Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pleasantry 10
Pleasantry 10 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-06-2016 17:45

Pages vues : 2212    

Favoris : 320

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
cowboybeep400.jpg
 
 
Pleasantry 10
 
 
- Pleasantry 9
- Pleasantry 11

Suite d’un projet de long métrage, sur les aventures du Dieu To-Tjenen, et de ses amis Vladimir, Marilyn, Christophe, Marc, et le jeune prostitué Eric, aux prises avec les Atlantes Seka et sa bande.

SÉQUENCE 25.
De jour dans la salle de séjour de l’appartement de Vladimir. Marilyn assise dans un canapé, porte le casque de visualisation d’image virtuelle sur les yeux. Elle s’allonge. On entend dans la cuisine Vladimir préparer quelque chose.
Dans la cuisine Vladimir prépare dans un appareil à jus un cocktail de fruits. Il attrape une pomme, des oranges, des carottes, un citron, ensuite il prend 2 verres et s’en va avec le jus dans la salle de séjour. Personne n’entend que l’on sonne à la porte d’entrée.
 
Dans la salle de séjour Vladimir porte le bocal de jus de fruits, les 2 verres et s’aperçoit que la sonnette retentit à la porte d’entrée. Il pose son cocktail et va ouvrir. C’est To-Tjenen, l’air goguenard.
- TO-TJENEN : Salut à toi. Je venais te proposer de me suivre chez moi pour te faire entrevoir le Senzar, ce langage des initiés.
- VLADIMIR : Je te suis, laisse moi prévenir Marilyn.
Marilyn toujours le casque sur les yeux n’a rien entendu. Vladimir l’embrasse dans le cou. Elle enlève le casque et a la surprise d’apercevoir To-Tjenen.
- MARILYN : Oh ! désolé j’étais plongé…
- TO-TJENEN : Ne te dérange pas pour nous, je t’enlève un court moment Vladimir et te le ramène en entier.
Il sort avec Vladimir.

Le jour dans une rue de San Francisco. To-Tjenen et Vladimir marchent côte à côte, ils se parlent (on ne les entend pas), des passants les frôlent. Au bout d’un petit moment ils arrivent en vue d’une laverie automatique. To-Tjenen fait entrer Vladimir.
Dans la laverie.
- VLADIMIR : Tu as du linge à récupérer ?
To-Tjenen met son doigt sur la bouche. Il n’y a que 2 clients assis attendant la fin de leur lessive. To-Tjenen les salue et fait entrer Vladimir dans l’arrière-boutique.
- VLADIMIR : C’est un passage pour aller chez toi ?
To-Tjenen fait oui de la tête et frappe 2 coups sur le sol avec sa canne, aussitôt un espace s’ouvre découvrant l’escalier menant dans son logement.
Intérieur du logement de To-Tjenen aux gros blocs de calcaires. To-Tjenen pointe sa canne sur un côté du mur, un bloc se dématérialise. Il entraîne Vladimir et le bloc se matérialise à nouveau.
- TO-TJENEN : Dans ce laboratoire, je puis en toute tranquillité te parler, Seka ne peut pas ouvrir d’espace ici.
To-Tjenen invite Vladimir à s’asseoir sur un bloc de pierre sur lequel il y a un coussin, il s’assied aussi.
- TO-TJENEN : Senzar est le nom mystique du langage religieux des Adeptes initiés. Tu ne peux qu’entrevoir les possibilités de ce langage. Je te propose la lettre A.
- VLADIMIR : Va pour le A !
- TO-TJENEN : 1er lettre de tous les alphabets du monde, sauf un tout petit nombre. C’est le chiffre UN. Elle indique la brisure première du Tout non manifesté, qui fut le départ de la création, donc de la sortie hors de l’Unité, par le dualisme et la trinité Osiris, Isis, Horus. Par une certaine ressemblance avec une croix, la lettre A est hiéroglyphe de chute hors du Tout. Elle est une belle création de l’ensemble des Atlantes. Cette lettre peut nous révéler le sens réel du mot par exemple apprendre : c’est privé de prendre ! Seul, celui qui ne cherche plus à prendre peut découvrir. Faire le vide pour faire le plein !
- VLADIMIR : Cela serait donc comme une langue euphonique, une cabale phonétique.
- TO-TJENEN : Oui, et le sens ne se découvre qu’en fonction de la qualité d’écoute de l’auditeur : ne pas prendre !
- VLADIMIR : Je pense à : tel est pris qui croyait prendre !
Et tous les deux éclatent de rire un petit moment. To-Tjenen s’amuse à tracer avec sa canne sur un bloc de pierre, le A Phénicien (un A à l’horizontal ou A couché).
- TO-TJENEN : Sache que le sens caché du A est infiniment plus complexe que ce que tu viens d’entendre.
- VLADIMIR : Oui, j’ai compris : qui m’aime me suive !
Ils rigolent tous les deux.

SÉQUENCE 26.
Le jour dans la salle de séjour de l’appartement de Vladimir. Marilyn est allongée dans le canapé et porte toujours le casque de visualisation. Brusquement, dans un coin sombre de la salle de séjour, une ombre rougeâtre apparaît sur le sol, s’étend et s’allonge sur le mur ; un instant après Seka se matérialise.
Il essaye de sortir quelque chose de sa poche, mais c’est coincé. Enfin il parvient à sortir la torche qui s’était allumé dans sa poche, faisant une boucle lumineuse verdâtre. Il éteint, la boucle entre. Il allume la torche, le rayon sort courbé vers le haut. Seka s’avance prudemment vers Marilyn, il augmente la courbure du rayon (il est vraiment en érection !). Marilyn se lève et s’avance vers Seka, il lui enlève le casque, Marilyn semble ne pas le voir. Le rayon entoure une fois et demi Marilyn. Alors Seka éteint sa torche, et le rayon se rétracte comme une corde détendue. Marilyn ouvre la porte d’entrée suivie par Seka.

Le jour dans une rue de San Francisco. Marilyn suivie de Seka passe devant la laverie automatique qui sert de passage chez To-Tjenen. Elle veut-y entrer comme par intuition, mais Seka l’en dissuade.
Ensuite ils longent un grand mur en pierres, servant d’enceinte à un jardin privé. Seka fait arrêter Marilyn, il allume sa torche et matérialise une petite porte de métal. En l’ouvrant, ils descendent un escalier étroit, puis la porte se dématérialise juste au moment où un chien allait entrer ; il y a une moitié de chien soudée au mur, et il aboie désespérément.

Éclairage naturel du jour dans la salle hypostyle. Seka fait asseoir Marilyn. Avec sa torche, il matérialise dans une des colonnes un écran de télévision, et ensuite déplace une desserte sur laquelle se trouve un plateau-repas très chargé en crémerie et gâteau divers. Seka se frotte les mains de plaisir.
- SEKA : Mange, mange encore et encore, afin que ton cher Vladimir ne te reconnaisse plus.
Marilyn toujours hagard, commence à manger tout en regardant un mauvais programme de télévision.

Intérieur du logement de To-Tjenen aux gros blocs de calcaires. To-Tjenen et Vladimir sont ressorti du laboratoire, et en passant près du grenat ferreux To-Tjenen remarque que celui-ci scintille plus fortement par intermittence, comme émettant un signal. To-Tjenen frotte le grenat et dans une petite portion d’espace, il voit Marilyn dans la salle hypostyle. Il referme brutalement l’espace.
- TO-TJENEN : Il est grand temps d’agir et d’attirer Seka dans la fosse. Viens, ne restons pas ici !
- VLADIMIR : Qu’est-ce que tu as vu ?
- TO-TJENEN : Marilyn engraissé par Seka.
- VLADIMIR : Quoi ?
Il attrape To-Tjenen par les 2 bras et le secoue.
- TO-TJENEN : Ah, elle était bien un peu maigre non !
- VLADIMIR : Salaud, comment on va la sortir de là-bas ?
To-Tjenen met sa main sur la tête de Vladimir qui se calme aussitôt.

Le jour dans une rue de San Francisco proche du square. Vladimir et To-Tjenen marchent côte à côte.
- TO-TJENEN : Toi qui est né à Irkoutsk, connais-tu la petite histoire Russe de Popape, le pope qui ne savait pas lire ?
- VLADIMIR : Non.
- TO-TJENEN : Il ne savait pas dire la messe, et encore moins chanter. Au cours d’une fête religieuse, devant l’assemblé des fidèles Popape sortit un livre et le montra : paroissiens ! est ce que vous connaissez ce livre ? Ils répondent tous, oui mon père,
ton prédécesseur lisait toujours la prière dedans. Alors si vous la connaissez ce n’est pas la peine de vous la lire ! Popape sort un autre livre et le montre : paroissiens ! ce livre-ci, vous le connaissez ? Non mon père. Alors, ce n’est pas la peine de vous le lire non plus !
Vladimir se met à rire, lorsqu’ils arrivent en vue du square et entrent.

SÉQUENCE 27.
Intérieur du square à San Francisco. To-Tjenen et Vladimir marchent quelques mètres, lorsqu’ils ont la surprise de voir Eric et Ellen mangeant tour à tour un sandwich.
- TO-TJENEN : Salut à vous ! Qu’est ce que vous trafiquiez depuis notre mémorable excursion chez les Atlantes ?
- ERIC : Monsieur To. Tu nous as fait passé de bons moments !
- TO-TJENEN : On peut s’asseoir près de vous ?
- ELLEN : Bonjour, venez.
Vladimir et To-Tjenen s’asseyent.
- VLADIMIR : Qu’est-ce que vous faite maintenant ?
- ERIC : On mange !
Vladimir un peu gêné par sa question idiote :
- VLADIMIR : Vous voulez quelque chose de chaud ? Je vous offre 2 cafés.
- ELLEN : D’accord (elle embrasse Eric).
To-Tjenen dans son coin se frotte les mains. Ils se lèvent tous les 4, et en passant devant un jeune assis sur un banc, Eric le salue de la main.
L’autre lui demande :
- JEUNE SQ : ça marche ?
Eric fait un geste pour lui signifier de se taire, et jette dans une corbeille le papier du sandwich. Ils sortent du square.

Devant le square, sur un autre côté.
- TO-TJENEN (à Eric) : Tu vends toujours tes charmes ?
- ERIC : Oui, ça te perturbe ?
- TO-TJENEN : Oui ça me fait de la peine.
- ERIC : Bon, je m’arrêterai bientôt pour Ellen et pour toi aussi !
Quelques instants après :
- ERIC (à Vladimir) : Tiens, je vais vous conduire dans le bar gay, où je trouve des… clients. Comme ça nous y prendrons le café, et vous verrez à quoi ressemble un lieu de drague, hein Monsieur To !
To-Tjenen met ses mains sur les oreilles pour ne pas entendre !

Le jour une rue devant le bar gay. Tous les 4 marchent, lorsqu’un jeune s’approche de To-Tjenen.
- JEUNE BG : Monsieur, vous pourriez pas m’aider, je me suis perdu. Je suis à San Francisco depuis 2 jours seulement.
To-Tjenen lui fait un large sourire.
- ERIC (au jeune) : Laisse tomber vieux, c’est un dur à cuire !
Le jeune s’éloigne. Au loin se devine le bar avec son enseigne lumineuse.
- ERIC : Je le connais, il fait le tapin dans le bar en fin de semaine.
- TO-TJENEN : Mais il avait l’air en peine ?
- ERIC : C’est un rôle qu’il joue, t’as rien compris !
- TO-TJENEN : Oh ici je ne cherche pas à comprendre.
Ils entrent dans le bar.

Dans le bar gay, lumière tamisée par la fumée de cigarettes, musique « techno », projections de dessins avec des lasers. To-Tjenen est immédiatement excité à la vue des lasers, il tire sur le bras de Vladimir.
- TO-TJENEN : C’est la solution.
- VLADIMIR : Ah j’aime pas ces ambiances, je vais tout de même essayer de faire un effort.
Ils s’approchent du bar entre 2 couples d’hommes s’embrassant.
- TO-TJENEN : ça me rappelle quelque chose à Mur-Blanc en Egypte. Enfin passons. (Il fait un geste de lassitude).
- VLADIMIR (au barman) : 2 cafés, et pour vous (il s’adresse à To-Tjenen).
- TO-TJENEN : Ce que tu prends.
- VLADIMIR : Bon alors, 2 chocolats chauds.
Derrière eux des couples d’hommes dansent. À côté, un des 2 couples s’embrasse sur la bouche. Un jeune type se faufile et demande un « wiskycoca ».
- TO-TJENEN (à Vladimir) : Les lasers, c’est la solution pour la fosse Vladimir.
- VLADIMIR : Oui, je vois ce que tu veux dire, mais on ne connaît pas le patron de ce bar.
- TO-TJENEN (en levant une main) : Je m’en charge.
To-Tjenen s’éloigne du bar en se faufilant parmi les couples de danseurs. Certains le regardent en rigolant !

Le jour devant la maison de location de Christophe. Vladimir s’avance et frappe à la porte. Christophe lui ouvre.
Dans la salle de séjour de la maison. Christophe est seul. Vladimir entre.
- CHRISTOPHE : Salut informaticien distingué !
- VLADIMIR : Salut météorologiste distingué ! Marc n’est pas là ?
- CHRISTOPHE : Non il a un gros rhume.
Christophe invite Vladimir à s’asseoir :
- VLADIMIR : On a besoin de Marc pour installer la fosse, c’est urgent, Seka a kidnappé Marilyn ! Il ne reste que lui, mais c’est le plus dangereux, le plus fascinant aussi et j’ai bien faillit succomber à ses charmes.
- CHRISTOPHE : Bon je vais aller tirer du lit Marc Remej. Comme ça il nous collera à tous un rhume (il rigole).

To-Tjenen longe un grand mur de pierres qui sert d’enceinte à un jardin privé (séquence 26). Avec sa canne, il tape dans les pierres, et s’arrête devant un ensemble un peu plus gros, où il y a une tache de sang (celle du chien coupé en 2). Il donne 2 petits coups de sa canne et la petite porte de métal se matérialise.
Il descend l’escalier étroit, aussitôt la porte se dématérialise.

La salle hypostyle, éclairage naturel par le jour. Marilyn est en train de vomir. To- Tjenen apparaît au détour d’une colonne et constate le désastre ; il touche de sa canne Marilyn et elle s’arrête de vomir. Ensuite To-Tjenen lui frictionne le dos. Seka arrive poussant une desserte chargée de viande.
- TO-TJENEN : Tu veux la faire éclater ?
Et il lance un éclair qui atteint Seka dans une jambe. Seka lance la desserte qu’évite To-Tjenen, elle va se fracasser avec les plats et tous les morceaux de viande. La blessure à la jambe de Seka se referme aussitôt, il sort sa torche, et le rayon courbe se dirige vers To-Tjenen qui le coupe en 2 avec sa canne ; mais le rayon « repousse » à chaque fois, To- Tjenen n’en finit pas de la couper !
Alors il fait un grand cercle au-dessus de sa tête et disparaît. Marilyn s’est cachée derrière une colonne, To-Tjenen réapparaît juste à côté d’elle, il matérialise l’escalier, tous les deux s’y précipitent poursuivis par Seka en fort mauvaise humeur.

Le jour le long du mur de pierres et la rue de San Francisco. To-Tjenen et Marilyn ressortent par la porte métallique. Une fois dehors, To-Tjenen dématérialise la porte. Ils courent tous les deux le long du mur, et Seka matérialise à nouveau la porte, juste au moment où ils vont quitter ce long mur pour emprunter la rue. De nouveau le combat canne contre torche s’engage. To-Tjenen fait passer Marilyn derrière lui, et il recule petit à petit face à Seka. À un moment, To-Tjenen saute sur une voiture en stationnement et fait signe à Seka de venir aussi sur une voiture. Puis To-Tjenen redescend et court avec ses petits pas derrière Marilyn. Seka saute aussi sur une voiture en stationnement, il allume à nouveau sa torche, le rayon progresse en zigzaguant vers To-Tjenen et Marilyn, ensuite Seka saute sur le sol.
Des passants se sauvent épouvantés. To-Tjenen sort de sa poche un petit miroir et le dirige vers le rayon courbe verdâtre ; celui-ci se met à zigzaguer à reculons vers Seka. Il éteint sa torche, et avec ses grandes jambes rattrape vite To-Tjenen.
L’enseigne lumineuse du bar Gay se devine au loin. To-Tjenen est obligé de faire tournoyer en l’air sa canne pour ralentir, pour figer la progression trop rapide de Seka. Il rejoint Marilyn et la pousse pour entrer dans le bar. Seka à du mal à sortir de son engourdissement.

SÉQUENCE 28.
(Hommage à Pierre Noël de la Houssaye, pour la fosse, d’après son roman : L’apparition d’Arsinoë)
Le jour dans le bar gay, lumière tamisée par la fumée de cigarettes. Proche de l’entrée un jeune, exagérant son air de dure et sa virilité, appuie une jambe contre le mur et adresse un regard voilé à To-Tjenen et à Marilyn.
- TO-TJENEN : Salut beau jeune homme. Tu te suicide l’âme ?
Le jeune ouvre des yeux ronds !
Le centre du bar est curieusement dégagé ; les couples d’hommes sont agglutinés près du bar ou vers le fond de la salle. Près du centre de la salle se trouvent Vladimir, Christophe et Marc avec un mouchoir dans la main.
Seka entre à son tour dans le bar. Le jeune à l’allure exagérément virile le toise d’un regard trouble. Seka mime un baisé avec sa bouche.
Proche de To-Tjenen, surgit de nulle part un travesti avec un chapeau orné de plumes, chemisier à pois rouges et à manches bouffantes noué au-dessus de la taille ; un gros papillon épinglé sur la hanche, plusieurs bracelets à grosses perles multicolores sur de longs bras velus.
Il-elle se tord, se contorsionne, lèvres entrouvrant des dents serrées. Il-elle simule en se contorsionnant un orgasme de femme et s’effondre aux pieds de To-Tjenen, Marilyn, Vladimir, Christophe et Marc. Puis il-elle se relève, le visage luisant de sueur, les pupilles noires dilatées.
Il-elle enlève son chapeau et passe parmi l’assistance pour faire la quête ; il-elle raille d’abord To-Tjenen :
- IL-ELLE : Mademoiselle !
To-Tjenen lui fait un large sourire et donne une pièce. Puis devant Vladimir :
- IL-ELLE : Oaou ! Quelle belle pièce.
Vladimir donne une pièce. Devant Marc :
- IL-ELLE : Cher maître !
Marc éternue. Devant Christophe :
- IL-ELLE : Chou !
Devant Eric :
- IL-ELLE : On s’arrangera tout à l’heure mon chou !
L’assistance est quelque peut hypnotisée par ce numéro d’une certaine violence. Il-elle s’approche maintenant de Seka et tend son chapeau.
Seka ne bronche pas et regarde dans les yeux il-elle. Apparemment il refuse de donner une pièce. Ce qui à l’air d’offenser il-elle. Leurs yeux n’arrêtent pas de se fixer intensément. La musique s’est arrêtée. Il-elle s’avance vers le centre de la salle de bar, toujours les yeux dans les yeux de Seka.
Aucun refuse de baisser le regard. Il-elle a un regard de plus en plus dilaté, et une bouche avec un sourire forcé. Tout en progressant tous les deux vers le centre, il-elle humecte ses lèvres desséchées par la tension, sa langue ressemble à celle d’un serpent.
Seka commence à ciller des yeux. La sueur coule sur le visage de il-elle, faisant des traînés sur le cosmétique, ce qui lui donne un visage terrifiant.
Seka semble intraitable. Vladimir dans la pénombre fait un geste, et brusquement 4 faisceaux lasers projettent sur le sol la fosse où il n’y a point d’eau : un carré avec 2 diagonales entouré d’un cercle, et Seka est juste au milieu des 2 diagonales.
Il devient irisé, puis se transforme en un splendide arc-en-ciel illuminant tout le bar. Il-elle vient de s’évanouir. Un vent venant de nulle part s’engouffre dans le bar, chassant les fumées de cigarettes et soulevant les chevelures. Marc éternue. To-Tjenen se met à danser avec Vladimir. Eric embrasse Ellen et la prend par la taille, ils se dirigent vers la sortie.

À suivre… Si le temps le permet…


DISTRIBUTION (CAST) pour les séquences ci-dessus :

TO-TJENEN : Dieu chtonien primordial, assimilé ou uni à Ptah
VLADIMIR OBLAKOFF (nuage) : (40 ans) programmeur en informatique
MARILYN GUÉRRAM (géranium) : (30 ans) géologue
CHRISTOPHE BIELLO : (35 ans) météorologiste
MARC REMEJ (pleurer) : (40 ans) bibliophile
SEKA (labour) : chef des mauvais Atlantes
ERIC : (25 ans) : jeune prostitué
ELLEN : (22 ans) : compagne d’Eric
JEUNE SQ
JEUNE BG
IL-ELLE = travesti
PLUSIEURS PERSONNES
 
 

Dernière mise à jour : 24-06-2016 18:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >