Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monstruosités et orgueil rabbiniques talmudiques
Monstruosités et orgueil rabbiniques talmudiques Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-07-2016 22:23

Pages vues : 2626    

Favoris : 375

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
frise_contrastes_complement.jpg
 
 
Monstruosités et orgueil rabbiniques talmudiques
Elles ne peuvent qu’être multiples

Rabbinisme talmudique et conception du « Juif » sont postérieurs au christianisme.
 
 
« L'État chrétien ne connaît que des privilèges. Le Juif possède en lui-même le privilège d'être juif. Il a, en tant que juif, des droits que les chrétiens n'ont pas. Pourquoi réclame-t-il des droits, qu'il n'a pas et dont jouissent les chrétiens ?
En réclamant son émancipation de l'État chrétien, il demande que l'État chrétien renonce à son préjugé religieux. Et lui, le Juif, renonce-t-il à son préjugé religieux ?
A-t-il donc le droit de demander à un autre d'abdiquer sa religion ?
L'État chrétien ne peut, de par son essence, émanciper le Juif. Mais, ajoute Bauer [Bruno], le Juif ne peut, de par son essence, être émancipé. Aussi longtemps que l'État reste chrétien et tant que le Juif reste juif, tous deux sont aussi peu capables, l'un de donner l'émancipation, l'autre de la recevoir.
À l’égard des Juifs, l'État chrétien ne peut avoir que l'attitude de l'État chrétien. Il doit, par manière de privilège, autoriser que le Juif soit isolé des autres sujets ; mais il doit ensuite faire peser sur ce Juif l'oppression des autres sphères, et cela d'autant plus durement que le Juif se trouve en opposition religieuse avec la religion dominante.
Mais le Juif ne peut, de son côté, avoir à l'égard de l'État qu'une attitude de Juif, c'est-à-dire d'étranger : à la nationalité véritable, il oppose sa nationalité chimérique, et à la loi, sa loi illusoire ; il se croit en droit de se séparer du reste de l'humanité ; par principe, il ne prend aucune part au mouvement historique et attend impatiemment un avenir qui n'a rien de commun avec l'avenir général de l'homme car il se considère comme un membre du peuple juif et le peuple juif comme le peuple élu ». (Karl Marx : La question juive, trad. Jean-Michel Palmier).
 
Opinion d’évolutionniste ou absolutisation du temps qui coule, l’Histoire :
« Les juifs devraient se réjouir du fait que l’Europe soit en train de perdre son identité comme punition pour ce qu’elle nous a fait pendant des centaines d’années quand nous y étions exilés (…) Nous ne pardonnerons jamais aux chrétiens d’Europe le massacre de millions de nos enfants, de nos femmes, de nos vieillards… Pas seulement au cours du récent Holocauste, mais pendant des générations, avec cette constance qui caractérise l’hypocrisie du christianisme (…) Et aujourd’hui, l’Europe perd son identité en faveur d’un autre peuple et d’une autre religion, et il n’y aura plus aucun reste ni survivants de ce christianisme impur qui a répandu beaucoup de sang pour lequel il ne pourra être pardonné. L’islam est une religion relativement honnête (…) quoique de culture païenne elle est bien meilleure que le christianisme (…) Avec l’aide de Dieu les gentils [les chrétiens assimilés aux païens] là-bas adopteront un mode de vie plus sain avec beaucoup de modestie et d’intégrité, et non comme ce christianisme hypocrite qui en apparence semble pur mais est fondamentalement corrompu », explique le rabbin Baruch Efrati devant ses étudiants en 2012.

Voilà l’exemple d’une tautologie puisque l’islam est une démarquage du judaïsme : un Quoran, texte « descendu du Ciel », dogme intouchable, parodie de l’alphabet divin des Hébreux ! Ne jamais oublier que judaïsme et islam considèrent le christianisme et la Trinité comme DE L’IDOLÂTRIE. MAIS LES PREMIERS IDOLÂTRES CE SONT LES HÉBREUX-JUIFS ET LEUR VALORISATION DU TEMPS, DONC DE L’HISTOIRE (voir plus bas). POUR LES HÉBREUX-JUIFS LE TEMPS C’EST DE LA VALEUR, DE L’ARGENT.
Si, selon ce rabbin qui juge et porte son opinion sur le christianisme, celui de l’Église de Rome qui effectivement a beaucoup de sang sur elle, il en est de même des Hébreux-Juifs qui commencèrent les premiers à persécuter les Païens, et les suiveurs, ou en même temps, furent les chrétiens également persécuteurs de Païens ; et ces mêmes Païens (Paysans) plus tard seront citoyennisés (et au Diable le Paysan ou Païen) de force par le capitalisme des banques juives tout au long du 19è siècle. De plus les Juifs bolcheviques ont sur la conscience des dizaines de millions de morts Russes sur la conscience, car ce sont eux qui voulurent et installèrent la révolution russe de 1917.

Si les Hébreux-Juifs absolutisent l’Histoire, particulièrement dans le bolchevisme de 1917 à 1989 de l’URSS, où le bolchevisme nie Dieu, préparé en cela par le refus orthodoxe du « Filioque » (Trinité) qui nie de fait la circumincession, l’islam inversement nie l’Histoire pour se garder intacte « l’absolu divin ». Car si le Fils procède du Père, ensuite l’Esprit du Fils, il n’y a pas de circulus !
Les Hébreux-Juifs absolutisent l’Histoire : ils donnent une valeur à des événements historiques (comme le rabbin cité plus haut), une valeur dans la mesure où les événements sont déterminés par « la volonté de Dieu ». Les « faits historiques » deviennent des situations dans le spatio-temporel de l’humain face à Dieu, et comme tels ces « faits » acquièrent une valeur religieuse que rien jusque là ne pouvait leur assurer. Les Hébreux ont fait de l’Histoire une manifestation ou « matérialisation » de Dieu (et ils cherchent encore son Nom, sa prononciation.


YAHVÉ : FABRICANT DE CONTRAT.

J’ai toujours écris que le judaïsme n’était pas une religion, mais un système politique. Et qui dit contrat devait inévitablement amener un moderne Goldman Sachs ou un Rothschild ! LEUR SUPER IDOLE : L’ARGENT ARTIFICE.
En fait le judaïsme découle de la voie des 10.000 ans de l’Agriculture, donc DE LA PRODUCTION ET DU MARCHANDAGE, de la prière notamment, qui, comme déjà écris, est un marchandage.
MARCHANDAGE : de Yahvé avec « son peuple » ; étymologie de marché : du latin mercatus (commerce et marché) ; acheter, faire commerce. LE MARCHANDAGE C’EST DE L’OPION PURE : discussion pour obtenir quelque chose, au meilleur prix ; par contrat parlé ou écrit, on s’engage à fournir un travail.

OUI, la religion abrahamique est un contrat commercial, ne serais-ce que prier c’est contraindre un Dieu, le forcer à donner ce qu’on lui demande. Prier c’est déjà du marchandage ; pire, c’est du dualisme : croyance en une dévotion à un Dieu extérieur et à sa soumission, et pour prier, il faut qu’il y ait un ‘je’, qui est immédiat et intime pour chacun de nous, alors que Dieu n’est pas considéré comme tel. Alors, lequel est le plus intime : le ‘je’ ou Dieu ??? Pour cette soumission, le croyant s’efforce à supprimer tout ce qu’il considère comme « à moi », surtout en renonçant à sa propre volonté individuelle. Alors la big prière de tout dévot sincère est : « Que ta volonté soit faite » (évidemment pas ma volonté, mais seulement la tienne, celle qui est extérieur à moi !!!). Bien-sûr, aussi longtemps que le mental existe, le dévot aura inévitablement une volonté à lui. Tant que nous nous considérons comme un ‘je’ individuel, nous aurons une volonté individuelle et nous ressentirons de l’attachement pour ce qui est « à moi » (la possession).

Un Réalisé n’a pas besoin de prier, il ne voit pas les autres comme étant différents de lui. Comment peut-il alors prier, et pour quoi et pour qui ? Sa seule présence est rayonnement de Libération pour tous.

OUI, la religion abrahamique est un contrat commercial : Moïse reçoit la « loi » dans le spatio-temporel, comme le Quoran tombant du Ciel à un moment donné ! Donc dans une durée historique : à un endroit, à une certaine date. Tout ça est du matérialisme déguisé en théophanie, qui va acquérir une nouvelle dimension, et en devenir précieux, dans la mesure où IL N’EST PLUS RÉVERSIBLE, où il devient un ÉVÉNEMENT HISTORIQUE, IL DEVIENT SACRALISÉ. Ainsi on peut comprendre la psychose de certains rabbins comme un Baruch Efrati. D’ailleurs, « la prise de la Bastille » est du même thème !!! C’EST DU MESSIANISME.

Bruno Bauer, cité plus haut dans La question juive, de Karl Marx, dit ce que j’avais déjà souvent écris : « Tout être humain doit d’abord faire société avec lui-même, au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec les autres », ce qui donne chez Bauer à propos des Juifs : « Il faut nous émanciper nous-mêmes, avant de pouvoir émanciper les autres ». MAIS POURQUOI VOULOIR ÉMANCIPER LES AUTRES ? C’est forcer leur volonté. Certains au 19è siècle transposent « l’émancipation » en « terre promise » de l’Ancien Testament, ça va donner le truc : « État d’Israël ». Et Yahvé sait que ces sionistes s’y emploient à « émanciper » les Palestiniens ! mais ces crétins de sionistes ignorent même qu’ils n’ont rien à voir avec les Hébreux, leurs prophètes tueurs de Païens et d’idoles. LES JUIFS NE SONT PAS UNE RACE, LES JUIFS NE SONT PAS NON PLUS UNE RELIGION (certains se disent ‘juif’ mais ne croient pas à la Super Tautologie : « Je suis ce JE SUIS ». ÊTRE JUIF EST UNE OPINION (ce que Marx nomme « la nationalité chimérique », et que Abraham Léon nomme « le peuple classe »).

Les Juifs actuels depuis Jésus de Nazareth sont des MARCHANDS NOMADES qui circulent partout comme l’argent circule partout car « il n’a pas d’odeur ». C’est pourquoi on ne peut comprendre la religion abrahamique que comme un contrat commercial. Déjà les Hébreux donnent une VALEUR au temps qui coule : l’HISTOIRE (à notre époque on en sait quelque chose avec Israël et la Shoah et son business du sentiment… ). HISTOIRE OU ESPACE-TEMPS LÀ OÙ CIRCULE PARTOUT L’ARGENT.
DIEU PASSE UN CONTRAT AVEC MOÏSE : LES DIX COMMANDEMENTS, QUI DE NOS JOURS DEVIENNENT : LES DROITS DE L’HOMME ou NOACHISME.

C’est enfoncer une porte ouverte en écrivait : « La forme la plus rigide de l'opposition entre le Juif et le chrétien, c'est l'opposition religieuse », ce à quoi le rabbin cité plus haut semble ne rien avoir compris. « Comment résout-on une opposition ? En la rendant impossible. Comment rend-on impossible une opposition religieuse ? En supprimant la religion. Dès que le Juif et le chrétien ne verront plus, dans leurs religions respectives, que divers degrés
de développement de l'esprit humain, des « peaux de serpent » dépouillées par le serpent qu'est l'homme, ils ne se trouveront plus dans une opposition religieuse, mais dans un rapport purement critique, scientifique, humain. La science constitue alors leur unité », écrit Karl Marx, OUBLIANT QUE LE MOT SCIENCE REGROUPE : le spirituel, l’art de vivre, la science ; leurs méthodes de recherche trinitaires sont intimement reliées les unes aux autres, et on peut considérer qu'elles sont complémentaires, au sens le plus élevé de cette quête de la Vérité ou Libération.
Je ne sais si le Juif a des « devoirs envers l’État » et si le jour du sabbat il devrait assister aux séances de la Chambres des députés, parce que le seul problème C’EST L’ÉTAT, chrétien ou laïque (étranger à tous cultes) !
D’autre part, si une religion est privilégiée, c’est une opinion liée à la possession ou privilège !

 
 
 
Le développement des forces productives de la marchandises, les opinions des perruques poudrées et de leurs loges FM, qui à un moment donné au sein de l’Ancien Régime très malade, a rendu possible le coup d’État de 1789 par la bourgeoisie. Cette bourgeoisie inventrice du citoyennisme : le Paysan ou Païen se transforme en citoyen bétonisé et ouvrier dans les usines de ces bourgeois ou Couilles en Or. Il devient DÉPENDANT, il n’a plus ses champs et sa ferme pour le nourrir. Cette même bourgeoisie qui va aussi prendre le contrôle des âmes des Françaises et des Français, surtout par l’éducation nationale et les élections au « suffrage universel », LE TOUT TÉLÉGUIDÉ EN CACHETTE PAR LA SECTE JUDÉO-MAÇONNIQUE SPÉCULATIVE COMME LE GRAND ORIENT DE FRANCE. Ce monde de la bourgeoisie, son capitalo-socialisme ou guerre de tous contre tous (place aux « intérêts privés »), CETTE ESSENCE DE LA DIVISION ; c’est pour ça que ces mêmes riches bourgeois judéo-maçonnisés ne jurent que par « fraternité », « liberté », etc. C’est pourquoi ce n’est pas un effet du hasard, « si les époques où le primat social est dévolu à l’argent sont aussi celles où sévit la pire fièvre égalitariste », écrit si justement Gustave Thibon dans : Diagnostics. Bien-sûr, puisque nos jours il ne reste plus que LA POSSESSION, LE VOYEURISME JUDÉO-MAÇONNIQUE SPÉCULATIF d’un Armand Bédarride et Cie. La Vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout [le bagage intellectuel ou  raison]. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 18-07-2016 22:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >