Accueil arrow News arrow Dernières news arrow C’est de l’Hébreu !
C’est de l’Hébreu ! Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-05-2016 23:54

Pages vues : 2688    

Favoris : 406

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
ouroboros_infini.jpg
 
 
C’est de l’Hébreu !
expression populaire pour indiquer
que c’est incompréhensible,
car venant d’inventeurs d’histoires
en tous genres :
les Kabbalistes travailleurs du chapeau
et tueurs d’Instant.
 
 
HISTOIRE : monde des accidents et de la Chronologie tueuse avec ses bruits et ses fureurs (tyrannie de l’opinion) et son chaos humain.

« Hébreu » signifie en langue hébraïque « Qui parle avec Dieu ». Mais lequel ? Celui qui est intérieur ? Ou celui qui est extérieur ?
H de Hébreu et de Homme,
E de matière (homme de terre ou d’argile),
BR parole, ou qui parle,
E de la terre dimension,
U de l’air vers le ciel espace.
Air : les paroles s’envolent, et si les écrits restent un moment ils sont source de problèmes et finissent par aussi s’envoler en poussière dans le Rien du Tout.
 
 
Qui dit Histoire dit aussi ORACLE.

ORACLE : étymologie de oraison, du O origine et Or, et de raison chère aux perruques poudrées. L’oracle se situe dans la sacralité, donc dans la dualité Dieu-Diable.
L’ORACLE PROJETTE ET SE MOQUE DE L’INSTANT. Parce que l’être humain fonctionne comme l’ordinateur qu’il a construit : EN SÉQUENCES OU PETITS BOUTS DE MACHINS. L’être humain pense à quelque chose ; IL INSTANTE (actualise), ET RIEN D’AUTRE À CET INSTANT. C’EST POURQUOI IL DEVIENT COMME UN INNOCENT ET PROIE FACILE POUR CEUX QUI SONT DANS LA PROJECTION. Car tandis qu’il se réalise Ici et Maintenant par le « JE SUIS », il y aura d’autres humains non dans l’Instant pour le déloger de l’Instant.
Exemple dans le dilemme individualisme-collectivisme : s’il règne la paix dans une maison parmi une famille, qui sait ce qu’il peut se passer à l’autre bout du village, donc dans la projection ! Alors il y a des prédicateurs, des ORACLES.

ORACLES : Réponse d’une Divinité consultée. Par exemple les 8 Trigrammes du Yi-King sont conçus pour représenter en image, ce qui se passe dans le Ciel et sur Terre (Microcosme), par rapport à ce qui se passe dans l’Univers (Macrocosme).
Les 8 Trigrammes sont les signes de ces images changeant continuellement. Il faut les comprendre en mouvement.
On recrée un monde miniature (le Microcosme) dont les évènements sont en Correspondance avec le monde réel (le Macrocosme).
On peut prévoir ainsi ces évènements. Ces pratiques se retrouvent chez les Babyloniens, chez les Hittites, et chez les Étrusques. (D’après James G. Février : Histoire de l’écriture). Le Yi-King est plus que de la Divination, il représente un Mouvement ; et il n’y a pas de réponses précises dans le Yi-King.
Les Runes, comme le Yi-King servent à consulter le sort. Gravés sur bois, ils étaient par exemple jetés en l’air. Ensuite il fallait interpréter le résultat.
La question est posée à la Divinité et l’on obtient une réponse pour oui ou non, et par éliminations successives, on arrive au but désiré.
Les signes ou symboles du Yi-King et des Runes représentent chacun un groupe d’idées. Ainsi les possibles peuvent s’entrevoir par addition de 2 ou plusieurs symboles.

Basile roi de Pologne, a dressé l’horoscope de son fils Sigismond dés sa naissance. Il a lu que les étoiles destinaient son fils à devenir le tyran le plus cruel que la planète ne connaîtrait jamais. Effrayé par cette projection si abominable, il fait enfermer Sigismond dans une tour isolée d’où son fils n’aura jamais de contact avec d’autres humains, sauf avec son précepteur Clotalde.
À sa majorité le roi libère Sigismond pour un jour et le fait présenter à la Cour, pour voir si l’horoscope est juste. Évidemment rendu à moitié fou par 21 ans de captivité Sigismond se conduit conformément à la projection.
Ramené dans sa tour, il sera bientôt libéré par un coup d’État genre 1789. Ainsi Sigismond ne sait plus s’il est éveillé ou s’il rêve, il va accomplir la totalité de la projection de l’horoscope : il prend la tête du coup d’État, vainc son père, lequel n’a d’autre recours que de se jeter à ses pieds pour demander pitié. Évidemment comme tout horoscope ça va jusqu’à un certain bout et pas au-delà. Devenu « sage » par son doute quant à ce qui est « réel » et ce qu'il est, Sigismond relève son père et lui rend les honneurs dus à son sang bleu.
En voulant éviter le destin le roi Basile le rencontre ! Puisqu’en faisant enfermer son fils, il le fabrique en monstre tel que l’avait projeter l’horoscope. C’est la structure typique de l’oracle.

Si quelqu’un s’avisait de demander au roi Basile des précisions sur sa déconvenue, il ne pourrait pas répondre sur le fait d’avoir été trompé, ni préciser l’événement réel qui est venu parasiter de manière inattendue l’horoscope. L’événement s’est produit mais en TROMPANT L’ATTENTE DU MÊME ÉVÉNEMENT : ON EST DANS LES INTERFÉRENCES À LA THOMAS YOUNG (interférences révélant l’aspect ondulatoire de la lumière qui peut se superposer à elle-même).
L’aboutissement de tout oracle : l’événement attendu vient coïncider avec lui-même, tel que le figure l’Ouroboros ci-dessus ; d’où précisément la SURPRISE, LA PANIQUE (PAN, LE TOUT), car le mental humain qui a pour principe de VAGABONDER ATTENDAIT AUTRE CHOSE, quoique très proche, mais pas exactement de la même façon. On appelle ça « Tours du Destin » : il pond l’événement, Ici et Maintenant, alors qu’on l’attendait un peu différemment, un peu ailleurs, et surtout pas tout de suite. C’est la surprise et dans son absolu LA PANIQUE, parce qu’il n’y a plus de recul possible.

Telles les interférences de Young, rien ne distingue l’événement parasite (ou double) de l’événement réel, hormis une conception confuse selon laquelle l’événement serait à la fois le même et un autre, ce qui est bien-sûr la définition du double, du REFLET. ORACLE = FANTÔME DE LA DUPLICATION, L’OMBRE. L’oracle surprend, créé la PANIQUE parce qu’il vient effacer toute possibilité de duplication. Quand l’oracle s’accomplit il n’y a plus de recule possible, donc plus de double ou reflet. En étant le « je suis CE JE SUIS » l’oracle élimine le double, la dualité sujet-objet ; c’est la disparition du parasite ou EGO. Il n’est pas alors étonnant que pousser l’exclamation : « c’était bien cela ! », soit une reconnaissance et une négation !
En fait, reconnaître et désavouer est la même chose : on va vers l’UN, on réalise l’Instant. L’Un comble l’attente en se réalisant, mais comme il est POINT FOCAL SÉLECTIF (une seule « adresse », il pointe), il déçoit en éloignant toute autre mode. Un évènement SORT DE L’INSTANT PARCE QU’IL Y A UNE ADRESSE… Il pointe...
ÉVÈNEMENT : étymologie de venir, comme le résultat, le SEL ; on attend le mot FIN, ce qui doit arriver. Dans évènement sonne lointain le mot VENTRE, qui doit à un moment se LÂCHER.

Tout duplication suppose une Origine, donc une copie : « l’autre ». Le mot FIN ou évènement sera le double du Réel, qui étant l’Instant s’échappera toujours, et qu’on ne pourra jamais en rien savoir ni en dire. L’unique Réel je l’appelle « Fixation cavalante » car il s’évanouit perpétuellement « à l’Instant même » où on en parle : il est déjà passé. Le double c’est la manifestation du Réel : l’autre, celui que le Réel ou Instant a largué. Le seul Réel est l’AILLEURS. Ici-bas n’apparaissent, ne se manifestent que des SINGERIES du Réel. C’est pourquoi le spatio-temporel n’est que dualité sujet-objet, un RÊVE, une ILLUSION, une FABLE OU HISTOIRE À DORMIR DEBOUT. LE POSSIBLE EST HISTOIRE, il y a une distance. LE JEU EST HISTOIRE, vous comptez les cartes à JOUER.

ÊTRE HORS JEU : certains actes ne sont « pas de jeu ». ÊTRE HORS JEU est SE PROTÉGER DE L’HISTOIRE, SE PROTÉGER DE TOUS LES POSSIBLES DE L'ILLUSION, parce que « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ». Le Tout est nécessairement HORS JEU. Un évènement réel sera « hors jeu », comme une sorte de carton rouge. Le seul évènement réel possible est celui qui est Hors Jeu, celui qui n’est pas manifesté dans le monde des accidents. Le Réel évènement sera l’Ailleurs (ce qui est autre). Le métier de l’oracle sera de suggérer, sans jamais de précision, comme en ASTROLOGIE, une chose autre que la chose qu’il annonce et qui se réalisera effectivement. Mais une suggestion déçue peut se manifester à chaque Instant, CAR TOUT ÉVÈNEMENT IMPLIQUE LA NÉGATION DE SON DOUBLE. AINSI TOUTE OCCASION EST ORACULAIRE (réalisant l’Ailleurs, l’autre et son double), et toute existence sera un crime (exécuter son double). Sigismond croupissant dans sa tour jusqu’à ses 21 ans aura trouvé de temps d’admettre que : « Le plus grand crime de l’être humain c’est d’être né ». Effectivement, en naissant nous perdons tout puisque bientôt arrivera une mort.

À partir de là, tout évènement sera à la fois meurtre et prodige de la naissance de quelque chose. À PARTIR DE LÀ NAÎTRONS TOUTES LES DIMENSIONS POSSIBLES À L’INDÉFINISSABLE, ce que les auteurs de science-fiction racontent dans les voyages dans des dimensions parallèle : par exemple dans une dimension Joseph Staline sera un réel bienfaiteur de l’humanité (et non par une propagande étatique mensongère), il sera canonisé à une certaine date. Staline a une forte potentialité de voyage en des dimensions. Dans une dimension je peux être un joueur de rugby, alors que je suis mince comme un haricot ! Tout cela concerne effectivement un évènement. En étant joueur de rugby dans une dimension, j’élimine ma dimension actuelle où se suis un retraité n’ayant jamais joué à ce jeu de ballon, et j’élimine un nombre indéfinissable d’autres possibilités, comme par exemple d’être cuisinier dans un palace, ou chimiste chez Monsanto. Mais je suis Moi comme chimiste chez Monsanto et non un Moi cuisinier au Meurice chez Alain Ducasse rue de Rivoli à Paris, pour un repas à 275 euros. C’est bien-sur un inconvénient mais aussi un prodige ; CEPENDANT L’ÉVÈNEMENT DOIT SE PRODUIRE D’UNE MANIÈRE QUELCONQUE.
La machine à Slider (glisser) dans de multiples dimensions est très compliqué ! Il lui faut une bonne carrosserie en peinture « Destin » : LA SURPRISE DE L’ÉVÈNEMENT.
DESTIN : LA DESTINÉ TEINTE (DES-TINTE, la destiné teinte la station). C’est représenté par les deux Serpents de la Caducée avec ses Points de Croisements. Comme c’est imprévisible, invisible, alors on projette, ON NE VOIT RIEN, ON NE VOIT PAS LE POINT, C’EST COMME LE GRAND RÉSERVOIR OU SAINT CHAOS.

DESTIN (Karma) : le corps selon Ramana Maharshi, le ‘je’ ou individualité (la « liberté de penser », de panser), sauf quand ce ‘je’ réside dans le Point du Croisement, qui peut s’appeler « la Sagesse » (ÇA JE ÊTRE), là où réside le ‘Je’, la Paix. Bref, le Destin ou Karma est un sac de graines (panse) porteuses de leur propre destruction.

L’oracle prend nécessairement une valeur universelle. Par exemple, on annonce un lundi sur les médias que Monsieur le Président de la République est au plus mal ; la mort du Président est annoncée le samedi. Cela surprend car A était bien A.
DESTIN = IMPRÉVISIBLE, sauf par l’Oracle qui l’annonce À SA FAÇON (comme en Astrologie).
ON N’ÉCHAPPE PAS AU DESTIN = ON N’ÉCHAPPE PAS AU RÉEL, MÊME DANS D’AUTRES DIMENSIONS… L’évènement doit nécessairement ÊTRE SYNCHRONE avec lui-même ! LA NON-DUALITÉ EST NOTRE ÉTAT NATUREL, mais nous l’avons oublié depuis longtemps PUISQUE NOUS NOUS BATTONS CONTRE DES MOULINS À VENT, donc contre nous-mêmes, comme l’exprime si admirablement l’initié Miguel de Cervantes dans son Don Quichotte de la Manche.

C’est-à-dire que la vie étant le temps qui coule, l’histoire, donc la Chronologie tueuse, nous nous battons contre ça, contre ce bruit et cette violence, NOUS NOUS BATTONS CONTRE RIEN, DONC CONTRE LE VENT DES MOULINS. Et dire que ce sont les Hébreux-Juifs qui ont glorifié, sacralisé l’histoire, sacralisé le temps qui coule ; il n’est pas étonnant que nombre d’entre eux aient inventé le capitalisme !
Mais la Coïncidence du ‘je’ avec le ‘Je’ ou Réel (l’Idiotès, le Singulier) va créer le PAN ou PANIQUE : quand la Conscience survient d’un SEUL COUP dans le pauvre ‘je’ provoquant ainsi la PANIQUE ou douleur absolue, qui comme la couleur n’appartient pas vraiment à la Matière mais est le résultat du traitement que subit la Lumière, comme le Blanc de l’Instant formé des sept couleurs de l’Arc-en-Ciel.
 
 

Dernière mise à jour : 03-05-2016 00:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >