Accueil arrow News arrow Dernières news arrow NIS L’ÉGYPTIEN 3
NIS L’ÉGYPTIEN 3 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-06-2016 00:11

Pages vues : 2471    

Favoris : 389

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
egypt_1personnagd.png
 
 
NIS L’ÉGYPTIEN 3
 
 
- NIS L’ÉGYPTIEN 1
- NIS L’ÉGYPTIEN 2
- NIS L’ÉGYPTIEN 4
- NIS L’ÉGYPTIEN 5
- NIS L’ÉGYPTIEN 6
- NIS L’ÉGYPTIEN 7
- NIS L’ÉGYPTIEN 8
- NIS L’ÉGYPTIEN 9
- NIS L’ÉGYPTIEN 10

Publication du début d’un projet de long métrage comportant plusieurs chansons.
Précédemment Nis le chanteur du Roi Djeser se retrouve forcé de se battre avec le passeur du lac, Khefety, pour pouvoir traverser en compagnie du chat Miou.

- PASSAGERS : Toutes ces armes qu’il possède, la lutte va être inégale…
- PAYSAN : Qu’elle autre brave va combattre avec lui ? (il désigne Nis en regardant ses compagnons). Il n’a qu’un arc et quelques flèches, alors que le passeur a un bouclier et des javelines.
À l’instant, Khefety envoie une javeline qui vient se planter dans le sable à quelques centimètres de la jambe de Nis. Khefety empoigne déjà une autre javeline et ajuste son tir, pendant que Nis danse d’un pied sur l’autre, en essayant de deviner la direction de la javeline.
Khefety lance son trait, qu’évite de justesse Nis en s’aplatissant sur le sable.
- KHEFETY : Allez attaque, ne fait pas la femme.
 
Arrive en trottinant Miou qui s’arrête à quelques coudées de Khefety. Il s’apprête à bondir, puis saute à la tête de Khefety ; c’est le moment que choisit Nis pour prendre une flèche, bander son arc et tirer. La flèche vient se planter dans le cou de Khefety qui s’écroule sur le nez, la javeline encore à la main. Miou retombe sur ses pattes, Nis arrache la javeline de la main du mort et la projette au loin, puis il lève ses bras en signe de victoire.
Le chat Miou trotte un peu plus loin.
Tous les campagnards se réjouissent en levant les bras, ou en tapant dans leurs mains. Nis se dirige vers Miou et s’incline vers lui :
- NIS : Oh merci, père des Dieux, Ptah To-Tjenen, aîné des Dieux primordiaux, Dieu sacré, aux nobles formes.
Le chat se rapproche de Nis en miaulant. Nis ramasse l’arc et les flèches et les rend à Iri.
- IRI : C’est vrai, tu es chanteur ? et sans richesse !?
- NIS : Oui c’est vrai.
- IRI : Eh bien, prends la place du passeur, tu possèdes le chaland maintenant.
- NIS : Oui, je pourrais un peu me remplir la bourse, mais c’est avec ton arc que j’ai sauvé ma vie. Aussi tu as bien navigué le chaland avec ton cœur. Celui-ci (il montre le chaland) doit bien te revenir, moi je n’en veux pas. Toi, fais l’activité de passeur.
- IRI : Merci seigneur, je m’occupe de ton affaire.
- NIS : Mon affaire ? !
- IRI : Oui, c’est toi le patron du chaland, tu me payes et moi je te sers en encaissant la monnaie de cuivre et je conduis le chaland. Allez Nis, concluons le marché. N’ai pas peur, j’ai déjà loué mes services à plusieurs maîtres et ils étaient contents de moi.
- NIS : Je te paye comment ? !
- IRI : Mais avec ce que donne les personnes qui désirent traverser le lac !
- NIS : Pourquoi pas. (Nis se penche vers Miou). Qu’est-ce que tu penses de ça Miou ?
Miou miaule.
- NIS : Bon alors c’est d’accord.

Ils se posent chacun les mains sur l’épaule en signe de contrat.
Ensuite Nis se dirige vers le corps de Khefety, et par signes demande de l’aide ; un paysan et lui transportent le corps sur le chaland. Ils sont suivis par tous les campagnards.
Alors Iri détache le chaland, saisit la longue perche et commence à s’éloigner du bord du lac. Il manie le chaland avec une certaine dextérité ; ce que remarque Nis, car il y a des gros blocs de granit. Par moments, ils frôlent quelques touffes de roseaux et arrivent sans encombre sur l’autre bord du lac où attendent des gens pour passer dans l’autre sens.
Iri et Nis aident les gens à descendre, pendant que Miou se faufile entre leurs jambes. Tout le monde se quitte en se saluant les 2 mains sur les genoux.
Certaines personnes retrouvent leurs compagnons restés de l’autre côté du lac.

SÉQUENCE 7.
Au bord du lac près d’Ismaïlia. Nis se dirige vers Iri.
- NIS : Je vais faire porter le corps de Khefety chez l’embaumeur afin qu’il retrouve facilement son Ka, et je reviens.
Iri acquiesce de la tête et amarre le chaland. Nis se dirige vers le paysan au chariot à bras, et tous les deux chargent le corps fort lourd de Khefety dans le chariot. Le paysan tire et Nis pousse. Le convoi s’éloigne à travers un chemin montant, tortueux et fort poussiéreux.
Au bord du lac. Iri, l’air fière, encaisse la monnaie de cuivre des paysans voulant traverser dans l’autre sens.
- IRI : Allez, allez approcher, ne craignez rien c’est solide et il y a de la place.
Arrive un vieux paysan à l’air très fatigué. Il indique à Iri par gestes qu’il n’a rien pour payer son passage. Iri l’inspecte de son regard doux et perçant.
- IRI : Ton collier doit avoir une certaine valeur.
Le paysan prend un air effrayé. Iri se ravise :
- IRI : Tu as trop de peine dans le regard et beaucoup de fatigue sur les épaules. Garde ton collier, tu pourras en avoir besoin pour meilleure chose que mon service.
Et il aide le vieux paysan à monter sur le chaland.
Plus personne ne voulant traverser le lac, Iri détache le chaland et commence la manœuvre à travers les touffes de roseaux. Sur l’autre bord du lac des paysans attendent. Ils aperçoivent au loin le chaland contourner les gros blocs de granit.

Sur le chaland, les paysans discutent de la mort de Khefety à grand renfort de gestes. Un homme remarque le collier du vieux paysan ; celui-ci se protège et change de place en se faufilant près d’Iri, qui manœuvre toujours aussi habilement entre les gros blocs de granit.

Le soir, parmi les ombres qui commencent à s’allonger sur le sol, Nis descend par le chemin tortueux vers le bord du lac au point d’embarquement.
Il s’assied par terre, toujours en possession de sa harpe.
Le chaland revient avec seulement un couple qui débarque aussitôt.
Iri attache le chaland, puis plonge sa main dans sa bourse, compte quelques pièces de cuivre, réfléchit, et met les pièces dans sa poche. Il se précipite ensuite tout joyeux vers Nis en lui montrant la bourse.
- IRI : Regarde Seigneur, nous voilà presque déjà riches en quelques courses de Ré. Bonne affaire qu’avait là ce Khefety. Alors il est allé rejoindre son Ka ?
- NIS (en se relevant) : Oui, Mais tu sais, la monnaie de cuivre, je n’aime pas ça. Laisse-m’en seulement pour fuir la colère du Roi. Il peut me faire mutiler pour avoir découvert par accident
l’entrée de son trésor !
- IRI : Je ne comprends pas bien ton dégoût pour la monnaie. (Il tend la bourse). Tiens, partages en deux pendant que je fais une dernière traversée avant la nuit.
Iri allume une lanterne, l’accroche au chaland, puis le détache et commence à manoeuvrer vers l’autre rive. Sous la lueur de la lanterne, assis sur un ballot de fagots, Nis étend un tissu et étale le tas de pièces de cuivre. Il le divise en deux parties égales.

- NIS : Tu sais Iri, je ne sais toujours pas pourquoi j’ai fui de la Grande Maison. Des gardes ont commencé à me poursuivre ; et en ce moment ils ne sont peut-être pas très loin de ce lac !
- IRI : Oh, tes gardes ne se seraient pas autant éloignés de Mur-Blanc. Tu n’as pas à avoir de craintes, je suis là, moi.
Iri se tape sur la poitrine et montre son arc. Nis sourit.
Mais sur l’autre bord du lac, les 2 gardes à la poursuite de Nis sont assis. Ils attendent le chaland en jouant avec des cailloux aux osselets, sous la lueur de leur lanterne.
L’un d’eux rattrape avec habilité chacun des cailloux sur le dos de sa main. L’autre garde aperçoit le chaland avec sa lanterne allumée, il se lève et fait signe avec sa lanterne.

Le soir sur le chaland. Sous la lueur de la lanterne et toujours assis, Nis est très pensif :
- NIS : Ah, c’est le moment que je préfère, quand Ré devient Atoum. Je me demande ce que fait le chat Miou. (Il fait quelques accords sur sa harpe).
- IRI : Ton chat, il est dans le royaume de la Douat ! Tiens ! j’ai bien fais d’effectuer un dernier voyage, regarde, il y a 2 soldats sur l’autre rive !
Nis fait un bond :
- NIS : 2 soldats ! Les gardes de la Grande Maison ! Vite, fais demi-tour. (Il se cache derrière les sacs de fagots).
- IRI : Je ne peux pas maintenant, on aborde les gros blocs de pierre, je peux nous faire chavirer.
Iri s’active dans une manœuvre dangereuse.

Le soir au bord du lac : le garde 1, celui qui tient la lanterne scrute la direction du chaland.
- GARDE 1 : Ça-y est, on l’a retrouvé, regarde sur le chaland, c’est notre chanteur, tu as entendu la harpe ? Laisse tomber.
Et il plonge aussitôt dans le lac. L’autre garde laisse tomber ses osselets et hésite à emporter lances et boucliers ; il plonge lui aussi.
Sur le chaland, Nis, caché derrière les sacs de fagots regarde inquiet la manœuvre de demi-tour d’Iri. Celui-ci aperçoit le 1er nageur (garde 1). Tout en tenant la perche de manœuvre du chaland, Iri balance un sac de fagots sur le garde qui commence à monter à bord.
- IRI : En voilà un qui essaye de monter à bord sans payer !
Le garde 1 lâche le chaland et coule ; mais sur l’autre côté, le garde 2 commence à s’accrocher et réussit à monter. Il va pour saisir Nis qui lui résiste.
- IRI : Et encore un qui ne veut pas payer son voyage !
Il saisit des sacs de fagots pour bombarder le garde. Nis arrive à se dégager et envoie des sacs de fagots sur le garde, si bien que le garde 2 s’écroule assommé et tombe dans l’eau.
- IRI : Te voilà débarrassé !
- NIS : Oh là, c’est seulement le début de mes aventures de nomade. Je vais te quitter sur l’autre rive et continuer ma route vers l’Est. Tu prendras soin de… Notre affaire.
- IRI : Ah, Seigneur Nis, tu quittes trop tôt ton entreprise, comment contrôleras-tu les bénéfices ?
- NIS : Je n’en veux pas, donnes les aux pauvres.
La manœuvre à réussit, l’autre rive se rapproche rapidement.

SÉQUENCE 8.
Le soir sur l’autre rive, celle de l’Est. Nis et Iri se disent au revoir en se tapant sur les épaules. Iri va pour passer la nuit près du chaland, et Nis reprend le chemin tortueux.
Devant les murs de Pithom avance une charrette tirée par un cheval. Dessus est assis l’intendant Yamourap avec son serviteur. La charrette entre dans la ville.
La charrette arrive devant la Maison de Bière (déjà vu auparavant). Yamourap descend, aidé par le serviteur, qui s’occupe ensuite du cheval. Yamourap entre.
Le soir dans la Maison de Bière. Yamourap va s’asseoir sur un long banc de bois devant une table. Dans la salle éclairée par des lampes à huile, il n’y a plus qu’une autre personne.
Un serviteur accourt vers Yamourap, s’incline devant lui, et pose une lampe à huile sur la table.
- SERVITEUR : Salut noble étranger, quels sont tes désirs ?
- YAMOURAP : Je te salue. Aurai-tu aperçu il y a quelque temps un jeune homme au regard très
doux, un peu poète, un peu chanteur ?
- SERVITEUR : Oh oui Seigneur, il a pris un repas ici même, et c’est l’homme au bonnet bleu que tu vois là-bas (il indique le fond de la salle) qui lui a payé son repas.
- YAMOURAP : il faut que je le retrouve, le Roi, vie santé force, m’a chargé de le ramener, il ne peut pas se passer de ses chants.
Aussitôt l’homme au bonnet bleu se retourne, se lève et va vers Yamourap.
- PTAH : Je te salue. L’homme que tu cherches possède trop d’avance sur toi et va bientôt traverser la frontière.
- YAMOURAP : Qui est-tu vieil homme ? toi qui semble connaître l’avenir et qui ressemble au Dieu Ptah ?
Ptah s’assied à côté de Yamourap.
- PTAH : Sache seulement que ma vieillesse est 110 fois plus longue que tu ne peux l’imaginer.
Yamourap se lève et s’incline les 2 mains sur les genoux.
- YAMOURAP : Je me réjouis de ta rencontre, et mon cœur est plein de toi. (Il s’incline encore et encore). Si je ne ramène pas son chanteur à notre Roi, vie santé force, il va me faire mutiler !
- PTAH : Mais non ! Laisse Nis suivre sa voie, tu n’as pas le droit de t’opposer à son destin. Le Roi patientera voilà tout, je te le garantis. Laisse aller Nis là où il doit aller, et après, tu pourras venir le chercher. Je t’offre une soupe, elles sont excellentes ici.
Il appelle le serviteur qui était retourné vers ses fourneaux. Le serviteur accourt avec une 2e lampe à huile, 2 gobelets et une petite jarre. Il a bien du mal à porter tout ça et faillit se brûler !

SÉQUENCE 9.
(Nis à la frontière).
Le soir : Palmeraie et fortifications sommaires indiquant une frontière ; les ombres sont déjà longues sur le sol. Nis s’avance fatigué dans la palmeraie de palmiers dattiers. Il se tourne et aperçoit le chat à ses trousses.
- NIS : Comment tu as fait pour arriver jusqu’ici Miou ?
Il s’arrête pour caresser le chat. Ensuite à la sortie de la palmeraie, Nis aperçoit une ligne de fortification avec des soldats sur le haut.
Miou ne veut plus suivre Nis. Il comprend qu’il vaut mieux attendre la nuit, pour passer au travers des éboulis de certaines parties des fortifications. Il s’allonge au pied d’un palmier et s’aperçoit que Miou a disparu.

Les fortifications la nuit : sur le haut brillent quelques torches et des lampes à huile. Il y a toujours des sentinelles. Nis est réveillé par les miaulements de Miou. Il se lève et s’avance à demi courbé et à grandes enjambées, à découvert, vers les fortifications. Heureusement, il y a les grandes ombres de la lune. Il longe les remparts, et un moment après enjambe un éboulement.
Sur le sommet des remparts, les gardes somnolent à moitié. Nis, suivit du chat, parvient rapidement à se cacher derrière un petit buisson ; puis il court se cacher derrière un autre buisson. Enfin le terrain à découvert ne représente plus un danger pour lui. Nis court, et au bout d’un moment, s’écroule de fatigue derrière une colline.

Le jour : entre les fortifications et El Kantara. Le terrain où marche Nis est très sec, bordé de petites collines sans un seul buisson. Il n’en peut plus, et pas une goutte d’eau à avaler. Miou a disparu de cette fournaise. Nis titube, fait un effort de plus, monte sur une petite colline, et entend derrière le bruit d’un troupeau de brebis. Nis aperçoit un barbare (un berger barbu). Il s’avance en titubant vers lui.
- NIS : Dis-moi… Quelle route… Pour m’éloigner… D’Égypte ?


À suivre… Si le Dieu Ptah le permet…

DISTRIBUTION (CAST) pour les séquences ci-dessus :

NIS L’ÉGYPTIEN : (25 ans) chanteur pour le Roi Djeser
PTAH : Dieu de Mur-Blanc, Réalisé et prototype d’Osiris, de Jésus, etc.
KHEFETY : passeur du Lac
IRI : l’homme à l’arc
UN PAYSAN
CHAT MIOU
GARDE 1
GARDE 2
YAMOURAP : intendant du Roi
UN SERVITEUR
SERVITEUR MAISON DE BIÈRE
DES SOLDATS
LE BARBARE
PLUSIEURS PERSONNES
 
 

Dernière mise à jour : 09-07-2016 22:19

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >