Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Kamen Rider Kabuto
Kamen Rider Kabuto Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-12-2008 00:48

Pages vues : 8259    

Favoris : 390

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Dramas, Japon, Kamen Rider Kabuto, Science-fiction

 
Kamen Rider Kabuto
仮面ライダーカブト
 
 
Sites en anglais :
http://en.wikipedia.org/wiki/Kamen_Rider_Kabuto
http://en.wikipedia.org/wiki/Kamen_Rider_Kabuto_(character)
DramaWiki : http://wiki.d-addicts.com/Kamen_Rider_Kabuto

Site en français :
http://drama-jinso.over-blog.com/categorie-1225921.html


Drama de Science-fiction en 49 épisodes diffusé au Japon sur TV Asahi en 2006-2007, sur un scénario original de Ishinomori Shotaro. Cela rappel largement la célèbre japanimation des années 1970 : Goldorak, presque dans les débuts de la télévision couleurs française (1968-1970).

Logline ou mini résumé :
Kamen Rider Kabuto raconte l’histoire de Tendou Souji (joué par Mizushima Hiro, voir le casting en fin de page car il a d’autres rôles). Il y a sept ans une météorite est tombé sur notre belle planète Bleue, et elle était contaminé par des « parasites » appelés Worms. Afin de combattre ces indésirables une organisation secrète du nom de Zect fut créée. (Secte ?!)
Éternel mouvement entre deux pôles...
 
 
Le pays du Transistor Levant et de la robotique à encore frappé : un univers de jeux vidéo, de fantastique peut s’imaginer au travers de ce petit résumé. Voyons voir ce que les Japonais s’envoient sur la rétine, et jouons le jeu afin d’être accepté par ce monde et ne pas être rejeté comme les Worms, même si encore une fois il y a délit de sale gueule envers les formes de vie venues de l’espace. Nous en sommes hélas ici et un peu partout encore au stade où les microbes sont a éliminer, tout comme les mauvaises herbes, sous prétexte qu’elles envahissent et emmerdent les humains. Merci Monsieur Pasteur ! Quand arriverons-nous a cohabiter en harmonie avec les formes de vie si petites que sont les microbes, virus et autres bactéries ??? Je suis persuadé que c’est possible... dans le futur !
Ainsi cette histoire commence le jour où tomba une météorite sur le quartier populaire et branché de Shibuya à Tokyo. Pire que le 11 septembre 2001, là il y a au minimum 200 000 morts.
 
 
Nos envahisseurs ici sont nettement plus gros que des bactéries : environ la taille d’un acteur humain Japonais. Plein de samouraïs à casque avec ouvertures pour les yeux en forme d’yeux de sauterelles, et équipés d’armes en forme de gros suppositoires, prennent place autour d’un bâtiment le long d’un quai. D’après ce que j’en comprend, ce sont des équipes de l’organisation Zect. Un des « samouraïs » trouve un gardien mort et englué d’une substance genre de ce que sécrète un insecte. Un des indésirables leur tombe dessus, il est mal accueillit ! Pour l’instant ça fait très jeu vidéo et hélas sans dégager quelque chose d’intéressant (à la minute 5 de l’épisode 1). Le Worm mis en scène est une copie de l’alien de Ridley Scott, avec un accoutrement mi insecte mi crustacé mi costume japonais ancien. Pendant 8 minutes il n’y a que de l’action, tout comme les films porno ou on se fout du scénario et où seul compte les scènes de culs. L’action marque enfin un silence en la forme de la présentation du beau Tendo Soji (joué par Mizushima Hiro). Nous découvrons l’intérieur de sa datcha et sa sœur pour laquelle il a préparé la soupe. Comme le sujet est en principe l’action, on le voit entretenir son véhicule ou son corps si vous préférez, au travers de divers exercices sportifs. Je pense que l’entraînement de son esprit est déjà effectif.
 
 
Ensuite nous suivons un instant un des membres de la Zect, déjà entrevue au début : Kagami Arata (joué par Sato Tomohito). Une jeune femme lui présente la première arme anti-Worms. Il s’agit d’une « ceinture de Rider », sur laquelle repose le sort de toute l’humanité, c’est Tendo qui le dit. Je prévois qu’il doit sortir des étincelles ou un genre de rayons de ce truc là, un taser en plus moderne ! C’est-à-dire une force de 10 élevé à la puissance 10 élevé à la puissance 100 par exemple. En notation décimale positionnelle classique, il faudrait autant de volumes genre encyclopédie qu’en contiendrait une sphère de plus de dix milliards d’années-lumière ! Il faut bien ça pour les Worms.
Curieux, une jeune femme est capable de sentir les choses malades, aussi bien vivantes qu’inanimées, comme une moto avec un clou planté dans son pneu par exemple. Cela me rappel quelqu’un... Mais on ne la retrouve pas aux épisodes 2, 3, 4 ?
Pof ! L’action à la Alien repart : deux inspecteurs de police sont victimes d’un contaminé par les Worms. Pratique : il peut prendre la forme de celui qu’il a attaqué. J’ai déjà vu ça plus d’une fois ! Et c’est reparti pour les soldats de la Zect et leurs suppositoires cracheur de feu contre le Worm transformiste. Kagami veut se servir du « système Rider », le QG le lui autorise, Kagami passe ça à sa ceinture : c’est la phase Henshin. Si je comprend bien il devient alors un Rider.
Mais mais mais, Tendo intervient : il veut redessiner le futur de ses mains ; à lui de protéger son prochain tel un boy scout de Baden-Powell, et là ça va chier ! Le pauvre Worm va en voir de toutes les couleurs : d’abord il a bobo, puis il explose en une gerbe de lumières bleutées.
 
 
C’est là qu’arrivent les carabiniers, pardon les patrouilleurs de la Zect. Ils arrivent quand tout est fini !
Fin du premier épisode. Rappel : il y en a 49 ! Kamen Rider Kabuto s’adresse aux pré-adolescents mais leur montre un univers de fête foraine virtuelle d’un vide sidéral. Normalement le vide attire le plein, mais à ce stade, je ne vois pas hélas ce que cet entertainment peut leur apporter d’enrichissant ! J’adore la Science-fiction, aussi bien en films qu’en livres, mais là je suis déçu. Peut-être qu’au deuxième épisode ?

Deuxième épisode : il semble se poindre un peu de poésie contrebalancé par des choses terre à terre dans ce monde de Mecha. Par contre, au « Bistrot Lasalle », menu Français SVP, va y avoir de la bagarre : des types se permettent de fumer en mangeant. Résultat, ils se font jeter dehors par Tendo. C’est vrai, comment on peut fumer et manger en même temps ? Quelle honte ! comme dit Tendo.
Après, sur des chœurs angoissants en bande son, on replonge dans la menace des Worms. Et tout de suite après : retour au Bistrot Lasalle, où tout en mangeant Tendo parle cuisine. Kagami Arata vient le rejoindre.
 
 
Je vous renvoie au site WikiDrama pour la technologie, car je m’y perd un peu, cependant je comprend que Kagami et Tendo se serve d’une autre « arme », petit engin tenant dans la main, autonome et volant, obéissant plus ou moins aux deux héros et portant le doux nom de : Kabuto Zecter. Mais c’est pas gagné, car le Zozo semble capricieux et obéis vraiment à celui qui en a besoin. Avec la démo à l’appuie on voit qu’il suffit de le glisser dans la ceinture de Rider. Ça vous donne alors un de ces looks ! C’est-à-dire que le héros voit se construire une armure autour de son frêle corps. Alors si le Zozo, pardon le Kabuto Zecter va à Tendo, le pauvre Kagami se retrouve seul face à des Worms affamés de chair humaine. Je plein les acteurs qui ont dû revêtirent les costumes caoutchoutés des Worms couleurs haricots verts ! Ceux-là quand ils meurent disparaissent dans une lumière couleur épinards. En tous les cas, bravo aux Worms, car je pense qu’ils sont végétariens.
Tendo m’inquiète, il se comporte comme un salaud, au pire comme un fasciste : Le monde n’a pas besoin d’un guerrier tel que toi, lance t-il au pauvre Kagami éberlué.
 
 
Bon, ba c’est là, et par la bouche de Kagami que nous apprenons que la ceinture et le Zecter volant forment : le système Masked Rider et que ça peut combattre en Clock up : l’armure se transforme. Ça me rappel tout à fait Goldorak et son Maxi Rétrolaser, mais comme ici c’est plus moderne puisque nous sommes tout de même en 2006 (date du tournage du drama), l’arme se renforce d’une accélération du temps uniquement pour le porteur d’icelle et de son adversaire. J’allais oublier ! à ce stade de mutation, Tendo porte le nom de Kamen Rider Kabuto.
L’accélération du temps se fait à chaque fois qu’il crie : Clock up ! Ba oui ! plus de chronologie... Et pour la remettre, criez : Clock over ! Avec l’accent japonais il y a un je ne sais quoi !
A la fin de ce deuxième épisode Goldorak sort son Météopunch, pardon Tendo, pardon Kabuto sort son  Rider Kich. Un vrai super marché à lui seul ce Kabuto. Et là... éclair bleuté pour le pauvre Worm.
 
 
Troisième épisode : pas bon pour une équipe de la Zect : tous dégommés par un seul Worm couleur haricot vert, avant transformation en un beau militaire japonais. Et comme dans l’épisode deux, on se retrouve au Bistrot Lasalle en compagnie de Tendo et Kagami discutant cuisine, surtout du Miso au maquereau. Sadique ce Tendo, il termine son plat de Miso et n’en laisse pas une miette à Kagami, il n’y en a plus en cuisine.
Par la suite le beau Kagami est appelé par la secte, pardon la Zect, il y a un problème ! C’est Kagami qui s’y colle, puisque Tendo est encore en train de manger ou de penser à un maquereau. Il va grossir ce jeune homme et ne pourra devenir le « Centre du monde », comme il dit.
En ce qui concerne le Rider Quick, comme son nom l’indique c’est du rapide, alors pourquoi Tendo ne l’utilise pas tout de suite ? On aurait droit aux beaux éclairs verdâtres des Worms mourants dès le début, mais évidemment, ça ferait des épisodes trop courts !
 
 
Quatrième épisode : après s’être battu contre Kabuto, un Worm s’envole. Celui là est de couleur miel, ou guêpe, donc il peut voler. Réglé comme du papier à musique, on commence encore par la bouffe au Bistro Lasalle, pour se poursuivre chez Tendou et sa sœur, Kagami est invité, il va pouvoir goûter la cuisine du « chef » Tendou. C’est vrai que la gastronomie japonaise n’a rien a envier à celle de la France ou de l’Italie. Nous sommes certainement plus riche en fromages, en vins. Je me demande comment Kagami va digérer son repas tant il s’empiffre comme un cochon du fameux Miso au maquereau.
Dans cet épisode on s’intéresse au frère de Kagami qui aurait disparu, tué par un Worm d’après Kagami. Il l’a vu dernièrement et a discuté avec lui. Alors, est-ce son vrai frère ? Kagami s’est engagé dans le Zect pour venger la disparition de son frère...
Rider Quick et Clock over calibrés à 4 minutes avant la fin viendront à bout d’un Worm à couleur de guêpe. Ne ratez pas cet épisode, mine de rien il y a de l’émotion, chose rare dans Kamen Rider Kabuto. Comme si ce n’était déjà pas évident l’amitié entre Tendou et Kagami, ici elle naît pour se transformer en fraternité, et cela, ponctué par un symbole cher à Kagami. C’est déjà plus intéressant que les castagnes entre Rider et Worms. La suite au prochain numéro comme on dit dans les feuilletons.
 
 
Tout de même une étoile pour Kamen Rider Kabuto, les acteurs sont beaux, c’est sympa, naïf ou bon enfant ; la violence ici à mon goût n’en est pas vraiment et ressemble non seulement aux jeux vidéo mais aussi aux fêtes foraines, dont d’ailleurs le cinéma était l’une des attractions à ses débuts. Cela reste hélas un « produit » industriel télévisuel creux, et je ne regarderais pas les 49 épisodes ! Il en faut bien 49 pour tuer tous les Worms.
Le public visé est plutôt les garçons et peut-être dans une tranche horaire qui leur est réservée, puisque la pub sur le générique concerne Bandai, fabriquant de jouets et de logiciels. Plutôt que les grosses motos et les mécaniques graisseuses, peut-être que ce drama peut intéresser les garçons qui veulent devenir chef cuisinier ou monter un restaurant dans l’esprit « Bistro », ou « Trattoria » à l’italienne ou l’on peut déguster des nouilles extraordinaire pour pas cher dans n’importe quelle Trattoria, je n’exagère pas. Allez trouver l’équivalent dans la qualité et pour pas cher à Paris en bistros par exemple. Là il y a des places à créer !
J’ai aussi envie de dire que l’atmosphère de Kamen Rider Kabuto est « très humain ».

Michel Roudakoff
 
 
 
 
 
 
 
 
CAST
Mizushima Hiro dans le rôle de Tendo Soji / Kamen Rider Kabuto / Kamen Rider Dark Kabuto

Sato Tomohito dans le rôle de Kagami Arata / Kamen Rider Gatack

Tokuyama Hidenori dans le rôle de Yagurama So / Kamen Rider Kick Hopper / Kamen Rider TheBee 1

Uchiyama Masato dans le rôle de Kageyama Shun / Kamen Rider Punch Hopper / Kamen Rider TheBee 2

Kato Kazuki dans le rôle de Kazama Daisuke / Kamen Rider Kick Drake

Yamamoto Yusuke dans le rôle de Kamishiro Tsurugi / Kamen Rider Sasword

 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
kamm1.jpg
kamm10.jpg
kamm11.jpg
kamm12.jpg
kamm13.jpg
kamm14.jpg
kamm16.jpg
kamm17.jpg
kamm18.jpg
kamm19.jpg
kamm2.jpg
kamm20.jpg
kamm22.jpg
kamm24.jpg
kamm25.jpg
kamm27.jpg
kamm28.jpg
kamm3.jpg
kamm30.jpg
kamm31.jpg
kamm34.jpg
kamm35.jpg
kamm38.jpg
kamm4.jpg
kamm40.jpg
kamm42.jpg
kamm43.jpg
kamm45.jpg
kamm46.jpg
kamm47.jpg
kamm48.jpg
kamm5.jpg
kamm8.jpg
kamm9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 13-12-2008 02:42

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >