Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pleasantry 2
Pleasantry 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-06-2016 18:21

Pages vues : 2525    

Favoris : 369

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Pleasantry 2
 
 
Pleasantry 4
Pleasantry 5
Pleasantry 6
Pleasantry 7

Publication du début d’un projet de long métrage.

On en était resté quand le programmeur Vladimir Oblakoff et To-Tjenen disparaissaient dans une luminosité rouge.

Dans la station météo radio astronomique, To-Tjenen et Vladimir se rematérialisent dans un bureau en devenant tout rouge, puis de couleurs normales. Manque de synchronicité, la femme de nettoyage déjà à l’œuvre avec Christophe Biello et Marilyn Guérram est encore à son travail en train de passer l’aspirateur sur la moquette quand la rematérialisation brûle un peu le sol.
La femme de nettoyage hébétée et effrayée sort en disant :
- FEMME NETTOYAGE : Oh ça recommence, et en plus ces deux-là détruisent la moquette des patrons !
 
Elle zigzag dans le couloir, comme désorientée.
To-Tjenen toujours avec ses petits pas entraîne Vladimir dans le sous-sol du bâtiment. Au détour d’un couloir, ils croisent un garde qui les voit, mais To-Tjenen tape sur le sol avec sa canne dont-il ne se sépare jamais, et le garde pense que finalement il n’a rien vu !
Arrivé devant un mur lisse, To-Tjenen dématérialise un bout de mur pour former une porte, ils rentrent et découvrent le pauvre Christophe avec pour seul visage deux oreilles flottantes car sans attache et un nez aussi flottant au milieu de ce qui devrait être un visage, avec un trou dans la gorge, et à côté Marilyn prostrée sur le sol.

- VLADIMIR (à To-Tjenen) : Mais qui est-tu donc pour faire tous ces miracles ?
- TO-TJENEN : Oh rien que de la Matière, et en plus c’est celle des Atlantes comme je te l’ai déjà dis.

Comme il ne reste plus que le sens de l’ouie au pauvre Christophe, avec celui du toucher, To-Tjenen lui parle dans chacune de ses oreilles flottantes, et aussitôt le visage se reforme, puis il referme le trou de respiration de la gorge qui se cicatrise aussitôt.
Vladimir aide et console comme il peut Marilyn :

- VLADIMIR : Venez, on vous fait sortir d’ici. Comment vous appelez-vous ?
- MARILYN (en pleurant) : Marilyn… Marilyn Guérram.
Ils se retrouvent tous les quatre dans le couloir. Ils se dirigent vers la grande salle de l’énorme bobinage avec ses éclairs bleutés.
Hélas, ils se retrouvent nez à nez avec Seka (le chef des mauvais Atlantes) qui tout de suite suspect To-Tjenen et sa canne. Alors il se rue sur To-Tjenen, et lui braque sa torche verdâtre sur le visage.
À un moment To-Tjenen devient rouge de colère, des petites flammes commencent à lui sortirent des doigts, mais il se calme, se concentre, et un sourire bon et délicat apparaît sur son visage.
Aussitôt la torche s’éteint automatiquement, et Seka devient comme hébété et absent.
To-Tjenen dit aux autres de s’échapper :
- TO-TJENEN : Je ne pourrais pas le retenir longtemps, fuyez. Je vous recontacterais.

Dans les couloirs du bâtiment de radio météo astronomique.
Les 3 fuyards courent dans un couloir puis descendent un escalier, mais 4 gardiens se pointent en bas et commencent à monter. Ce qui oblige les 3 fuyards à monter aussi, et il n’y a plus d’autre issue que par les toitures du bâtiment.

Sur les toits de la station radio astronomique encombrée de passerelles et d’antennes paraboliques ; il pleut toujours aussi fort et le ciel est gris foncé.
Les 3 fuyards s’engagent en file indienne sur une étroite passerelle, pendant que les poursuivants débouchent sur le toit. Mais au bout de la passerelle il y a un espace vide pour atteindre une deuxième passerelle, et il faut sauter.
Les 2 hommes y arrivent facilement, mais Marilyn glisse sur le toit et se raccroche à une partie métallique d’antenne.
Vladimir lui tend la main pour qu’elle s’accroche à lui. Les 4 gardiens se rapprochent dangereusement, et Christophe qui est costaud, commence à donner des coups de poings à droite et à gauche sur les 2 premiers assaillant, eux aussi en file indienne. Heureusement ils ne portent pas d’armes. Marilyn réussit à attraper la main de Vladimir, qui la tire à lui avec difficulté à cause de la pluie, et parce qu’il n’est pas habitué à cette gymnastique !
La passerelle est encombrée des 2 premiers gardiens sonnés par les coups de Christophe, si bien que les 3 fuyards ont le temps de poursuivre leur course à l’autre bout de cette deuxième passerelle ; par chance il y a 2 grands montants métalliques lissent qui descendent jusque dans le gazon.
Marilyn, Vladimir, Christophe glissent sur ce toboggan improvisé et bienvenu.
Mais les 4 gardiens ne les lâchent pas, et en bas 2 autres gardiens prennent la relève !

À l’intérieur de la station radio astronomique, dans la grande salle aux éclairs bleutés. To-Tjenen pousse dans le dos Seka toujours hébété, jusqu'à un fauteuil devant un pupitre de commande bizarre. To-Tjenen cherche à désactiver l’antenne émettrice perturbatrice du climat mondial.
Il enlève un beau cristal de roche coincé entre un éclateur à ondes de formes, aussitôt les éclairs bleutés accompagnées de bruits fracassant cessent.
Puis To-Tjenen se préoccupe des fuyards qu’il avait momentanément délaissés. Il frappe 2 coups sur le sol avec sa canne.

Sur le terrain autour du bâtiment de la station, le soleil réapparaît derrière les nuages, et la pluie s’est arrêtée de tomber.
Les 3 fuyards vont être rattrapé par les 2 gardes, sans compter les 4 autres qui viennent à la rescousse, mais les 6 gardes semblent comme embourbés dans le sol qui leur mange jusqu'à la moitié du mollet. Cela laisse largement le temps à Marilyn, Vladimir et Christophe de regagner à pied le château d’Anjony, que l’on aperçoit au loin sous un beau soleil.

SÉQUENCE 4.
Dans le bureau où travaille Vladimir à San Francisco.
Il est devant l’écran de son ordinateur. Sur un côté, une grande fenêtre ; au mur sont affiché des pages de programmes informatiques, soudain c’est la panne d’ordinateur. L’écran affiche des caractères d’un mélange de Phénicien et d’Hexagrammes. En plus, l’imprimante s’active sans raison, et les mêmes caractères bizarres s’affichent sur le papier. Vladimir essaye de l’arrêter, mais rien n’y fait.
En colère, il débranche ordinateur et imprimante, et tout énervé il s’aperçoit qu’il est l’heure de déjeuner, et qu’il a donné rendez-vous au restaurant d’en face chez lui à Marilyn et Christophe, venus faire un tour aux USA.

Salle d’un restaurant à San Francisco. Un serveur apporte les plats qu’ont commandés Vladimir, Christophe et Marilyn. Chacun entame son repas et au bout d’un moment Vladimir se met à entamer la conversation.
- VLADIMIR : Je n’arrive toujours pas à croire à cette histoire d’Atlantes que m’a raconté Monsieur To-Tjenen.
- MARILYN : Des Atlantes ?
- VLADIMIR : Avec tous ces évènements, j’avais oublié de vous dire que d’après Monsieur To-Tjenen, ils existent bien et même ce sont eux qui nous ont créé.
- CHRISTOPHE : Comment cela créé ?
Vladimir se penche pour que les autres convives n’entendent pas.
- VLADIMIR : La Matière serait apparue dans le système solaire à cause des Atlantes.
- CHRISTOPHE : Vu mon aventure récente ces gens-là savent manipuler la Matière ; heureusement que je ne me souviens de rien, et que vous ne voulez pas me dire ce qu’ils m’ont fait subir !
- VLADIMIR : Ils doivent connaître des propriétés cachées de la Matière que nous ignorerons encore longtemps. Quand je pense que nous utilisons encore le pétrole et le nucléaire comme moyen d’énergie.

Vladimir remarque la page de journal que lit un client un peu plus loin. Il y a la photo de To-Tjenen et le titre : « Recherché par la police ».
- MARILYN : Si l’histoire des Atlantes de ce Monsieur To-Tjenen est exacte, il y a de quoi avoir des inquiétudes pour l’avenir.

Ils n’ont même pas fini leur premier plat qu’aussitôt la sonnerie du téléphone portable de Vladimir retenti. Il ouvre le combiné et écoute :
- VOIX : Vladimir ?
- VLADIMIR : Oui !
- VOIX : Vous êtes en danger, payez et quittez immédiatement la table avec Marilyn et Christophe, et dirigez vous dans les toilettes.
- VLADIMIR : Dans les toilettes ? !
- VOIX : Faites ce que je vous dis, d’ailleurs vous n’avez plus le choix, regardez qui se pointe dehors !

Vladimir aperçoit au travers de la vitre du resto se dirigeant vers l’entrée 2 types du style des gardes de la station de Tournemire. (Cette fois les types sont habillés en jean et basket, et avec une oreillette).
Discrètement Vladimir fait lever Marilyn et Christophe, puis en se dirigeant rapidement vers le fond de la salle, Vladimir paye et tous les trois n’ont que le temps de disparaître, lorsque s’avance déjà vers le comptoir les 2 types.

Dans les toilettes du restaurant. Pas de chance, une femme de ménage est en train de changer des essuies mains. Mais sur le chariot des produits de nettoyage, Vladimir aperçoit une canne qu’il reconnaît : c’est celle de To-Tjenen. Il est déguisé avec une perruque blonde, fausse poitrine sous une robe défraîchie. Sans un mot, To-Tjenen leur ouvre la porte donnant sur une arrière-cour.
- TO-TJENEN : Vite, vite !

Tous les 4 se faufilent dans l’arrière-cour entre des poubelles et une ribambelle de chats qui se sauvent. To-Tjenen va étonnamment vite malgré ses petits pas, comme porté par l’air.
- VLADIMIR : Comment nous ont-ils retrouvés, et pourquoi vous êtes recherchés ?
Puis ils courent dans une rue de San Francisco en bousculant un peu les passants. To-Tjenen en perd sa fausse poitrine. Les passants rigolent. Au loin des policiers se pointent.
- TO-TJENEN : Je vais pouvoir vous montrer à quoi s’amuse les Atlantes, mais il me faut une forte lumière.

Essoufflés ils arrivent devant une vieille pharmacie en herboristerie, avec sur un côté de la devanture un grand miroir convexe déformant sur la devanture baignée de soleil. To-Tjenen remarque un poteau indicateur, et sort un petit miroir qu’il attache au poteau avec du papier adhésif (il semble toujours avoir plein de choses dans ses poches).
Le rayon de soleil atterrit dans l’encoignure d’un mur. Il emmène les 3 personnes dans le rayon et frappe 2 coups avec sa canne. Tous les 4 s’illuminent en rouge et disparaissent. Aucun passant ne les ont remarqués, sauf un enfant qui tire le bras de sa mère pour la forcer à regarder vers les exploits de To-Tjenen.

SÉQUENCE 5.
To-Tjenen s’est procuré un logement à San Francisco. Dans notre dimension ou une autre, peu importe.
L’intérieur est fait de gros blocs de calcaires savamment appareillés, et sans revêtement d’aucune matière. Une lumière orangée vient du plafond, lui aussi en gros blocs, mais il n’y a pas d’ampoules électriques visibles. Sur le sol, un socle de granit sur lequel repose un Béryl, une Topaze, et entre les 2 silicates un beau grenat ferreux.
Ces cristaux semblent illuminés d’eux-mêmes.
C’est là, sur un sol d’albâtre aux dessins étranges, que se rematérialisent To-Tjenen, Vladimir, Christophe et Marilyn passant du rouge à leur couleur normale.
To-Tjenen se débarrasse de sa perruque et sa robe, puis s’affuble de son bonnet de laine bleu qu’il sort de sa poche.

- TO-TJENEN (désignant ses cristaux) : La puissance que savent contrôler les Atlantes. Je l’utilise aussi, mais sans s’en rendre compte on peut faire plus de mal que de bien, et c’est ce qui se passe avec les Atlantes qui ont chuté. Les bons Atlantes ne se sont pas matérialisés comme vous, ils sont devenu purs esprits.

To-Tjenen désigne des coussins pour ses 3 hôtes, et s’approche du grenat qu’il frotte de sa main. Alors une grande fenêtre s’ouvre dans l’espace et s’agrandit, et l’on se retrouve de façon subjective, il y a 20 000 ans quelque part sur le continent de l’Atlantide.

Il faut jour, une plage en bord de mer. Au loin des falaises en forme de gros cristaux.
Trois personnes vêtues de costumes irisés, dont par moments, la couleur devient celle de l’environnement. Ils sont d’apparence humaine mais de grande taille (minimum deux mètres de haut). Quesen (sans âge), Ahat (peut-être 25 ans), et Cheta (60  ns) sont devant leur émetteur de fréquence « créatrice de vie ». Ce sont des cristaux enchâssés dans une petite boîte de métal argenté, avec une curieuse antenne. Quesen tiens dans sa main son bâton-ouser (comme celui de To-Tjenen) qui lui sert à contrôler l’émetteur. Devant eux une grande fenêtre est ouverte dans l’espace, où l’on aperçoit Seka ajustant un grenat entre 2 éclateurs de pierre, dans un bout de décor (style Égypte ancienne, voir séquence 6). Ahat et Cheta tiennent aussi chacun un bâton-ouser. Quesen en colère s’adresse à Seka :
- QUESEN : Tu as été dépassé par notre ami To-Tjenen. Seka, tu casses notre jeu. (Dit-il tristement !)

Seka tout en continuant d’ajuster ses éclateurs de pierre :
- SEKA : Non, on aura un autre jeu bientôt. C’est toi Quesen qui a déjà mélangées les langues des créatures terrestres, il y a bien longtemps. Et bien je vais renouveler l’amusement, pour l’instruction de Ahat et de Cheta.
Ceux-ci sont ravis ! Sur la plage sont assis To-Tjenen et Vladimir, Marilyn et Christophe (à l’espace logement de To-Tjenen s’est substitué la plage).
To-Tjenen se lève en colère, il ne se contrôle pas, des flammes lui sortent des doigts et son visage est rouge. Malheureusement dans ces cas-là, il n’a presque plus de pouvoirs !
- TO-TJENEN : Vous faites de plus en plus de bêtises. À jouer avec les puissances cachées, vous aurez tôt ou tard le prix à payer !
C’était le moment qu’attendait Quesen :
- QUESEN : Tu veux la guerre ? La colère qui te possède m’en donne la preuve, et bien paies !

Il lance son bâton-ouser sur To-Tjenen qui s’écroule, et commence à noircir et à tomber en poussière.
Seka, qui a transformé son bâton-ouser en une petite torche au bout, dont les effets lumineux échappent aux lois de la physique actuelle, allume son bâton-torche. Affolé, Vladimir, Marilyn et Christophe courent sur la plage, poursuivit par le rayon verdâtre zigzagant de Seka, et par Ahat et Cheta qui ont de grandes jambes. La situation devient catastrophique pour les 3 héros.

Dans le nouveau logement de To-Tjenen. Vladimir, Marilyn et Christophe se retrouvent à courir sur le sol d’albâtre aux dessins étranges. La grande fenêtre sur l’espace atlante se referme brusquement. Marilyn qui vient d’apercevoir une grosse araignée crie ! et au-dessus du beau grenat ferreux, pend au bout de son fil une belle araignée velue. Vladimir en déduit :
- VLADIMIR : Oui c’est ça, l’araignée a perturbé le système de Monsieur To-Tjenen.
- CHRISTOPHE : Voyons Marilyn, c’est l’araignée qui nous a sauver ! Heureusement qu’il ne fait pas souvent le ménage ici.
- VLADIMIR : To-Tjenen doit être mort ? Comment on va sortir d’ici ?
Et Vladimir prend son mouchoir, enveloppe l’araignée et va la déposer autre part. Il ne veut pas la tuer. Ensuite à tout hasard, il tourne le grenat, et aussitôt un gros bloc de pierre se matérialise en porte. Prudemment les 3 personnes se dirigent vers l’escalier qui doit conduire selon eux à l’extérieur. Effectivement, mais ils débouchent dans des toilettes automatiques payantes genre sanisette JCDecaux.

La nuit. Faible éclairage à l’intérieur d’une toilette automatique. Vladimir, Marilyn et Christophe se retrouvent coincés là-dedans ; ils ne peuvent pas ouvrir la porte, et la porte d’accès au domicile de To-Tjenen s’est déjà dématérialisée. Après ces émotions Marilyn a besoin de faire pipi. Vladimir enlève son tee-shirt pour faire écran, et avec Christophe ils protègent tant bien que mal l’intimité de Marilyn !
- CHRISTOPHE : Tout de même, on n’a pas idée de choisir l’entrée de son domicile dans des toilettes automatiques !
- VLADIMIR : Il est doué Monsieur To-Tjenen, mais il ne peut penser à tout, peut-être à cause de son son âge ?

Entassés là-dedans depuis trop longtemps, au bout d’un moment ils s’endorment tous, et sont réveillés à 6 heures du matin par l’ouverture de la porte par l’employé de l’entreprise des sanisettes chargé de l’entretien des toilettes et venu faire son boulot.
Christophe en profite pour uriner pendant que Vladimir et Marilyn sortent sous le regard éberlué du type de l’entretien des sanisette.

- L’EMPLOYÉ : Oh ! Pauvres gens ! Vous avez passé toute la nuit ici ?
Vladimir répond non sans humour :
- VLADIMIR : Non, non, on revient de la plage ! (puis s’adressant à Christophe). Tu ne pouvais pas faire avant ! Viens Christophe !
L’employé se gratte la tête en les voyant repartir et hausse les épaules.

À suivre… Si le temps le permet…


DISTRIBUTION (CAST) pour les séquences ci-dessus :

TO-TJENEN : Dieu chtonien primordial, assimilé ou uni à Ptah
VLADIMIR OBLAKOFF (nuage) : (40 ans) programmeur en informatique
MARILYN GUÉRRAM (géranium) : (30 ans) géologue
CHRISTOPHE BIELLO : (35 ans) météorologiste
SEKA (labour) : chef des mauvais Atlantes
QUESEN (difficile) : mauvais Atlante
AHAT (tumeur) : jeune mauvais Atlante
CHETA (secret) : jeune mauvais Atlante
FEMME DE NETTOYAGE
L’EMPLOYÉ DES SANISETTES


Notre époque avec sa « logique » droit de l’hommiste et « démocratie » qui se veulent « vérité » et FAUSSES LIBERTÉS est infernale et mortifère.

La « logique » des Anciens n’a rien à voir avec la notre depuis le courant de pensée amorcé à partir de la Renaissance avec Galilée, l’imprimerie, la Réforme et la montée en puissance de l’argent, avec construction de logique basée sur l’opinion d’ergoteurs Grecs. Il est totalement imbécile de répondre que la mentalité « archaïque » conduisait à des actes dépourvus de logique. Ils ne sont pas conformes et donc d’opinions par rapport à notre logique et nos opinions, mais ils sont tous cohérents. On peut même dire que les gestes de l’humain appartenant à une civilisation dite « archaïque » sont de beaucoup plus canoniques et plus consistants que ceux du pauvre humain moderne ! Dans le cadre d’une harmonie avec le Cosmos, OÙ TOUT EST LIÉ, il n’y a pas d’actes dénués de sens, il n’y a pas de gestes contrevenant à « la Théorie fondamentale », bref, à l’ESSENCE, même pour les sacrifices humains, pour les sacrifices métallurgiques (minerais-embryons).
En Hiéroglyphe égyptien le mot Bi (B3h) signifie phallus et se rapproche de galerie de mine (Bj3w), et de merveilles (Bj3yt) et de minerais (Bj3w).


[Photo du haut : sanisette à San Francisco, par I, BrokenSphere, CC BY-SA 3.0]
 
 

Dernière mise à jour : 07-06-2016 22:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >