUPEAU. Ainsi en ces temps de républicanite aiguë pestilentielle il est salutaire de SORTIR DU TROUPEAU : plus un être humain est capable de vivre en solitaire, donc dans son état SINGULIER OU ORIGINEL, en dehors d’un parti politique, en dehors du grégarisme et opinion d’un groupe (comme « nuit debout »), et plus il devient « Je suis ce JE SUIS » ; il cesse d’être un humain parmi d’autres humains, en devenant une PERSONNE, qui fera transcender le dilemme multi-millénaires individualisme-collectivisme, problème majeur de toute politique mondiale depuis les 10.000 ans de cette voie de l’Agriculture.

« Le ‘Je’ vécu dans la plénitude du sentiment océanique [le Tout] n’est pas une partiellité à côté d’autres. Il est n’est pas non plus perception d’une collectivité, d’une multitude. Il est au-delà des accidents et de la quantité cosmique. Il est essence pure [il est dans le véritable INFINI] », écrit Jean Coulonval. Il ajoute :
« Et ce ‘Je’, dans la non-différenciation du sujet et de l’objet s’efface aussi l’opposition de l’individuel et du collectif qui est la toile de fond de tous les conflits politiques (…) Le ‘toi’ et ‘moi’ sont transcendés dans le ‘Je’ qui les unifie par TRIANGULATION. C’est dans le ‘Je’ que se réalise ce que l’Église appelle la communion des Saints. Ce qu’explique le Christ en disant = Je suis le cep (‘Je’) et vous êtes les sarments (Moi, Toi, Nous, Vous).  
Il ne m’est arrivé que deux fois de vivre cette plénitude. Elle se réalise par-delà le temps de l’horloge, dans un Instant qui n’est pas du temps temporel, mais 100 ans de temps d’horloge ne valent pas un seul de ces Instants. Ils sont inexprimables parce que parler implique un sujet exprimant et un objet exprimé. Or, dans ces Instants, c’est le non-différencié, la non-dualité, la non-pluralité. Je puis dire ce qu’ils ne sont pas, je ne puis dire ce qu’ils sont, sinon qu’ils sont plénitude vécue. C’est un fait vital dont ne rendront jamais compte les électrodes sur le cortex cérébral, ni les observations d’entomologistes des cinglés de sciences sociales. Le plus surprenant, c’est que ces imbéciles font prime sur le marché universitaire et disposent de budgets énormes [à cause de ce grégarisme et mode du social issue de 1789] ».

Donc l’humain de troupeau, du « tout connecté » s’inscrit parfaitement comme un ASSISTÉ PAR LA MACHINE : il est non seulement prisonnier du troupeau mais aussi de la machine informatique EN RÉSEAU. Il a besoin d’une FILIATION, besoin de sentir autour de lui bruits et agitations de la vie « moderne » ; les autres humains du troupeau le rassure ; de la même façon que le mouton a peur quand il est seul. LE TROUPEAU C’EST LE MONDIALISME, LE NOUVEL ORDRE MONDIAL, LÀ OÙ IL NE DOIT Y AVOIR QU’UNE SEULE TÊTE, SINON : « TERRORISTE », « ENNEMI DE LA LIBERTÉ ». Le TOUT CONNECTÉ SYMBOLISE ET PRÉCIPITE L’HUMAIN DANS UNE PERVERSION DE LA VOCATION SOCIALE DE L’ÊTRE HUMAIN, AINSI QU’UNE PERVERSION DE LA VOCATION HUMAINE DE LA VRAIE CIVILISATION : LE QUALITATIF.


Le social avant 1789 au duché de Retz, à Machecoul.
Duché de Retz qui appartenait au marquis de Brie-Serrent, qui l’avait acheté en 1778 du duc de Villeroi.

On y trouvait grain et foin en abondance, quelques vignobles, entremêlés de bois, le sol y était assez bon, les habitants étaient honnêtes, affables et industrieux, aimant les arts et les sciences. En où les communications se réduisaient à la vitesse du cheval, quelques milliers d’âmes suffisaient à former un village, une ville, donc comme un petit pays où les intérêts et les goûts des différentes individualités trouvaient leur épanouissement. Ces petits centres étaient comme de véritables PETITS PAYS AUTONOMES.
Le pays de Machecoul comportant 3600 « communiants » répartis entre deux paroisses. Il y avait un collège, un hôpital, trois couvents, dont l’un de l’ordre de Saint Benoît, l’autre des Capucins, le troisième de Bénédictine du Calvaire, il y avait aussi une société littéraire pourvue d’une bibliothèque.
La bourgeoisie se composait de propriétaires vivant de leurs revenus, et d’officiers publics exerçant les charges judiciaires et des finances, si nombreuses alors.

Le commerce, hormis celui des blés, dont Machecoul exportait chaque année plus de 1200 tonneaux, était fort peu de chose ; aucune industrie spéciale, si ce n’est un établissement charitable, où l’on occupait les femmes sans ouvrage à filer le coton.
La « politique » n’intéressait personne, mais les gens s’intéressaient à la philosophie. En dehors de Machecoul, l’immense majorité du peuple se composait de Paysans, avec ça et là quelques propriétaires, nobles ou roturiers isolés sur leurs terres.
En résumé, il régnait encore un parfum de Féodalité. La Vendée était par excellence le pays du « tout connecté » à l’Église de Rome.

Le « gentil social » de Machecoul, celui des « brigands » (les actuels « terroristes ») fut détruit par les républicains (entendre « les patriotes ») le 22 avril 1793. En ce temps républicain il fallait se convertir à l’étatisme (entendre « la nation », ou « la patrie »), et nombre de gens pour sauver leur peau criait « Vive la nation ! », et il fallait comme laisser-passer accepter de porter la cocarde tricolore et prendre le pavillon tricolore ; pendant que d’autres criaient « Vive le Roi ! ». De nos jours c’est la guerre d’opinion entre la « droite » et la « gauche » ; on sauve sa peau en consommant et c’est plus confortable… !
(Référence à Machecoul, 1788-1793, par Alfred Lallié, Études sur les origines et les débuts de l’insurrection vendéenne dans le pays de Retz, 1869).

Le « tout connecté » c’est les sentiments (sentir-ment ou ego remplit de confort « morale ») ; c’est l’Église et toutes les religions qui sont formes, accidents dans le spatio-temporel, le contraire du ‘Je’ ;  elles engendrent des géométries mentales sentimentales antagonistes produisant l’opinion, le savoir qui fait obstacle par ses mots/maux à la Connaissance. Le ‘Je’ c’est le CHRIST, ou le Réalisé qui vit dans la Vraie Réalité, donc au-delà du sentiment.

Note.
1. La Matière/Particule existe dans le contexte : c’est le composé/liaison ou événements ou changements. Il n’y a pas “vraiment” de constituants de base, par exemple dans le Taoïsme.
La Matière n’est pas une substance au repos, il faut la concevoir en Mouvement/Connexion/Événement : le Temps/Espace/Mouvement de Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux).
Déjà en son temps Savinien de Cyrano de Bergerac écrivait à propos du transport ou déplacement de personnes, que c’était un « échange de volumes », donc un phénomène du mental, comme l’exprime plusieurs fois Ramana Maharshi à propos de « voyages » dans ses entretiens ou enseignements, à savoir que la MASSE est une propriété acquise par la Correspondance des particules avec leur environnement (Masse-Matière).
Jean Coulonval écrivait qu’il ne peut exister un plus petit grain de Matière (sens Euclidien) Infiniment/non défini/petit, et Infiniment/non défini/grand = mêmes problèmes. D’après Jean Coulonval, dans la réalité, il ne peut exister de plus petits grains de Matière insécables, de corpuscule isolé qui serait un volume Euclidien. Ni à l’opposé un plus grand volume Euclidien qui serait la plus grande sphère possible contenant la totalité cosmique nageant dans un espace à l’infini.
 
 

Dernière mise à jour : 18-04-2016 23:40

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >