Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pleasantry 8
Pleasantry 8 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-06-2016 21:28

Pages vues : 2292    

Favoris : 331

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
pyrite4_460.jpg
 
 
Pleasantry 8
 
 
Suite d’un projet de long métrage.
Dans la partie 7 nous laissions Christophe Biello, Marilyn Guéram et To-Tjenen dans une bibliothèque à la recherche de « La Fosse où il n’y a point d’Eau ». Hélas, Seka l’Atlante malade est toujours à leur poursuite.

Le jour dans la salle de lecture. Christophe revient très rapidement vers ses 3 compagnons.
- CHRISTOPHE : Il y a quelque chose d’anormal, Marc n’est pas venu ici récemment.
- TO-TJENEN : Allons chez moi, c’est ce qu’il aurait fallu faire en premier !
Ils se lèvent tous les quatre et sortent précipitamment de la salle.
 
Une rue de San Francisco. Au loin, les toilettes automatiques. To-Tjenen s’adresse aux trois autres :
- TO-TJENEN : Entrons les uns après les autres, afin de ne pas attirer l’attention.
Au bout d’un instant, To-Tjenen touche la porte des toilettes qui s’ouvre, il entre. Un court instant après Marilyn entre, puis Vladimir.
Intérieur. Dans le logement de To-Tjenen aux gros blocs de calcaires, éclairage dans la pénombre. To-Tjenen frotte le grenat ferreux et devant Marilyn, Vladimir et Christophe, s’ouvre un espace montrant Seka dans la salle hypostyle avec Marc portant des chaînes aux pieds.
To-Tjenen fait signe aux 3 autres de se baisser pour ne pas que Seka puisse les voir. Seka se frotte les mains en tournant autour du pauvre Marc, puis il s’éloigne. Christophe appelle Marc au travers de l’ouverture de l’espace.
- CHRISTOPHE : Marc, Marc tu m’entends ?
- TO-TJENEN : Ce n’est pas malin, Seka va découvrir notre ouverture !
- CHRISTOPHE : Mais, il faut faire quelque chose pour Marc. (Il demande à Marc en riant) Tu connais celle-là : pourquoi les grenouilles n’ont-elles pas de queue ?
To-Tjenen tire par le bras Christophe et essaye de le faire taire.
- MARC : Elles serait gênées pour s’asseoir !
- CHRISTOPHE : Bravo. Je vois que ton morale…
À ce moment arrive Seka.
- SEKA : Ah ! je vois que nos amis sont là aussi. Bienvenue à vous.
J’avais emprunté ce brave Marc ; et bien il est libre ! Il envoie un coup de rayon verdâtre sur les chaînes de Marc : elles disparaissent. Marc s’empresse de rejoindre l’autre côté de la dimension près de ses compagnons.
- SEKA : Je vous propose de vous inviter à trinquer pour faire la paix, puisque vous avez détruit notre émetteur, la Matière reste dans son état stationnaire de cette époque du 21è siècle. C’est mieux ainsi. Je me fais vieux, nous ne sommes plus que 3 par ta faute d’ailleurs. Je ne t’en tiens pas rigueur To. Nous trouverons d’autres moyens d’amusements innocents. Faisons la paix.

Seka se dirige derrière les colonnes. Là, il humecte une coupe avec de l’eau, et prend 5 autres coupes et une bouteille de Champagne. Quand Marc le voit revenir :
- MARC : Surtout ne buvez pas. Il a empoisonné de l’eau avec sa magie noire.
- SEKA (en montrant la bouteille de Champagne) : Ce n’est que du Champagne, et nous trinquons pour la paix.
- MARC : Méfiez-vous !
- TO-TJENEN : Oui méfions nous, cependant moi je raffole du Champagne (il prend la bouteille des mains de Seka), et en plus c’est un Champagne rouge de Bouzy.
Seka tend un verre à chacun (il prend soin de donner les verres de la droite vers la gauche). Puis il sabre la bouteille avec le rayon verdâtre de sa torche.
- SEKA : Pour prouver ma bonne foi, je te confie ma torche To. Prends-là, tu en fais ce que tu veux.
To-Tjenen hésite, puis il saisit la torche, l’examine un court instant et la passe à Vladimir. Ensuite, Seka verse le Champagne dans les coupes, toujours de droite à gauche, To-Tjenen étant le dernier. Chacun boit.

- MARC (à Christophe) : Je voudrais poser une devinette à Seka : (il se tourne vers Seka) On demande à un berger combien il a de moutons, il répond qu’il en ignore le nombre, mais il sait que s’il les compte 2 à 2 il en reste 1, 3 à 3 il en reste 1, 4 à 4 il en reste 1, 5 à 5 il en reste 1, 6 à 6 il en reste 1, et qu’en comptant 7 à 7 il n’en reste point. Seka quel est le nombre ?
Seka boit le Champagne, To-Tjenen fait de même, les autres aussi, seul Marc ne boit pas et attend la réponse.
Soudain, To-Tjenen s’effondre. Marc jette sur Seka sa coupe de Champagne.
- SEKA : C’est 301.
- MARC : Oui salaud ! Tu as malgré tout réussi à l’empoisonner.
Il se précipite sur lui, mais Christophe fait tout ce qu’il peut pour le retenir.
Vladimir sent vibrer dans ses mains la torche ; le rayon sort brusquement vers le sol, comme pour prendre un appuis, et dans une belle courbe, le rayon propulse la torche dans les mains de Seka qui se met à éclater de rire.
Vladimir et Marilyn entraînent To-Tjenen inanimé vers le fond de l’espace logement, pendant que Christophe tourne le grenat ferreux. Marc envoie un éclair en direction de Seka, qui a le temps de riposter avec la torche, mais l’ouverture de l’espace se referme déjà, laissant voir la colère de Seka :
- SEKA : On se retrouvera !
To-Tjenen agonise, Vladimir et Marilyn le place sur un banc de pierre avec un coussin sous la tête. To-Tjenen essaye de faire signe à Vladimir en indiquant le grenat ferreux, mais son geste est trop faible et hésitant.
- MARILYN (à To-Tjenen) : Qu’est-ce que nous pouvons faire ?
To-Tjenen ferme les yeux, sa chair devient grise.
- MARC : Je vais essayer un peu de magie, au point où l’on en est !
Marc saisit le grenat ferreux et le place sur la poitrine de To-Tjenen.
Ensuite il pose de chaque côté de la tête le béryl et la topaze.
- MARC : Il nous reste à nous débrouiller seul avec cette fosse où il n’y a point d’eau.
Il place la canne-ouser dans la main déjà grise de To-Tjenen. Tous se recueillent un moment. Le corps de To-Tjenen commence à tomber en cendres par endroits.

SÉQUENCE 19.
La nuit dans une rue de San Francisco, les toilettes automatiques. Marilyn sort la première et regarde à droite et à gauche, elle fait signe aux autres de sortir. Vladimir, Christophe et Marc sortent à leur tour. Ils marchent un peu en regardant derrière eux puis prennent un taxi à une station.
Devant la maison de location de Christophe. Celui-ci paye le taxi et les autres se dirigent vers l’entrée de la maison.
- MARC (à Marilyn) : Il y a déjà un Atlante en moins, et je vois ce brave Quesen mal parti. Je ne sais pas pourquoi, mais il n’ira pas loin celui-là !
Ils entrent chez Christophe.
La nuit dans la salle de séjour de la maison. Christophe allume la lumière et s’aperçoit du désordre, Il commence à ranger un peu.
- CHRISTOPHE : Tout de même, quelle bande de farceurs ces Atlantes. Qu’est-ce qu’on va faire sans To-Tjenen ?
Ensuite il va jeter dans une poubelle un journal. Marilyn l’écoute et observe par hasard une des pages de ce journal. Elle le récupère :
- MARILYN : Attend, c’est intéressant, il y a une vente aux enchères (elle regarde la date) et c’est demain. Il y a des minéraux, des bibelots ; on y va ?
- VLADIMIR : Oui, je t’accompagnerai. J’ai toujours été fasciné par le suspense de la montée des prix !
Panoramique sur le désordre des bibelots de la salle de séjour de Christophe (raccord avec le jet d’eau de la scène suivante).

De jour dans une salle des ventes, devant le bâtiment : des jets d’eau et une esplanade. Christophe, Marc, Vladimir et Marilyn avec leurs cannes-ouser se dirigent vers l’entrée et pénètrent dans le grand hall.
À l’intérieur de la salle des ventes avec une grande baie vitrée. Plusieurs personnes sont déjà assissent. Christophe, Marc, Vladimir et Marc s’asseyent. Au bout d’un instant, le commissaire-priseur s’avance sur l’estrade. Un assistant apporte une boîte avec des pyrites de fer de grosses tailles et la montre au public.
Marilyn est intéressée.
- COMMISSAIRE : Un lot de 4 pyrites de fer. Mise à prix 200$.
- HOMME 1 : 220$.
- FEMME 1 : 240$.
- MARILYN : 250$.
Un temps après :
- COMMISSAIRE : 1 fois, 2 fois, 3 fois. Adjugé ! vendu !
Marilyn commence à préparer son chéquier. On apporte ensuite un casque et une cotte de mailles.
- COMMISSAIRE : Un casque et une cotte de mailles, le tout du 16è siècle. Mise à prix 1000$.
- FEMME 2 : 1100$.
- HOMME 2 : 1200$.
- HOMME 3 : 1500$.
Un temps après :
- COMMISSAIRE : 1 fois, 2 fois, 3 fois. Adjugé ! vendu !
- VLADIMIR : jusqu'à présent à part tes pyrites de fer, ce n’est pas bien passionnant !
Marilyn regarde avec précaution un grand type ressemblant à Quesen.
- MARILYN : Attends un peu, tu es trop impatient ! Regarde discrètement dans le fond, il y a l’Atlante Quesen.
L’assistant apporte maintenant une belle coupe.
- COMMISSAIRE : La coupe de Lycurge, du 4è siècle. Une belle pièce.
Il la prend des mains de l’assistant et l’expose à la lumière du jour. Elle est rouge transparent. Puis il réfléchit avec un miroir la lumière du jour, la coupe devient alors vert opaque.
- COMMISSAIRE : Mise à prix 15000$.
- VIEIL HOMME : 16000$.
- QUESEN : 17000$.
- VIEIL HOMME : 18000$.
- QUESEN : 18500$.
- VIEIL HOMME : 19000$.
Vladimir commence à être excité, Quesen l’a découvert, mais il continue d’essayer a avoir cette coupe.
- QUESEN : 19500$.
- VIEIL HOMME : 20000$.
Quesen commence à s’énerver :
- QUESEN : 25000$.
- VIEIL HOMME : 30000$.
Quesen serre les poings :
- QUESEN : 40000$.
- VIEIL HOMME : 45000$.
- QUESEN (en tremblant) : 50000$.
- VIEIL HOMME : 80000$.
- COMMISSAIRE : 1 fois, 2 fois, 3 fois. Adjugé ! vendu à 80000$.
Alors Quesen s’écroule sur le sol, se roule dessus, devient de couleur irisée, puis dans un éclair se transforme en arc-en-ciel. Des cris fusent dans la salle, accompagnés de mouvements de peur.
- COMMISSAIRE : Mesdames, messieurs gardez votre sang froid !
Le commissaire-priseur s’enfuit ! Le vieil homme regarde Vladimir, mais celui-ci s’est déjà levé en compagnie de Marilyn, Marc et Christophe. Le vieil homme veut retenir l’un des 4, mais 6 policiers arrivent en compagnie du sbire de Seka. Le vieil homme n’a que le temps de payer sa coupe, puis de se faufiler habilement parmi la confusion de la salle avec sa canne et la coupe.

Dans le grand hall de la salle des ventes. Marc et Christophe courent vers la sortie, pendant que Vladimir aperçoit derrière lui le sbire de Seka le poursuivre avec 3 policiers. Il pointe sa canne dans leur direction et commence à lancer des éclairs bleutés. Marilyn vient à la rescousse, car les policiers dégainent leurs revolvers et tirent. Des baies vitrées éclatent.
- MARC (à Christophe) : Qu’est-ce que je t’avais dit hier ! Encore un Atlante de moins, il n’en reste que 2.
Vladimir est obligé de faire tournoyer sa canne pour faire un écran contre les balles des policiers. Ils réussissent à sortir tous les quatre.

SÉQUENCE 20.
Course dans les rues de San Francisco. Au risque de se faire écraser, ils traversent tous les quatre la rue devant l’esplanade de la salle des ventes, et s’engouffrent dans une rue assez étroite. Les 3 policiers et le sbire de Seka ne les lâchent pas.

Course dans la rue menant au marché aux fleurs (couvert). Ils courent les uns derrière les autres en bousculant certains passants, et s’engouffrent dans le marché couvert.

Dans le marché aux fleurs. Ils s’engagent prudemment maintenant parmi les allées des vendeurs de fleurs et plantes vertes ; il n’y a pas trop de monde.
Marilyn aperçoit le sbire de Seka pénétrer par une entrée du marché, tandis que 3 policiers pénètrent par une autre entrée.
Le sbire saisit un bâton qui servait de tuteur à une grande plante, et s’approche rapidement de Vladimir et Marc. Christophe et Marilyn sont isolés un peu loin. Les uns et les autres s’observent. Les policiers ont rangé leurs armes, ils ne peuvent s’en servir dans la foule ! Marilyn et Christophe les affrontent déjà avec leurs cannes, sans lancer des éclairs. Un policier se protège avec ses bras, un autre attrape un râteau et croise « le fer » avec Christophe. Le troisième policier gît au sol, sonné par un coup de canne de Marilyn. Les passants se dépêchent de sortir du marché. Les commerçants tentent de protéger leurs marchandises.
Vladimir affronte le sbire dans l’art martial du bâton, enseigné par To-Tjenen ; Marc se défend moins bien. Le sbire met son bâton dans les jambes de Vladimir, celui-ci tombe au sol, le sbire essaye de l’étrangler.
- MARC (demande à Vladimir) : Comment on tire avec ce truc-là ?
- VLADIMIR (à moitié étranglé) : Serre fort la canne et pense aux éclairs…
Alors Marc essaye, un éclair jaillit et atteint plusieurs pots de fleurs. Le commerçant se cache sous l’éventaire. Le sbire lâche, se tourne contre Marc et lui assène un grand coup de bâton en travers du corps ; Marc en a le souffle coupé. Vladimir se redresse et passe à l’attaque, le sbire se retourne et croise à nouveau « le fer ». De leurs côtés Christophe et Marilyn ont réussi à neutraliser 2 policiers. Le troisième s’enfuit et appel de l’aide avec son téléphone portable !
Christophe et Marilyn viennent porter aide à Vladimir et Marc. Voyant cela le sbire prend aussi la fuite. Marc le poursuit un instant.
- VLADIMIR : Laisse-le Marc !
Et tous les quatre regagnent la sortie du marché aux fleurs. Les commerçants ramassent leurs marchandises et constatent les dégâts ! 10 policiers arrivent en renfort, mais il est trop tard !

De jour dans l’appartement de Vladimir. Il est assis aux côtés de Marilyn et tous les deux regardent un film DVD sur le téléviseur ; Vladimir passe sa main autour du cou de Marilyn qui attrape la boîte avec les pyrites :
- MARILYN (en montrant les pyrites) : C’est magnifique, il y en a de l’intelligence !
Au bout d’un instant Vladimir appuie sur la télécommande du lecteur DVD, il tombe sur un message :
« Donnez-moi une durée de vie parfaite pour parvenir au nombre de ceux qui ont eu 110 ans sur terre ».
- MARILYN : Tu nous a coupé le film, c’est dedans ?
- VLADIMIR : Non, et ça me fait penser à l’Egypte.
- MARILYN : Tu crois que cela peut avoir un rapport avec les Atlantes ?
Vladimir essaye plusieurs touches de sa télécommande. Un autre message apparaît :
« C’était une petite prière pour Ptah ! ».
- VLADIMIR : ça y est, To-Tjenen est vivant. (Il rigole et embrasse Marilyn).
Un autre message :
« To est bien vivant et reconstitué. Il vous donne rendez-vous dans la fosse où il y a de l’eau ! »
- MARILYN : C’est les toilettes ! Il veut que nous allions dans son logement !
Vladimir coupe son installation télé, et entraîne Marilyn hors de chez lui.

Dans la rue de San Francisco où se trouvent les toilettes automatiques. Vladimir et Marilyn marchent à vive allure en direction des toilettes, lorsqu’un gros camion fonce délibérément sur les toilettes, les réduisant en un amas de gravats.
Marilyn n’a que le temps d’apercevoir le conducteur du camion qui n’est autre qu’Ahat. Ils n’ont que le temps de se plaquer contre une boutique, le camion roulant pendant un instant sur une partie du trottoir. Vladimir tend son poing en direction du camion. Marilyn contemple le jet d’eau jaillissant de l’amas de gravats.
- MARILYN : Comment on va pénétrer chez To-Tjenen maintenant ?
- VLADIMIR : Il faut trouver une autre fosse où il y a de l’eau, d’autres toilettes automatiques tout simplement !
Une voiture de police arrive.

Dans une rue de San Francisco proche de la plage. Vladimir et Marilyn marchent vers des toilettes publiques. Ils se pincent le nez tous les deux. Des graffitis obscènes parsèment les murs. Ils descendent des marches et au sous-sol, un jeune type est en train de fourrer ses mains dans le pantalon d’un autre jeune type. Vladimir frotte sa canne et lance des éclairs. Les 2 jeunes types prennent peur, l’un se sauve, pendant que l’autre rajuste son pantalon et se sauve à son tour.
Marilyn tape avec sa canne-ouser sur la porte d’une toilette, celle-ci s’ouvre et tous les deux entrent. (Comme il faut payer, elle est plus propre !). Marilyn referme la porte.
- VLADIMIR : On va bien voir si ça marche !
Il frappe 3 coups avec la canne sur le sol, et aussitôt un espace s’ouvre découvrant un escalier sombre.
- MARILYN : Étonnant ! N’importe quelles toilettes donnent accès au logement de To-Tjenen !
- VLADIMIR : Oui, mais nous avons mal choisi nos toilettes !
Ils pénètrent tous les deux dans l’escalier, et l’espace se referme.

Intérieur logement de To-Tjenen aux gros blocs de calcaire, éclairage faible. Marilyn et Vladimir se retrouvent dans l’antre de To-Tjenen. Celui-ci n’est pas là, mais le grenat ferreux est bien lumineux entre le béryl et la topaze. Ils attendent, et au bout d’un moment :
- MARILYN : Ou est-il ? j’espère que ce n’est pas une plaisanterie !
- VLADIMIR : Attend, j’essaye de me rappeler ce qu’il y avait écrit sur le téléviseur : donnez-moi une durée de vie parfaite pour parvenir au nombre de ceux qui ont eu 110 ans sur terre.
Et aussitôt une grosse pierre de la paroi se dématérialise, laissant place à To-Tjenen avec son bonnet de laine bleu, sa canne et ses petits pas.
- TO-TJENEN : Alors, elle n’était pas belle ma coupe de Lycurge ! Pour le champagne rouge de Seka, ça devrait convenir (il éclate de rire !). Il y a 73% de silice et de l’or en proportion de 50 parties pour 1 million. Ça frôle le Grand Œuvre !
Il pose la coupe près de grenat qui s’illumine encore plus !
- MARILYN : Et comment tu as fait pour payer ?
- TO-TJENEN : Manipulation mentale, donc manipulation de vibrations tout simplement !
- VLADIMIR : Oui tout simplement ! Tu te fous de nous ?
- TO-TJENEN : Allons Vladimir, ne sois pas agressif. Nous allons bien venir à bout de Seka et de Ahat.

SÉQUENCE 21.
Le jour dans un coin bureau où travail Vladimir à San Francisco. Il est devant l’écran de son ordinateur. Au bout d’un court instant, un employé lui remet un courrier. Vladimir se lève, ouvre l’enveloppe tout en se dirigeant vers la grande fenêtre. Il lit le courrier, et de temps en temps regarde au loin à travers la fenêtre. En face, il y a un beffroi avec une grosse horloge.
Deux fois de suite, Vladimir aperçoit un éclair bleuté ; il en reste comme stupéfait. Du coup, il laisse tomber son courrier, se précipite sur son ordinateur et réfléchit comment contacter To-Tjenen.
Il entre au clavier la prière que To-Tjenen avait laissée sur le téléviseur :
« Donnez-moi une durée de vie parfaite pour parvenir au nombre de ceux qui ont eu 110 ans sur terre ».
Au bout d’un petit moment il obtient une réponse !
« Celui qui est au sud de son mur te répond en sa forme de To-Tjenen, l’Assembleur du Double Pays. Viens au beffroi, tu y trouveras une vieille connaissance à combattre ».
L’image disparaît et l’écran retrouve son aspect de travail routinier. Vladimir empoigne son téléphone et appel :
- VLADIMIR : Marilyn ? On a une rencontre avec l’une de nos deux connaissances.

De jour dans le couloir, ascenseur et hall de l’entreprise ou travail Vladimir. Il attend avec sa canne-ouser devant l’ascenseur et entre. Arrivé en bas, en sortant de l’ascenseur, il aperçoit dans le hall Seka et 2 sbires. Il entre rapidement dans l’ascenseur et remonte au premier étage. Là il emprunte l’escalier et redescend. Une fois dans le hall, il contourne les colonnes et avec habilité arrive à sortir. Le flaire de Seka a aussitôt fait de le détecter, et il se lance à la poursuite de Vladimir en compagnie de ses 2 sbires.
Devant l’entreprise de Vladimir. Il court, traverse la rue, manque de se faire écraser, et emprunte une rue transversale. Seka sort en courant et avec ses grandes jambes, il rattrape vite Vladimir, les 2 sbires ont du mal à suivre.
Dans cette petite rue, Seka et Vladimir s’affrontent à l’art martial du bâton : l’un avec sa torche (rayon verdâtre du style épée) et l’autre avec sa canne-ouser.
Quand les 2 armes se touchent, des étincelles multicolores jaillissent dans un grand fracas. Les 2 sbires ne sont apparemment pas armés, ils se contentent de garder les abords. À un moment Vladimir rapidement se cache dans l’encoignure d’un porche.
Seka allume sa torche et le rayon verdâtre se courbe vers Vladimir, le manquant de peu. Il laisse une zone brûlée sur la porte. Vladimir riposte en lançant un éclair vers Seka. Celui-ci lance un rayon courbe qui rebondit de l’autre côté de la rue et atteint Vladimir. Mais d’un geste rapide de sa canne-ouser, il le renvoie dans une autre direction ; Vladimir fait tournoyer sa canne violemment, ce qui provoque une onde refoulant tel le vent, et ralentissant considérablement Seka et les 2 sbires. Vladimir en profite pour s’enfuir.

Proche de la face avant du beffroi. Vladimir traverse en courant la place devant le beffroi et pénètre par l’entrée. Un petit moment, après Seka et les 2 sbires arrivent aussi à grandes enjambées. Brusquement la porte du beffroi se referme. Seka une fois devant se met en colère.
Il allume sa torche, et des coups de rayons courbes griffent la porte. Celle-ci semble comme vitrifiée et insensible aux attaques du rayon.
- SEKA : Ah ! il a bien appris les leçons de To. Il sait se servir de quelques forces de la Nature !
Et il continue à marteler la porte à coups de rayons courbes. La « vitrification » est à peine fondue par endroits.
Le beffroi. Dans le vestibule au pied de l’escalier, Vladimir fait asseoir le gardien qui semble comme hypnotisé avec un regard vide. Il jette un coup d’œil pour constater que la porte d’entrée résiste bien aux rayons de Seka, et il monte l’escalier en spirale dextrogyre.
L’horloge du beffroi sonne 1 coup (13 heures). À mi-hauteur du beffroi, l’horloge sonne 2 coups (14 heures). Vladimir ne comprend pas : il n’a pas mis 1 heure pour atteindre la moitié de la hauteur du beffroi, dans une petite pièce qui sert à entreposer des instruments météorologiques !
- MARILYN : Vladimir !
- VLADIMIR (étonné) :Je me demandais si tu viendrais ! (il montre les instruments météo). C’est le bureau de Christophe ici !
- MARILYN : Qu’est-ce que l’on va trouver là-haut ? La 25è heure !
- VLADIMIR : Seka est en bas, Ahat doit être en haut !
To-Tjenen sort de l’ombre.
- TO-TJENEN : Et moi je suis ici !
- VLADIMIR : ça alors, tu aurais pu me faciliter la venue jusqu’au beffroi !
- TO-TJENEN : Tu t’en est très bien sorti tout seul, et c’est bien Ahat qui se trouve là-haut chargé de l’entretien de la grosse horloge mécanique.
- MARILYN : A trois on devrait en venir à bout.
Tous les trois commencent à escalader le 2è escalier en spirale senestrogyre. L’horloge sonne 3 coups (15 heures). Ils passent devant un vitrail avec un écusson, ensuite ils arrivent dans une petite pièce située sous la grosse horloge mécanique. Sur l’un des murs est peinte une reproduction de l’ouverture de la bouche, du Livre des Morts des Anciens Egyptiens (époque de Séthi 1er). To-Tjenen regarde la copie de la fresque et salue les 2 mains sur les genoux.
- TO-TJENEN : Salut à toi scribe royal Hounefer et mon copain Anubis.
Vladimir met sa main sur l’épaule de To-Tjenen :
- VLADIMIR : Je ne sais pas si ma vitrification de la porte du beffroi tiendra longtemps !
- TO-TJENEN : Alors montons prudemment.
To-Tjenen le premier suivit de Vladimir et Marilyn montent l’escalier étroit et raide.

À suivre… Si le temps le permet…

DISTRIBUTION (CAST) pour les séquences ci-dessus :

TO-TJENEN : Dieu chtonien primordial, assimilé ou uni à Ptah
VLADIMIR OBLAKOFF (nuage) : (40 ans) programmeur en informatique
MARILYN GUÉRRAM (géranium) : (30 ans) géologue
CHRISTOPHE BIELLO : (35 ans) météorologiste
MARC REMEJ (pleurer) : (40 ans) bibliophile
SEKA (labour) : chef des mauvais Atlantes
AHAT (tumeur) : jeune mauvais Atlante
SBIRES DE SEKA
COMMISSAIRE PRISEUR
QUESEN (difficile) : mauvais Atlante
DES POLICIERS
PLUSIEURS PERSONNES
 
 

Dernière mise à jour : 17-06-2016 01:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >