Accueil arrow News arrow Dernières news arrow 1789, socialisme ou pouvoir du peuple
1789, socialisme ou pouvoir du peuple Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-04-2016 22:39

Pages vues : 2635    

Favoris : 370

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
logo_repub_franc_oligar.jpg
 
 
1789, socialisme ou pouvoir du peuple
Démocratiser la démocratie comme le proposent
quelques socialistes-communistes à l’idée
fixe de « son combat pour l’égalité,
le « juste » et la liberté des opprimés »,
vieille psychose multi-millénaires où
bien-sûr il faut « rejeter le totalitarisme ».


NOUVEAU, VU À LA TÉLÉ :
- Bienvenue dans « la démocratie vivante » made in Che Guevara-Beauvoir-Sartre.
- Bienvenue chez les manieurs de peuples et adorateurs de la solidarité et de « la protection pour tous ».
- Bienvenue chez les laïcs et matérialistes intégrals.



TYRANNIE DE L’OPINION, le laboratoire totalitariste de la France en Vendée de 1793.

Page dédiée à Henri de La Rochejaquelein
 
 
Alors on parle de « conscience écologique », de « pensée socialiste », « d’alliance ouverte », ou de « mouvement citoyens ». Des mots/maux, toujours des maux qui reflètent le travail du chapeau, de l’ego. Les socialistes veulent créer une « large troisième gauche » : courant « libertaire » et non « libéralisme » puisque se voulant « anti-néolibéral » pour « nourrir une action de conscience écologiste et féministe ». Bref, ILS NE SAVENT PLUS QUOI PONDRE COMME MOTS/MAUX, ILS SONT STÉRILES, toujours sous psychose de : « développement durable, de démocratie, d’égalité blabla ». Égalité ou « juste » renvoyant bien-sûr à la mode du socialisme.
 
Le socialisme des juifs bolcheviques de 1917 abolissait la propriété, ils avaient bien raison, mais comme ce fut imposé par la tyrannie et les flots de sang, ce fut négatif de chez négatif.
La propriété privée est une catastrophe parce que démultipliant l’ego, ce que devaient avoir bien compris les Incas (1). Ce système sera repris de façon « laïque » par le communisme de l’URSS : abolition du capitalisme pour obtenir un idéal de société socialiste liberticide contrôlée par le parti et son oligarchie. Cela donnera le CAPITALISME D’ÉTAT puisque la monnaie avait encore cours, alors que chez les Incas il n’existait pas de système économique comme ce fut aussi le cas chez les Chasseurs-Cueilleurs (voir Marshall Sahlins : Âge de pierre, âge d’abondance).

Le socialisme ou communisme de l’après effondrement de l’URSS tourne toujours sur le Grégarisme : consultations locales, réseaux de discussion des habitants appelés très souvent à trancher au termes de consultations locales, des initiatives « populaires », MAIS SURTOUT PAS D’ÉLECTION, parce c’est tomber dans le quantitatif où le plus grand nombre devient le winner, laissant derrière lui les loser ! Les « minorités » doivent même s’exprimer si possible en premier (« freedom of speech »), quand du temps des partis communistes selon leur principe la liberté de parole était supprimée aux « ennemis de la démocratie », aux « fachos », sexistes, militaristes, etc. ; ces censurés par les socialistes devaient selon eux être « rééduqués », et en cas d’échec éjectés de tous plans politiques. Voir « Nuit debout » où certains sont « plus égaux que d’autres » (pour faire référence à G. Orwell et Animal Farm).

Après effondrement de l’URSS le pouvoir tombe dans la « démocratie », tout en laissant dans les mêmes anciennes mains le contrôle du pouvoir. Certains chefs choisissent de devenir « socialistes démocratiques ».
La république et sa démocratie c’est comme le Coca-Cola, et la psychose collective, ça se répand dans le monde entier sous forme de CAPITALO-SOCIALISME (la City de Londres) :
- La Social-démocratie de la République polonaise.
- Le Parti socialiste hongrois.
- Le Parti social-démocrate tchèque.
- Le Parti de gauche démocratique de Slovaquie.
- Le Parti social-démocrate de Roumanie.
- Le Parti socialiste bulgare.
- Le Parti de la Gauche (Die Linke en Allemagne).
- Le Parti social-démocrate d’Estonie.
- Le Parti social-démocrate du travail letton.
- Le Parti socialiste dr(Albanie.
- Les Sociaux-démocrates (de Slovénie).
- Le Parti social-démocrate de Bosnie-Herzégovine.
- Le Parti des socialistes démocratiques du Monténégro.
- Le Parti démocratique de Serbie.
- Le Parti socialiste d’Ukraine.

Toutes ces « paroisses », à l’exception de Die Linke, sont membres ou observateurs de l’Internationale socialiste (pour la plupart membres du Parti Socialiste européen, et donc sous singerie « démocratie ») et sous domination capitalo-socialiste (la City de Londres) puisque, comme l’URSS, ralliées à « l’économie de marché ».
On a donc la division suivante : un socialo-capitalisme qui accepte les principe de « l’État de droit démocratique » et qui veut réformer, tout en préservant » la liberté économique et les marchés » !!! Et de l’autre côté les extrêmes-gauches ou partis communistes traditionnels qui veulent abolir le capitalisme et sont les dictateurs de l’oligarchie du parti et de ses cadres.
Aujourd’hui, les partis communistes réformistes sont entre le communisme traditionnel façon URSS et la « social-démocratie » !

Depuis 1789, les pires crimes vont être perpétués au nom de « la réalisation de l’égalité sociale » et de « rupture » avec le capitalisme ou libéralisme (matérialisme ou société de consommation).

Toute cette quincaillerie politicarde nauséabonde et psychotique repose sur l’OPINION, laquelle prétend de baser sur une logique. Mais toute logique si correcte qu’elle soit, part toujours de prémisses qui sont par définition, des postulats incontrôlables, comme l’Histoire et ses « faits », adoptés et digérés pour le seul motif de la satisfaction de l’ego. Ces prémisses vont prendre valeur de dogmes, qu’on en soi conscient ou pas. Et ce dogmatisme sera d’autant tyrannique qui est inconscient, parce que tout danger de n’y plus croire va créer la PANIQUE DEVANT LE VIDE, devant la possibilité de ne plus avoir de raison de vivre. Si bien que vouloir représenter l’Un ou Dieu ou le GADLU judéo-maçonnique dans un Triangle avec un œil au centre, et toute la pompe qui va avec, c’est encore de la POSSESSION ou un moyen de se rassurer.

Toute la quincaille politique de l’après Socialisme de l’URSS se veut « révolutionnaires, ouvriéristes, actifs dans les syndicats, internationalistes, anti-impérialistes, anti-fascistes ». Aucun partis sera en dehors de l’évolutionnisme et son DORG (Demain On Rase Gratis) ; ils ne jurent que par le « progrès » et fonctionne sur la centralisation à la Jacobin.
La quincaille politique socialo-machin fera bien-sûr dans le QUANTITATIF, façon RELIGION DU PROLÉTARIAT MONDIAL : Super grégarisme ou manipulation des masses par des meneurs de tabula rasa, toujours tyrannie de l'opinion, et lutte contre le capitalisme comme au début l’URSS le montre sur ses affiches de propagande.
Le système du léninisme, l’appareil, est toujours en fonction en 2014, chez les leaders ou meneurs de groupes singeant Lénine et obsédés par « la classe ouvrière ». L’appareil typique reste le modèle « Che-Guevara ».

RÉVOLUTION : étymologie du mot rivoltare (se retourner, et non tabula rasa comme en 1789). Même étymologie que CONVERSION (la religion catholique est convertie en républicanisme). Ainsi on se révolte contre, et on se converti à. Révolte = rupture ; conversion = adhésion. Le Diable s’est retourné contre Dieu, le Saint retourne à Dieu. Cette opposition implique une affinité : révoltés et saints sont capables de se retourner ; et cette conversion s’accompagne d’une révolte : celle contre le néant et les apparences : LE VIDE C’EST LA PANIQUE, LES APPARENCES CE SONT LES ILLUSIONS COMME N’IMPORTE QUELLES DROGUES.

Léninisme = professionnalisation de révolutions en tous genres : on commence par des sectes et loges secrètes à la fois clandestines et légales et très centralisés. On fonctionne suivant la hiérarchie pyramidale développée par Lénine en 1902 (Que faire ?) ou par la judéo-maçonnique spéculative, avec au sommet : les organes de direction, Bureau Politique (BP), secrétariat du BP formé du secrétaire du parti et ses adjoints directes, Bureau d’organisation s’occupant des adhérents et des meneurs, le Comité Central (CC) qui débat des grandes orientations.
Le professionnalisme en politique se nomme BOLCHEVISATION (les « permanents révolutionnaires » ou « appareil »).
Notez que toute la quincaille post-communiste sera anti-fasciste, même en l’absence de fascistes !


Ce que j’appelle « quincaillerie post communiste » est l’ensemble ROUGE-VERT (comme la Nordic Green Left Alliance NGLA fondée à Reykjavik en Irlande le 1er février 2004). Ce sont évidemment des « sauveurs du monde, écologie durable », « alliance verte », etc., et évidemment droit de l’hommistes. La riche héritière Rosa Luxemburg définissait le socialisme ainsi : l’extension de la démocratie à tous les secteurs de la société, une société où la liberté de chacun est la condition de la liberté de tous ». C’est jolie comme tout, sauf que ça se casse la gueule parce qu’on n’a pas la définition du mot « liberté », pour lequel on s’arrache les tripes depuis maintenant des millénaires !!! Rosa Luxemburg n’a rien inventé (les Juifs copient tout).
Dans les Rouge-Vert nous avons les ATTAC, puis ceux qui veulent la dissolution de l’OTAN; qui veulent limiter les industries de la défense et supprimer tout service armé ; et les services de sécurité intérieures devraient être dissous ou limiter de façon stricte leurs activités « anti-terroriste », etc., ceci dans le cadre d’un « étroit contrôle parlementaire ». Toujours la même rengaine !!!

Ah ! la solidarité internationale ! Depuis des millénaires qu’on la cherche ! Et son ennemi pour les DORG c’est le capitalisme. Et l’Union européenne se voit critiqué car elle fonctionne avec la City de Londres. Pour les DORG elle doit être réformée : « L’Europe a besoin de règles démocratiques communes effectives, qui garantissent […] les droits des citoyens, la situation des travailleurs et l’existence des règles équitables dans la vie professionnelle, la sécurité sociale ainsi que [des règles] fixant les ressources financières tirées de l’impôt et destinées à garantir l’État social [sic] et le développement durable [sic] ».

Toute la tyrannie socialo-capitaliste part de 1789, et ici en France d’aujourd’hui on fête le 14 juillet et on chante l’horreur « Marseillaise ». Toute cette tyrannie est symbolisée par exemple par le slogan de 1789 « Vivre libre ou mourir », ce qui est le parfait dualisme winner-loser, bien-mal, le « vous êtes avec nous ou contre nous ». LA RÉPUBLIQUE C’EST NOUS, OU CONTRE NOUS (écouter un Manuel Valls vociférer sa propagande républicaine façon dictateur).
Toute la tyrannie socialo-capitalisme a eu pour modèle directe ou indirecte la Terreur et pour référence Robespierre et les Conventionnels. Dans sa partie moderne de plus d'un millénaire, la France a été la première, LE MODÈLE, a avoir conçue, organisée et planifiée l’anéantissement et l’extermination d’une partie d’elle-même, AU NOM DE L’OPINION « HOMME NOUVEAU » (celui des perruques poudrées du 18è siècle et leur « raison », à laquelle on affublera « raison d’État », notamment sous la dictature de Napoléon 1er).

HOMME NOUVEAU : le « Nouveau, vu à la télé », la mode qui cherche son salut à « la fin des temps », DONC DANS L’HISTOIRE OU ORNIÈRE CREUSÉE PAR LE CHAR D’ASSAUT DE L’ACTUALITÉ. Or le seul « nouveau » ne porte pas sur l’avoir, mais sur l’Être : LE RÉALISÉ ; ce n’est pas une chose que le temps qui coule apporte ; c’est une chose qui se réalise contre le temps, donc contre l’histoire et ses idoles. LE SEUL VRAI PROGRÈS POSSIBLE EST LA MORT DU TEMPS QUI COULE, ce qui est DÉJÀ ici-bas en germe.

La France droit de l’hommiste est le premier pays à avoir conçu et mis en place un mémoricide dans le but d’occulter ce crime contre l’humanité. Reynald Secher a raison d’écrire que « La France est un double laboratoire et un modèle pour les régimes génocidaires ».
Tant que le régime républicain française perpétue et maintient la politique de mémoricide et de négation du génocide vendéen, et honore les bourreaux républicains comme Turreau, Lazare Carnot, Maximilien Robespierre, etc., la liste est longue, ce sera un devoir de siffler l’horrible « Marseillaise » et de ne jamais se lever aux premières notes de cette musique.
Comme l’écrit l’avocat Jean-Marc Varaut, dans son article « Le processus mis en œuvre par la Convention en Vendée en 1794 rejoint-elle la notion contemporaine de crime contre l’humanité ? », cité par R. Secher, l’avocat démontre l’origine de 1789 donnant naissance à tous les futurs totalitarismes : « C’est la révolution qui a fourni le prototype de tous les tribunaux d’exception de par le monde avec le Tribunal révolutionnaire, le modèle des polices politiques avec le Comité de sûreté générale et toutes les proscriptions pour tare de naissance ou de religion avec les lois des suspects. La guillotine est la première alliance [le pacte ou contrat de sang] du modernisme et du crime (Actes du colloque : La Vendée dans l’histoire, 1994, cité par R. Secher)


Note.
1. 1. Système politique des Incas, pur système socialiste ou communiste : un gouvernement patriarcal, donc dans le style Petit-Père-des-Peuples. Mais le peuple était vu comme un DON, et non comme un droit. Le peuple renonçait à tout droit personnel, la nation, l’État était soumis à l’Inca. « Sous ce régime extraordinaire, un peuple raffiné à beaucoup d’égards, chez qui l’industrie et l’agriculture avaient fait, comme on l’a vu, de grands progrès, ne connaissaient pas la monnaie. Il n’avait rien qui méritât le nom de propriété. Il ne pouvait exercer aucun métier, se livrer à aucun travail, à aucun amusement, autres que ceux que la loi avait spécialement réglés. Les Péruviens ne pouvaient changer de résidence ou d’habits qu’avec la permission du gouvernement. Ils ne jouissaient pas même de liberté qui appartient aux plus misérables dans les autres pays, celle de choisir leurs femmes. L’esprit impératif du despotisme ne leur permettait pas d’être heureux ou malheureux, autrement qu’il n’était réglé par la loi. Le pouvoir d’agir librement - droit inestimable et inné de tout être humain - était annulé au Pérou.
Le mécanisme étonnant du gouvernement péruvien pouvait résulter uniquement du concours de l’autorité morale et de la puissance positive dans la personne du chef de l’État, porté à un degré sans exemple dans l’histoire de l’homme. Cependant une forte preuve de sa conduite généralement sage et modérée, c’est qu’il ait pu si heureusement fonctionner, et durer si longtemps contrairement aux goûts, aux préjugés et aux principes de notre nature », écrit William H. Prescott dans : Aztèques et Incas - Grandeur et décadence de deux empires fabuleux.

Prescott ajoute, que le gouvernement est fait pour l’homme, tandis qu’au Pérou, l’homme ne semblait fait que pour le gouvernement. Prescott ajoute cette remarque fondamentale : « Le Nouveau Monde est le théâtre sur lequel ces deux systèmes politiques, de nature si opposée, ont été mis en pratique. L’empire des Incas a passé et n’a pas laissé de traces. L’autre grande expérience dure encore [la notre], expérience qui doit résoudre le problème si longtemps discuté dans l’Ancien Monde de l’aptitude de l’homme à se gouverner lui-même. Malheur à l’humanité, si elle doit échouer ». Le problème vient de LA LOI HUMAINE.


[En références à : Vendée, du Génocide au Mémoricide, de Reynald Secher ; Communisme en Europe, l’éternel retour des communistes, 1989-2014, sous la direction de Stéphane Courtois]

Voir aussi la maquette du château de Henri de La Rochejaquelein.
Blog : Vendée Militaire.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 27-04-2016 23:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >