Accueil arrow News arrow Dernières news arrow République française = crimes contre l’humanité
République française = crimes contre l’humanité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-04-2016 22:22

Pages vues : 2660    

Favoris : 417

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
jacques_cathelineau460.jpg
 
 
République française = crimes contre l’humanité
La république française en est son principe
car elle donne naissance à :
- le génocide vendéen
- la révolution russe de 1917
- le génocide arménien,
- les drames de la seconde guerre mondiale
- le génocide perpétré par les Khmers rouges,
etc.
Voilà le modèle républicain français
et ses « valeurs » qui sert
à notre monde actuel et qui
servit aux totalitarismes comme celui
de l’URSS et son institution du Goulag.
 
 
Proposition aux gouvernements français et israélien : une rue Adolf Hitler à Paris (Adolf-Hitler-Straße par exemple à Berlin), une rue ou même une place Heinrich Himmler à Jérusalem. Ce sera de juste « raison » et de son « siècle des lumières » puisque tout est désormais à l’envers contaminant le monde !

GÉNOCIDE : destruction voulue et méthodique d’un groupe de populations et en peu de temps, ce qui s’applique aux Vendéens, par une oligarchie cancérisée par le pouvoir. Pour les Vendéens on peut même parler d’ETHNOCIDE, tant ce peuple et ce pays avait presque son SOI (voir plus bas). L’ethnocide moderne commence avec la chrétienté et ses Conquistadors destructeurs des Peuples du Soleil à la Renaissance.
 
Depuis l’ère chrétienne le républicanisme des « lumières » est LE PRINCIPE DU GÉNOCIDE DE CEUX QUI NE SONT PAS DANS SON CAMP (ceux qui ne sont pas les winners). La république française est d’autant plus coupable qu’ELLE LÉGALISE SON CRIME CONTRE L’HUMANITÉ. La racine du crime contre l’humanité au sens de l’ère chrétienne se trouve à la Convention, temple de la tyrannie de l’opinion, comme son nom l’indique par « convention », donc par forçage à croire à l’opinion de certaines grandes gueules : les meneurs, les têtes d'œufs qui se déclaraient « représentants du peuple » ! Comme c’est tout confort pour eux !
Ce sont ces meneurs qui ont tout déclenché, c’est-à-dire les membres du Comité du « Salut public » (nouvelle Église singeant le Salut des religions du même Salut lui aussi « public »). Ce comité fut imité par les Juifs bolcheviques de 1917 en Russie sous d’autres noms, mais le principe était le même : exterminer les contre-révolutionnaires, ceux qui ne pensent pas comme les têtes d’œufs, les meneurs.

Depuis les 2000 ans de l’ère chrétienne (sans tenir compte du comptage selon le récentisme), c’est la première fois qu’un génocide sera le fruit de meneurs qui se bombardent « représentants du peuple », agissent au nom de « principes nouveaux » (mercantilisme naissant et publicité obligent), et pour couronner le tout au nom des « droits universel » : les droits de l’homme, comme si ça n’avait jamais existé avant, et que tous les Anciens méprisaient ou ne savaient pas ce qu’était un être humain ! Darwin s’inspira probablement de ça pour son évolutionnisme !

La haine républicaine suinte à toutes les lettres des « représentants du peuple » comme les Carrier, Francastel, etc., les généraux Turreau, Westermann, etc. et tous ces responsables militaires, politiques et administratifs qui vantaient leurs exploits génocidaires en des lettres remplit de mots chargés de haine. C’est cette même république qui veut « lutter contre la haine » et « contre le terrorisme ». Cette même république ignorante du principe déjà énoncé il y a plus de 2000 ans dans le Nag Hammadi, NH II, 2 Évangile de Thomas, Logion 26 : « Jésus a dit : « La paille qui est dans l’œil de ton frère, tu la vois, mais la poutre qui est dans ton œil, tu ne la vois pas. Lorsque tu auras rejeté la poutre de ton œil, alors tu y verras pour rejeter la paille de l’œil de ton frère ». C'est la définition de la Super tautologie : "Je suis ce JE SUIS".
Encore une fois, C’est cette même république et sa « démocratie », ce même étatisme, qui parasite le monde entier.

Cette république parasitaire qui voulait faire « disparaître en peu de temps non seulement de la Vendée, mais de toute la surface de la république (sic) cette race impure » (race impure et son sang impure que l’on retrouve dans le violent et haineux chant patriotique et « hymne national » appelé « marseillaise » (vidéo en fin d’article, ils devaient avoir oublié leur diapason… il y souffle un vent mauvais).

Depuis l’ère chrétienne, le génocide vendéen est le premier CRIME LÉGAL. IL EN SERA DE MÊME AVEC LA RÉVOLUTION RUSSE, LES KHMERS ROUGES, ETC.

Avec le républicanisme français, L’INVERSION DE NOTRE TEMPS COMMENCE : les bourreaux deviennent les victimes, et les victimes les bourreaux, y compris au niveau des descendants des génocidés. C’est la définition même du MÉMORICIDE. Chose impensable chez le « peuple élu » ayant élevé son drame de la seconde guerre mondiale au stade de religion !
Depuis l’ère chrétienne la Vendée est le premier génocide, un peu en écho à l’extermination des Cathares, des dragonnades sous Louis XIV.

Mais le républicanisme n’a jamais été jugé ni inquiété pour son génocide, son colonialisme ensuite, et les êtres humains qui l’ont conçu et mis en œuvre N’ONT JAMAIS ÉTÉ SANCTIONNÉ, puis ces crimes ont été repris et appliqués savamment, cruellement, selon que sait le faire l’humain dans son fond pire qu’une bête, à cause de son mental, par le système de même nature comme le socialisme. Comment a-ton pu donner des noms de rues à des criminels comme Lazare Carnot, et un comble de sadisme républicaine : y compris en Vendée qu’il a exterminée ; des noms de lycées à Robespierre, etc. Tenez, pour être à la mode républicaine, une idée et proposition pour les meneurs ou oligarchie républicaine : IL FAUT À PARIS UNE RUE ADOLF HITLER ; et pour les meneurs sionistes je propose une RUE HEINRICH HIMMLER À JÉRUSALEM.

Pour l’étatisme français, symboliquement, pourquoi n’abrogent-ils pas les lois d’anéantissement et d’extermination des 1 août et 1er octobre 1793, votées par leurs prédécesseurs ? Pourquoi ce silence dans les médias étatiques et de l’enseignement, comme de cacher la saleté sous le tapis au lieu de le secouer au dehors ?
Ainsi parasité par la république et sa démocratie et ses élections, NOUS SOMMES TOUS COMPLICES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ ! Comment le républicanisme et ses « droits de l’homme » peut-il se donner en exemple ?
Dès lors, il ne sert à rien de pleurnicher auprès de la Turquie pour qu’elle reconnaisse un génocide envers des Arméniens. Dès lors, comment l’étatisme français peut-il prétendre encore « combattre le terrorisme » ou Daesh ? ou « lutter contre la haine » et le racisme ???
Pourtant ce même républicanisme contamine le monde, les gens sont totalement endormis… ils continuent de voter pour ce système…

Le destruction de la Vendée est même un ETHNOCIDE.

Le combat vendéen est d’abord un combat pour la liberté individuelle et l’égalité, et non un sursaut de défense de la part de monarchistes, comme voulurent le faire croire nombre d’emplumés universitaires et de politicards. 1789 et la judéo-maçonnerie spéculative n’avaient pas inventé leur trinité inscrite sur les instituions de leur régime.
Napoléon 1er écrit dans ses Mémoires : « La révolution avait touché juste en proclamant l’égalité. Les armées vendéennes étaient dominées par ce grand principe qui venait d’envahir la France et contre lequel elles se battaient chaque jour ».
Le conventionnel Dubois-Crancé décrit ainsi les Vendéens : « C’étaient les peuples les plus hospitaliers que j’eusse connus. Ils entendaient la justice et la raison lorsqu’elles leur étaient présentées avec douceur et humanité ».

1789 et son système liberticide et le modèle des 74 ans de socialisme en URSS : LA DICTATURE. Dans ce système liberticide quelques têtes d’œufs ou meneurs (les « représentants du peuple ») imposent partout leurs opinions-possessions et donc leur division, leur haine, leur enfer, comme l’interdiction de penser autrement qu’à travers leur ego, donc leur POSSESSION APPELÉE « VOLONTÉ NATIONALE » (raison d'État) que seuls ils se réserve le droit de jardiner ! Dès lors il ne peut qu’y avoir révoltes sous toutes ses formes, comme actuellement où c’est encore dans la douceur, mais pour combien de temps ?! LA TYRANNIE JACOBINE OU ÉTATIQUE ÉGALITAIRE NE PEUT QUE DÉBOUCHER SUR LA RÉVOLTE, PARCE QU’IL N’EXISTE PAS ENCORE LE RAYONNEMENT DU SOI, POURTANT QUI SOI-DISANT SE POINTA CHEZ UN CHARPENTIER NOMMÉ JÉSUS. MAIS IL Y A UN PROBLÈME DE CE CÔTÉ À CAUSE DES JUIFS TALMUDISTES, sinon, la catholicité rayonnerait partout dans le monde, y compris dans tout l’Orient, et serait l’unique spiritualité sans ÉGLISE, sans isme.
Nous sommes sur le chemin de 1789, avec aboutissement d’une dictature appelée Nouvel Ordre Mondial (ou Gouvernance mondiale).



Pour revenir à la Vendée, le soulèvement fut SPONTANÉ.
« On voit que cette guerre n’a pas été, comme on l’a dit, excitée par les nobles et les prêtres. De malheureux paysans, blessés dans tout ce qui leur était cher, soumis à un joug que le bonheur dont ils jouissaient auparavant rendant plus pesant, n’ont pu le supporter, se sont révoltés et ont pris pour chefs des hommes en qui ils avaient mis leur confiance et leur affection. Les gentilshommes et les curés, proscrits et persécutés, et qui d’ailleurs étaient ennemis de la cause qu’attaquaient les paysans, ont marché avec eux et ont soutenu leur courage ; mais aucune personne raisonnable n’a jamais pu imaginer qu’une poignée de pauvres gens sans armes et sans argent pourrait vaincre les forces de la France entière » (Marquise de La Rochejaquelein, Mémoires, 1823, que l’on trouve sur Gallica).

L’étincelle qui déclenche tout en Vendée ce n’est pas l’assassina de Louis XVI le 21 janvier 1793, mais la CONSCRIPTION (obligation du service militaire). Le républicanisme voulait recruter 300.000 hommes, mais étaient exemptés ceux-là même qui martyrisaient les peuples, dont les maires qui étaient fonctionnaires et qui sélectionnaient les conscrits selon leur opinion…
Cela va donner l’imbécilité suivante, comme par exemple : ENRÔLER DES RUSSES BLANCS DANS LES ARMÉES DES LÉNINE-TROTSKI-STALINE, OU DES RÉSISTANTS S’ENGAGER SOUS L’UNIFORME SS. Avec cette conscription l’insurrection était inévitable. La Vendée va se militariser et se préparer à un long conflit. Il y aura trois groupes :
- Le premier constitué par la partie non combattante, devant s’occuper des sols et entretenir l’élevage.
- Les deuxième et troisième groupes concernent les hommes en âge de porter une arme, soit dès l’âge de treize ans ; pour défendre les territoires communaux ou grossir les effectifs de l’armée catholique et royale en tant que permanents et non permanents.
Par exemple les permanents aux débuts avaient à leur tête Jacques Cathelineau (gravure en haut de page).

LA HAINE EST UNE MODE COMME UNE AUTRE, TOUS DES OPINIONS NE REPOSANT QUE SUR L’EGO et donc ne reposant sur aucune fondation solide.

Comme chez les Juifs bolcheviques et autres « commissaires politique », la haine républicaine s’exprime chez le « représentant du peuple » Jean Guimberteau, et la manipulation d’opinion et du sentiment vont bon train :
« Brave jeunesse, marchez aux combats ; bons pères de familles, mères sensibles, oubliez votre tendresse pour ne songer qu’à la liberté [sic] ; armez les bras de vos enfants, enflammez leur courage, faites passer dans leur âme le sentiment de haine qui doit animer des hommes libres contre les anthropophages [sic] qui non contents de les réduire à l’esclavage pourraient encore s’enivrer de leur sang ; dites-leur : allez combattre ; allez exterminer cette race impure ; allez, la victoire est là ; elle est certaine ; nos bénédictions et celle de la patrie, notre mère commune [jacobinisme], sauront vous dédommager du sang que vous aurez versé pour le soutien d’une aussi belle cause [sic, sic, sic] ».

Le début du système soviétique du Goulag et de la répression à cause de l’ego ou possession se retrouve dans la source de 1789, quand un rapport de 38 pages rédigé pour la Convention les 22 et 23 septembre 1793, quand la Vendée a perdu la guerre et demande la grâce : « la pensée d’une amnistie était odieuse et la dignité nationale [sic] la repoussait, même si la guerre de Vendée était politiquement finie. D’où le « système » avancé par les Conventionnels [forme de religion] qu’il n’y aurait de moyen de ramener le calme dans ce pays qu’en en faisant sortir tout ce qui n’était pas coupable et acharnée, en en exterminant le reste et en le repeuplant le plus tôt possible de républicains ». Voilà qui est de la pure TABULA RASA, en forme de «  juste punition » comme disaient ces criminels conventionnels républicains. C’est à partir de juillet 1794 que les Vendéens essayent tant bien que mal de se soustraire à la « juste punition » de la Convention. Un génocide légalisé par la « loi », DONC PAR L’OPINION DE TÊTES D’ŒUFS.
 
227 ans de républicanisme, d’étatisme, ÇA SUFFIT ! RAPPEL : des tanneries de peaux humaines ont servis de modèles pour des horreurs de la seconde guerre mondiale.
L’opinion, le grégarisme du « social » ça suffit. Le républicanisme ne repose que sur l’opinion, qui n’est jamais en sécurité, car elle porte l’angoisse de pouvoir être toujours remise en question. Alors elle sera toujours en position de défense et d’attaque. Aussi l’opinion sera toujours sectaire et intolérante, sous étiquette « liberté d’expression » autant miroir aux alouettes que le « pouvoir du peuple ». Tout ce qui n’adhère pas à l’opinion à la mode et généralisée collectivement en ce moment sous le nom de « valeurs républicaines » sera ennemi, terroriste, comme en 1789. La haine est uniquement et nécessairement du côté des winners (dualisme du binaire : « vous êtes avec nous ou contre-nous »).

1789 est une réédition cyclique de l’ancienne haine mortelle des Hébreux-Juifs contre les Païens, à laquelle s’adjoindra l’Église du catholicisme. Seules formes et noms changent, mais le principe guerrier de la dualité est le même.

En l’état actuel des consciences, en régime politique, le moindre mal reste encore la Monarchie, même si ça reste de l’étatisme, en attendant des Réalisés et des Jean Coulonval… et une infini de Petits Pays…

Dans l’époque de l’ère chrétienne, il y a deux grands meurtres de masse :
1 - Par la chrétienté espagnole et portugaise par ses Conquistadors commettant l’ethnocide des Peuples du Soleil (Incas, Aztèques, Mayas, etc.)
2 - Par la religion inverse de la chrétienté : la république qui va irradier l’ethnocide d’abord en Vendée, puis par écho en Russie, puis en Arménie, chez les Khmers rouges, etc., jusqu’en Libye, Irack et en Syrie de nos jours, donc au Moyen-Orient que veux le républicanisme d’Empire US et sioniste (Axe Washington-La City-Tel Aviv). C’est la révolution, pardon, le coup d’État de 1789 qui a fait passer dans la réalité l’opinion de meurtre de masse et sa justification dans un système construit à cet effet. Ce que n’auraient même pas osés les Conquistadors plus intéressés par l’Or que par la politique et « l’égalité » etc.
Le concept de meurtre de masse sera systématiquement appliqué dans l’institution du Goulag où des textes précisent qu’il faut faire rapidement mourir les contre-révolutionnaires, mais qu’avant ils servent un minimum de temps le « socialisme ».
C’est à partir de 1789 que les têtes d’œufs républicaines pratiquent la division entre « bons » et « méchants » (vous êtes avec nous ou contre nous). Robespierre va affiner cette dualité en 4 groupes :
- les ultra-révolutionnaires,
- les purs révolutionnaires,
- ceux de la « majorité morale », modérés et indulgents,
- les contre-révolutionnaires, qui, comme en URSS sont à tuer car irrécupérables (sauf comme écrit ci-dessus ceux qui tout au plus en une dizaine de jours de vie sont en travaux forcés au Goulag).


[En référence à : Vendée, du Génocide au Mémoricide, de Reynald Secher. Grandement merci à lui]
 
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-04-2016 23:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >